Archive pour la catégorie 'Art Américain'

Romare Bearden (1911-1988)

19 novembre, 2016

A Paris au musée Branly ,on peut voir en ce  mois de novembre 2016 une exposition passionnante sur les artistes africains -americains parmi eux  Romare Bearden

**

Romare Bearden est un peintre africain américain  

célèbre surtout pour son « block »

qui est un mélange de collages, de peinture ,de dessins sur la vie à Harlem qu’il voyait à partir du balcon de son ami

 Albert Murray

« quand je lui rendais visite j’étais fasciné par ce que je voyais depuis sa fenêtre ; les couleurs ,les formes et la vie   

Romare-Bearden1

il représente la vie la mort ,les monuments ,les pietons   

les pompes funèbres ,les bars  les salons de coiffure

Il devinait la vie au-delà des murs, entre ciel et terre  

une vie rythmée par le  jazz et les gospel

une vie de bohême mais aussi de piété

 **

en 1969 il proteste violemment

car les artistes africains sont superbement  ignorés

lors de l’exposition « Harlem on my mind » au métropolitain muséum

 

Romare Bearden

   

Basquiat : De la peinture ,des traits, une culture ,de l’histoire

17 décembre, 2010

 

Les peintures de Basquiat au musée d’art moderne de Paris

ressemblent à rien !

Il n’imite personne

Il ne peut être imité

C’est du Basquiat  

Inutile d’être érudit, on le reconnait au premier coup d’œil

Mais ce n’est pas importe quoi !

De la peinture, puis des traits ,une culture et de l’histoire

Et non pas toujours la même merde « SAMe Old Shit »

comme il le disait lui même  au temps ou il signait SAMO sur les murs

**

De la peinture !

Des masses de peinture !

vivement projetées

dégoulinantes,

souvent lumineuses.

Malgré les sujets graves abordés

on entre dans certaines salles avec jubilation tant il ya de couleurs

**

Des traits

Et non du dessin 

des traits fins

des traits épais

des épines

des échelles ou des colonnes vertébrales

des dents déchaussées

des yeux sanguinolents

Des yeux d’hallucinés

**

La culture des marginaux   

Des dessins d’enfants

Des dessins qui rejettent tout l’enseignement académique  

Peu importe la moquerie !

Peu importe ce que les autres en pensent  

Il faut de l’audace pour peindre ainsi !

Il faut oser !

Des toiles souvent volontairement inachevées 

Peu  lui importe les pourtours ,la finition 

Tout l’accent est  mis sur le sujet central

Peu importe le reste

De toute façon Basquiat est un rapide

puisqu’il fit plus de 1000 toiles en 10 ans 

basquiatlesrois.jpg  cliquez

La culture des noirs

Basquiat couronne tous les héros qui le font jubiler 

Charlie Parker et les jazzmans

Classius Clay et les boxeurs .

Les couronnes sont partout,

mais ce sont  souvent des couronnes d’épines

Car c’est aussi l’histoire de l’esclavage

histoire de la fracture sociale ,raciale 

D’un côté,les noirs si maigres ,qu’on peut voir leurs fémurs  leur colonnes vertébrales au travers de leur peau

De l’autre côté se trouvent les  gratte-ciel de la ville des blancs

Pourquoi ,la  peinture dégoulinante ressemble t elle à des larmes ?

**

La culture artistique Par hasard, Basquiat rencontra Warhol   

 

Ils devinrent  amis

au point de faire ensemble quelques toiles

Dans ce cas, on reconnaît de suite la marque de chacun

Le noir révolté et le blanc satisfait

L’un peint du sang , « de la merde »

L’autre est propre, rationnel ,enfant de la pub

C’est la vie ou la mort  

Mais où est la vie ?

 est la mort ?

**

La religion 

Basquiat représente un prêtre ,des prophètes ,un ange déchu, des diables  

des saints, non  plus couronnés, mais auréolés d’épines

N’a t il pas dit

 « c’est la fin des religions laveuses de cerveau et des philosophes bidons »

Il représente aussi des masques africains avec les yeux en diagonale

et les clous des fétiches

Est-ce le souvenir de la magie du Vaudou ,révélé par son père haïtien

**

Les Supports 

Basquiat est  un rapide

Basquiat est mobile

Il veut évoluer

en particulier en changeant de support

Pourquoi toujours la toile et l’huile ?

**

Ce fut les murs de New York

Ce fut le frigidaire de sa cuisine

Ce fut les casques de motos

Puis il dessine sur du papier  

Il peint avec de l’acrylique sur toile

fait du collage

Travaille sur du papier boursouflé collé sur toile  

puis de nouveau sur du  bois

il encadre ses tableaux et punaise ses toiles

il va jusqu’à faire  un triptyque comme les anciens

mais avec des déchets  de bois et des charnières en acier

Sur chaque  volet il a placé les 2 saints

d’un côté Wahrol et de l’autre son portait

 

John Currin :Un contemporain qui imite les peintres du passé et qui se moque du présent

16 novembre, 2010

John Currin, né en 1962 à Boulder (Colorado), est un peintre américain.

D’accord !

John  Currin tombe parfois dans le porno

C’est pas ce qu’il fait de mieux

Mais bon

il faut bien vivre !  

Mais quel peintre !

il imite remarquablement

tant les classiques que les impressionnistes

Que de référence aux grands maitres de l’art !

johncurrinlacuillere.jpg

**

Ainsi dans ce tableau qui représente 3  filles

en train de manger   

il imite les gamines certes défigurées  de Cranach

Le clair obscur de Rembrandt

les reflets des fenêtres dans les vases

de tant et tant de flamands

des natures mortes  

des chapiteaux corinthiens

johncurrinlapoule.jpg      johncurrinlabouche.jpg        johncurrinvaseetfleur1.jpg

johncurrinnaturemorte.jpg     Cliquez sur les photos      

Tout en imitant le passé

Il est cruel avec le présent

Artiste contemporain qui déconstruit

il nous dépeint

une  société aux mœurs parfois infâmes

sans pudeur aucune

des filles débraillées

maigres pour satisfaire à la mode

car la mode c’est la mode

Il faut être maigre

point barre !

Rien à voir avec les chairs plantureuses d’un Rubens  

 

Jeff Koons à Versailles ,un art pour DE-PENSER

22 octobre, 2008

J’avoue que le personnage de Koons ne m’est pas très sympathique

Tout d’abord à cause de son passé sulfureux

et de son mariage très médiatisé avec la star du porno suivi d’un divorce

Ensuite pour son  appât du gain..

Son atelier d’artiste est devenu une énorme entreprise à « sou »

Mais il faut reconnaître qu’à Versailles il nous bouscule

Au premier regard on est révolté

Des poupées Kitch, des lapins en métal, des fleurs en plastique

Et puis que veulent dire les commentaires vulgaires du catalogue

jeffkoonsrabbit.jpg        koons.jpg

J’ai entendu un commentaire sur une radio très catholique.

Le commentateur était outré en  découvrant des allusions pornographiques

dans toutes les œuvres exposées

Comme il est dur de DE-PENSER c’est-à-dire de penser autrement

dpenser4.gif

En fait qui était Louis 14 le roi soleil ?

Il  exploitait son peuple paysan qui vivait dans la misère

Il  méprisait ses courtisans qui se courbaient devant lui dés son lever

Il  envoyait ses soldats à la boucherie

L’exposition de Koons c’est la réponse d’un  peuple qui se venge

Et qui prend possession du  palais qui, après tout, lui appartient

Un  peuple qui est toujours méprisé par des intellectuels tyranniques

car il aime des ours en peluche et des petits lapins  au lieu d’admirer du Véronèse

On critique l’artiste qui a mis son buste à la place de celui du roi

Mais   Louis 14 n’est il pas pire en se prenant pour le roi soleil ?

Dans la galerie des glaces ou Lebrun a glorifié toutes les batailles

du roi soleil 

Koons, a placé

 une lune sombre ,l’astre de la nuit

12