Archive pour la catégorie 'Père Mveng'

Le père Mveng : La base de la philosophie négro-africaine ,c’est la Vie

15 décembre, 2016

Lors du colloque international tenu à Kinshasa en Janvier 1978 le père  E. Mveng nous rappelle avec forceà la suite du père Tempels quec’est la force vital qui constitue la philosophie negro africaine

Cliquez ICI 

Le point de départ de la pensée  negro africaine n’est pas l‘être  en tant qu’être …. Il est l’expérience de  la vie, et de la vie de l’homme vivant (actes du colloque p 88ss)

**

Isis et Osiris

Pour défendre  son point de vue  le père Mveng  récupère le mythe « d’Isis et d’Osiris

il affirme par ailleurs que l’Afrique est le berceau de toute religion

Cliquez ICI   

comme  Cheikh Anta Diop

Cliquez ICI    

comme Samuel Kobia

Cliquez ICI  

La légende d’Isis  et d’Osiris  à la fois égyptienne, africaine et negro africaine surgit de la protohistoire, avant  les dynasties ,avant l’écriture, avant les pyramides

Osiris était le premier né ; A sa naissance une voix retentit du ciel « Voici le maitre de toute le création » ; l’enfant grandit :Il était beau ,grand et noir de teint  

Premier roi civilisateur, il apprend aux hommes les arts et les métiers ; Il sème partout la paix et la prospérité mais  soin frère  Seth veut récupérer son trône et le tue

Isis  sa sœur et son épouse recherche son corps  que Seth a découpé en morceaux qu’il a éparpillé

Isis  récupère les débris et  rend à ce corps le souffle de vie

**

La vie

Grâce à Isis ,Osiris retrouve la vie

la vie forte ,la vie abondante ,la vie féconde ,

ce que Tempels appelait « la force de la vie » ou « la force vitale » ,la valeur centrale de la culture bantoue

**

Le père Mveng  n’a pas assez de mots pour exprimer cette force vitale  qui est dans l’homme vivant

L’homme est à la fois  du monde des vivants  et des morts. Il est esprit ,animaux, végétaux . Il est feu, il est eau, il est vent …Il est cosmique  

La liturgie africaine c’est le cosmos qui emprunte la voix de l’homme pour adorer Dieu et célébrer la victoire de la vie sur la mort

le père Mveng est jésuite

N’ a-t-il pas été un peu influencé par son confrère le père Teilhard de Chardin

L’homme apparait comme le fils de la terre et du ciel ,véritable  synthèse de l’univers auquel nous appartenons

L’homme prête son âme  aux animaux des champs ,et aux êtres inanimées…

Il est la germination de l’esprit dans le chaos de la matière…

Il est l’animal religieux par excellence ,celui qui porte la voix de toute la création en face de son créateur  a qui Dieu peut parler et qui répond à Dieu

**

L’immortalité

Au cours des initiations, l’africain apprend ce qu’est  la vie et ce qu’est la mort c’est-à-dire la Vérité sur sa propre destinée

C’est en vainquant la mort que l’homme devient immortel

L’immortalité en Afrique c’est le statut de la personne qui a su réaliser  en elle même le triomphe de la vie sur la mort ,de l’amour sur la haine ….Ce statut  se conquiert en mourant 

« la mort c’est l’expérience de la vie qui casse l’œuf pour éclore »

**

Deux facultés maitresses

Dans notre tradition, 2 facultés  sont maitresses  pour que la mort soit vaincue par la vie

la responsabilité  et l’amour   

l’homme est responsable de l’état général  de la création    

C’est l’amour qui donne un sens à la destinée  humaine et à l’histoire …l’amour nous rend bienfaiteur de l’humanité et du monde

L’homme est le maitre d’œuvre de la création qu’il doit porter à son achèvement

Le père Engelbert Mveng : Les liturgies des sectes chrétiennes africaines

24 mai, 2016

En 1973 dans  un article sur les survivances traditionnelles dans les sectes chrétiennes

(cahiers des religions africaine n° 13 p 69)

le père Mveng écrit :

 Par liturgie il faut entendre le service divin que l’homme accomplit en tant qu’homme c’est-à-dire en tant que microcosme .Il  assume la force des esprits ,la vie des ancêtres et  de la tribu, la vertu des animaux ,des végétaux des minéraux de tout ce qui bouge ou reste inerte  dans l’immense champ de la création .D’où le rôle et la signification liturgique de la parole humaine, du chant,  du geste, de la danse qui est l’humanisation liturgique de toutes choses matérielles, et la lévitation du corps aspiré par le souffle de l’âme en face de Dieu

 D’où également l’importance du vêtement liturgique qui fait de la fibre végétale ou de la peau de bête ,un dimension liturgique du corps humain

 D’où la signification mystique  de la maison de culte qui reconstruit liturgiquement le cosmos à l’image de l’homme au service de Dieu

**

On pouvait en 1973 assister à de telle liturgie au Gabon  

Cliquez ICI 

**

La cosmogonie

Le père Mveng remarque dans son article

combien l’africain est en communion avec le monde

La prière africaine est liturgique et cosmique.   Elle associe indissolublement la totalité de l’homme à la totalité du cosmos dans son acte d’adoration de Dieu 

Engelbert Mveng : L’Afrique est le berceau de toute religion

18 mai, 2016

Le père Mveng

lors d’une conférence sur la paix à Nairobi en 1983

affirme que l’Afrique est le berceau de toute religion

«  Notre continent  comme l’affirme Diodore de Sicile n’est pas seulement le berceau de toute l’humanité ;Il est aussi le berceau de toute religion

**

Un monothéisme

Le monothéisme négro-africain est antérieur à la bible et au coran .Il est antérieure aux formes les plus élaborées de la religion de l’Egypte pharaonique 

Toutes les religions révélées qui se réclament du monothéisme sont nées dans des milieux et des traditions polythéistes .c’est le cas du judaïsme et de l’Islam …c’est le pays de Kush c’est-à-dire l’ Afrique noir qui apparait comme le berceau incontesté de ce qu’on appelle aujourd’hui le monothéisme

Le christianisme, l’islam et dans une certaine mesure le judaïsme  trouvent sur notre continent une certaine continuité historique par rapport à leurs propres origines

**

La recherche du salut

Cela se confirme quand on examine l’un des aspects les plus universels et les plus profonds des religions africaines :la recherche du salut

Les rites initiatiques négro-africains offrent le salut en assurant la victoire de la vie sur la mort 

La vie sur terre ,c’est le règne de l’insécurité ,de l’incertitude , de l’inquiétude

Le but de la religion et de nous apporter les sécurité ,la certitude, la paix

**

La force mystérieuse

L’idéologie dans le monde contemporain ,correspond à ce que les anciens grecs appelaient la démesure ,la prétention de l’homme à se substituer à la divinité

…l’Afrique antique avait trouvé le secret dans l’amour et la force mystérieuse de la religion

(Cahiers des religions Africaines Vol 18  Juillet 1984 )

**

le pére Mveng pa ailleurs montre que l’Africain est de par sa nature un homme de priére 

Cliquez ICI

Engelbert Mveng : la priére negro-Africaine

9 mai, 2016

Mbiti ,un prêtre anglican kenyan  débute son libre « religions et Philosophie africaines »en disant  

« il est notoire que les Africains sont des hommes religieux (Mbiti )

Cliquez ICI 

**

Mais comment l’africain prie t il ?

Le père Mveng qui lui même est à la fois un africain camerounais et  un Jésuite qui prie

nous l’explique dans le livre collectif  « personnalité Africaine et catholicisme »edité aux présence africaine)  

**

La prière

« La prière négro-africaine est un « appel direct » à Dieu  à l’occasion des événements graves de la vie

Cette prière se présente comme un drame à 3 personnages

Dieu ,l’homme et l’adversaire

L’homme s’adresse à Dieu . Il l’appelle au secours contre l’adversaire

**

Cet adversaire de l’homme est tout ce qui affaiblit l’homme

L’adversaire de l’homme ,c’est la mort

Le drame de l’homme apparait ainsi comme une véritable lutte pour la vie

et c’est à l’intérieur de cette lutte que se situe la prière ,

 quand l’homme en péril cherche son salut dans sa source première 

**

La prière est un ressourcement. Elle rétablit le contact avec la vie tout court

Elle est Verbe créateur

**

Quand on a fait appel à la science des savants ,à la force des fétiches, aux recettes de la médecine  …l’homme en Afrique finit toujours par se tourner vers la Force suprême

«  Nous l’avons demandé aux Hommes sans rien obtenir

Nous le demandons à Toi ,à Toi seul ,ô Dieu ! »

**

C’est davantage Dieu qui descend que l’homme qui monte .

D’ailleurs qui n’a entendu parler de la fameuse passivité du monde noir ?

Qu’est elle en réalité ,sinon l’aveu de l’impuissance de l’homme

à remonter à lui seul  l’échelle de l’absolu …?

Par là,la religion négro-africaine reste ouverte au surnaturel et à la révélation

**

Le symbolique des couleurs en Afrique

Le passage de la mort à la vie en permanence est bien l’essentiel  

et se retouve dans la symbolique des couleurs

**

Le blanc est la couleur de la mort

Les veuves sont habillées en blanc et se couvrent le visage avec de l’argile blanche

Le noir ,couleur de la nuit est  la couleur de l’épreuve 

Le rouge ,couleur du sang est la couleur de la vie

 

Mveng

Dans le chemin de croix représenté  par le père  Mveng

le noir et le rouge dominent 

l’épreuve du chemin de croix nous procure le vie et le pardon

**

Les rites d’initiation

Le jeune initié doit mourir pour « renaître » et devenir  adulte

c’est pourquoi au début de son initiation il se couvre aussi le visage avec de l’argile blanche

**

La vie et la mort dans l’art africain

Cliquez ICI  la mère des vivants  en côte d’ivoire 

Cliquez ICI   ceremonie au Gabon