Archive pour la catégorie 'Afrique et les rebellions'

L’état islamique :La vengeance du Califat

10 mai, 2019

La bataille de Baghouz

L’état Islamique  apparemment est vaincu

Il a perdu  son dernier réduit en Syrie

à  Baghouz  

Cliquez ICI

**

C’était le 23 mars 2019

mais l’hydre relève déjà la tête

et attaque

**

La revanche pour le Cham

Dés le mois d’Avril,  les djihadistes lancent  une opération d’envergure

 baptisée, la  « Revanche pour le Cham »,

**

Se venger

non seulement en Syrie mais dans le monde entier

 **

 Le 9 Avril 2019  :la première attaque a lieu en Libye dans l’oasis de Fuqaha.

puis  Matteo Puxton signale des attentats en Egypte,  au Nigeria en Somalie

 dans un article publié dans France soir

« La branche Afrique occidentale de l’EI, au Nigéria, prend également part à l’opération de vengeance: ses combattants tirent des roquettes Grad sur l’aéroport et une base militaire à Diffa, au Niger, près de la frontière avec le Nigéria (Etat du Borno). Mais les roquettes tombent à 2km de l’aéroport. (Matteo Puxton )

Cliquez ICI 

**

Le 10 avril au Nigeria  

une attaque est attribué à Boko Haram

mais elle  pourrait aussi faire parti de « l’opération cham » avec la collaboration de Boko Haram

Cliquez ICI 

**

Le 13 Avril  un attentat à Raqqa, l’ancienne  capitale de l’EI 

Cliquez ICI

**

Le  21 avril au Sri Lanka 

Cliquez ICI

**

Le Calife

c’est alors que réapparaît le Calife Abou Bakr al-Baghdadi,

qu’on avait pas vu depuis 5 ans

il encourage ses combattants en faisant allusion aux attentats du Sri Lanka

Cliquez ICI 

**

Al Sahroui

Il parle aussi de l’allégeance de al Sahroui à l’état islamique   et de la présence de l’état islamique dans le sahara

Cliquez ICI  

**

il est prématuré de crier victoire trop vite:

l’Etat islamique est loin d’être vaincue

Le terrorisme dans la région des « 3 frontières » Niger-Mali-Burkina Faso

19 avril, 2019

Au Burkina

Entre le 31 mars et le 2 avril 2019 , soixante-deux personnes ont été tuées lors d’attaques djihadistes suivies d’affrontements inter communautaires à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso. Les attaques redoublent dans ce pays frontalier du Mali, longtemps épargné

**

200 attentats depuis 2016

En partie imputable à la détérioration progressive de la sécurité depuis le soulèvement populaire contre  Blaise Compaoré en 2014,…. .Compaoré avait en effet conclu des accords avec divers groupes djihadistes pour les amadouer  

 Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi)  y a perpétré certaines des attaques les plus meurtrières, notamment l’attentat contre un restaurant et un hôtel très fréquentés par les Occidentaux dans la capitale Ouagadougou, en janvier 2016 ;Il y a eu 30 morts

**

Attaque contre les écoles

Les menaces contre le système éducatif, commencées en 2016, se sont aggravées et étendues sur le pays depuis plusieurs mois.

«Si tu fais l’école du Blanc, tu iras en enfer». Ces menaces sont celles proférées par des terroristes aux enseignants et élèves du Burkina Faso, où près de 1 150 établissements scolaires ont été contraints de fermer. 5 000 enseignants obligés de fuir leurs salles de classe, 1 540 000 élèves empêchés d’aller à l’école et au moins deux enseignants tués.

**

Au Niger

Depuis 2012 le Niger fait face à des attaques terroristes dans la plupart de ses régions. 

Le Niger subit les exactions sur trois fronts

- les groupes armés qui contrôlent le sud de la Libye depuis le renversement en 2011 de Kadhafi,ou faisant allégeance  à l’EI comme al Sahroui

Cliquez ICI 

_ des groupes terroristes proches d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), d’Ansar Dine et d’autres mouvements basés dans le nord du Mali,

- le groupe terroriste Boko Haram logé au Nigeria depuis 2009 qui sème la terreur dans la région de Diffa (extrême sud-est).

A cela est venu s’ajouter depuis près d’un an un nouveau foyer d’insécurité dans l’extrême sud-ouest du pays, au niveau de la région des « 3 frontières » (Niger-Mali-Burkina Faso) entretenu par d’autres groupes djihadistes qui mettent en péril la sécurité des personnes et des biens.

Une nouvelle attaque a été perpétrée, le 26 mars 2019 , dans la région de Diffa, au Niger. Douze civils ont été tués dans le village de Nguigmi, à plus d’une centaine de kilomètres de Diffa, en direction du lac Tchad. Deux femmes kamikazes ont actionné leur charge alors qu’au même moment des hommes armés s’en prenaient à un autre quartier de cette localité.

 Cliquez ICI

**

Barkhane

Pour faire face à cette nouvelle situation, l’état-major français installe un nouveau camp à 150 kilomètres de celui de Gao, à la sortie de Gossi, dans la région de Gourma, afin de lancer des opérations jusqu’à la frontière du  Burkina fasa

Cliquez ICI

**

Le Mali

Au Mali, plus de 10 000 personnes ont manifesté ce vendredi 5 avril 2019 . Les revendications sont larges : depuis la fin de l’été, enseignants, médecins, magistrats ou cheminots multiplient les grèves. Mais c’est surtout la dégradation sécuritaire qui était au cœur des préoccupations. À l’appel des leaders religieux rejoints par une partie de l’opposition, les manifestants ont également réclamé la démission du gouvernement ainsi que le départ des forces militaires internationales présentes dans le pays.

Cliquez ICI

 Le massacre d’Ogossagou, où au moins 157 villageois ont été assassinés le 23 mars dernier, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase

Cliquez ICI

Mali était bien ! Le Mali était tolérant ! Le Mali était beau ! Et maintenant, tout le monde souffre. Même quand tu dis bonjour à quelqu’un, il te fait la bagarre parce que le cœur est serré ! Les militaires meurent, les civils meurent », a déclaré une femme qui manifestait à Bamako contre l’insécurité

Adnane Abou Walid al-Sahraoui

18 avril, 2019

 Al Sahraoui est né entre 1973 et 1979  au sahara Occidental

Cliquez ICI

**

C’est un dur ! un vrai !

Il est d’abord membre du front Polisario

un djihadiste depuis toujours  

ancien   lieutenant de  Moktar Belmokhar 

Cliquez ICI

 porte parole du Mujao  crée en 2011 au  mali

Cliquez ICI .

**

en 2015 il quitte  d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi),

en 2016 il fait   allégeance  à  L’état  islamique   sous le nom d’«Etat islamique dans le Grand Sahara».

**

L’etat islamique dans le grand Sahara

Depuis lors ,.  son fief  se trouve dans la région de Gao, près de Ménaka

Al Sahroui  attaque dans le fameux  triangle frontalier entre Mali Burkina et Niger

 

le 22 fev 2017 el-Sahraoui  est soupçonné d’avoir été l’auteur de l’attaque  contre une patrouille militaire

près d’In Tirzawane, au Niger  non loin de la frontière malienne. Le bilan est lourd : quinze morts et 19 blessés

Cliquez ICI

en juin 2017 Six gardes nationaux et deux gendarmes ont trouvé la mort lors de l’attaque de leur position dans la localité d’Abala, à 230 km au nord de Niamey, non loin de la frontière malienne.

Cliquez ICI

le même mois Al Sahroui menace par lettre des responsables de   l’armée nigérienne

  Cliquez  ICI

En octobre 2017  il revendique la mort de  4 soldats américains lors dune embuscade dans le village de Tongo Tongo, près de la frontière malienne. On apprend alors que les soldats américains sont trèés nombreux dans la région qu’ils surveillent avec des drônes 

Cliquez ICI 

Le 22 février 2018, l’armée française avec l’aide de combattants touaregs attaque une  de ses bases localisée dans la forêt d’Ikadagotane, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Ménaka,

 cinq djihadistes sont arrêtés, quelques autres sont tués,

 mais  al-Sahraoui parvient à s’enfuir à pied dans la nuit avec plusieurs de ses hommes

Cliquez ICI

**

Le combat d’Abakar

le 28 mars 2019 une trentaine de djihadistes sont notamment tués, lors d’un Combat à, Akabar, au sud de Ménaka.

Cliquez ICI  

 

Iyad Ag Ghali : Un terroriste au Mali . Est Il un criminel ?

15 avril, 2019

Iyad Ag Ghali, est un touareg   né en 1958 à  Boughessa, au  nord du Mali prés de la frontière  algérienne pendant  les années 1970 il rejoint les troupes du colonel  Kadhafi et combat au Liban et au Tchad   .

**

de retour au Mali il déclenche la Rébellion touarègue de 1990-1996.

Il fonde et dirige le  Mouvement populaire pour la liberation de l’Azawad (MPLA),

 avant de signer la paix en 1992

**.

À la fin des années 1990 il se radicalise,

En 2012 au début de la guerre du Mali, il fonde le groupe salafiste djihadiste  Ansar Dine dans le but d’instaurer la charia au Mali

.En 2017 il prend la tête du groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), né de la fusion de la plupart des groupes djihadistes maliens.

Cliquez ICI 

**

C’est un terroriste  et un criminel

Cliquez ICI

 En Février 2018  

 une opération militaire française est déclenchée au Mali, à portée de fusils de la frontière algérienne distante à cet endroit de neuf cents mètres à peine, entre Boughessa, la région natale de Ag Ghali , et le village algérien de Tinzaouatène. . Depuis 2013, cette petite localité algérienne, collée à la frontière, est pointée du doigt par les services de enseignements français comme étant la base arrière d’Ag Ghaly.

  Dans la nuit du 13 au 14 février 2018 , cinq Mirage 2000 délivrent leurs bombes,

 23 djihadistes sont abattus dans les combats. Parmi eux le bras droit d’Ag Ghali,

mais Ghali lui n’était pas là

 Cliquez ICI

**

Le 2 mars au matin

Ag Ghali  se venge

Deux commandos ont pris d’assaut l’ambassade de France et l’état-major général des armées, distants de moins de deux kilomètres en centre-ville.,…en représailles au raid français mené le 14 février dans l’extrême Nord malien.

Cliquez ICI 

**

Ag Ghali une fois  de plus est passé entre les mailles du filet

comment se fait il qu’il soit si insaisissable ?

Cliquez ICI  

Iyad ag Ghali : Un Terroriste insaisissable

14 avril, 2019

  Ce terroriste qui  fait trembler le Mali et les pays environnants est insaisissable car  il est influent et a des amis au pouvoir dans tous les pays  

**

Il est en relation 

Avec l’Algérie  

À Paris, on est convaincu que l’ancien rebelle touareg bénéficie de la protection de l’Algérie et qu’il se terre de ce côté de la frontière.

 « Depuis l’attaque d’In Amenas, en janvier 2013, les Algériens ne sont pas mécontents que les attentats aient lieu ailleurs que chez eux » Avoir Iyad Ag Ghaly de leur côté permettrait aux Algériens de garder un certain contrôle sur l’extrême nord du Mali pour sécuriser leur frontière sud.

Sans oublier que les Algériens n’apprécient guère la présence de troupes françaises si près de leur territoire. Après l’opération du 14 février 2018 près de Tinzawatène, ils ont d’ailleurs protesté auprès du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Lors de son déplacement à Alger,

Emmanuel Macron n’a pas hésité à aborder le  sujet avec Ahmed Gaïd Salah, le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major général des armées. Les échanges sur le chef du GSIM ont été tendus.

Il séjourna à plusieurs reprises à Alger courant 2013.

**

Avec le Mali

Toumani Touré, l’avait même nommé conseiller consulaire à Djeddah, en Arabie saoudite, de 2007 à 2010.

Il a sans doute des amis dans le mouvements Sabati 2012

**

Ag Ghaly a noué des liens en Libye, au Niger ou encore au Burkina Faso

– sa proximité présumée avec l’entourage de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne en 2012-2013, alimente d’ailleurs aujourd’hui les interrogations des autorités burkinabè sur les récentes attaques à Ouagadougou.

Début 2017,les services de renseignements français  avaient la quasi-certitude que les autorités maliennes avaient pris langue avec Ag Ghaly.

Plusieurs responsables politiques bamakois sont quant à eux ouvertement favorables à un dialogue avec les jihadistes maliens, estimant qu’aucune paix ne sera possible s’ils sont exclus du processus.

. Fin 2014, il se rapproche d’Amadou Koufa, un prédicateur radical peul rencontré dans les années 2000 sur les tapis d’une mosquée de la capitale

** 

Avec le Burkina

.– sa proximité présumée avec l’entourage de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne en 2012-2013, alimente d’ailleurs aujourd’hui les interrogations des autorités burkinabè sur les récentes attaques à Ouagadougou.

**

 Avec le Niger

quelles sont donc les relations  avec le mouvement salafiste au Niger ?

**

Son mouvement

le GSIM compterait aujourd’hui entre 500 et 1 000 combattants

Sa volonté d’expansion ne semble pas s’arrêter là. 

 

 

Ces derniers mois ,il s’est rapproché d’Abou Walid an Sarhroui

ainsi que d’Ansarul Islam, groupe jihadiste burkinabè qui sévit dans le nord du pays.

 Cliquez ICI 

 

Bouyé Haïdara le Chérif de Nioro et le mouvement Sabati 2012 au Mali

13 avril, 2019

le Mouvement Sabati 2012 a été créé en 2012 par des jeunes musulmans soucieux de la stabilité du pays.

**

Bouyé ,le chérif de Nioro

Le Président du mouvement, Sabati 2012 est  Moussa Boubacar Bah

mais le  guide  spirituel est le Chérif de Nioro, Chérif Mohamed Ould Cheicknè dit Bouyé,

qui  lui même a pris pour modèle Abubakar Gumi du Nigeria ,qui encourageait les musulmans à faire de la politique

« Un musulman qui fait de la politique a davantage d’influence qu’un écrivain qui publie des ouvrages savants sur la religion 

Cliquez ICI  

**

En 2013 Bouyé a défendu la candidature de Ibrahim Boubacar Kéita ( IBK) à la présidence de la république 

Avant de choisir un président  les jeunes du mouvement Sabati 2012 avait décidé de se rendre chez leur  guide, le chérif de Nioro  afin d’être conseillé par lui

Moussa Boubacar Bah, leur président  était à la tête d’une délégation de près de 100 personnes,

Quand le  chérif arriva  sous les applaudissements de ses fidèles, tous voulaient le toucher des mains pour avoir sa bénédiction.

Cliiuez ICI 

**

Depuis sa création, le mouvement siégeait au sein du Haut Conseil Islamique

 mais le 17 mars 2018 , Mousssa Boubakar Bah inaugure une  nouveau siège  en présence de leaders religieux, d’hommes politiques et du ministre des Affaires Religieuses et du Culte,

**

Ce jour là le président de Sabati 2012,

rappelle que son mouvement se caractérise

par l’amour de la patrie,

la pratique de la religion musulmane,

le respect de la dignité

et le désir du vivre ensemble dans une communauté.

Cliquez ICI

**

Le 5 avril 2019

après le massacre d’Ogossagou, tous y compris Bouyé réclament le départ d’ IBK

plus de 10 000 citoyens ont répondu à l’appel des très influents religieux musulmans Mahmoud Dicko et Bouyé Haïdara, vendredi 5 avril. Autour du président du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) et du chérif de Nioro-du-Sahel, la diversité des messages inscrits sur les panneaux témoignait d’un ras-le-bol généralisé dépassant le cadre sécuritaire. « Barkhane et Minusma allez-vous en de chez nous », « les enseignants, les médecins et les cheminots en grève, mais IBK s’en fout », « 0 sécurité », « IBK dégage », pouvait-on lire au-dessus des milliers de bras tendus.

Cliquez ICI 

 

 

Abubakar Gumi (1922-1992) et l’Izala

12 avril, 2019

 Enseignant

En 1947 Gumi enseigne le droit à Kano au Nigeria devient Qadi (juge musulman )

en 1955 il fait son premier pèlerinage à la Mecque où il  a été rejoint par Ahmadu Bello , premier ministre de la région du Nord dans les années 1950 et 1960

En 1957, il devint interprète pour le gouvernement du nord du Nigeria sur les questions relatives à l’Arabeu saoudite

**

Traduction du coran en Haoussa

À la Mecque, il a traduit des œuvres islamiques  

et en 1966 de retour au Nigéria, il enseigne  à l’École d’études arabes de Kano.

Il commente  le Coran, et le  traduit  en Haoussa.

**

Il s’oppose  aux confréries soufies  telles que les Tijaniya er Qadiriyya

et commence à prendre  des positions radicales

 **

l’Izala

Gumi pense, dés lors, qu’un musulman qui fait de la politique a davantage d’influence

qu’un écrivain qui publie des ouvrages savants sur la religion  

 

A l’exemple de son regretté Ahmadu Bello  qui avait été premier ministre

il  fonde avec le Sheikh Ismaila Idris, dans les années 1960,  le  Jamaat nasr al-Islam (Association pour le soutien à l’islam)

Cliquez ICI 

**

ll encourage donc le lancement du « Mouvement pour le Rivage de la Sunna », communément appelé Izala,

Cliquez ICI

 

Gumi invite ses étudiants à occuper des fonctions administratives

Il estime que les musulmans nigérians ne devraient jamais accepter un dirigeant non musulman,

 

Gumi a ainsi encouragé la radicalisation des musulmans du nord  Nigeria

mais il a également plaidé en faveur de la coexistence pacifique avec des groupes non musulmans. 

Donc il   n’ a rien  à voir avec les  Boko Haram 

Il soutient la démocratie, le droit civil et l’éducation occidentale depuis ses débuts en tant qu’enseignant,

et a souvent dit«  voter est plus nécessaire que de prier « .

 Cliquez ICI 

 

La MOC contre les terroristes au Mali

25 mars, 2019

Comment faire pour combattre les terroristes au Sahel et en particulier au Mali ?

 **

Le G5 Sahel 

 créé  en février 2014  est le regroupement de cinq États du Sahel :  Mauritanie , Mali ,BurkinaFaso Niger et Tchad. pour assurer la  sécurité dans le sahel

**

Barkhane

L’opération Barkhane est une opération menée au Sahel et au Sahara par l’armée française, contre les groupes armés  salafistes djihadistes lancée en Aout 2014 ;Elle  prend la suite des opérations Servam et Epervier

 Cliquez ICI 

**

Le MOC

En Juillet 2014,  pendant la guerre du Mali

des négociations ont lieu à Alger

entre les rebelles de la CMA (La Coordination des mouvements de l’Azawad )

et La Plateforme des mouvements  ou plus simplement « la Plateforme «  qui est une alliance des groupes armés maliens pro-gouvernementaux

Cliquez ICI 

**

En mai et juin 2015  ces mouvements du Mali se rencontrent  de nouveau  pour signer la paix et la réconciliation   

et décident de mettre en place  le « Mécanisme opérationnel de coordination « (MOC)

**

Les patrouilles mixtes du MOC seront effectuées par les trois parties signataires de l’accord,

les forces armées maliennes,

la Plateforme  des mouvements  

la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

Elles doivent œuvrer ensemble pour l’instauration d’un environnement sécurisé dans la région.

**

Le premier bataillon du MOC a été déployé à Gao

oui mais !

 **

L’attentat de Gao

18 janvier 2017

ce matin là, environ 600 combattants des groupes armés de laCMA de la Plateforme et quelques militaires maliens se rassemblent dans le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Gao, situé à proximité de l’aéroport, tenu par 1 500 soldats français.

À 8 h 40, alors que les combattants des groupes armés effectuent une séance d’entraînement avant de commencer une patrouille mixte, un véhicule aux couleurs du MOC force la barrière à l’entrée du camp. Il s’agit en réalité d’un véhicule piégé conduit par un kamikaze   Il explose près des membres de la patrouille, faisant des dizaines de victimes dont 77 morts.

Cliquez ICI

**

Plus que 400 hommes opérationnels

Les soldats du MOC ont déjà repris les patrouilles, en collaboration avec l’ONU et les forces françaises Barkhane. Bien conscients que l’espoir de paix qu’ils incarnent peut déranger.

Cliquez ICI

**

La MOC à Kidal et Tombouctou

Un bataillon de la MOC est installé à Kidal en avril 2018

puis  le 24 mai 2018 à Tombouctou

Cliquez ICI 

**

Les MOC de Gao, Kidal et Tombouctou ont participé à la sécurisation de l’éléction présidentielle, le 29 juillet 2018 .

**

Point de presse de la Minusma du 17 janvier 2019

Des opérations de sécurisation, de contrôle de zone, d’escortes de convois, de sensibilisation de la population, de patrouilles de reconnaissance et de dissuasion (terrestres et aériennes), d’assistance sécuritaire aux MOC se poursuivent dans nos différents secteurs.

L’opérationnalisation des différents bataillons du MOC se poursuit malgré quelques difficultés d’ordre logistique.  En termes d’effectifs, les bataillons du MOC sont composés à : GAO 92%, TOMBOUCTOU 73% et KIDAL 59%. La reprise de l’instruction et des actions de présence sur le terrain sont effectives.

Par ailleurs, la Force continue d’apporter son concours à la sécurisation des trois MOC en attendant que les bataillons mixtes aient les capacités opérationnelles nécessaires. 

Cliquez ICI 

**

Patatra !

en Mars  2019 Bamoussa attaque  Dioura

Cliquez ICI 

 

Bamoussa Diarra attaque les soldats maliens de Dioura

24 mars, 2019

 

Bamoussa Diarra  

est un ex colonel  de l’armée malienne

 originaire de la région de kidal

**

L’alliance du 23 mai 2006

En 2006  Bamoussa déserte l’armée régulière  et rejoint l’Alliance des 23 mai 2006 (Hamada Ag Bibi, Hassane Ag Fagaga,..)  à l’occasion de la rébellion touareg qui a débuté le 23 mai 2006 . Ce mouvement lutte pour défendre les revendications, des populations touaregs du nord du Mali

En février 2009, « l’Alliance démocratique du 23 mai » accepte de déposer les armes. Une cérémonie accueille à Kidal 700 combattants, et les armes sont restituées aux autorités maliennes. Les éléments qui avaient désertés les unités militaires maliennes pour rejoindre l’alliance, peuvent  être réintégrés dans ces dernières

Cliquez ICI

ce fut sans doute à ce moment là que Bamoussa réintégra l’armée malienne

**

Accord avec Iyad Ag Ghali

En 2012 le colonel déserte de nouveau et se rapproche de Iyad Ag Ghali, chef islamiste du groupe Ansardine,. Les deux hommes, originaires de la région de Kidal, ont été un moment militairement formés en Libye.

Cliquez ICI

Il passe alors  son temps entre Kidal et le cercle de Nara où il semble fomrer des combattants    

Il est à la tête des attaques de plusieurs localités du nord : Aguelhok, Ménaka, Tessalit et Kidal notamment.

 **

Bataille de Diabally

En 2013 il est soupçonné d’avoir mené les attaques  contre l’armée dans les localités de Niono et de  Diabaly,

D’après le gouvernement malien, 37 de ses soldats ont été tués et 138 blessés dans l’ensemble de ces combats livrés entre le 11 janvier et le 26 février 2013.

Jean Yves Le Drian, déclare que les forces islamistes déployées dans cette zone font partie des « groupes les plus durs, les plus fanatiques, les mieux organisés, les plus déterminés et les mieux armés », il estime le nombre des combattants « à plusieurs centaines, plus d’un millier

Cliquez  ICI  

**

Attaque de Nara

le 21 avril  2017 il tente une attaque contre les militaires de la région de Nara non loin de la frontière mauritanienne

Nos forces de défense et de sécurité ont été informées de la présence de véhicules lourdement équipés et des hommes armés dans plusieurs localités du cercle de Nara. Ces hommes seraient dirigés, selon plusieurs sources locales, par le Colonel Bamoussa Diarra., l’un des bras droits de Iyad Ag Ghali,

Cliquez ICI

**

Dioura

le 17 mars 2019 ,des dizaines d’hommes armés, venus à moto et en voiture, ont pris d’assaut le campement militaire de Dioura  tuant plus de 20 soldats maliens,

.En attaquant  Dioura, Bamoussa loin de son fief traditionnel a voulu peut-être confirmer que tout ce qui se passe au centre du Mali se décide dans le grand nord .C’est en tout cas l’attaque complexe la plus importante que la region ait connue.

Cliquez ICI  

Les attentats au Kenya depuis 2015

15 mars, 2019

Les  Shebabs

sèment  la terreur en Somalie et toute la région depuis 2006

en multipliant les attentats suicide

Cliquez ICI 

**

L’AMISON  

En  mars 2007  l’UA organise donc  une mission

 (Mission Africaine pour la SOMalie)

Il s’agit d’envoyer des troupes pour  aider les Forces Nationales Somaliennes de Sécurité à repousser le Shebabs affilié à Al-Qaïda qui occupe une grande partie du sud de la Somalie, y compris la plupart des grandes villes.

 Cette armée  est composée de troupes provenant de l’Ouganda, du Burundi, de Djibouti, du Kenya et de l’Ethiopie,

Cliquez ICI 

**

Depuis 2015 cette mission doit combattre  non seulement les shebabs mais aussi Daesch  qui est arrivé dans la région et qui attire dans ses rangs d’anciens shebabs  ce qui en fait entraînent aussi des tensions entre les deux groupes

Le 21 décembre 2018, Cheikh Ali Dhere, le porte-parole des shebabs a même appelé à l’éradication de Daech en Somalie, le comparant à une maladie.

 **

L’Amison est aidé par l’armée américaine mobilisée en Afrique (Africom) qui multiple les frappes aériennes contre les islamistes somaliens. Le 8 janvier 2018, les Américains ont ainsi ciblé un campement shebab dans le voisinage de Yaaq Braawe dans la région de Bay, tuant six combattants selon l’Africom.

Cliquez ICI

**

Les attentats au  Kenya

l’armée Kenyane s’est ralliée à l’Amison  en 2011, et depuis  le Kenya est une cible pour les chebabs.

Dans la zone frontalière entre les deux pays 

les bus et les villages sont attaqués

des  assassinats et des  enlèvements. se multiplient

ainsi que les attentats

**

2013 Le centre commerciale de Westgate,

est attaqué en septembre  faisant 67 morts.

Cliquez ICI

 **

 2016 l’université de Garissa

 148 étudiants sont  assassinés

Cliquez ICI

**

2016 attaques contre l’armée Kénya         

En Somalie même, l’armée kényane est attaquée  à El-Adde, le 15 janvier 2016 : Les islamistes somaliens revendiquent la mort de 63 soldats kényans, la prise d’une trentaine de camions, tanks ou véhicules blindés dans cette base localisée à 550 kilomètres à l’ouest de la capitale Mogadiscio.

Cliquez ICI 

**

2019 attaque à Nairobi du quartier Dusit  D2

-cet acte criminel a commencé vers 15 heures d’une manière coordonnée, avec l’attaque de la banque I & M, une explosion qui a visé trois véhicules dans le parking, et un attentat-suicide dans le hall de l’Hôtel Dusit », a déclaré le chef de la police du Kenya, Joseph Boinnet.

 Situé en plein centre de Nairobi, dans le quartier huppé de Riverside, le DusitD2 est un lieu clinquant et singulier, apprécié des diplomates et des hommes d’affaires. Une mini-ville de plusieurs immeubles protégée par une lourde barrière noire où s’effectuent les contrôles de sécurité

Cliquez ICI  

 

123