Archive pour la catégorie 'Religieux'

Le père Le Vavasseur (1811-1882) Jeunesse et missionnaire à la Réunion

22 janvier, 2014

Vocation

Créole né à la réunion ,son père l’envoie en France pour faire des études

C’est alors qu’il décide de rentrer au séminaire

malgré les objections de son père 

Cliquez ICI  

**

Tentation

Il est de plus en plus obsédé par la détresse matérielle et morale  des noirs qui sont encore esclaves à Bourbon 

et projette avec E.Tisserant et F Libermann

 de former un société de missionnaire au service des « pauvres noirs »

mais subitement il doute de lui-même

C’est ce qu’il appelle sa tentation  

Cliquez ICI

 **

Mission à  Bourbon (La réunion)

Devenu prêtre ,il embarque pour Bourbon en 1842

où pendant 7 ans il va vraiment se démener pour « le bien des noirs » 

**

C’est le temps de la libération des esclaves qui eut lieu le 20 dec 1848 

Le Vavasseur est loué pour avoir contribué

à ce que cette libération se passe sans trop d’accroc

comme cela avit eu lieu à l’île Maurice

**

Il ouvre des écoles d’apprentissage

Il fonde une congrégation de sœur « les filles de Marie »

Cliquez ICI

**

Retour en France

Le père Libermann réunit en 1848 la « société du saint cœur de Marie »

à la congrégation du Saint Esprit  fondée au 17è siécle et en devient le supérieur général

Il a donc besoin de l’aide du père Le Vavasseur et lui demande de rentrer en France

Cliquez ICI  

 

Le père Fréderic Le Vavasseur en France : Son caractère

21 janvier, 2014

Le père Le Vavasseur après être rester 7 ans à la Réunion

 est rappelé en France  par le père Libermann  

**

Libermann lui écrit

Dieu vous a inspiré le premier la fondation de notre œuvre

il me parait clair qu’il vous destine à en être le soutien

Vu ma santé ,je crois que je ne vais pas  vivre longtemps

 et nous avons besoin de vous

C’est un grande sacrifice que je vous demande de faire :

mais je vous presse vivement de venir ,c’est urgent

**

Toujours prêt à obéir promptement 

malgré sa répugnance

Le Vavasseur s’embarque pour le Havre en Mars 1851

**

Il devient secrétaire du le père Libermann

et directeur  du séminaire des colonies

secondé , dans ce poste, par Gaultier  un homme éminent  et très savant 

**

En 1852 le père Libermann meurt

Le père Schwindenhammer  devient supérieur général

et choisit Le vavasseur comme assistant 

**

Le  Vavasseur restera assistant pendant 27 ans

Ce fut d’autant plus remarquable  que lui et Schwindenhammer 

 avaient des caractères très différents

**

Caractère de Le vavasseur  

Le père Schwindenhammer 

dans une lettre à le Vavasseur  écrit

On juge que je suis froid et sec  …

Je sent  fort bien que j’ai ce défaut là ….

C’est là ma misère à moi.

Un autre en aura d’un autre genre.

Je tache d’y faire attention ,mais j’aurai beau faire, je resterai toujours tel

   …comme vous probablement , vous restez  trop prompt et trop spontané …

**

Son confrère et ami Collin

se moque un peu de lui , de sa vivacité, de ses scrupules

Vous avouerez que vous avez des talents et des qualités

 que le « commun des martyrs » ne possède pas

 …vous avez un entrain que le R Père lui même n’ a pas

**

La mère Javouhey ,la célèbre et imposante fondatrice des sœurs de Cluny

écrivait à Schwindenhammer 

J’ai vu notre bon père Le Vavasseur

Comme il me plait !

 et que ce caractère va bien  au mien .

Il nous est tout dévoué ….

.Que je suis contente de connaître ce père

Je veux qu’il soit mon conseil 

**

en 1851 c’est le père Le Vavasseur qui assistera la vénérable mère

au moment de sa mort 

**

en 1881 il devient supérieur général de la congrégation et meurt peu de temps après  

Cliquez ICI 

La mort du Père Fréderic le Vavasseur

21 janvier, 2014

 

Le supérieur général

En Aout 1881 le père Le Vavasseur fut élu supérieur général de la congrégation des pères du Saint Esprit

28 ans après la mort du père Libermann

Au moment de son élection

il fit une courte allocution en rappelant

qu’il avait été avec le père Tisserant

 à l’origine de la congrégation

**

Le père Tisserant et moi avions eu la première pensée d’une congrégation de  missionnaire,

 mais je ne devais n’ être qu’un aide

 soit pour la commencer avec le  vénéré père Libermann ,

soit pour la consolider avec le père Schwindenhammer  qui vient de mourir 

**

mais tandis que le père Libermann allait mourir

et voyant que les autres pères pensaient à moi pour la succession

j’ai demandé au père Libermann d’en décider

il se décida et choisit le père Schwindenhammer

**

Sa mort

Le  Vavasseur fut supérieur que quelques mois

Avant de mourir

après qu’on lui eut donné le sacrement des malades

il dit

 Il ne faut vouloir et chercher partout que ce que le bon Dieu veut

 et il faut l’accomplir et l’accepter toujours …

Voila le véritable amour de Dieu ,

l’amour du sacrifice l’amour de la croix …

C’est la dernière parole  que je veux vous laisser

**

Puis il appela son secrétaire et lui dicta une sorte de testament spirituel

La croix venant du bon plaisir de Jésus , c’est tout  

La vocation du pére Frédéric Le Vavasseur

20 janvier, 2014

Le Père Tisserant nous donne des détails très intéressants sur la vocation du père Le Vavasseur ,originaire de Bourbon (La Réunion)

dans « les notes et documents du père Libermann » (ND1 P 611 ss )

http://www.mi-aime-a-ou.com/pere_levavasseur.php

**

Le Vavasseur

Son père l’avait envoyé en France pour se préparer à Polytechnique

ce que fit Frédéric 

avec une ardeur et une grande passion.

il voulait devenir un grand savant en toute chose

et c’était par les mathématiques qu’il voulut commencer (p 609)

**

Mais un jour qu’il travaillait ses mathématiques

tout à coup ,il lui vient une pensée qui le frappa et pénétra son cœur

« Que vas-tu faire de tes mathématiques ?

Comment pourras tu avec ces études reconnaître toutes les bontés de Dieu a eu pour toi ?

Ne vaudrait il pas mieux prendre un état

 où tu pourrais faire plus de bien et rendre plus de gloire à Dieu (p  611)

**

Fortement troublé il alla trouver un prêtre qui lui dit

« votre place est au séminaire »

**

Ben Voyons !

Son père lui avait dit ,la veille de son départ

« Fais tout ce que tu voudras ,galérien si tu veux ,mais ne te fais pas prêtre ;

Si tu te fais prêtre, je ne te regarde plus comme mon fils »

**

Fréderic cherche donc une solution intermédiaire 

en se faisant médecin

 pour être au service des autres

**

Mais il hésitait toujours 

On lui conseilla alors d’aller voir l’evêque de Versailles où il résidait alors

« il fallait regarder la décision de l’evêque comme étant la volonté de Dieu »

**

Le Vavasseur s’y soumit comme une vraie victime

On lui conseilla cependant de terminer ses études pour plaire à son père

**

Mais il n’avait plus goût à rien

« la contention qu’il mettait dans ses oraisons lui fatiguent la tête

à un tel point qu’il ne lui fut plus possible de lire (p 615 )

et il ne réussit plus ses examens

**

Et puis …

il préférait lire des vies comme celle de Marguerite Alacoque

 ou  le catéchisme de la vie intérieure de Mr Olier ( p 617)

ou encore aider la sœur Rosalie  qui s’occupait des pauvres

prés du collège Stanislas à Paris  ou il se trouvait en ce moment

**

Enfin tout finit par s’arranger 

il revoit son père

qui lui permet enfin d’entrer au séminaire 

**

Mais Fréderic était fatigué psychologiquement

Il n’arrivait plus à suivre les cours

« On ne savait pas comment réussir à lui faire achever son cours de philosophie

et il était fort douteux qu’il puisse continuer  (p 592)

**

et le père Tisserant de dire

Tel était  pourtant l’homme que Marie avait choisi le premier de tous

pour venir au secours des âmes délaissées (p 593)

Cliquez ICI 

Les Tentations du Père Fréderic Le Vavasseur

20 janvier, 2014

Ce fut Le Vavasseur qui suggéra à Libermann de fonder une société au « service des noirs »

Ce fut ensuite Libermann qui entreprit les démarches à Rome

Enfin ce fut Libermann qui devint le premier supérieur de la congrégation du saint cœur de Marie

cliquez ICI 

**

La première tentation  

Le Vavasseur a t il garder une certaine rancœur à Libermann ?

Ce serait bien humain !

mais personne ne le dit

**

Il se pose quand même la question

Va t il faire ces vœux entre les mains du père Libermann ?

allez t il  s’engager dans la nouvelle congrégation ?

Ce fut une terrible épreuve

mais il en sortit vainqueur

**

Le 2 février 1842  il écrit au père Libermann

J’ai passé cette nuit aux pieds de la vierge Marie en esprit d’hostie ,

la priant de me recevoir et de m’offrir à son divin fils

 et le matin j’ai fait les promesses suivantes

**

Puisqu’il me semble que c’est dans la congrégation

que le Seigneur nous a inspiré le désir  de former avec son aide

,qu’il veut se servir de moi pour sa gloire  

je considérerais  et considère des maintenant M Libermann,

 reconnu et choisi pour supérieur de cette congrégation naissante

 ….je veux le respecter, le vénérer et aimer comme Marie elle même

 et avoir pour lui toutes les dispositions que je dois avoir envers elle …(ND3 p 10)

**

Libermann évidemment s’en réjouit et répondit

 Soyez tranquille, je ne crains plus rien

 parce que j’espère que le cœur de Marie aura compassion de nous

 et ne permettra pas que l’ennemi nous trouble …

**

Je pensais à « l’ordre de la rédemption des captifs »  qui a eu plusieurs fondateurs

et mon coeur était  brisé  de douleur

 parce que je voyais que ces saints  vivaient dans une parfaite union…

pour procurer la gloire de leur maître …

et nous qui sommes de si pauvres gens,

si incapables de faire quelque chose pour la gloire de Dieu

 et qui avons un si grand besoin de cette union ,

nous ne l’avons pas et perdons par là le dépôt qui nous est confié

  …cette pensée me déchirait …

Maintenant  Marie nous donne la main

**

Deuxième tentation

Trois 3 ans plus tard en 1846

le Vavasseur  eut une tentation encore plus grande

Il veut quitter la congrégation et devenir jésuite

**

Le père Libermann lui répond le 3 décembre 1846

 Je crois que ce n’est pas dans l’ordre de la volonté divine

 que vous quittiez la congrégation pour entrer chez les jésuites

**

La volonté de Dieu décide de tout

Je crois qu’elle a donné des preuves bien claires de votre vocation

Elle n’est plus à décider :

Elle l’est

Je ne peux vous donner mon consentement …

j’agirais contre ma conscience si je consentais à ce que vous me demandez

toutes vos hésitations tendent à perdre la mission de Bourbon (ND 8 p 363)

Eugene Tisserant ( 1814-45 ) Un des fondateurs de la société du cœur de Marie

19 janvier, 2014

 Un religieux obéissant  

Le père Eugene Tisserant

bien qu’il fut avec le père Levasseur et le pére Libermann

un des fondateurs de la société du Cœur de Marie

était  un excellent religieux

qui ne cherchait que la volonté de Dieu

en obéissant au Pére Liberman

**

Tandis  que Tisserant était sur la route vers Haïti

 le président Boyer est renversé

et le pays sombre dans une grande instabilité

**

Libermann  interdit donc à Tisserant  de continuer  sa route

et d’attendre la suite des événements 

Tisserand  en bon religieux se soumet

Je me contentais au premier moment d’adorer les desseins secrets de notre bon maître

qui semblait me défendre de me rendre en Haïti,

puisque vous m’avez écrit de ne pas y aller jusqu’ à nouvelle ordre

**

puis

.. en demandant dans l’oraison à celui qui éclaire ,

il m’ a paru  que nonobstant votre dernière lettre ,

je devais partir le plus tôt que je pourrai pour Haïti   

(lettre à Liberman du 8 aout 43 Notes et Document tome 5 p 368 )

**

La communauté

le père Tisserant  veut vivre en communauté

Aussi envoyez moi des prêtres et des frères …

J’attend avec impatience l’arrivée de mes futurs confrères (ND5 p 413)

Envoyez nous  au plus tôt des confrères

Si vous saviez comme on les désire ici(ND5 p 429)

Qu’ils viennent au moins un ou deux (ND5 p427)

Cliquez ICI

*

Missionnaire  pour « sauver les noirs »

Tisserant qui  avait un père français et une mère Haïtienne

écrivait

Je suis fier d’être descendu de cette race méprisée

 et c’est un motif de plus pour  que je sois entièrement l’esclave des anciens esclaves.

**

Vous apprécierez surement que le motif  de mes instances est l’urgent besoin de ce peuple haïtien 

que ses pères et mères selon la  foi ont laissé agonisants pour le spirituel ( ND 5 p 419)

 cliquez ICI  

**

Préfet apostolique

le 31 janvier 1844 il est nommé préfet apostolique en Haïti

Ce qui me console un peu ,c’est que Dieu ne demande pas que nous opérions des merveilles ;

mais avant et par-dessus tout

que notre volonté soit sacrifiée à son bon plaisir

de sorte qu’à part le règne de Dieu dans les âmes

que nous devons désirer de tout notre cœur

 ..nous devions être morts à tout désir (ND 5 p 410 )

**

Il réclame  la venue de frères instituteurs

Même si il ne font pas parti de la société du cœur de Marie

Ayez la bonté de vous informer si vous ne pourriez pas nous procurer des frères ;

De n’importe quelle ordre religieux  pour l’instruction du peuple (ND5 p 415)

**

Mais l’abbé Cessens  ancien secrétaire de Mgr Rosati lui cause des ennuis 

Dans un article paru dans un journal ,

il m’accusait dans des termes les plus amers

d’être un ambitieux sans talent ni capacité ,

l’ennemi des prêtres meilleurs que moi

 dont je redoute l’esprit et les talents

**

L’abbé Cessens était décidé

de me faire expulser ainsi que les missionnaires du saint cœur de Marie  …

Il répandait de toute part dans la ville que je n’étais pas préfet apostolique et n’avait reçu du saint siège aucune autorité  (ND 5 p 602)

**

Il semble qu’ Eugene ne fut pas toujours très diplomate

et s’étant mis à dos le ministre des cultes

il doit quitter Haïti ( ND p 614  et 553 à 617)

En Mars 1845 il rembarque définitivement  pour la France

**

Mort au cours d’un naufrage

Revenu en France, Tisserant  est volontaire pour rejoindre ses confrères en Afrique

mais là encore, il agit impétueusement et embarque sur le bateau « Papin » qui est en très mauvais état

 

Ils firent naufrage et il y eut 27 morts

L’abbé Tisserant  voulut tenter l’unique voie de salut qui semblait nous être réservée …

Il s’élança dans les flots espérant que les vagues le porteraient  vers la terre

Un fatal remous de courant qui s’était formé sous le ventre du navire le ramena le long du bord

 où écrasé par le choc des vagues  il coula sous nos yeux sans qu’il nous fut possible de lui porter secours( ND 7 p 468)

Il avait 31 ans 

Le père Tisserant :Un missionnaire face à un christianisme moribond

19 janvier, 2014

Le père Tisserant en Haïti

Tout va mal dans l’église en Haïti 

quand le père Tisserant revient dans son pays en 1843

après être devenu prêtre et avoir participé

à la fondation d’une congrégation missionnaire

avec le père Libermann et  le père Le Vavasseur

*

Une église moribonde

Le père Tisserant écrit que les chrétiens depuis longtemps 

n’ont plus aucune formation

et sont de nouveau submergés par leur superstitions

**

Le clergé en dessous de tout

a été renvoyé de partout

et se retrouve au Caraïbes

**

Les prêtres sont simoniaques

Leurs grands soucis sont les intentions de messe

Le  père Tisserant en est outré

les prêtres reçoivent plusieurs  honoraires  pour les messes basses … ND5 P 380

…..l’occupation unique des prêtres est de chanter beaucoup de messes pour les morts et  de faire chaque jour plusieurs enterrements…

il faut remédier à cet abus d’accumulation d’honoraires  ( ND5p390)

**

Les prêtres vivent ouvertement avec leur concubine dans leur presbytère

Le curé de Cayes un vieillard scandaleux a eu pour successeur un prêtre infâme qui s’est installé avec sa concubine privilégiée ,jeune personne fort coquette avec laquelle il vit publiquement  (ND 5 p 431)

**

Ils vont jusqu’à terminer  leur sermon en proclamant

vive la  souveraineté nationale et vive notre beau sexe ( ND5 p 395)

Ils n’ont que faire de l’instruction des chrétiens

**

Nos prêtres ont bien des ennemis à cause de leur exécrable conduite  (ND 5 p 429)

Quant à ceux qui exercent, à temps soi peu, leur ministère  ils le font avec dédain

et sans amour

**

Le peuple qui n’a pas de catéchisme ,ne connaît pas le premier  mot des mystères

Sa grande et unique dévotion est de se procurer des oraisons bénites qu’ on leur vend

et qui ont des propriétés inimaginables

Mon curé se contente d’ adresser aux fidèles des paroles dures au sujets de leur superstition (ND5 P390)

**

Mon curé ne voulait baptiser personne, fut il en danger de mort,  de midi à 3 heures et renvoyait de manière inconvenante et brutale  toutes les fois qu’on venait le  lui demander à ces heures là

Il disait que la première personne venue n’avait qu’à lui jeter de l’eau sur la tête  ( ND 5  P 423)

**

Il en était ainsi en Haïti au milieu du 19 é siècle

puis  la foi et une église digne de ce nom

a jailli de nouveau

**

Il suffit parfois  de souffler  sur la braise enfouie sous la cendre

pour que d’un coup les flammes jaillissent  

**

La déchristianisation actuelle en Europe 

L’église d’Haïti était devenue inexistante

et maintenant au 21é siècle

l’Europe semble reniée ses racines Chrétiennes

**

Mais l’église ne peut mourir

car l’annonce de l’évangile n’est pas l’œuvre des hommes

mais l’œuvre de l’Esprit

**

Si Dieu existe

Si Dieu nous aime

Si Jésus est mort pour nous

l’église ne peut mourir !

**

Le Saint Esprit est là !

Le feu de l’évangile illuminera et réchauffera le monde

qui lui est en perdition    

Le père Eugène Tisserant : Vie de communauté et dévotion à Marie

18 janvier, 2014

En 1839 Le Vavasseur ,encore jeune séminariste,

à Issy les Moulineaux 

cherchait des prêtres  volontaires

pour évangéliser l’île de Bourbon (La Réunion )

**

Plusieurs fois déjà, il en avait parlé à son ami Eugéne Tisserant

séminariste et créole comme lui

mais qui, lui , désirait partir en Haïti

car sa mère était haïtienne 

**

La vie de communauté  

Or un jour Le Vavasseur vint le voir  

Il me dit qu’il aurait quelque chose à me communiquer ;

et sans lui laisser le temps d’ajouter autre chose

 je lui réponds que je présume bien qu’il va me parler de ses noirs de Bourbon

 de même que moi j’allais lui parler  de  ceux de saint Domingue ,

mais que probablement je ne pourrai me décider ni pour Bourbon ni pour saint Domingue

 parce que je désire avant tout n’aller dans l’un ou l’autre de ces pays qu’en communauté 

Le Vavasseur lui répondit :

 C’est précisément cette vie de communauté que je viens vous proposer

**

Tel était mon souhait le plus ardent et je me trouvais de suite au comble de ma joie

et dés ce moment ,J’oubliais mon désir  d’aller à saint Domingue pour voler de préférence à Bourbon

,où je serai en communauté ,serviteur des esclaves ,sous le joug de l’obéissance ,

Je ne pensais plus qu’ à rendre grâce à marie d’avoir ainsi comblé les voeux qu’elle avait mis dans mon cœur  (ND1 p 647)

**

Plus tard Tisserant écrivit

Mon désir  serait bien  de me rendre en Haïti  mais  qu’avec plusieurs  prêtres  ,hommes remplis de l’Esprit de Dieu,qui réunis à moi s’occuperaient  spécialement des habitants les plus délaissés de l’ile

(ND1 p 652 )

**

La Société du saint Cœur de Marie

Le jeune  Tisserant 

rencontrait souvent l’abbé Desgenettes ,le curé de Notre dame des victoires

 grand dévot du cœur de Marie et fondateur de l’archiconfrérie de notre dame des victoires 

 Cliquez ICI

 C’est ainsi que ce fut sous l’impulsion du jeune Tisserant

que la nouvelle congrégation fut appelée

la société du  saint cœur de Marie »

 

 

Comparaison entre les débuts d’une congrégation religieuse et les débuts de l’église

18 janvier, 2014

Il est instructif de comparer les débuts d’une  congrégation religieuse missionnaire

telle  que celle qui fut fondée par le père Libermann en 1841

et les débuts de l’église

 **

La Joie ?

Luc dans les « actes des apôtres » raconte l’épopée des premiers missionnaires

qui fondèrent des  communautés

à travers tout le moyen Orient

au début de l’histoire de l’église

**

Ce fut dans la joie

et sous l’action rafraichissante du souffle de l’esprit

que les apôtres partirent en mission

même au moment des difficultés

Ce jour là ,les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus.

Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner, et d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus Christ (Act 5,42).

**

Libermann ,Tisserant, Levavasseur

fondateurs de la nouvelle congrégation

au 19é siècle

sont graves ,

Sur leurs épaules repose le poids du « salut des noirs »

**

On ne sent pas chez eux la joie de l’esprit

d’autant plus que les débuts de leur communauté furent douloureux

Libermann a des ennemis à Rome

puis les premières missions qui eurent lieu en Afrique furent catastrophiques

Cliquez ICI

**

Il est vrai que Pierre et Paul aussi n’étaient pas toujours sur la même longueur d’onde

mais combien de fois  ils est question  dans les « actes » du souffle joyeux de l’esprit

**

La liberté

Les premiers disciples de Libermann  sont fervents, certes !

généreux ,mais sous tension

renoncés ,obéissants, mais  soumis

**

Quels sont donc tous ces règlements, ces constitutions, ces coutumiers  que l’on veut imposer aux communautés ?

Ainsi lorsque les premiers jeunes missionnaires partent pour l’Afrique en bateau

l’un d’eux Audebert rend compte à ses supérieurs d’une façon très méticuleuse

du règlement qu’ils suivent tous en commun

A 5h 15 oraison, 6,15 messes à plusieurs  autels, 7 heures déjeuner ,11h 15 examen 12h diner ,1h15 bréviaire ,3 heures promenade libre en étudiant, 7 h souper 9 h, coucher ( ND5, p208 )

**

C’est un règlement pour des novices ou des moines ..mais pas pour des hommes  responsables en mission .

Qu’ils soient libres « au grés de l’esprit »

Ces règlements ne sont pas évangéliques

**

Oui ! il faut faite la volonté de Dieu

mais ne pas confondre volonté de Dieu avec des règles imposées

**

La vie de communauté  

Les premiers  chrétiens vivaient en communauté

mais ne perdaient pas leur liberté

La vie en communauté est une richesse

mais ne doit pas être un carcan 

 

Le parcours de la première expédition des spiritains en Afrique

17 janvier, 2014

Les deux Clémentines

Le 13 septembre 1843

une bande de jeunes missionnaires  partent pour l’Afrique sur le bateau

« les Deux Clémentines »

Ce n’est pas le grand confort

et tous ont plus ou moins le mal de mer

**

On est même privé d’avoir certains vases qui pendant la nuit sont d’un très grand secours ,

…sans parler des lieux d’aisances ,dans lesquels on ne peut entrer ni se tenir sans se plier en deux( ND5 p186)

**

Le capitaine Obeix devient de plus en plus insupportable

Il fait des objections contre la religion      car la mer est calme

Le bateau n’avance pas

 **

L’île de Gorée

Le 10 octobre ,ils arrivent à l’ile de Gorée

les chapeaux noirs sont très mauvais pour les pays chauds ,

il faut des chapeaux de paille blanche (ND 5.p193)

Il partirent à Dakar pour se baigner

mais on ne savait pas comment s’arranger ;

enfin on se décida à se baigner, revêtu seulement de sa culotte ,que chacun rapporta le soir dans sa main et fit sécher comme il put pendant la nuit (ND p 195)

**

Le bruit court que nous arrachons les gris-gris  des enfants pour leur attacher des médailles au cou ;

On nous blâmé avec raison .L’un de nous ,je crois avait eu cette imprudence (ND5 p195)

**

le 1 novembre il eurent une grande discussion

Pouvaient ils dire la messe car ils n’avaient pas d’ornements noirs (ND5 p 197)

le capitaine assista à la messe ce jour la ainsi que monsieur Qitre son second et quelques  hommes de l’équipage

mais l’équipage n’est pas toujours très aimable 

il faut éviter de trop parler avec les gens du  monde ,sans foi, qui ne respectent pas le sacerdoce ( ND5 p200)

**

Ils ne sont pas seul en mer  et  croisent de nombreux s bateaux venus d’Amérique

***

Le cap des palmes

le 29 novembre 1843  ils arrivent  en face du cap des  palmes (Liberia actuel)

C’est alors que  plusieurs sont atteints par les fièvres et  meurent

   **

Le 1 mars 1844 Mgr Barron arrive au cap des Palmes

et  décide de quitter les lieux

non seulement à cause du climat hostile

mais aussi à cause des colons

qui se comportent trop mal avec les noirs

**

L’églantine

Le 21 mars

Audebert ,Boucher et le Frére Grégoire  descendent en Assini

sur le bateau « l’églantine »  

Dans ce bateau nous sommes très mal à l’aise, bien plus que sur les 2 clémentines ;

Réjouissons nous de souffrir ! 

Le navire est encombré de pirogues de nègres

que nous voyons avec peine maltraiter par le commandant de l’équipage :

Les officiers les mettent au-dessous de la  brute ;

Mais  n’ont ils pas une âme à sauver comme nous ? (ND5 p 223)

**

Un jour le capitaine mouille devant un petit village

Il se passe à cette occasion des choses que la décence  ne permet pas de rapporter :

C’était un honneur pour les princesses ! Pauvres gens qu’ils sont à plaindre !

Le commandant se comporte mal avec les noirs

Ainsi quand ils ne veulent pas vendre leurs denrées au prix qu’on leur offre il fait tirer le canon sur eux

Monseigneur est de nouveau indécis ;Il aurait presque envie d’aller  habiter au Gabon (ND5 p 224)

 **

Sur l’Eglantine aussi

le capitaine Gence maltraite nos frères et les méprise (ND5p 225)   

Nous avons beaucoup à souffrir des officiers qui profèrent continuellement des jurements épouvantables (ND5  p227)

**

Grand Bassan

Le 28 mars arrivée à Grand Bassam

Pellegrin, l’officier responsable du poste, les reçoit aimablement

mais Gence le capitaine du bateau  dit du mal de cette troupe de jeunes éberlués

Il dit partout que nous sommes plus malades d’esprit que de corps

et Pellegrin devient alors d’une  froideur assommante

,ne nous disant plus un mot 

**

Puis tout se passa très vite

Audebert et Boucher meurent à leur tour

Les colons ne sont pas coopératifs 

et Mgr Barron  décide de mettre fin à cette triste l’aventure 

Cliquez ICI

 

1...45678