Archive pour la catégorie 'Ambroise de Milan'

Saint Ambroise : La valse des vêtements de Jésus au cours de sa passion

15 mars, 2013

Dans son traité sur l’évangile de Luc (tome 2)

Ambroise étrangement

parle longuement

des vêtements que Jésus

portait au moment de sa passion

**

Robe blanche

Jésus est revêtu d’une robe blanche par Hérode,

car l’Agneau de Dieu qui a pris glorieusement sur Lui les péchés du monde,

est sans tâche .

**

Le  manteau d’écarlate que les soldats lui mettent

figure les victoires des martyrs

La tunique de pourpre  représente le pouvoir royal ;

**

 De même, la couronne d’épines tressée autour de sa tête 

est  la gloire du triomphe procurée à Dieu par les pécheurs de ce monde, épines du siècle

**

En fait les Juifs,

en blessant , couronnent.

en se moquant, adorent.

Leur cœur ne croit pas,

et pourtant ils rendent hommage à celui qu’ils immolent.

**

Dieu  est salué comme un roi,

couronné comme un vainqueur,

 adoré comme Dieu et Seigneur.

**

Jésus est dépouillé de ses vêtements

Avant de monter sur la Croix

Jésus a quitté les vêtements royaux :

On comprend ainsi qu’il a souffert comme homme,

non pas comme Dieu et roi,

et que, si le Christ est l’un et l’autre,

c’est pourtant comme homme, non comme Dieu, qu’il a été cloué sur la Croix.

**

Il monte . il est dépouillé :

c’est donc ainsi qu’il faut monter quand on s’apprête à vaincre le siècle,

 sans rechercher les secours du siècle.

Adam fut vaincu, lui qui a cherché un vêtement (Gen., III, 7) ; 

Le vainqueur est Celui qui a quitté ses vêtements.

**

Le partage des vêtements  

Les quatre soldats qui se partagent le vêtements sont-ils la figure des quatre évangélistes, ?

 **

 Matthieu : parle du manteau d’écarlate (XXVII, 28),

 Jean reçoit la robe de pourpre (XIX, 2),

 Marc parle que de  la pourpre  (XV, 17),

 Et Luc de la robe blanche (XXIII, 11) :

**

Que de gens, le Christ a-t-il donc revêtus de son vêtement!

Je pense qu’il n’a pas revêtu quatre soldats seulement, mais tous, et tous abondam-ment. 

**

 Mais revenons aux évangélistes

Luc a choisi pour lui l’éclat du vêtement sacerdotal,

 Marc n’a pas recherché le tissu des diaconats

**

Jean a pour ainsi dire tissé les discours pour en revêtir notre foi.

 Ne trouvez-vous pas que ceci est une chaîne :

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu.

Il était au commencement en Dieu. Tout a été fait par lui » (Jn, I, 1-3) ?

**

Mais Marc, se contentant de l’éclat de la pourpre, dit, sans enchaîner les mots :

« Début de l’évangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu» (I, 1).

Les vêtements partagés sont donc les actions du Christ, ou sa grâce :

**

La tunique ne pouvait être partagée :

C’est la foi, qui  appartient à tous de plein droit ;

 car ce qui n’est point partagé aux individus demeure intact.

**

.Elle était « tissée depuis le haut » (Jn, XIX, 23) :

 car la foi du Christ est tissée de telle façon qu’elle descend du divin à l’humain,

puisque, né de Dieu avant les siècles,

Benoît XVI :La prière de Saint Ambroise de Milan

7 décembre, 2012

Au cours de son audience du 24 oct 2007

Benoît XVI

parle de saint Ambroise de Milan

**

Ambroise fut magistrat

Ambroise fut evêque

Ambroise fut un grand pasteur

Il fut aussi un homme  profondément intérieur

**

Voici ce que le pape dit à ce sujet

Ambroise fut un homme de prière

Il conseilla la lectio divina

proposa de prier en chantant

mais aussi à prier en silence

**

La lectio Divina

Quand Ambroise ,

homme instruits mais ignorant les Ecritures,

devint  évêque

Il commença par étudier les écritures

**

A partir des œuvres d’Origène,

il a appris à connaître et à commenter la Bible.

**

Ainsi, la prédication d’Ambroise  commence par la lecture des Livres saints

… afin de vivre en conformité avec la Révélation divine.

**

Les chants

Saint Augustin raconte qu’il fut frappé par 

Le témoignage de l’évêque et de son Eglise milanaise qui priait et chantait comme un seul corps intact.

**

« Dans une église que l’empereur voulu réquisitionné  pour les célébrations des ariens

le peuple fidèle passait les nuits dans l’église, prêt à mourir (444) avec son évêque,

Alors, pour préserver le peuple de l’ennui et de la tristesse,

 il fut décidé que l’on chanterait des hymnes et des psaumes,

 selon l’usage de l’Eglise d’Orient,

Cliquez ICI

**

L’oraison

 Augustin avait appris précisément d’Ambroise comment écouter  dans son propre cœur

en persévérant  dans la lecture de l’Écriture Sainte

 de façon à absorber et à assimiler vraiment  la Parole de Dieu .

**

Augustin fut aussi émerveillé  parce qu’Ambroise

lisait  les Ecritures avec la bouche fermée, seulement avec ses yeux (cf. Confessions, 6, 3)

**

Ainsi Ambroise méditait  après avoir lu

Cela fait penser à la femme en prière

qui est représentée 6 fois sur le portail nord de la cathédrale de Chartres

Elles set assise ,prend un livre ,l’ouvre ,le lit

 puis referme le livre et médite

  comme le disciple bien-aimé qui reposa sa tête sur le cœur de son maître

Pour écouter

**

Le témoignage

Pour  Ambroise  la catéchèse est inséparable du témoignage de vie.

 

Paulin, le diacre fidèle qui a écrit sa vie raconte

« Ambroise avant de mourir, reçu la communion le vendredi saint 397

. Dès qu’il a reçu et l’a avalé, il rendit l’esprit

. Son âme, ainsi rafraîchi par la vertu de cette nourriture,

 jouit maintenant de la compagnie des anges »( Vie,  47).

**.

 Ce fut sa dernière catéchèse: dans le silence des mots,

 il a continué à parler avec le témoignage de sa vie.

 

Jérôme l’intello et Ambroise l’homme du terrain

17 octobre, 2012

Jérôme traduisit les « homélies de Luc par Origène

à la demande de Paula

et de sa fille Eustochium

deux femmes savantes

de la haute société romaine   

Cliquez ICI

**

Dans son prologue Jérôme écrit que la traduction est une entreprise désagréable 

Entreprise désagréable et pareille à la torture

 que d’écrire en suivant le gout d’un autre

,et non le sien propre

Je vais cependant de suite entreprendre cette tache puisque vous me le demandez

**

Et dans ce prologue il ajoute  

Entreprise d’autant plus désagréable que j’entends

 les croassements d’un corbeau de mauvais augure

 qui se pare de façon étrange du coloris de tous les oiseaux

 quand de lui même il est tout ténébreux  

**

Ambroise

Jérôme parle d’un corbeau 

Certains disent que c’est Ambroise

Car Jérôme ne l’aimait pas

Mais alors !

pas du tout !

**

Ambroise commit ,en effet

quelques indélicatesses

dans les salons des femmes savantes

quand il vint à Rome en 382

**

Il se serait moqué de Jérôme

en le traitant

de « prédicateur des femmes » ?

**

Mais alors là !

ça ne lui a pas plu

à Jérôme

Mais alors !

  pas du tout !

**

Jérôme si Irascible

ne comprenait pas forcément l’humour

comme tant de « maîtres »

très sérieux

et très « compétant »  

**

Il est à couteaux tirés

contre Ambroise  

lui ,Jérôme

l’intello

le docteur

le professeur qui sait tout

qui s’attaque à tous

y compris à son ami d’enfance Rufin

Cliquez ICI

**

L’autre, Ambroise

n’est pas un chercheur

C’est un pasteur  

soucieux avant tout d’enseigner ses brebis 

Cliquez ICI

**

On retrouve l’eternel  mépris que se portent mutuellement

les soi disant penseurs

et les hommes du terrain

qui ne sont pas forcement meilleurs    

Ambroise de Milan ( 333-397 ) :Sa jeunesse

15 février, 2012

Un sacré grand bonhomme

cet Ambroise de Milan

sacré car évêque

et  grand   dans sa vie et son enseignement

**

Dans le civil

il n’est pas n’importe qui

Son père était préfet du prétoire de Gaule

Cette préfecture était une des 4 grandes divisions de l’empire

contenant la grande Bretagne ,l’Espagne etla Gauleproprement dite

Rien que ça !

**

Il avait une sœur Marcelline

l’aînée devenue moniale

et un frère Saturus

qui abandonna sa carrière

pour aider Ambrosien à gérer les biens de son diocèse

**

Parmi ses amis d’enfance il comptait Symnaque

qui deviendra préfet de Rome

et avec qui il aura plus tard des démêles

au sujet de l’autel de la victoire

cliquez ICI 

 **

Il était  responsable du maintien de l’ordre public, à Milan

au moment de l’élection

du  successeur de l’évêque arien de la ville, Auxence,

Or des troubles eurent lieu dans la cathédrale

et Ambroise s’y rendit aussitôt

 **

On connaît la suite

Un enfant se serait écrié

«Ambroise évêque ! »

et la foule réjouie, l’acclama aussi 

 

Ambroise de Milan : Son caractère et son enseignement

15 février, 2012

Ambroise était un homme bon

un homme fort

mais surtout un pasteur

qui malgré toutes les disputes théologiques de son temps

surla Triniteet contre les ariens

a su préserver le message évangélique

**

Un prédicateur bon et éloquent

Saint Augustin nous parle longuement de d’Ambroise

dan « ses confessions »

en tant que prédicateur

bienveillant ,miséricordieux  et juste 

cliquez ICI  

**

Un homme intrépide

Ambroise ne craint pas l’empereur

au contraire 

il lui rappelle plusieurs fois 

que l’empereur n’a pas tous les droits

cliquez ICI

**

Sa doctrine

son œuvre la plus remarquable est

son livre sur les devoirs

qui est un véritable commentaire du sermon des Béatitudes

cliquez ICI  

**

Il écrit aussi

Le livre des mystères 

sur le baptême et l’eucharistie

Cliquez  ICI 

**

Evidemment il a eu affaire aux ariens

Qui étaient  incontournable en son temps

mais Ambroise ne perds pas son temps à les réfuter

Il a autre chose à enseigner

l’évangile  et non la Trinité

Cliquez ICI 

Ambroise de Milan : La liturgie « Ambroisienne » et les Hymnes

15 février, 2012

Saint Augustin dans ses « confessions »

raconte comment  ont commencé  

les hymnes d’Ambroise de Milan

et la liturgie «  Ambroisienne » 

à l’occasion d’une crise avec les ariens

**

Justine, mère du jeune empereur Valentinien,

 séduite par l’hérésie des Ariens, persécutait votre Ambroise.

 Le peuple fidèle passait les nuits dans l’église, prêt à mourir (444) avec son évêque,

**

Alors, pour préserver le peuple de l’ennui et de la tristesse,

 il fut décidé que l’on chanterait des hymnes et des psaumes,

 selon l’usage de l’Eglise d’Orient,

Cela est devenu ensuite une coutume

**

L’Eglise de Milan venait d’adopter cette pratique consolante et sainte,

ce concert mélodieux où les frères confondaient avec amour leurs voix et leurs cœurs.

**

C’est alors qu’ Ambroise decouvrit le lieu qui recélait les corps des martyrs Gervais et Protais.

 Depuis  tant d’années ils étaient  à l’abri de la corruption,

 pour mettre un frein à la fureur d’une simple femme, mais d’une femme impératrice.

 Retrouvés et exhumés, on les transfère solennellement à la basilique ambroisienne,

Des possédés sont délivrés

..Un aveugle  porte le linge qui recouvrait les coprs à ses yeux, ses yeux s’ouvrent.

 Le bruit en court sur l’heure;

 Et le coeur de la femme ennemie, sans être rendu à la santé de la foi, n’en fut pas moins réprimé dans ses fureurs de persécution. (confession 9,7,15)

**

Ambroise est ainsi considéré comme le père des Hymnes latins

Il doit sans doute son succès aux contenus populaires ,aux images employées

et aux mélodies, qu’il a composées lui-même.

 

 

Ambroise de Milan , l’impératrice Justine et les ariens

14 février, 2012

Ambroise de Milan 

fut en butte avec les ariens

comme tous les autres évêques orthodoxes du 4é siècle

mais il était  coriace

Pourtant c’est à l’impératrice Justine elle même

 qu’il eut à faire

**

Justine, était la mère du jeune Valentinien II, l’empereur d’Occident,

or Justine était arienne

et les ariens réclamèrent  en 385, une église de Milan  pour y célébrer leur culte, le jour de pâque

ah !que non !

Ambroise refusa 

et des troupes furent envoyé ,le jour des Rameaux,

dans la basilique où Ambroise était en train de célébrer l’office

mais la communauté résista

**

voici ce qu’en  dit Theodoret de Cyr (H.E. 6,13)

**

Justine confia à son fils la semence de l’Arianisme qu’elle avait

 dans son cœur.

mais sachant que  l’Empereur son mari brûlait pour la foi,

elle avait caché ses sentiments

 

Le jeune Prince Valentinien  

en  parla à Ambroise  dans l’espérance d’attirer facilement  tout le monde  avec l’aide de l Évêque. Mais Ambroise lui rappela  la piété du feu Empereur son père, et l’exhorta à la conserver

 Il lui expliqua la différence des deux doctrines, et lui fit voir que l’une est conforme à la parole de Dieu, et aux vérités  prêchées par les Apôtres, au lieu que l’autre y est contraire.

 

 Valentinien, au lieu de recevoir comme il devait les instructions d’Ambroise, entra en colère, et fit invertir l’Eglise par des gens de guerre,

 Mais la fermeté d’Ambroise répondit à ces menaces en lui disant 

Je ne sortirai point de moi-même,

 je n’exposerai point la bergerie aux loups;

 je ne livrerai point la maison de Dieu à des blasphémateurs.

 Si vous voulez me tuer, vous n’avez qu’à me donner un coup d’épée, ou de javelot dans l’Église ;

 je souscrirai volontiers ce genre de mort

Les démêlés entre Symnaque et Ambroise au sujet de l’autel de la victoire

14 février, 2012

Des relations d’amitié et peu être  même de parenté

unissaient la famille chrétienne d’Ambroise et celle de Symnaque qui était païen

Ils avaient en commun le même rang social

et surtout  le même amour des lettres et de l’hellénisme

**

Ambroise devint évêque de Milan

Symnaque  devint  préfet de Rome

Ils restèrent ,malgré leur différents

 toujours de grands amis

**

Car …..Ils ont dû se combattre a propos de l’autel de la victoire

**

En effet ,en entrant à la curie , chaque sénateur faisait brûler un peu d’encens.

devant un autel dédié àla Victoire .

Cet autel et la statue, avaient été enlevés à la demande des chrétiens

 En 384, Symmaque ,alors préfet de Rome, en demande le rétablissement à l’empereur

en tant que païen ,attaché à ses croyances,

et en plaidant pour une grande tolérance 

 dans un esprit de tolérance.

 

 « Imaginons que c’est maintenant la ville de Rome qui s’entretient avec vous en ces termes :

excellents empereurs, pères de la patrie,

Laissez moi  pratiquer les cérémonies ancestrales, !

Laissez moi  vivre selon ma tradition, parce que je suis libre !

 « Nous demandons la paix pour les dieux de nos pères, pour nos dieux nationaux.

Tous les hommes adorent ,il est juste de le concevoir,  qu’un  seul être

 Ce sont les mêmes astres que nous contemplons,

 le ciel nous est commun : le même univers nous enveloppe :

qu’importe par quelle sagesse chacun cherche la vérité.

Un seul chemin ne suffit pas pour accéder à un si grand mystère

**

Un siècle plus tôt c’était Tertullien et Origène

qui  au moment des persécutions

demandait cet esprit de tolérance

Cliquez ICI

Que de changements en un siècle !

**

evidemment Ambroise

refuse catégoriquement

ce retablissemnt de la statue de la Victoire

 

Ambroise de Milan : la pénitence de Theodose selon Théodoret de Tyr

13 février, 2012

 En 390  Le commandant en chef de l’Illyrie avait été tué à Thessalonique, par une foule surexcitée.

 Théodose ordonna un châtiment exemplaire 

Il ne fait pas  dans la dentelle

Sept mille personnes furent massacrés

**

La ville de Thessalonique est une ville fort grande, et fort peuplée,

Les habitants de cette ville ayant fait une sédition, accablèrent de pierres quelques-uns des Magistrats, et les traînèrent par les rues. L’Empereur en conçut une grande colère, et permirent aux victimes de se venger  

 On dit qu’il y eut sept mille personnes tuées  sans  connaissance de cause, et  sans  formalité de Justice.(Theodoret de Tyr H.E. 17

**

Ambroise de Milan fut indigné

et somma l’empereur de se soumettre à la pénitence prescrite par l’Église.

**

Extraordinaire

Incroyable

le maître de l’empire

s’incline devant le pontife de Milan

et Théodose reconnaît publiquement sa faute devant la communauté

**

Que de changements depuis le temps des martyrs

Depuis l’édit de Milan (313)

**

Dans son chapitre 18 de son histoire

Théodoret de Tyr

s’attarde très longuement sur cette penitence de l’empereur Théodose

tant elle avait surpris la population

**

Beaucoup plus tard

sous la menace des moines le roi « Louis le pieux »

fera aussi pénitence

**

Theodoret de Tyr écrit

 **

Le célèbre Ambroise empêcha  l’Empereur d’ entrer dans l’Eglise,

en lui parlant de cette sorte :

**

le massacre de Thessalonique  a été fait par votre ordre,

N’en reconnaissez-vous pas l’injustice ?

 Peut-être que la grandeur de votre pouvoir vous cache l’énormité de votre crime

**

. Les sujets auxquels vous commandez, sont non seulement des hommes, qui partagent  avec vous la même nature, mais des compagnons qui servent le même Maître.

 Car le Dieu qui a créé l’Univers, est le Souverain commun des Princes, et des peuples. …

**

Comment lèverez-vous au Ciel des mains qui dégoûtent encore de sang ?

Comment recevrez-vous le sacré corps du Sauveur, dans ces mains toutes souillées….

**

Retirez-vous donc, et expiez votre péché, par une humble satisfaction, au lieu de l’augmenter par une insolente désobéissance.

**

L’Empereur s’en retourna à son Palais en jetant des soupirs., et en versant des larmes.

**

Théodose retourne chez Ambroise

**

Théodose lui dit :

Je ne m’élève point contre la loi qui m’a été donnée, et je ne désire point entrer dans l’Eglise contre vos ordres ; mais je vous supplie de m’absoudre en vue de la miséricorde infinie de notre Dieu, et de ne me pas fermer la porte qu’il ouvre à tous les véritables pénitents.

 

Ambroise lui dit alors:

Puisque vous avez jugé par colère au lieu de juger par raison,

 faites une loi qui déclare nul tout ce que vous aurez prononcé dans  la chaleur de la colère et que quand vous aurez condamné quelqu’un à perdre, ou les biens, ou la vie, la sentence demeurera trente jours  sans  exécution, qu’après ces trente jours on vous la représentera, afin que vous l’examiniez avec un esprit dégagé de passion ;

 que si elle vous paraît alors injuste, vous la révoquerez, sinon vous commanderez qu’on l’exécute. Ce délai de trente jours ne nuira en rien au bien de la Justice.

 

L’Empereur ayant approuvé cet avis d’Ambroise, ayant commandé qu’on rédigeât la loi par écrit, et l’ayant signée, il reçut l’absolution. Etant ensuite entré dans l’Eglise avec une foi vive, et une humilité profonde,

il se prosterna contre terre,

 

Ambroise de Milan :L’évêque est plus grand que l’empereur

13 février, 2012

Invraisemblable

inouïe

après le massacre de Thessalonique par les troupes de Théodose

Ambroise inflige une pénitence à Théodose qui s’incline

**

Ce n’est pas fini !

Un peu plus tard tandis que l’empereur entrait dans l’église

et s’apprêtait à siéger au même rang que les clercs

Ambroise  lui demanda de s’asseoir au milieu des autres fideles  

**

Voici ce qu’en dit Theodoret   dans son histoire de l’église (5,18)

**

. Lorsque le temps de l’offrande fut arrivé, Theodose

 s’avança pour faire la sienne, et après l’avoir faite, demeura dans l’enceinte de l’Autel.

**

 Le grand Ambroise rompit alors son silence

 pour lui apprendre la différence qu’il y a dans les places de l’Eglise.

Il lui fit dire par son diacre:

II n’y a que les Prêtres qui doivent entrer dans l’enceinte de l’Autel,

Les autres s’en doivent éloigner.

 Retirez-vous donc, et demeurez avec le peuple.

 La pourpre qui vous distingue du reste des hommes ne vous met pas au rang des Prêtres.

**

Théodose ayant reçu avec joie cette remontrance, fit dire à Ambroise  que ce n’était point par vanité, ni par orgueil qu’il était demeuré dans l’enceinte de l’Autel , qu’il avait suivi en cela l’usage qui s’observe à Constantinople, et qu’au reste il le remerciait de son instruction.

 

Quand Théodose fut de retour à Constantinople, il y observa la règle qu’il avait apprise du grand Ambroise. L’Evêque Nectaire lui ayant demandé pourquoi il ne demeurait pas dans l’enceinte de l’Autel, il répondit en soupirant :

J’ai eu beaucoup de peine à apprendre la différence qu’il y a entre un Empereur, et un Evêque. J’ai eu beaucoup de peine à trouver un homme qui m’enseignât la vérité. Je ne connais qu’Ambroise qui mérite le titre d’Evêque.

Voila le fruit que produisent les remontrances d’un homme d’une éminente vertu

12345