Archive pour la catégorie 'Le Carmel'

Fête de sainte Thérèse de l’enfant Jésus :Devenir comme un enfant Matt.(18, 1-5)

1 octobre, 2014

Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? »Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux.

 

 

Comment devenir un enfant ?

Qui mieux que Sainte Thérèse peut nous expliquer cet évangile  

elle,  qui s’est faite toute petite  

Je te rend grâce Seigneur d’avoir révélé cela aux tout petits (Luc 10,21-22) ?

**

Sainte Thérése de Lisieux

On peut résumer sa spiritualité

par cette seule citation

être conscient de sa pauvreté

mais confiant jusqu’à l’audace en la miséricorde de Dieu

**

Petit

Petit c’est être  conscient de nos faiblesses

me supporter telle que je suis, avec toutes mes imperfections

 

Petit  c’est accepter la volonté de Dieu

car je suis trop petit pour connaître le vrai chemin

 

Petit c’est sentir de toute nos forces le besoin d’être aidé

et d’avoir besoin d’un ascenseur  

 « l’ascenseur qui doit m’élever au ciel, ce sont vos bras, ô Jésus !

 Pour cela, je n’ai pas besoin de grandir, au contraire, il faut que je reste petite, que je le devienne de plus en plus. »

**

Tout est grâce

Tout est don

**  

Confiant en la miséricorde  

Petit c’est aussi le besoin d’être aimé

d’où la lecture d’Isaïe  lu en ce jour

car souvent commenté par Thérése 

Vous serez comme des nourrissons que l’on porte sur son bras, que l’on caresse sur ses genoux.

 De même qu’une mère console son enfant, moi-même je vous consolerai, dans Jérusalem vous serez consolés.

 Vous le verrez, et votre cœur se réjouira  (Is 66,10…)

**

Une derniére lettre , à l’abbé Bellière, en août 1897, se termine par ces mots :

 « Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit …

Il n’est qu’amour et miséricorde ! 

 

Magnificat

Il s’est penché sur son humble servante

toutes les générations me diront bienheureuse 

Jean de la Croix : Un Mystique obscur ou un réaliste clair

15 mai, 2014

On se méfie

de Jean de la Croix

c’est  un mystique

**

Il doit écrire pour les saints  

il doit être illisible ou nébuleux

 comme maitre Eckart

Il doit planer

Il doit être bizarre

comme les voyants

**

Vous pensez !

Il écrit sur la nuit des sens

Cliquez ICI  

ou la nuit obscure

Cliquez ICI

cela ne doit pas être très clair !

**

Et puis…

Il commence ses livres avec des poèmes

qui effectivement sont très  obscurs

**

Un bon maître

Eh bien non !

Il est tout a fait clair

lumineux

facile à lire

réaliste

Il ne raffole pas des visions

Cliquez ICI 

**

Psychanalyste ?

Mieux qu’un psychanalyste

qui ,eux, sont souvent très obscurs

il connait le cœur des hommes

il sait avec des mots tout simples

nous parler des phantasmes de la mémoire

Cliquez ICI 

**

ou des faiblesses de notre volonté

Cliquez ICI  

**

Il plane pas !

Il a les pieds sur terre

et se trouve être ainsi,

 un excellent maitre spirituel

pour qui que ce soit

saint  ou pas saint

**

Il est génial !

surtout pour les pas saints

 

Jean de la Croix : Pour s’unir à Dieu, il faut passer par la nuit obscure

14 mai, 2014

Jean de la croix dans « la montée du carmel ( livre 1,4) écrit 

**

Il est nécessaire que l’âme qui tend à l’union divine passe par la nuit obscure,

c’est-à-dire par la mortification des passions

et par le renoncement des plaisirs que les créatures peuvent nous faire goûter

**

L’attachement aux créatures nous avilit

Il faut savoir que l’attachement de l’âme aux créatures la rend semblable aux créatures mêmes,

 et que plus cet attachement est grand, plus cette ressemblance est parfaite.

…C’est pourquoi celui qui s’attache de la sorte à la créature est aussi vil qu’elle;

Il est même en quelque façon plus abaissé, puisque l’amour le rend inférieur à l’objet aimé,

ou plutôt le fait l’esclave de ce qu’il aime.

Il suit de là que, quand l’âme s’unit par amour à quelque autre chose qu’à Dieu,

elle ne saurait ni parvenir à une parfaite union avec le Créateur, ni se transformer en lui.

**

Nous pouvons donc inférer de là que les créatures, considérées de cette sorte, ne sont rien,

 et que l’amour qui nous unit à elles nous réduit à quelque chose de moindre que le rien,

 puisque c’est un obstacle à notre union avec Dieu, et une privation de notre transformation en lui;

**

La grandeur de Dieu

Si on compare  toute la bonté des créatures avec la bonté infinie de Dieu,

on constate qu’il n’y a que Dieu qui soit bon 

**

Toute la sagesse du monde, comparée avec la sagesse de Dieu, n’est qu’ignorance,

 parce que, comme saint Paul l’écrit , la sagesse de ce monde est folie devant Dieu .(I Cor., III, 19)

**

Toute la domination et toute la liberté des hommes,

si on en fait comparaison avec le domaine et la liberté de Dieu,

ne sont qu’une véritable sujétion et qu’une radieuse captivité d’esprit;

de sorte que celui qui court après les dignités, les honneurs,

les prééminences et la liberté de ses passions déréglées,

s’assujettit davantage .

**

Toutes les richesses créées et tontes leurs gloires,

 si on en fait comparaison avec les richesses et la gloire de Dieu,

 ne sont que pauvreté et confusion;

de sorte que l’âme qui les aime et les désire tombe dans une extrême indigence

et dans la dernière ignominie devant Dieu.

**

Oh ! si les hommes spirituels comprenaient bien quels trésors et quels fruits de l’esprit divin ils perdent,

parce qu’ils ne détachent pas leur amour des bagatelles de la terre ;

s’ils savaient qu’en se privant du plaisir des créatures, ils goûteraient toutes sortes de douceurs,

ne rejetteraient-ils pas toutes les consolations du monde?

**

Puisque rien ne peut être comparé avec Dieu,

l’âme lui fait une horrible injure quand elle aime quelque autre chose que lui.

Que serait-ce donc si elle aimait quelque créature plus que Dieu même?

**

Guigues le chartreux

Au 12 é siècle, Guigues disait la même chose

 Le comble de l’impiété des hommes

Ils délaissent ce qui est meilleur qu’eux-mêmes : Dieu

et ils aspirent à ce qui est plus vils qu’eux même : les objets temporels

cliquez ICI 

**

Libermann

Au 19é siècle Libermann dira la même chose

Dieu c’est tout l’homme n’est rien

cliquez ICI   

 

La « nuit des sens » et la vieillesse selon Jean de la Croix : Avis aux personnes agées

13 mai, 2014

Passion 

Jean de la croix ne semble pas avoir souffert de longues maladies

Il n’a pas connu les souffrances de la vieillesse

**

Quand il parle de « la nuit des sens »

dans son célèbre livre « la montée du carmel »

il s’adresse avant tout

non à des vieux,

non à des malades

mais à des hommes et des femmes

qui veulent se détacher du monde

et se libérer de leur passions

**

Gémissements

Pourtant ,les conseils que donnent Jean de la Croix sont parfaitement valables

pour les grands malades ou les personnes âgées   qui souffrent de multiples maux

**

Il suffit de remplacer dans « la montée du carmel »

le terme « passion » par « lamentation ou gémissement »

ou encore par « les souffrances non assumées »

Il est vrai que  passion vient de patior « souffrir »

**

La montée du carmel

Les gémissements  fatiguent le malade  (livre 1,6ss)

Les passions (les souffrances non assumées ) fatiguent l’âme,

parce que l’âme ressent beaucoup de fatigue à chercher de quoi  (adoucir ses souffrances )

**

Comme celui qui a la fièvre chaude  brûle d’une soif qui augmente à chaque moment,

de même l’âme ne jouit d’aucune tranquillité et sent toujours de l’inquiétude,

 jusqu’à ce qu’elle ait apaisé les mouvements de (revolte) qui la tyrannisent.

**

On peut dire encore que  ces (gémisssements) ont un rapport avec: le feu.

Comme le feu s’augmente à proportion qu’on y met du bois,

de même la souffrance s’enflamme à mesure qu’on lui donne de quoi se nourrir.

**

Les gémissements affligent le malade  (Livre 1,7)

Car le feu des chagrins et des tourments s’allume dans les gémissements

 et excite dans l’âme des douleurs insupportables.

L’âme tombe dans le malheur, à force de gémir

**

C’est pourquoi Notre-Seigneur nous exhorte à aller a lui lorsque nous sommes accablés de nos peines

il nous promet de nous soulager et de remettre notre Ame dans la paix

Matth., XI, 28 – Psal., XXXVII, 5).

**

Les gémissements  obscurcissent l’esprit du malade (Livre 1,8)

Comme les exhalaisons et les vapeurs de la terre obscurcissent l’air en arrêtant les rayons du soleil,

..de même les gémissements couvrent l’âme de ténèbres si grossières,

 que ni les rayons du soleil naturel,

 qui est la raison humaine,

ni les lumières de la sagesse divine,

ne peuvent la pénétrer et l’éclairer.

**

Quand l’entendement est obscurci,

la volonté devient languissante

et la mémoire s’affaiblit tellement,

que l’âme ne fait plus ses opérations avec facilité ;

**

Si esprit ne reçoit plus les lumières de la sagesse divine,

sa volonté ne conçoit plus d’amour pour Dieu;

sa mémoire ne retient plus les grandeurs et les bienfaits de Notre-Seigneur.

**

Oh ! si les hommes savaient de quel trésor de lumières divines

ils se privent en gémissant

**

Qui eût jamais osé dire qu’un homme aussi sage que Salomon

eût été frappé d’un si grand aveuglement d’esprit,,

qu’il érigeât en sa vieillesse des autels aux idoles,

**

Nous nous trompons  grossièrement

quand nous prenons  si souvent le mal pour le bien, et le bien pour le mal

**

Les gémissements  souillent le malade (Livre 1,9)

Ce n’est pas beau de gémir !

 

l’âme est toute remplie d’ordures en s’abandonnant à ses gemissements

comme la boue qu’on mêle avec de l’eau claire la trouble,

et comme la suie qu’on jette sur un beau visage le défigure,

 

Jérémie se représentait la beauté de l’âme et ensuite sa laideur,

 lorsqu’il disait dans ses Lamentations que ses cheveux étaient plus blancs que la neige,plus nets que le lait, plus vermeils que l’ivoire, plus beaux que les saphirs ;

 mais que son visage est devenu plus noir que le charbon, et que quand elle paraît en public, on ne la reconnaît plus (Thren., IV, 7, 8).

**

NB  :Pas fier pour un général ,De Gaulle a dit :

la vieillesse est un naufrage 

Jean de la Croix semble dire :

La vieillesse est un combat 

Avec la foi ,on en sort doublement  vainqueur 

 d’abord ici bas ,et ensuite dans l’au delà 

Jean de la croix : Mieux vaut « la nuit des sens » que la nuit des vices

12 mai, 2014

Jean de la Croix est réaliste

Il ne cherche pas l’ascèse pour l’ascèse

Il cherche le bonheur

or ce  bonheur est en Dieu  

quand on ne recherche que sa volonté

**

Les passions mauvaises

nous éloignent de ce bonheur 

Jean écrit dans la « montée du carmel » (livre 1,10-12)

**

La nuit des sens

Il faut suivre le conseil de Jésus-Christ, qui nous avertit de ceindre nos reins (Luc, XII), c’est-à-dire nos passions,

de peur que, comme des sangsues, elles ne nous sucent tout le sang (Prov. CXX, 15.),

 **

Mais, parce que plusieurs n’exercent pas cette mortification,

 c’est une chose digne de compassion de voir combien les passions qui dominent dans leur âme

la rendent misérable, odieuse à elle même, désagréable au prochain, négligente dans le service de Dieu

**

Les passions abattent l’âme et la jettent dans l’impuissance de marcher vers la  vertu et de la goûter.

Plusieurs personnes sont exposées à ce malheur, faute de vaincre leurs passions.

**

La vertu produit  dans l’âme

 la pureté, la lumière, la paix, la douceur, la consolation, la force, la ferveur,

L’appétit déréglé  produit dans l’âme

des taches, des tourments, des ténèbres, la faiblesse et la froideur.

et quoique le plaisir que goûte la nature corrompue empêche qu’on ne sente tous ces maux,

néanmoins on s’en aperçoit ensuite

par l’amertume et le chagrin que leurs mauvais effets répandent dans l’âme.

**

Il est vrai que quelques-uns sont si aveugles et si insensibles en ce temps-là,

 qu’ils ne voient et ne sentent pas leurs désordres.

 

Jean de la Croix est réaliste mais exige le Tout pour le Tout

12 mai, 2014

Dieu nous aime

Il veut notre bonheur

Il veut nous unir à lui

mais pour cela

il faut que nous-mêmes, nous nous détachions des créatures

**

Dans « la montée du carmel » (1,13) 

Jean de la Croix ne badine pas

Il veut le TOUT pour le TOUT 

**

Le meilleur moyen, le plus méritoire et le plus propre pour acquérir les vertus,

 est de se porter toujours aux choses non pas les plus faciles, mais les plus difficiles;

 non pas les plus savoureuses, mais les plus insipides;

non pas les plus agréables, mais les plus désagréables;

non pas à celles qui consolent, mais à celles qui affligent

…, afin de se mettre, pour l’amour de Jésus-Christ, dans la privation de toutes les choses du monde,

 et d’entrer dans l’esprit d’une nudité parfaite.

** 

Nous y ajouterons une autre sorte d’exercice pour mortifier la passion de la gloire,

d’où plusieurs autres passions ont accoutumé de naître.

Premièrement, il faut que celui qui veut réprimer cette passion

tâche de faire les choses qui tournent à son déshonneur,

et il aura soin de se faire mépriser aussi par le prochain.

**

Secondement, il dira lui-même et fera dire aux autres les choses qui lui attirent du mépris.

En troisième lieu, il aura de très-bas sentiments de lui-même, et il les inspirera aux autres.

**

1.  Pour goûter tout, n’ayez de goût pour aucune chose.

2.  Pour savoir tout, désirez de ne rien savoir.

3.  Pour posséder tout, souhaitez de ne rien posséder.

4.  Pour être tout, ayez la volonté de n’être rien en toutes choses.

5.  Pour parvenir à ce que vous ne goûtez pas, vous devez passer par ce qui ne frappe point votre goût.

6.  Pour arriver à ce que vous ne savez pas, il faut passer par ce que vous ignorez.

7.  Pour avoir ce que vous ne possédez pas, il est nécessaire que vous passiez par ce que vous n’avez pas.

8.  Pour devenir ce que vous n’êtes pas, vous devez passer par ce que vous n’êtes pas.

 **

Le Moyen de ne pas empêcher le TOUT 

1.  Lorsque vous vous arrêtez à quelque chose, vous cessez de vous jeter dans le tout.

2.  Car pour venir du tout au tout, vous devez vous renoncer du tout au tout.

3.  Et quand vous serez arrivé à la possession du tout, vous devez le retenir en ne voulant rien.

4.  Car, si vous voulez avoir quelque chose dans le tout, vous n’avez pas votre trésor tout pur en Dieu.

Rôle de l’imagination dans l’oraison selon Ignace de Loyola et selon Jean de la Croix

11 mai, 2014

Le rôle de l’imagination chez Ignace

Saint Ignace dans ses « fameux exercices » 

conseille de se servir des son imagination

pour faire de bonnes oraisons

au moins pour les débutants

cliquez ICI

**

ainsi lors des méditations sur la vie de Jésus  au cours de la 2é semaine des exercices

Ignace écrit en méditant sur Noel 

« 111. On se rappellera, comment Notre-Dame, dans le neuvième mois de sa grossesse, partit de Nazareth, assise, comme on peut pieusement le méditer, sur une ânesse, accompagnée de Joseph et d’une servante qui mènent un boeuf. Ils vont à Bethléem payer le tribut imposé par César à tous les habitants de cette province.

112  Dans cette contemplation, je verrai des yeux de l’imagination le chemin de Nazareth à Bethléem, considérant sa longueur, sa largeur. Est-il uni? Traverse-t-il des vallées? Est-il sur des collines? Je considérerai de même la grotte où naît le Sauveur. Est-elle grande ou petite? Est-elle haute ou basse? Comment est-elle préparée? »

On ne peut pas  plus imaginer !

**

Les mystiques Flamands

Les mystiques flamands du 14és se méfiaient  de l’imagination

comme beaucoup de mystiques au cours des siècles  

maïtre Eckart écrivait

Il ne faut même pas s’arrêter sur l’image du  Christ

Jésus disait à ses disciples  il est bon pour vous que je m’éloigne de vous

son humanité est pour nous un obstacle car on s’y attache avec plaisir

On ne doit pas rester sur le chemin de son humanité

Dépouillez vous des images et unissez vous à l’être sans forme

 Cliquez ICI

**

Jean de la croix : La montée du carmel livre 2

Jean de la croix préfère la nuit obscure

On appelle images, représentations ou figures corporelles, tout ce que ces deux sens intérieurs forment, en opérant eux-mêmes par leurs forces naturelles.., comme il arrive lors, par exemple, qu’on s’imagine Jésus-Christ attaché à la colonne ou à la croix, ou qu’on se représente Dieu même revêtu d’une grande majesté et assis sur un trône fort élevé

…L’âme doit se vider de toutes ces représentations corporelles, pour être participante de  l’union de Dieu. Elles n’ont nulle proportion avec Dieu,

…Ceux-là sont éloignés de Dieu qui se servent de ces figures imaginaires pour le connaître; par exemple, ceux qui se l’imaginent comme un grand feu, ou comme quelque chose de semblable.

**

…Ces sortes de représentations soient nécessaires à ceux qui commencent à s’exercer en la méditation, pour s’enflammer de l’amour divin par l’entremise des sens, et pour donner à leur âme de la nourriture spirituelle ;

mais s’il faut user de ces choses, qu’on se contente d’y passer;

car, si on s’y arrêtait toujours,

 on n’atteindrait jamais au terme de l’union divine, qui n’a nulle proportion

**

Paul dit : Nous ne devons pas, , nous imaginer que la Divinité soit semblable à aucune figure d’or ou d’argent, ou de pierre travaillée par le dessin et par l’industrie des hommes (Act., XVII, 29).

**

La paix de l’âme

l’âme demande une plus délicate et plus spirituelle nourriture  qui consiste non pas dans les opérations de l’imagination, mais dans le repos que cette nourriture procure à l’âme, en la laissant dans sa paix et dans sa tranquillité

C’est une chose déplorable de voir des personnes qui troublent le repos de leur âme, alors qu’elles peuvent  demeurer dans la paix intérieure, où Dieu la nourrit de ses douceurs célestes

Ces personnes ne peuvent s’abandonner à  cette paix et à cette tranquillité intérieure,

et s’efforcent de raisonner au cours de leurs méditations,

Et voilà la source de leurs aridités et de leurs sécheresses.

 Ils cherchent avec empressement les goûts et la dévotion sensible, qu’ils ne trouveront plus en cette voie.

**

Rectification

On a dû reprocher à Jean de la Croix ,cette doctrine sur les images

et dans son livre 2ch 14 il  écrit 

Mais, mon cher lecteur, vous remarquerez, s’il vous plaît, que nous ne sommes pas d’accord avec quelques sectaires  qui tâchent d’abolir le culte légitime des images de Dieu et des saints.

 Bien loin d’entrer dans leur parti, j’enseigne tout le contraire.

 Je ne dis pas qu’il ne faut ni avoir des images ni leur rendre la vénération qui leur est due, comme ils le soutiennent; mais j’expose seulement la différence qui est entre les images de Dieu et Dieu même, afin que nous les considérions de telle sorte qu’elles ne nous empêchent pas d’aller à Dieu ;

 ce qu’elles feraient si nous nous attachions plus à elles qu’il n’est nécessaire pour faire nos opérations spirituelles.

 En ce qui concerne l’estime et le respect que nous devons avoir pour les images, selon l’intention de la sainte Église catholique qui nous les propose, il ne peut s’y glisser ni illusion ni péril  

**

Thérèse d’Avila

recommandait de méditer souvent sur la passion avec son imagination     

Les Délices de « la nuit obscure » selon Jean de la croix

11 mai, 2014

Chez Jean de la croix

la nuit obscure

ce n’est pas la galère !

Au contraire

ce n’est que du bonheur !

**

Il écrit dans « La montée du carmel » (livre 2, 14 ss) .

La nuit Obscure

Dans la nuit  obscur l’âme , acquiert, par l’usage ou par l’habitude,

la connaissance amoureuse et générale de Dieu,

qu’elle n’avait auparavant que par le travail de la méditation,

et qu’en détail, avec partage et avec distinction.

**

Aussitôt qu’elle s’est mise en oraison,

semblable à celui qui a de l’eau toute prête à boire,

 elle boit dans ces sources divines avec un plaisir admirable,

sans avoir besoin des considérations de l’esprit et des espèces de l’imagination;

**

Aussitôt qu’elle s’est mise en la présence de Dieu,

elle produit les actes d’une connaissance de Dieu confuse, affectueuse, paisible, pleine de repos,

et elle y puise de la sagesse, de l’amour et des délices toutes célestes.

**

 De là vient qu’elle sent une extrême peine et une grande résistance lorsque, jouissant de cette paix,

on la force à méditer et à discourir sur des objets qui ne contribuent qu’à lui donner des connaissances particulières.

**

L’âme ne raisonne plus,

mais elle reçoit plutôt  cette intelligence et  cette douceur que Dieu y produit surnaturellement,

Il lui suffit alors de s’attacher à Dieu avec attention et avec amour,

ne désirant point de rien voir,

et s’abandonnant à la volonté de Dieu,

et à sa lumière  sans faire autre chose que de recevoir  cette lumière.

comme celui qui tient les yeux ouverts, face au soleil  

**

L’âme, étant dans une pure nudité ou pauvreté d’esprit,

est transformée en la pure et simple sagesse divine, qui est le Fils de Dieu ;

parce que quand l’amour divin, dont elle est blessée, l’a dépouillée de tout le naturel,

 Dieu la remplit de dons surnaturels.

**

Que l’homme spirituel ….ne s’embarrasse plus des imaginations, des méditations, ni des raisonnements ordinaires,

de peur de troubler sa paix et son repos, 

«  Délivrez votre cœur des créatures, et considérez attentivement qu’il n’y a que moi qui suis Dieu,

et que vous devez uniquement me chercher » (Ps.45, 11) 

Ce que pense Jean de la Croix des Visions et autres phénomènes surnaturels

10 mai, 2014

 

Jean de la Croix n’aime pas les visions ,les apparitions, les stigmates

et tous les autres phénomènes surnaturels 

il ne les conteste pas

Catherine de Sienne ou  François de assisse ont été stigmatisés

et beaucoup de saints ont eu des apparitions

mais Jean s’en méfie terriblement

**

Il a bien les pieds sur terre

Il est réaliste  

Il n’est pas un « illuminé »

**

Dans la montée du carmel (Livre 2,16)

il écrit :

Certaines visions  viennent de Dieu ,

comme dans l’ancien testament

et d’autres visions viennent du diable

**

Mon dessein n’est pas de m’arrêter à donner des règles pour distinguer les visions qui viennent de Dieu

 d’avec celles qui viennent du prince des ténèbres,

Je veux  seulement montrer qu’on ne doit pas s’en embarrasser,

..Au contraire, il faut les rejeter tant qu’on peut,

 afin que l’âme soit plus pure, plus simple et plus propre pour s’unira son Créateur.

**

Dieu est transcendant et les visions sont bornées

La raison en est que toutes les représentations imaginaires sont renfermées dans des bornes très-étroites;

et la sagesse divine,   à laquelle l’entendement doit s’unir, est infinie, toute pure,

et n’est bornée d’aucune connaissance distincte, particulière et finie.

**

L’Esprit divin dit: Vous n’avez vu ni image ni ressemblance de Dieu,

lorsque le Seigneur parla du milieu du feu sur le mont Horeb.

…A mon serviteur Moïse, je  parle bouche à bouche; et il me voit

, non point par énigmes ni par figures, mais distinctement et avec clarté (Nb, XII, 6, 7, 8).

**

L’âme doit toujours se détacher de ces représentations imaginaires,

et tenir ses yeux attachés sur ce qu’elle ne voit pas et qui ne tombe pas sous les sens,

 à savoir sur la foi, qui est le moyen prochain pour la conduire à l’union de Dieu.

**

C’est ce que nous enseigne saint Pierre, quand il dit que

même si la transfiguration fût certaine,

la parole des prophètes est plus importante  (II Pierre I, 19).

**

Ces connaissances surnaturelles ne sont pas nécessaires  (Livre 2 ,21)

Ces connaissances extraordinaires ne sont nullement nécessaires,

puisque la raison naturelle, la loi et la doctrine de l’Évangile,

suffisent pour conduire l’âme

**

Certes, nous devons avoir une si grande estime et un si grand attachement

 pour les lumières de la raison et de l’Evangile,

 que, si nous entendions intérieurement quelques paroles surnaturelles,

soit malgré nous, soit de notre consentement,

 il ne faudrait pas y consentir ni les agréer, à moins qu’elles ne s’accordassent avec l’Évangile et la raison.

**

De plus . Dieu ne frappe-t-il pas d’aveuglement les âmes trop curieuses, à cause de leur attachement à leur propre sens et à ses visions? (Ezech., XIV, 9.) 

**

Jésus nous a tout révélé  

Dieu nous a tout dit en son Fils, qui est son Verbe,

et en nous parlant en son Fils, il nous a expliqué tout ce que notre foi contient

 Voilà pourquoi celui qui voudrait avoir maintenant des visions ou des révélations,

et qui ne se contenterait pas de Jésus-Christ seul et de ses oracles,

 ferait une grande injure à Dieu,

**

Je vous ai révélé toutes choses en lui.

 et vous y trouverez plus que vous ne sauriez ni désirer, ni demander, ni apprendre

par les vues particulières que vous souhaitez.

**

 Il est toute ma parole, toute ma réponse, toute ma vision, toute ma révélation ;

 et je vous ai tout déclaré par lui,

**.

Je suis venu dans lui avec mon Saint-Esprit sur la montagne du Thabor.

 Il ne faut point chercher d’autre doctrine que la sienne,

comme les évangélistes et les apôtres vous l’ont annoncée. 

Jean de la Croix : Les paroles intérieures perçues par un homme en prière

10 mai, 2014

Des paroles intérieures

oh rien d’extraordinaire à priori !

Il ne s’agit pas de voix  à la « Jeanne d’Arc »

mais il s’agit plutôt du dialogue entre Dieu et un homme qui médite

**

Comme le vieux paysan qui disait au curé d’Ars en parlant de Dieu 

« je l’avise et il m’avise »

il s’agit donc de dialogues avec Dieu

**

Jean de la Croix dans  son livre « la montée du carmel »écrit :

Je réduis les paroles intérieures à trois :

**

Les paroles successives (Livre  2,29)

J’appelle successives les paroles et les raisonnements que l’esprit recueilli et resserré en lui-même a coutume de former et de faire.

**

C’est ce qu’on comprend lorsque étant rentré en lui-même,

l’homme  s’applique fortement à la considération de quelque vérité.

 Il s’y absorbe tout entier;

il fait alors de très-justes raisonnements sur son sujet, avec facilité, avec clarté, avec distinction;

Il lui semble que ce n’est pas lui-même qui opère,

 mais que c’est un autre qui lui parle, qui lui répond, qui l’instruit intérieurement.

**

 Et véritablement il a lieu  de le penser et même de le croire;

 car il parle lui-même avec soi-même, et il se répond,

comme si un homme s’entretenait avec un autre homme.

**

Le Saint-Esprit l’éclaire et l’enseigne.

L’âme doit donc appliquer sa volonté à Dieu simplement,

 sincèrement et avec amour, sans faire aucun effort d’esprit

 pour connaître les biens que Dieu lui donne surnaturellement ;

 car c’est par les mouvements de l’amour qu’il les communique.

**

Lorsque ces paroles intérieures prennent leur origine  de l’esprit divin,

la volonté, après qu’elles se sont évanouies, conserve beaucoup d’amour de Dieu et d’inclination pour le bien.

Il se peut néanmoins faire que Dieu la laissera, pour sa plus grande utilité, dans l’aridité et dans le dégoût.

.**

Les connaissances et les paroles intérieures qui procèdent du démon

inclinent l’âme à la vanité, à l’estime d’elle-même, à la complaisance en ses propres perfections,

et inspirent une fausse humilité 

**

Les paroles intérieures  formelles (Livre 2,30)

J’appelle formelles les paroles distinctes et formées que l’esprit,

soit qu’il soit recueilli, soit qu’il ne le soit pas,

 entend et reçoit de quelque antre personne.

**

C’est se que l’on comprend sans même y penser

es paroles intérieures de la seconde espèce sont celles que nous appelons formelles.

 Elles se forment surnaturellement dans l’esprit sans l’opération des sens corporels,

 soit que l’esprit se recueille, soit qu’il ne se recueille pas.

**

Elles diffèrent des paroles successives

car l’esprit reçoit ces paroles lorsqu’il n’est pas en méditation   et même lorsqu’il n’y pense pas;

alors que les paroles successives ont  toujours pour objet les choses que l’on considère dans la méditation.

**

Quand elles sont l’ouvrage de Dieu,elles éclairent toujours l’âme; elles la rendent toujours prompte à exécuter tout ce qu’on lui commande et tout ce qu’on lui enseigne. Quelquefois néanmoins elles ne la délivrent pas de sa répugnance et de ses difficultés; au contraire, l’âme les sent quelquefois davantage, Dieu le permettant ainsi pour l’instruire et pour l’humilier, surtout quand il lui ordonne des choses qui peuvent procurer à l’âme, ou quelque honneur, ou quelque degré d’excellence et d’élévation. Mais il lui donne, en même temps, beaucoup de facilité et de promptitude à embrasser les humiliations.

**

 Cette promptitude que Dieu inspire à l’âme marque encore une différence qui est entre les paroles formelles et les paroles successives; celles-ci ne touchent pas si visiblement l’esprit, et ne le rendent pas si prompt que celles-là, parce que les paroles formelles sont mieux exprimées, et l’entendement n’y mêle rien de son fonds.

**

Des paroles substantielles (Livre 2,31)

J’appelle enfin substantielles les paroles qui sont formées et imprimées dans l’esprit,

 en son recueillement ou hors de son recueillement,

 lesquelles produisent dans le fond et l’intérieur de l’âme la substance, la vertu et la force qu’elles signifient.

**

Ce que l’on comprend est aussitôt  efficace

comme il arriverait, par exemple, si Notre-Seigneur disait formellement à l’âme :

Sois bonne, et qu’aussitôt l’âme devint bonne ;

La raison en est que la parole de Dieu est toute-puissante ( Eccl., VIII, 4).

**

 Ce pouvoir éclate dans les paroles de Jésus-Christ, puisque, selon le rapport des Evangélistes, il n’avait qu’à dire un mot pour guérir les malades et pour ressusciter les morts.

**

Ces paroles substantielles avancent beaucoup l’âme, et l’aident à s’unir à Dieu ; et plus elles sont intérieures, plus elles sont substantielles et lui apportent d’utilité!

 Oh! qu’heureuse est l’âme à qui Dieu a parlé de la sorte! Parlez donc, Seigneur, car votre serviteur vous écoute ( I Roi, III, 10).

**

Conclusion

L’âme dans tous ses exercices spirituels, dans tous ses actes et dans toutes ses œuvres, doit se servir de la mémoire et des méditations pour augmenter sa dévotion

Surtout elle considérera la vie, la passion et la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ, afin que ses actions et toute sa vie soient conformes à ce divin modèle.

 

123