Archive pour la catégorie 'Ecrivains africains'

Nuruddin Farah : Née de la côte d‘Adam

12 février, 2019

Nuruddin Farah est un écrivain somalien de langue anglaise, né en 1945 dans le sud de l’actuelle République fédérale de Somalie. Il a grandi dans l’Ogadem, une province de l’Ethiopie proche de la Somalie

Cliquez ICI 

**

Née de la côte d’Adam

ce premier roman publié en 1970  

est un livre troublant

déconcertant

terrible

les femmes ne valent pas plus que du bétail

**

Ebla 

C’est une jeune femme de 19 ans ,naïve , gentille ,serviable respectueuse  des lois

Elle vit en plein désert avec son clan  

et s’occupe  du bétail, des chameaux et des vaches

Son nom veut dire « pleine de grâce »

**

Mais  elle est  vendue en mariage  par son grand père à un vieillard

Elle fuit !

quitte le campement

se rend chez son cousin  dans un petit bled

Le cousin, à son tour, veut la marier contre son grés

Elle se sauve !

et se retrouve  à Mogadiscio

C’est pas mieux !

**

Soi disant marié à un vieux

elle est violée, tout a fait légalement puisque  elle fut mariée juste avant le viol

par un cheik et 2 témoins selon la loi

 **

Que penser de tout cela

Que penser de ces hommes qui traitent les femmes comme du bétail ?

Que penser de cette religion ?

**

Ebla est elle coupable

est elle adultère ?

Elle n’en sait rien !

sans cesse manipulée par des charlatans ou des faux conseillers

 

 

A .Waberi :Aux Etat Unis d’Afrique

11 février, 2019

Regrets  en   pensant au passé glorieux de l’Afrique

une histoire méconnue

et même celle  des contemporains  méprisés

Mamadou Diouf ,Thomas Sankara …n’ont jamais eu les faveurs des grands turbans de ce monde (p 16)

Cliquez ICI

**

Souvenirs

Se souvenir en écrivant ses souvenirs dans des carnets de moleskine  comme Aimé Césaire ,Chéri Samba ,Jean Michel Basquiat…Tu  couches tes impressions tes souvenirs ,tes coups de gueules, de griffes ou de blues (p 21)

L’histoire de Lucy ,l’ancêtre commun conservé au musée d’Addis-Abeba (p23)

L’épopée de Chaka zulu ….

la roue tourne ..que restera t il des temps anciens (p 24)

L’empereur Kankan Moussa

Tombouctou

Les obélisques d’Aksoum  ,vieilles de plus de 1700 ans , édifiées sous le règne du roi Ezana

« la flute de Dieu » tant aimée par les Éthiopiens  (p56)

Cliquez ICI 

**

Les rêves de papa

Il rêve le papa

il rêve à des états Unis d’Afrique qui dominerait le monde  

un monde renversé

où les derniers seront les premiers

**

Dans ce monde nouveau

l’ homme d’ Afrique  s’est senti très vite sûr de lui. Il s’est vu sur cette terre comme un être supérieur  inégalable car séparé des autres peuples et des autres races par une vastitude sans bornes. Il a mis sur pied une échelle de valeurs ou sont trône est au sommet ,les autres ,les indignes, les barbares ,les primitifs  ,les païens, presque toujours blancs sont ravalés au rang des parias  (p52)

il se moque évidemment

On croirait lire Sami Tchak

Cliquez ICI 

**

Tandis qu’en Occident tout n’est que misère

les normands en guerre avec les bretons  Tout était bon  pour déterrer la hache du guerre , le statut du mont saint Michel ,le partage des puits et des zones de pâturage ,la concurrence des clochers ou la bataille de la sardine …  (p90)

Ce sont des rêves

Ce ne sont pas des « caucassiens »qui doivent se réfugier en Afrique mais bien des Africains qui échouent sur les plages européennes

on a retrouvé dans la poche d’un mort une lettre

Ce devait être un fin lettré,  poète ou philosophe à mille lieues du stéréotype de l’immigrant nu, féroce et sauvage (p 94)

**

C’est un rêve  maintenant  ta  Maman (l’Afrique ) est mourante (p 45)

Elle n’attend plus rien ni remède ni miracles  .Des hôpitaux, elle a tout connue ,les perfusion  de sang la viande bouillie ,les murs blancs..La médecine est incapable d’alimenter les braise du désir de vivre ,les projections de soi, les flèches de l’imagination au travail.. .les milles et une façon d’être un humain parmi les siens (p 68)

**

Oubliées nos femmes à la peau ébènes ,acajou , amande ,chocolat ou terre de sienne  reniées la houle des hanches ,la poitrine généreuse ,les cuisses rembourrées, les cambrures affolantes(p 69..)

oubliées les fameuses  amazones qui se pavanaient à la cour de Behanzin (p 70)

et maintenant à Tadjourah des fans fervents  illuminés à la vue des stars anorexiques (p 72)

 Ta mère  une femme d’âge mûre, aux hanches larges ,amatrice de musique classique et de philologie somali ..

l’inévitable déchéance..

 Ton père ,ce petit vieux qui relit les mêmes auteurs ( Nuruddin Farah, Chinua Acheb ou Emmanuel Dongala (p87)

 

Le blues

ta mère n’était pas ta mère ,et toi pas encore toi.  Tu n’étais même pas un  caillot de sang ,même pas une goutte de sperme …Tu n’étais rien ;Que dalle. Nada.  Nothing (p 84)

Qu’est ce qui a présidé à ta naissance ?Pourquoi toi ? Comment ?Qui ? Quoi ?, Tu déroules le même chapelet d’angoisse  (p 118)

Toi qui pense que la vie est un courant d’air..Toi qui soutient que la vraie vie  c’est un filet d’eau entre les rives matricielle et mortuaire   

Allons éveille  toi au lieu de te regarder le nombril…tu te vois comme une huitre creuse, invisible

 

A .Waberi : L’art aux « Etats unis d’Afrique

10 février, 2019

Dans la 2é partie de son livre :  « Aux Etats-Unis d’Afrique » Abdourahman A .Waberi nous fait part de ses réflexions sur l’art africain

**

Un art  qui n’a rien à voir avec l’art parfois obscène de l’Occident 

On a pu admirer pendant quelques  semaines »,l’origine du monde » racheté à pris d’or et protégé par une épaisse vitre  au musée Mongo Beti de Massawa p 100

….. ;Tes sculptures ne ressemblent à rien de connu chez nous  p 104

**

L’Art en Afrique  c’est chaleureux 

que ce soit en peinture ou en musique …

je suis le fils de la braise ,fils de la cendre chaude  comme un cœur humain

et que dire de mon souffle  mon chant dans le vent indolent ,les mélopées de mon gosier, la danse de mes perles ,..la plume d’aigle qui me ceint le jour de parade ! et que dore de mes couleurs ! 108

que ce soit la sculpture

sidération des forces contenues ,des muscles bandés des membres  imposants  comme chez notre immense sculpteur Ousmane Sow p 112

Cliquez ICI 

**

l’Art en Afrique c’est la vie

nul désir de s’insérer dans le réseau de l’art contemporain  La vie avant la carrière p 116

eux ,Ils parlent de « ligne claire , de vide existentiel … de catalepsie de l’art africain et  tu te demandes où ils vont chercher tout cela p 115

**

L’art et la littérature   

la peur du pauvre est exacerbée par l’ignorance profonde que nous avons d’eux (p148)

Même avec les moyens de communisation moderne ,on ne peut pas se rendre compte de la réalité  désastreuse de leur condition …

Aucune analyse politique  aussi juste soit elle, ne peut rendre compte du millième de ce que vivent  ces individus

et si les gouvernements  veulent aider ces pays ,ils peuvent faire plus et mieux  que d’entrer dans les jeux diplomatiques ,multiplier les réunions stériles,  cajoler les dictateurs , tenir des grands discours et leur vendre des armes  (p150)

**

les artistes et les écrivains  ne pourraient ils pas nous aider à mieux nous connaître

La circulation des œuvres , des idées et des livres que tu appelles de tes vœux  manquent cruellement

le dialogue privé et silencieux de la lecture sera bien la pierre de touche ,le prélude à des millions de dialogues à voix haute et en plein jour. C’est ainsi  que la paix viendra au monde

mais pourquoi cette assurance  hautaine de nos intellectuels africains qui ne nourrissent que sarcasme et rancœur contre leur patrie ?  p 151)

 

Sami Tchak : Philosophe Togolais

9 février, 2019

 

SamiTchak

 Cliquez ICI

 Depuis l’an 2000 ,les écrivains  africains

parlent de moins en moins de négritude ou de post colonisation

et semblent de plus en plus fascinés par les  grands philosophes europeens  

**

En 2013 Achille Mbembe publie  son livre « critique de la raison nègre » en lui donnant un titre qui fait référence à celui de Kant« critique de la raison pure »

Cliquez ICI

**

Diagne préfère Bergson

Cliquez ICI

**

Mudimbe V.Y.cite Cioran

Cliquez ICI 

**

Sami Tchak  écrit

« Ainsi parlait mon père »  

en faisant référence à Nietzsche qui  a écrit 

« Ainsi parlait Zarathoustra »

Cliquez ICI

Il, fait aussi souvent allusion à Cioran ,un disciple de Nietsche en parlant de la Vie, de la mort, de la vanité de toutes choses

Cliquez ICI  

 **

La mort

Tchak parle de  la triste mort de sa mère malade

 puis de la mort de son père mort à la Mecque

la mort ennoblit nos souvenirs (§196)

**

Lui-même y pense souvent

Il avait sur sa table de chevet « le métier de vivre » de Pavese  et « l’inconvénient  d’être né » de Cioran …Je me réfugie souvent  dans « De la brièveté de la vie » de Sénéque ($209)

 Il dit à un ami

Me reverras. tu ? Te reverrais ? Nous  appartenons toi et moi au fini dans l’infini …et tu m’as répondu :Oui ,tu l’a dit ,je ne suis  qu’une trace . Et il est du  destin  des traces,  de s’effacer ($192)

**

Mais par ailleurs quelle richesse ,quelle ouverture d’esprit ,quelle tolérance

que de beauté

au cours de ce dialogue entre son père le forgeron  handicapé et lui m^meme devenu philosophe

Cliquez ICI

 

Sami Tchak : Ainsi parlait mon père

8 février, 2019

Dans son livre “ainsi parlait mon père Sami Tchak est très proche  de Nietzsche et de Cioran son disciple quand il parle de la mort et de la vie

 Il est aussi très proche de l’Evangile quand il parle de l’amour,de la foi ,de la souffrance

preuve supplémentaire que tous les croyants  qu’ils soient  musulmans ou chrétiens se retrouvent au niveau  de l’essentiel

 

Ainsi parlait mon père à propos de  la parole de Jésus sur l’amour du prochain :  Dans chaque homme ,même en ceux qui te semblent  vils ,méprisables  ,il ya une part de ta propre vérité (§106)

ce que tu as à aimer chez ton prochain c’est son humanité  (§101)

 Ce qui tient réellement  debout notre existence  c’est l’ensemble de ce à quoi nous croyons au-delà de la raison et des sens  (§63) 

 Je crois que souffrir fait l’homme .sinon Dieu ne nous l’aurait pasimposé  Notre créateur l’a voulu ainsi

…par notre souffrance ,même dans la solitude,  nous sommes lien avec l’humanité,  l’infini  océan de joies et de peines ( §161)

 Même n’être rien demeure toujours un mystère que Seul Dieu  comprend (§160)

**

les paraboles

selon un proverbe chinois : Quand le sage montre la lune ,l’idiot regarde le doigt ….mais Il est parfois plus sage d’être idiot, donc de ne voir que ce qui nous est le plus  proche ,le doigt ..plutôt que ce qui contient le ciel ,la lune (§148)

 Beaucoup d’humains sont comme les mouches .Les mouches vont à toutes les ordures ..mais nous les voyons toujours propres et ne percevons pas ,émanant d’elles  une quelconque puanteur ; Ainsi sont beaucoup d’êtres humains dont peut être toi et moi aussi :si sales  par nos actes et nos pensées   mais trés propres et sans mauvaise  odeur §159

 le pire destin qui puisse m’arriver  c’est que je me retrouve  réduit à un morceau de sucre  qui jeté à l’océan  croit, alors qu’il fond , être en  mesure de changer le gout de la vastitude bleue)

…N’ai pas peur de la nuit qui arrive  car et tu le sais, la nuit a des yeux d’ étoiles (§212

 je n’ai jamais compris pourquoi l’océan ,cette étendue qui ne peut passer inaperçue  a tant besoin  de hurler pour se faire entendre ; Je préfère le règne silencieux du soleil et la quiète volupté de la lune (§274)

 **

La cruauté

Chez les animaux tuer pour se nourrir,  se batte à mort pour se reproduire (§221)

dans le monde marin comme sur la terre ferme c’est le même subtil mariage entre la vie et la mort  je sais bien  que dans bien  des cas pour survivre, il faut tuer (§222)

 Il en est des œuvres contemporaines pas plus inspirées que la nature morte laissée au quotidien , dans les toilettes ,par chacun de nous , pour les galeries des égouts §357)

Sami Tchak :les refugiés et les djihadistes

7 février, 2019

Sami Tchak est en colère…il crie dan son livre « ainsi parlait mon père   

**

Les immigrés  

sur ces sentiers  qu’empruntent des rêves dérisoires,  des rêves d’une grande banalité .. des rêves   de bonheur matériel … sur ces sentiers ,des humains tels des gnous ,en masse avancent répondant comme instinctivement à un appel Aucune image terrible ne les arrête….Aucun  écho terrifiant ne les arrête (§361)

Nous sommes une humanité e de gnous ,programmée pour boire la vie jusqu’ à la lie (362)

Arrivé à Lampedusa dans ton état si piteux ,toi le mourant …nous pourrions lire en fermant les yeux  quelques  passages du « Livre des morts des anciens Egyptiens » dont parle Cheik Anta Diop  (§366)

mais une telle fin n’est elle pas préférable à la vie infamante de plusieurs centaines de millions d’individus de la terre (§ 370)

**

 L’Islam radical

le vrai drame de ces villages où sont construits de nouvelles  mosquées ce n’est pas l’islam radical  mais c’est déjà sa dépendance de plus en plus grande au modèle uniformisé  de bonheur ,au modèle mondialisé de bonheur ,modèle qui fait même des plus pauvres des êtres attelés à d’onéreux besoins non vitaux

c’est au nom de ce modèle uniformisé de bonheur que les humains courent dans tous les sens ..

**

Le véritable terrorisme vient du capitalisme dont l’efficacité dépend de ses massacres de masses qu’il perpétue

massacres de la nature

massacres avec les médicaments

massacres avec les produits alimentaires  

massacres liés à  l’exploitation des richesses naturelles sur et sous terre

le monde de la finance, les fabricants et marchants d’armes ,tous portent  la responsabilité de tant de désastres humains …aucun terrorisme ne sera aussi meurtrier qu’eux tous réunis ;;;Or eux ,ils sont l’âme même de l’Occident. ;

 **

Le paradis au cœur  de nos prières ne se projette plus par- delà la mort et au bout de bonnes actions ,mais de l’autre cote des mers et des océans…

ce paradis matériel d’inspiration occidentale pour lequel ils supportent tant d’humiliations et sont prêts jusqu’au sacrifice de leur vie (§372)

 Le terrorisme djihadiste a surgi au cœur même de la rationalité économique réifiante dont l’Occident toujours dominateur ,demeure le grand Satan (§393)

on comprend alors la colère de Tchak  

Cliquez ICI

analogue à celle de Waberi

Cliquez » ICI

Sami Tchak : Le racisme comment s’en sortir ?

6 février, 2019

Sami Tchak  crie vengeance contre les blancs qui se croient  supérieurs dans son livre « ainsi parlait mon père »

un pére sage ,modéré  tolérant

**

Quand une ethnie a de la haine pour une autre ethnie ce n’est pas du racisme

Les Hutus qui haïssaient  les Tutsis ne sont pas racistes .Ils ont la haine  

Le racisme ,le vrai racisme c’est se croire supérieur aux autres

Les individus Européens ne sont peut être pas racistes  

mais les sociétés européennes le sont  

**

Les blancs sont racistes parce qu’ils se croient supérieures  et ont imposé au monde leur point de vue..L’Europe a réussi à établir une verticalité qu’elle a consolidée au cours des siècles  …verticalité  qui met l’homme blanc au sommet et le nègre au plus bas (§398)

…L’homme blanc s’est cru au-dessus de tout le monde et s’est donnée les moyens de l’être 411)

**

Comment s’en sortir

Je ne sais pas  ce que signifie le développent  mais je sais qu’il y a un impératif auquel notre continent ne pourra se soustraire ;celui des équipement matériels .Nous n’inventerons pas un nouveau monde ;C’est dans celui cruel qui existe déjà ,celui qui a été reconfiguré par les dominants  que nous avons obligation d’améliorer notre place (§372)

 Ce qui est tragique c’est que nous n’ayons pour le moment ni la possibilité de trouver aucune autre issue …la vision du monde de nos maîtres constitue notre unique horizon (417)

 Nos dirigeants ,nos intellectuels ,ramassis de dépigmentés spirituels  consolident tranquillement notre place au bas de la verticalité  occidentale (§418)

**

Lui ,Sami Tchak  dont le père était si conciliant, si tolérant ,si sage et modéré  

subitement se fâche et crie vengeance

il faudra qu’au moins une civilisation ,,un peuple, parvienne  à anéantir l’occident ou à l’humilier aussi profondément aussi durablement qu’il a humilié et continue à humilier les autres §434)

**

Quant à la démocratie  

le respect accordé au grand nombre ,ce respect sacralisé dans les véritables démocraties par exemple est le meilleur terreau de la médiocrité(§452)

A Waberi : Le passage des larmes

2 février, 2019

Abdourahman Ali Waberi, né en  1965 à Djibouti, est un écrivain franco-djiboutien  Il vit entre la France et les États-Unis.

Cliquez ICI

 

Waberi est un rêveur ,un poète

Avec lui on plane

on se déplace dans l’imaginaire 

avec lui on reçoit des messages qui viennent d’ailleurs

on ne sait pas trop qui nous les donne

et d’où ils viennent

**

Ces messages viennent de Ben  ou Walter Benjamin ,un historien juif allemand

qui  s’est suicidé  pour échapper aux nazis   

**

D’autres messages viennent  d’un musulman qui cite sans cesse le Coran  

un djihadistes de Djibouti

**

Walter Benjamin disait  a propos de l’histoire

Il existe un tableau de Paul Klee qui s’intitule angelus novus ; On y voit un ange qui a l’air de s’éloigner de quelque chose qui fixe du regard … ses ailes sont déployées .. ;c’est à cela que doit ressembler l’ange de l’histoire

Son visage est tourné  vers le passé …il voudrait bien réveiller les morts …mais le paradis souffle un tempête   qui le pousse irrésistiblement  vers l’avenir auquel il tourne le dos …  cette tempête est ce qu’on appelle le progrés  (p 75)

Cliquez ICI 

**

Les larmes

de celui qui regarde  le passé d’une civilisation qui a eu son moment de grandeur

des douze villes de la contrée, seule la ville de Djibouti guigne pour l’instant les infidéles  et s’offre au touristes .Elle tourne en rond dans sa propre nuit

ces villes ont  perdu le sens de leur appartenance  à notre civilisation qui a conquis le monde et apporté partout les deux balances de la justice  ,l’enseignement du Coran et la fraicheur de nos oasis (p 80)

 Notre message et notre puissance s’étendirent sur les sept mers et les cinq continents  apportant la paix et le progrès à mille tribus qui ne connaissaient que les razzias et les ruines  p121

 **

 Les larmes des habitants  envahis par des étrangers qui menacent leurs coutumes      

Des grands esprits tel Hassan el Banna et Sayyid Qutb nous ont donné en leur temps des pages lumineuses sur la décadence de l’Egypte ….et celle de Flaubert brulant de fièvre pour cause de syphilis avancée Ils t’apprendraient  que nos brillants écrivains ou artistes ,lancés sur la voie de Joseph  Kessel ou d’André Gide  n’auront eu finalement d’autre choix  que l’asile ou la bouteille

…ce ne sont pas des êtres doués d’amour pour le Clément,  de la compassion pour leurs prochains, de générosité envers les plus pauvres ;Ils dédaignent nos valeurs et nos manières p 104

 **

Mais qui pense ainsi ?

Waberi lui même ,l’historien  qui regarde le passé avec douleur 

ou le djihadiste  qui donne en exemple les frères musulmans egyptiens ?

 **

Waberi est énigmatique  

Si c’est lui qui verse les larmes !

on ne lui donne pas tort

mais  s’il  défend les djihadistes 

qu’en penser ?

on  reste  parfois perplexe en le lisant

 

 

A Waberi : Mamadou Konté ,un émigré à Paris en 1965

1 février, 2019

A Waberi a écrit en 2010 un article intitulé des immigrés aux artistes africains parisiensdans les « cahiers d’études africaines »N° 198..p 1155ss)  sur Mamadou Konté

 **

Mamadou Konté (1945-2007)

Cliquer ICI

**

émigré , ouvrier sénégalais arrivé en France en 1965

ne connaissant  pas l’alphabet latin  

Mamadou Konté a un parcours étonnant

Il apprend tant bien que mal  à lire le français dans les tracts révolutionnaires qui fleurissent dans Paris et la banlieue

et il habite  dans un foyer à Pierrefite  en Seine saint Denis

**

en mai 1968

mal logé dans un foyer insalubre, il commence avec ses amis à manifester   

il mobilise d’abord les habitants de son foyer  puis s’allient les voix importantes   dans les groupes d’immigrés  ( les ainés ,les marabouts ,les griots )  puis au sein de la frange progressive de la population française

**

Révolution Afrique

en 1972 il lance un bulletin stéréotypé ;Ce bulletin est frappé d’une silhouette de l’Afrique tassée sur elle-même qui prend la forme d’un poing dressé ;Le bulletin est baptise Révolution Afrique

 La mouvance » revo afriaue » autour de Mamadou Konté va tisser des liens avec de jeunes français éducateurs et des musiciens .C’est ainsi qu’au cours des années, ce bulletin va créer avant la lettre  un réseau reliant le champ politique  et le champ artistique

 En 1973 « revo Afrique » devient un vrai journal imprimé

en 1976 le mouvement tient son premier congrès en tant qu’organisation  des communistes africains (OCA)…mais le ministre de l’intérieur Poniatowski décrète la nullité de cette organisation comme étant une organisation étrangère

La riposte s’organiste ; René Dumont célèbre écologiste  et auteur de ‘l’Afrique est mal partie »(1962) les soutient  ainsi que des artistes comme le chanteur Francois Berenger

 **

AARXTA

En 1978  commence la crise économique et le chômage de masse fait son apparition

A l’Elysée l’émigration a été déclaré officiellement arrêté   et commence  dans la foulée les premières luttes contre les sans papiers .Le gouvernement de Giscard d’Estaing lance un programme d’aide au retour

 Mamadou Konté aussitôt met sur pied ‘ l’association d’aide au retour créateur des travailleurs africains AARCTA) qui est ouverte à tous les projets du retour et en particulier aux musiciens

…Pour faire connaître ses revendications est ses projets pour le retour, il organise en  France  un festival « africa fête”

 

ce fut un tournant dans le vie de Mamadou

Africa Fete  va devenir par la suite  un important  festival de musique   mettant en valeur des artistes musicaux africains

Cliquez ICI   

A.Waberi : L’africa fête

31 janvier, 2019

A. Waberi a écrit en 2010 un article intitulé « des immigrés aux artistes africains parisiens » dans les « cahiers d’études africaines »N0 198..p 1155ss) 

**

il raconte comment Amadou Konté , un immigré arrivé en France  sans savoir lire organisa au bout de quelques  années un festival qui perdure toujours

 Les plus lettrés des français n’ont pas oubliés que le « sang neuf » africain avait servi de ferment générateur à l’usage de toutes les avant-gardes artistiques et notamment picturales des décennies précédentes (Picasso ,les cubistes Michel Leiris, André Gide jean Rouch …

 

Africa Fête

va devenir un important festival de musique internationale  mettant en valeur des artistes musicaux africains

A l’automne 1978 Mamadou konté, coiffé de son légendaire chapeau, officie en maitre de cérémonies la première soirée qui rassemble quelques milliers de personnes sous un chapiteau de la porte de Pantin (p1155)

**

A cette occasion François Berenger écrit  la chanson

Mamadou m’ a dit

Mamadou m’adit

On a pressé le citron

on peut jeter la peau

**

les colons sont partis

ils ont mis à leur place

une nouvelle élite de noirs  bien  blanchis

le monde blanc rigole

les nouveaux  c’est bizarre

 sont pires que les anciens

c’est surement un hasard

 

Par la suite la constellation  Mamadou Konté élargit le champ  de ses activités  dont l’épine dorsale demeura la promotion, des musiques africaines

…Manu Dibango .

Cliquez ICI

.il fit venir  Youssou n’dour

Cliquez ICI

 papa Wamba .

Cliquez ICI

.Salif keita

Cliquez ICI

en 1998 Christ Blackwell, le mythique producteur britannique  né en Jamaïque organise  avec Mamadou  une « Africa fete » à New York au central Park

Cliquez ICI   

 **

En France, Mamadou  projette d’ouvrir une succursale dans la quartier de Barbes  au cinéma luxor

Mamadou a laissé des marques indélébiles dans la culture populaire , dans la musique, dans les manières conviviales de vivre et de penser  tant en France  qu’en Afrique

Ses petits fils sont les rappeurs  français d’origine africaine… MC Solar …

 

Mamadou est mort en 2007

12345...27