Archive pour la catégorie 'Afrique'

L’art religieux africain et le Christianisme

3 juillet, 2016

Les statuettes des ancêtres

Vénérer les  ancêtres

c’est avoir un profond respect pour l’homme 

c’est l’Ancien qu’on vénère 

c’est la foi en l’au-delà

c’est une certaine foi en la résurrection

C’est une relation avec la vraie vie

Cliquez ICI 

**

Les fétiches

Qu’ils soient  bons ou mauvais

les fétiches servent à prier

pour ceux qui recherchent une protection

une guérison

une force

« Demandez et vous recevrez »

Si la demande est bonne 

si le cœur  est bon

pourquoi Dieu n’écouterez t il pas celui qui prie humblement ?

 **

Les masques Africains

Mettre un masque en occident c’est pour se cacher ou pour rire 

Mettre un masque en Afrique

C’est sérieux

C’est changer de vie

c’est se perdre soi même

pour prendre l’esprit du masque

et vaincre l’ennemi de la vie 

*

Cc’est changer de cœur

changer de vie

devenir un homme nouveau

N’est ce pas ce que nous demande saint Paul ?

Contrairement à l’égocentrisme de la supplication …l’homme s’oublie au profit de la divinité  ou de l’Esprit qu’il vénère…Le masque permet  à l’être humain d’abandonner sa propre identité pour revêtir celle de la divinité (Mikanza CERA N°31 p 256)

**

Mgr Sanon « l’évêque des masques » nous dit  aussi

«il ne faut pas prendre le masque pour une religion, mais un trait d’union entre deux mondes; celui des êtres vivants et celui des êtres invisibles, mais dont la présence, les faits et les gestes nous sont relatés par l’intermédiaire du masque».

Cliquez ICI 

** 

La divination

Le devin exhorte ,avertit des dangers …il protège ,il guérit, chasse les mauvais esprits

n’est il pas le bon pasteur de l’évangile ?

Cliquez ICI 

**

Le devin nous aide

à voir Dieu

à voir clair

à connaître la vérité 

« je suis la lumière du monde » dit Jésus

(voir cahier des religions africaine N° 31 et 32(1982)

Alphonse Quenum : La famille de Dieu

1 juillet, 2016
Alphonse Quenum est né en 1938 au Bénin à Cotonou

recteur à la faculté  catholique d’Abidjan

en  Cote d-Ivoire

Sa passion pour les droits de l’homme lui vaut en 1970  une condamnation à mort puis 10 ans de prison

(Théologiens er Théologiennes dans l’Afrique d’Aujourd’hui par M Cheza et G vans’t Spijker p 203)

   **                   

La famille de Dieu

l’Eglise est la « famille de Dieu »   selon Mgr Sanon

cliquez ICI 

et non pas seulement « le peuple de Dieu »

**

Une famille

car nous avons un seul père

et nous commençons notre « credo » en disant  

« Je crois en Dieu le père »

chaque jour nous disons

le NOTRE  père 

**

Cette fraternité est difficile à vivre surtout en Afrique au sein même des communautés religieuses

   les membres des communautés religieuses appartiennent souvent à des groupes ethniques divers et à des cultures différentes ..L’humanisme chrétien les invite à s’accepter différents et à apprendre  à se découvrir complémentaires.. .Ce n’est pas toujours facile ;Ce n’est facile nulle part ,mais le poids de la réalités tribale le rend encore plus difficile en Afrique  

Cette communauté n’a rien de platonique.

 Elle cherche à atteindre tous les hommes parce qu’en Christ il n’y a plus ni Juif ni Grec ,ni Esclave … ni Fon ni Yoruba ..ni Français ni Espagnols

 La noblesse et l’inestimable valeur de cette quête d’amour fraternel sont chantées par Paul  dans le poème de la paix des cœurs (1 cor 13)

 **

Au sein de cette communauté  tous les membres doivent progresser et faire fructifier leurs talents  sans se jalouser 

L’honorabilité des enfants dans une famille fait la grandeur et la gloire de Dieu …Une société qui ne cultive pas le sens du devoir de mieux faire ,court le risque de la déchéance

 **

Pouvoir  ou autorité

L’Eglise en tant que famille de Dieu a besoin de clarifier son rapport au pouvoir

 Le pouvoir bien souvent vise sa propre survie  supporte peu la contradiction et ne tolère aucune résistance 

 L’autorité comme l’indique  ses racines tend à faire croître les personnes sur lesquelles elle s’exercent

 

L’autorité au sein de l’église doit chercher le bien commun 

L’autorité s’affirme comme étant un service

« Si quelqu’un veut être le plus grand parmi vous qu’il soit le serviteur de tous (Mtt 18,1-4)

 

L’église en Afrique

Seule une communauté de frères peut relever les nombreux défis auxquels l’Afrique se trouve confrontée. Plus que tous le autres continents l’Afrique apparaît aujourd’hui comme le continent des paradoxes……le drame du Rwanda et du Burundi les luttes fratricides …

 La famille africaine vise une sorte de communautarisme dans lequel se moulent des individus :

Le christianisme au contraire promeut l’émergence des personnes avec leur responsabilité autonome

 La famille de Dieu doit aussi prendre conscience en Afrique ..qu’elle doit favoriser l’émergence des droits de l’homme …être un lieu de régénérescence morale  pour toute la société 

   

Yinda Hélène : Rencontre de 2 cultures

30 juin, 2016

Yinda Hélène est née au Cameroun en pays Bassa

Très tôt orpheline, elle est protégée et prise en main par un pasteur

Membre de l’église presbytérienne ,elle passe son doctorat en théologie en Californie 

Elle siège à Genève ou elle dirige les programmes de le YWCA (alliance mondiale des unions chrétiennes féminines et fait parti de la CETA ( conférence des églises de toute l’Afrique)

Elle écrit parfois en collaboration avec Ka Mana

 **

Rencontre entre 2 cultures devenues païennes  

Dans le livre collectif : « Théologiens er Théologiennes dans l’Afrique d’Aujourd’hui par M Cheza et G vans’t Spijker) p 117ss  ,Héléne Yinda  écrit :

**

Avec l’arrivée de l’évangile en Afrique

ce sont 2 cultures paganisées qui se sont affrontées

**

Les africains exaltent la vie la joie de vivre ,l’hospitalité

mais la peur des esprits invisibles a estompé cette culture de la vie et l’a paganisée »

 En Afrique les valeurs de la vie tant vantées par les penseurs d’Afrique  étaient plombées par d’énormes  puissances de l’invisible (p 126)

**

Les  Occidentaux  ont annoncé l’évangile

mais ils ont oublié que cette évangile était « une bonne nouvelle » et non une idéologie à imposer par la force

Cliquez ICI  

**

Avec Ka Mana, Yinda Héléne  constate le neopaganisme profond de la civilisation contemporaine

Ce sont  donc des chrétiens redevenus païens ,individualistes ,égoïstes ,dominateurs qui arrivent en Afrique   

De plus  en insistant sur le principe individualiste de la conversion personnelle et du salut personnel,il brisait l’instance communautaire de l’esprit africain

**

et finalement toutes les cultures se rejoignent et se paganisent   

Nous avons  aujourd’hui une culture mondiale qui se structure en dehors de l’évangile et il faut impérativement évangéliser  cette culture

Dans cette nouvelle culture l’argent a pris la place du père ,l’individualisme a pris la place du fils et l’obsession de la puissance a pris la place du saint Esprit 

**

L’œcuménisme

Cette nouvelle évangélisation doit se faire en communauté …en Eglise

mais si possible en petite communauté  comme le voulait le cardinal Malula

Cliquez ICI  

En communion avec toutes les églises  chrétiennes  

d’où l’importance  des mouvements œcuméniques pour transformer le monde

la division des Chrétiens est un scandale !

Réunissons nous en acceptant nos  différences .

**

Yinda Héléne critique quand même les communautés « spirituelles » où on se contente de prier en demandant des miracles et la venue de l’Esprit

…alors qu’il aurait fallu apprendre au peuple à créer, à penser, à réfléchir et à imaginer des initiatives de réelles sorties de crise .On ne peut y parvenir que si un grand mouvement mondiale de construction se met en place pour aider les forces locales de construction .C’est la mission de l’œcuménisme aujourd’hui    

**

Les valeurs africaines au secours de l’Europe Chrétienne

Au cours de cette nouvelle évangélisation, l’Afrique doit aussi  apporter sa part

Le partage dans un l’esprit communautaire

Cliquez ICI    

Mgr Tshibangu : « La Théologie Africaine » entre 1960 et 1990

28 juin, 2016

Mgr Tshibangu

cliquez ICI

En tant que recteur de l’université nationale du Zaïre de 1971 à 1981 et membre  du comité scientifique international pour la rédaction de « l’histoire générale de l’Afrique » sous l’égide de l’Unesco ,Mgr Tshibangu est certainement une des personnalités les mieux informées sur l’évolution de la Théologie en Afrique  pendant les années qui ont suivis les indépendances

**

On est stupéfait et enthousiasmé en lisant

son livre « la théologie Africaine » publié en 1987

de voir tout ce qui s’est passé en moins de 30 ans 

Cliquez ICI

**

Le CERA 

En 1966 l’abbé Vincent Mulago fonde le  Centre d’études des religions Africaines  et « le Bulletin de religions africaines » 

Cliquez ICI 

Il étudie systématiquement tous les aspects de la religion traditionnelle et de la religiosité africaines  et  organise des colloques interafricain

1978 colloque sur les religions traditionnelles africaines et le christianisme

1983   christianisme et spiritualité africaine

1986  Médiation africaines du sacré

**

L’université de Kinshasa publie La RAT (revue Africaine de théologie)

**

L’ AOTA

En 1977  Mgr Tshibangu fait parti des membres  fondateurs  de l’AOTA (Association œcuménique des théologiens Africains

Catholiques et protestants déterminent ensemble  les véritables sources de  la théologie chrétienne africaine

a) La bible et l’héritage chrétien

Cet héritage nous vient de la bible mais aussi  de la vie et de l’histoire de l’église …

les africains ne peuvent ignorer cette histoire

le christianisme africaine est une part du christianisme universel

**

b) Les religions traditionnelles africaines

Le Dieu de l’histoire  parle à tous les peuples selon des voies particulières

En Afrique les  religions traditionnelles sont une source majeure pour l’étude de l’expérience africaine de Dieu

**

 c) l’apport des églises  africaines indépendantes

Ces églises  constituent un type d’organisation du culte enraciné dansa la culture africaine

 **

En 1979 l’AOTA  publie le « bulletin de théologie africaine (BTA)

**

Symposium sur « l’avenir de l’Afrique » 

En 1985 ,cent ans après la conférence de Berlin  et 25 ans après les indépendances politiques Africaines

 Mgr Tshibangu  préside à  Kinshasa un important symposium international sur « l’Afrique et son avenir »

**

Les participants passèrent en revue les différents modèles de développement et les idéologies proposés en  Afrique socialisme scientifique ,capitalisme ,libéralisme …Ils constatèrent que  les européens ont développé le rationalisme spéculatif ,les américains le pragmatisme, et que  les africains sont probablement appelés à, cultiver « le réalisme spititualiste »

 ils cherchèrent l’édification d’un système culturel total qui soit à la fois moderne et ouvert à l’universel mais par ailleurs enraciné dan la culture africaine

**

 Présence africaine

Les laïcs aussi réfléchissent sur la théologie

En 1963 la SAC (société africaine de culture) patronnée par le groupe de « ‘présence africaine » sous la direction de Alioune Diop publiait un rapport sur la « personnalité africaine et le catholicisme »et organisait des colloques 

en 1961 à Abidjan sur  « les religions africaines »

en 1970 à Cotonou sur « les religions africaines comme sources de valeurs de civilisation

en 1977 à Abidjan sur « l’Eglise catholique et civilisation noire »

 **

Les théologiens du Tiers  monde

En 1976, 3 théologiens dont Bimwenyi Oscar du Zaïre, un coréen et un argentin organisent  une rencontre œcuménique à Dar-es-Salaam (Tanzanie) pour évaluer la présence des Chrétiens dans les 3 continents et comparer  leur  théologie 

Mgr Tshibangu : Ce que les théologiens africains apportent à l’Occident

27 juin, 2016

Mgr Tshibangu dans son livre  « la théologie Africaine » publié en 1987

nous montre comment les théologiens africains

grâce aux richesses de leur propre culture

aident les théologiens arrogants de l’occident

à redécouvrir  des valeurs  fondamentales du christianisme

oubliées ou négligées ou peu perçues

 au cours des siècles

**

Il faut de toute façon reconnaître  que l’église d’Occident est « en panne »

Cliquez ICI 

**

En Christologie 

Les Occidentaux se méfient des miracles

Chez eux ,la raison prime

Ils ne croient  pas vraiment qu’ils puissent déplacer une montagne

et trouvent des explications naturelles quand Jésus guérit les malades

**

En Afrique ,Jésus Christ  est accueilli

« en tant  que sauveur et guérisseur de l’homme dans la totalité de son être »  (la théologie Africaine p 69 )

Cliquez ICI 

**

En ecclésiologie

en Occident

de plus en plus  l’individu règne

il cherche d’abord « son épanouissement »

C’est de plus en plus l’égoïsme

**

L’Afrique n’est pas encore trop contaminée par cet individualisme

les liens avec les ancêtres ,avec le clan, avec la famille sont encore forts 

c’est pourquoi les africains voient en l’église « une grande famille »

IL s’ensuit le grand apport de l’Afrique dans les développements de la doctrine de l’église sous l’aspect de communion et de famille » (p 69)

Cliquez ICI   

**

Les sacrements

La symbolique africaine est un des caractères les mieux établis de la culture et du système religieux traditionnel (p 70)

**

L’Œcuménisme

Les disputes entre les protestants et les catholiques  au cours des siècles

ont peu de prise sur les africains 

Ce n’est pas leur histoire !

C’est un  problème pour les vieux chrétiens

**

En Afrique

On est conciliant !

On prie ,on célèbre

On discute pas trop , 

l’important c’est l’évangile

**

En 1977 les théologiens africains catholiques et prestants se réunissent pour la première fois à Accra (Ghana) et  fonde 

l’AOTA  ((Association œcuménique des théologiens Africains)

**

La sécularisation

ronge l’Europe et l’Amérique du nord  ce qui n’est absolument pas le cas dans la culture africaine  (p 71)

**

La morale sexuelle

Les africains dénoncent les comportements  contre nature qui existent chez les occidentaux  et contribuent à l’affermissement d’une doctrine saine  (p71)

 **

Le surnaturel 

L’Occident c’est la raison

c’est le monde terrestre

c’est le matérialisme 

qui domine 

Le reste c’est de la fiction

c’est du rêve 

**

En Afrique Dieu est partout

dans les plantations ,dans les maisons

les « fétiches » tant décriés sont là pour nous le rappeler 

cliquez  ICI 

**

Une église des pauvres

Une église qui défend les pauvres

l‘avenir  du christianisme est vraiment dans le tiers monde souffrant (Waliggo)

Cliquez ICI 

**

Une église devenue la pierre angulaire 

« la pierre angulaire rejetée par les bâtisseurs et qui est devenue la pierre d’angle »

Cliquez ICI 

**

Une église avec des laïcs responsables

Cliquez ICI

**

Une église qui s’approprie l’évangile

  Clqiuez ICI 

 

Léonard Santedi Kinkupu : Les défis de l’évangélisation en Afrique

6 juin, 2016

L’Abbé Kinkupu est le  directeur de rédaction de la revue Africaine de Théologie  (RAT)

et secrétaire  général  de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo) 

En 2005 il publie « Les défis de l’évangélisation dans l’Afrique contemporaine »

**

Parmi ces défis il signale

Le défi des sectes

Les sociétés traditionnelles ont été  bouleversées  par la colonisation

Les africains ne savent plus à quel saint  se vouer 

Ils ont perdus tous leurs repères et leurs certitudes chancellent

**

Ils se tournent donc vers les sectes

qui souvent apportent des réponses claires et simples

et  qui font d’autant plus d’adeptes

qu’ils résistent aux colons

**

Les missionnaires catholiques sont trop rationnels

Les africains désertent les églises missionnaires et le christianisme bourgeois à cause du vide d’amour découvert en leur cœur ..Ils veulent constituer des églises  en terme de communion, d’entraide de reconnaissance mutuelle  (Eboussi Boulaga )

En même temps beaucoup  sont de nouveau attirés par la sorcellerie 

**

Le défi des maladies

En 1984 les évêques africains déclarent

En Afrique la question n° 1 avant la famille et la sécurité de l’emploi, c’est la santé  (SCEAM 1984)

C’est un fait !

Les malades en Afrique sont mal soignés

Les bons hôpitaux sont des exceptions réservés aux riches  

Les médicaments sont rares et souvent  des contrefaçons

A qui se fier ?

Il reste les guérisseurs ,s’ils sont honnêtes et efficaces

**

L’Eglise  que fait elle ?

les missionnaires catholiques venus d’Occident ne croient plus aux miracles

pourtant Jésus a dit

« guérissez les malades ,chassez les esprits impurs »

**

On ne peut pas rester insensible devant  de telles misères 

Beaucoup de prêtres africains souhaitent donc réorganiser  « la diaconie des malades »

Parmi eux le père Meinrad Hebga suggère d’élaborer un rituel africain en s’inspirant de celui des bons guérisseurs      

Ne nous refugions pas dans un verbalisme scientifique sans consistance au nom de la psychanalyse  ou de la démythisation des évangiles.  Ayons foi en la parole puissante de jésus Christ !

Cliquez  ICI 

**

Le défi de la Mondialisation

L’emprise des multinationales 

 et le pillage des richesses en Afrique par des occidenataux est un contre témoignage

Est ce cela la religion des Blancs ?

Cliquez ICI  

**

Le défi relatif à l’émiettement de l’Afrique

Les frontières choisies pour chaque  pays ont été tracées par les colons  en dépit du bon sens

d’où les guerres tribales et les génocides …

encore la faute des colons !

et des colons Chrétiens

**

Le défi des guerres

et combien d’autres défis : La croissance urbaine ,la poussée démographique ,l’éducation le sida

les défis sociaux ,la dégradation du climat ,les dictateurs ….la manipulation par les media …

**

L’étonnant  en tout cela  

c’est qu’en un siècle seulement d’évangélisation par des missionnaires généreux mais pas toujours à la hauteur

il y eut tant de nouveaux chrétiens 

« voila l’œuvre de l’Esprit.. un merveille à nos yeux » 

**

Le dialogue

Comment répondre à tous ces défis ?

Le Dieu de Jésus Christ  est dialogue, communion, communication

L’homme créé à l’image de Dieu est aussi communion

il ne se réalisera que dans la communion

**

Je ne puis juger l’autre « de haut » à partir de mon dogmatisme .j’ai aussi à me laisser enseigner par lui.. Ne plus chercher  le salut des âmes en perdition mais  faire connaître l’amour du Christ ..

Il convient de réprimer la virulence qui brûle dans les veines d’un évangélisateur brigadier

Un chrétien  qui a le sentiment qu’il peut beaucoup donner ,comprend aussi qu’il a beaucoup à recevoir Les  chrétiens mus par l’Esprit de Jésus  proposent à leurs contemporains l’utopie de la fraternité universelle

 **

l’Eglise est la famille de Dieu

Cliquez ICI 

**

Une nouvelle évangélisation

 La famille

Les papes le répètent  sans cesse 

La première évangélisation a lieu au sein des familles

qui est la cellule première et vitale de la société, le sanctuaire de la vie , « l’église domestique »

 « la famille est le sanctuaire où s’édifie la sainteté à partir duquel l’église et le monde peuvent être sanctifiés » 

**

Les CEVB

Communautés Ecclésiales Vivantes de Base

des communautés vivantes  animées par les bakambi

Cliquez ICI 

**

Les jeunes

Une église jeune dans un pays jeune ne peut  négliger  le sort des jeunes .Les jeunes sont l’église et le pays de demain (Mgr Malula )

Or les jeunes sont mécontents

Ils se révoltent   …ils s’exilent , s’orientent  vers le théâtre ,la musique ,les médias ,le foot..

Ils ne savent que faire ?

Ils n’ont plus d’idéal !

**

Prêchant  l’espérance l’église africaine doit rendre l’esperance aux jeunes, les orienter les aider

leur donner des responsabilités pour les faire grandir …les mettre en valeur

 

La jeunesse africaine est le pauvre de notre temps ,le pauvre que le « sauveur » attend 

notre dernier  chance c’est cet homme africain désabusé .c’est en lui que l’église doit investir .Absolument ! (JM Ela )

 Il faut former des hommes de foi

qui croient en l’avenir

des hommes qui ont confiance

des hommes qui croient en l’église

des « convaincus capables » de sauver l’Afrique …

C’est là le défi majeur !  

Les prises de positions énergiques des évêques de la RDC et de la CENCO

5 juin, 2016

Que de troubles ,que de guerres que de  carnages  en RDC depuis  1996

 

En 1996  l’occupation de Congo par les armées Rwandaises ,Burundaises et Ougandaises

1996 assassinat de l’évêque de Bukavu

1997 le renversement de Mobutu

1998 et 1990 massacres des populations 

2000 Combat à Kisangani et bombardement de la cathédrale

2000 exil et mort de Mgr Kataliko nouvelle évêque de Bukavu

2001 Assassinat du président Laurent Désiré  Kabila

assassinat de prêtres, de religieuses,  attaques de paroisses ,destructions de séminaires ..  viols ,otages ….migrations  

Cliquez ICI 

En même temps le pillage des richesses du pays par des étrangers et des multinationales 

**

Les évêques du zaïre ne peuvent pas se taire 

Mgr Kataliko le disait peu de temps avant de mourir  

Les évêques doivent parler, le peuple souffre ,les évêques doivent parler au chefs d’état ,aux hommes politiques

**

Le cardinal Etsou (1930-2007) 

Etsou est évêque de Mbandaka puis  successeur du cardinal Malula à Kinshasa  depuis 1990

Cliquez ICI 

Etsou n’a pas froid aux yeux

et sait ce qu’il veut

**

La Cenco

est la Conférence Episcopale Nationale du Congo 

Cliquez ICI 

 **

En collaboration avec la Cenco

Etsou s’adresse chaque année des messages aux Congolais pour les  encourager

 En 1996 «  Non à la guerre, oui à la justice et la paix »,

1997 « Bienheureux les artisans de paix´ (Mt 5,9).

1997 « Lève-toi et marche´ (Ac 3,6)

1998  « Conduis nos pas, Seigneur, sur les chemins de la paix

1999 « Sois sans crainte  (Lc 12,32).

2000´ « Courage, le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi´

2001  « Tous, pour les intérêts supérieurs de la Nation

**

En 2001,à Bukavu ,lors de la messe d’intronisation de l’évêque qui remplaçait Mgr Kataliko

Etsou résume

 Nous, les Evêques de la République Démocratique du Congo, avons toujours rédigé ces messages dans l´unité d´esprit et de cœur. Nous avons toujours bravé les difficultés, traversé les frontières de plusieurs autres pays, afin de nous réunir

 Pour rappel, l´essentiel de ces messages peut être résumé en des points que voici:

 

Non à la guerre,..
Non à la conquête du pouvoir par les armes,

Non à tout plan ou toute tentative de balkanisation du territoire congolais,

Non au bradage des richesses de notre sol et sous-sol, et des ressources de notre flore et notre faune.
Non à ´l´ethnicisation´ des conflits…

Non à la corruption

Non à tout discours qui, par le mensonge, nous tient en otage, nous plonge dans le règne des ténèbres, de la haine, de la violence et de la mort.
Non à des dirigeants que l´on impose au peuple, parce qu´ils défendent seulement des intérêts étrangers

Non à la dictature dune personne…

Non à la violation des droits humains,

 

Dans ces messages, nous disons OUI à tout ce qui suit
OUI à l´intégrité du territoire national et à l´unité du pays,
OUI à l´intégration de toutes les ethnies et tribus qui composent le grand Congo.
OUI à un nouvel ordre institutionnel, avec la séparation des trois pouvoirs traditionnels.
OUI à la démocratie et à l´avènement d´un Etat de droit, où la Loi constitutionnelle est au-dessus de tous.
OUI à la justice et à la paix
OUI au respect des droits humains.
OUI à la répartition et au partage équitables des richesses du pays entre les fils de ce pays.
OUI à la sauvegarde du patrimoine économique et à son utilisation dans l´intérêt du peuple et de la nation.
OUI à la promotion intégrale de tout homme habitant ce pays.
· Nous disons OUI à la coopération bilatérale et ´multisectorielle´ dans le respect de la souveraineté internationale de chaque pays et le respect de chaque peuple à son autodétermination.
· Nous disons OUI à la paix et aux relations de bon voisinage avec tous les pays qui nous entourent dans le respect strict de la souveraineté nationale.

**

Mgr Etsou meurt en 2007.

Il est remplacé par Mgr Monsengwo

qui continue d’envoyer des messages courageux

toujours en collaboration avec la cenco

dont le secrétaire général est actuellement l’abbé Sanredi Kinkupu  

 

2007 A vin nouveau, outres neuves

2009 La justice grandit une nation

2013mémorundum du Comité permanent

2013 Déclaration de la CENCO à l’issue de l’observation des élections

2014 Protégeons notre nation

**

Ce dernier message  est évidemment adressé  au président Kabila qui veut prendre un nouveau mandat

« La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ». Nous désapprouvons également toute sorte d’initiative qui, sans modifier directement l’Article 220, viserait à le vider de son contenu essentiel. 8. Il est important que les acteurs politiques ainsi que toute la population congolaise comprennent l’enjeu

Cliquez ICI 

Le père Simon Pierre Boka di Mapsi (1929-2006) : Telema

4 juin, 2016

Simon Pierre Boka  est un jésuite congolais

admis au Noviciat des jésuites à Djuma en 1951

**

En 1962 il est ordonné prêtre à Louvain

Il devient docteur en théologie  à Rome

puis enseigne à Rome et au Congo

Cliquez ICI 

**

Les Hymnes nationaux :Debout !

Le Père Boka est connu par le grand public car il est coauteur des hymnes nationaux congolais

« debout Congolais » en 1960  au moment de l’indépendance

et « La zaîroise » en 1971 à l’époque de Mobutu 

Debout Congolais,
Unis par le sort,
Unis dans l’effort pour l’indépendance.
Dressons nos fronts, longtemps courbés

Et pour de bon prenons le plus bel élan,

Dans la paix.

Cliquez ICI 

**

Telema ;Lève toi

Après avoir encouragé ses concitoyens à relever la tête

il entreprend d’encourager les chrétiens à  marcher debout selon Dieu

et  fonde en 1975 la revue de théologie « Telema »

qui veut dire en lingala « lève toi ! »

**

La revue  est sous titrée

« une revue de réflexion et de créativité chrétiennes en Afrique »

et sur la couverture se trouve 

« un tambour  rythmant en Afrique la marche  d‘un peuple de Dieu debout »

**

Chrétiens  de la 11é heure

En 1997 le père Boka  subit des opérations graves à Rome

il désire mourir en Afrique et se rend à Abidjan où le climat lui est plus propice

**

Il abandonne la direction de « Telema »

 et commence à écrire une véritable somme Théologique en 3 tomes

intitulée « Théologie africaine :inculturation de la théologie »

avec pour sous titre

« Pour un christianisme de la 11é heure »

(les Africains sont en effet les derniers évangélisés)

**

Le père Boka  travailla sur sa « Somme »

pendant les 6 dernières années de sa vie qu’il a passé à Abidjan

**

On connaît le proverbe africain

« un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui disparaît  

C’est pourquoi se sentant  mourir il écrit  

et il se veut  concret

 A dessein notre essai revêt un caractère documentaire ,évidemment interprétatif ,sur un fond historique .Le style sera franchement narratif ; Le but est claire .Faire le point  pour mémoire ,de ce qui ,énoncé et contenu compris  s’appelle théologie africaine …Il ne s’agit pas moins que de récupérer de haute lutte  la mémoire historique de l’africanité profonde ,menacée d’être irréversiblement confisqué  (Telema n°127 p 15)

Cliquez ICI 

Le père Boka di Mpasi : Un homme debout, les pieds sur terre, et la tête pleine d’espoir

3 juin, 2016

Le père Boka fondateur de la revue « Telema » est un homme debout

 **

 

Debout !

Le père Boka a composé un hymne national  pour son pays

debout les congolais

il a fondé une revue « Telema » (ce qui veut dire :lève toi) pour son église 

**

Les pieds sur terre  

Le père Boka  est réaliste 

il aime ce qui est  concret et pas compliqué 

Ce qui s’appelle théologie africaine est loin d’être un tissu de d’idées abstraites et impersonnelles ,fixes hors du temps et de l’espace :C’est plutôt l’expression vivante de l’homme africain ,conscient de sa personnalité intégrale  réfléchissant sur son être concret ,il explore sa destinée ,en son contexte socio culturelle.Pour cela  la théologie africaine est  décidemment contextuelle, par delà un texte (Telerama N°127 p 16)

**

En exemple on peut lire des extraits d’un article  sur les ancêtres

En somme les ancêtres sont les saints du clan.  Des lors ,entre la communauté ancestrale et la communion des saints ,il n’y aurait qu’une différence  de degré à savoir :La communauté ancestrale est restreinte au lien du sang ,elle vit l’universel en profondeur

La communion des saints déborde le clan. elle manifeste l’universel aussi en étendue. Du reste on constate que la plupart des chrétiens africains apprécient dans l’avènement du christianisme l’effort d’ouverture à l’universel

…le lieu de l’au-delà c’est l’Esprit d’amour. Communauté ancestrale et communion des saints expriment toutes deux un seul et même esprit d’amour qu’est Dieu en définitive

Ces questions sont vitales. Dans le passé le silence à ce propos a retardé certaines conversions ou compromis le sérieux de la foi chrétienne 

en attendant que les programmes de l’enseignement théologique en Afrique  intègrent les vrais problèmes de l’homme africain et que la réflexion théologique soit une réponse à la quête du croyant …(Telema N°127p 4)

 

La tête  pleine d’espoir

C’est sûr !

« Des déboires eurent lieu lors de la première évangélisation mais, miracle ,merveille de la grâce de Dieu  ces déboires ont été salutaires

En 1960 ,au Congo belge ,dans la tourmente qui a suivi l’indépendance bon nombre de missionnaires expatriés durent partir .Ce fut l’occasion pour les évêques  de définir une nouvelle ligne pastorale et d’édifier des communautés chrétiennes  vivantes

**

En 1964 ,au Congo Brazzaville , il est interdit aux clercs d’enseigner dans les écoles

Peu importe ! Ils s’investirent davantage dans la pastorale  

En 1967 les missionnaires étrangers sont expulsés de Guinée

Aussitôt des catéchistes laïcs prirent la relève et suscitèrent des vocations sacerdotales 

**

La nouvelle évangélisation  

En 1984 Jean Paul 2 parle de » nouvelle évangélisation 

en 2006 à la veille de mourir l’abbé Boka constate  que cette évangélisation est en marche

**

La nouvelle évangélisation est réelle

nouvelle quant au personnel : l’engagement des laïcs motivés

nouvelle par l’axe de transmission qu’est la famille  où sont transmis les trésors du patrimoine culturel

nouvelle  quant aux méthodes qui valorisent la parole de Dieu

(Telema n° 127 p 75 ) 

Abbé Vincent Mulago (1924-2012)

2 juin, 2016

L’abbé Vincent Mulago est un prêtre congolais né à Birava en 1924,dans la province du sud Kivu

Il est, avec  le père Tempels, celui qui a le plus étudié la philosophie bantoue.

**

1949 il est envoyé à Rome pour étudier la théologie

1952  il est ordonné prêtre

En 1956 il participe à l’ouvrage collectif  « Des prêtres noirs s’interrogent » 

De 1956 à 1962 il assure divers ministères dans son diocèse

En 1962 il entre définitivement à l’université Lovanium de Kinshasa

En 1965 il publie « le visage africain du Christianisme » 

**

Les cahiers des religions africaines

En 1966 ,à la demande des théologiens de l’université Lovanium ,il fonde la revue

« des cahiers des religions africaines » (CERA)

dans le but d’entreprendre  «  des recherches sur les religions croyances et coutumes africaines »     

**

et dés  le N° 3 de la revue il écrit un long article sue le « Dieu des Bantous »

Cliquez ICI 

**

Toute sa vie désormais il rassemblera autour de lui des chercheurs d’origine africaine

qui nous donneront les résultats de leurs recherches dans les cahiers publié par l’abbé Mulago 

Ces cahiers qui sont devenus une source inestimable  pour tous  ceux qui veulent  mieux  connaître les religions africaines

**

En 1973 il est nommé par le pape consulteur du secretariat romain pour les non Chrétiens

**

Un homme de foi et un militant 

En 2012 ,lors des obsèques de l’abbé Mulago ,Monseigneur Maroy, l’évêque de Bukavu  déclara

« Pendant 60 ans, Mulago a apprit aux congolais à être des hommes qui croient, qui vivent et qui travaillent. Il ne l’a pas fait seulement en paroles mais aussi en action. Mulago a milité pour l’indépendance et pour le développement intégral du peuple congolais et  quitte ce monde non satisfait car son pays n’est pas ce qu’il devait être ».

L’abbé Mulago était toujours prêt à encourager, à réconforter, à demander qu’on aille de l’avant. Il avait la vitalité avec lui et non la fatalité. Toute sa vie, Mulago n’a eu qu’une seule bienfaitrice qui l’a soutenue ainsi que toutes ses œuvres: « Son Intelligence ».

Le nom de Mulago devient pour tous et chacun, une instance de rappel et d’interpellation. Au regard de la vie qu’a mené l’abbé Mulago, deux résolutions sont à prendre : la conviction qu’il avait en Jésus-Christ et sa détermination à faire le bien.

 

1...2829303132...41