Archive pour la catégorie 'Job'

Job (Ch. 32 à 48): Pourquoi la souffrance ? Le discours de Yahvé

30 septembre, 2016

Après avoir tout perdu

sa fortune

sa famille

sa santé

Job se plaint

Pourquoi donc une telle souffrance ?

3 sages ont essayer de lui répondes

Eliphaz

la souffrances n’est pas une punition    

Cliquez ICI 

Bilbad

la prospérité des méchants est illusoire

Dieu est juste

Cliquez ICI 

Cophar

Y a t il une  rétribution personnelle ?

Cliquez ICI 

**

Un dernier sage Elihou interviendra plus tard

la discussion est une menace contre la foi

Clqiuez ICI  

Mais pourquoi s’appesantir sur cette souffrance

au lieu de gémir  ,

apprenons à contempler les merveilles  de l’univers

Cette contemplation nous rendra la sérénité

 

Yahvé

 

Le discours de Y

Le Seigneur répondit alors à Job du sein de l’ouragan et dit :

Qui est celui qui obscurcit mon projet par des discours insensés ?
Ceins donc tes reins, comme un brave :je vais t’interroger et tu m’instruiras.

**

La terre

Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer,  as-tu circulé au fin fond de l’abîme ?

Les étoiles

Peux-tu nouer les liens des Pléiades ou desserrer les cordes d’Orion, faire apparaître les signes du zodiaque en leur saison, conduire l’Ourse avec ses petits ? Connais-tu les lois des cieux,,

Les animaux  

Est-ce toi qui donnes au cheval la bravoure, qui revêts son cou d’une crinière, qui le fais bondir comme la sauterelle ?Son fier hennissement est terreur.

Est-ce sur ton ordre que l’aigle s’élève et bâtit son aire sur les sommets ?Il habite un rocher et il gîte sur une dent de roc inexpugnable.

**

Alors ! La main sur la bouche Job répondit alors au Seigneur

Je ne fais pas le poids, que te répliquerai-je ?Je mets la main sur ma bouche.
J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus, deux fois, je n’ajouterai rien.

**

Dans cette 2é partie du discours Yahvé semble moins en colère

C’est avec beaucoup d’humour que l’auteur décrit les « chefs d’œuvre de Dieu »

 **

Béhémoth

C’est l’hippopotame

Vois quelle force dans sa croupe et cette vigueur dans les muscles de son ventre Il raidit sa queue comme un cèdre,ses cuisses sont tressées de tendons. Ses os sont des tubes de bronze, ses côtes du fer forgé. C’est lui le chef-d’œuvre de Dieu,
**

Léviathan

c’est  le crocodile

Vas-tu le pêcher à l’hameçon et de ta ligne le ferrer à la langue ?Lui passeras-tu un jonc dans le naseau, Perceras-tu d’un croc sa mâchoire ?Pose donc la main sur lui ; au souvenir de la lutte, tu ne recommenceras plus !

**

il faut lire et relire ce discours

Ce n’est que du bonheur  !

**

Allons les déprimés

les opprimés

debout !

ouvrez les yeux

courage !

**

le vie est un combat

le combat des fils de Dieu

Cliquez ICI 

Job (Ch 32 à 37): Pourquoi la souffrance ? Réponse de Elihou

29 septembre, 2016

Ces chapitres du livre de Job ont été ajoutés bien après les autres et ne sont sans doute pas du même auteur

 

Elihou

Elihou se mit en colère. Il était fils de Barakéel 

El-hou est un surnom qui veut dire «  Dieu c’est lui » 

Barak-el veut dire « Dieu benit »

C’est déjà tout un message !  

 

Elihou

 

Dieu n’est pas silencieux (33,14ss)

il est toujours là avec nous

il s’adresse sans cesse à nous mais on est sourd

  Dieu parle d’abord d’une manière

et puis d’une autre, mais l’on n’y prend pas garde :
dans le songe, la vision nocturne,
lorsqu’une torpeur accable les humains,
endormis sur leur couche.
Alors il ouvre l’oreille des humains
et y scelle les avertissements qu’il leur adresse

**

Parfois, il le réprimande dans son lit par la douleur,
et la lutte n’a de cesse dans ses os.
..Le pain lui donne la nausée,
il n’a plus d’appétit pour la bonne chère.
Il dépérit à vue d’œil,
ses os qu’on ne voyait pas deviennent saillants.

**

Dieu  nous envoie des médiateurs
Mais s’il se trouve pour lui un ange,
un interprète entre mille
pour faire connaître à l’homme son devoir

**,
Dieu ne punit pas ,il corrige  

« J’avais péché, j’avais violé le droit,
mais lui ne s’est pas conduit comme moi.
Il a racheté mon existence au bord de la fosse
et ma vie contemplera la lumière ! »

**

Dieu est juste (34, 12ss)

En vérité, Dieu n’agit pas méchamment,
Shaddaï ne viole pas le droit.
…Oses-tu condamner le Juste, le Très-Noble ?
**
Lui seul ne favorise pas les princes
et ne fait pas plus de cas du richard que du pauvre,
Car Dieu a les yeux sur la conduite de l’homme,
il observe tous ses pas.
Ni les ténèbres ni l’ombre de mort
ne peuvent dissimuler les malfaiteurs.
… le cri des opprimés, lui l’entend.
Il veille  sur les nations comme sur les hommes,
ne voulant pas que règne l’impie,
ni que l’on tende des pièges au peuple

**.

La révolte de Job

Job est gravement fautif

non parce qu’il gémit   

Après tout ! On le comprend..

mais  parce qu’il crée le doute

Ces propos de Job sont dignes d’un mécréant ;
car à sa faute il ajoute la révolte,
il sème le doute parmi nous
et accumule ses remontrances contre Dieu.

Pécher ou non qu’est ce que cela change ?

Quel profit pour moi à ne pas pécher ? 

 En quoi le péché nuit il  à Dieu ?

Si tu pèches, le touches-tu ?
Multiplie tes révoltes, que lui fais-tu ?
Ta méchanceté n’atteint que tes semblables,
ta justice ne profite qu’à des hommes.

Au lieu de gémir ne faut il pas mieux se réjouir ?

On gémit sous les excès de l’oppression,
on crie sous la poigne des grands.
Mais nul ne dit : « Où est Dieu qui m’a fait ?
Lui qui inspire des chants dans la nuit,

**

 Le maitre des saisons  (ch 36,22ss)

Songe à célébrer son œuvre
que chantent les hommes.
Tous les humains la contemplent,
de loin le mortel la distingue.

L’automne

Il attire les gouttes d’eau, puis les filtre en pluie pour son déluge

L’hiver

Quand il dit à la neige : « Tombe sur la terre »,..Au souffle de Dieu se forme la glace

Le printemps

Puis le beau temps emporte les nuages
et disperse les nuées chargées d’éclairs..
Qu’il s’agisse d’accabler ou d’arroser la terre
ou de la bénir, c’est eux qu’il délègue.

L’été

les vêtements sont trop chauds quand la terre s’alanguit sous le vent du midi,

**

C’est pourquoi les hommes le craignent,
mais lui ne tient pas compte de ceux qui se croient sages.
 

Job (Ch 11à 14): Pourquoi la souffrance ? Réponse de Cophar

29 septembre, 2016

Après avoir tout perdu

sa fortune

sa famille

sa santé

Job se plaint

Pourquoi donc une telle souffrance ?

3 sages vont tenter de lui répondre

dont Cophar

 

Cophar

 

Cophar : La rétribution personnelle  ?

Cophar est encore plus coléreux que Bilbad

Cliquez ICI  

**

Il traite Job de bavard 

Un tel flot de paroles restera-t-il sans réponse ?

Bilbad accusait  les enfants de Job

Cophar attaque Job et l’invite à changer d’attitude 

Dieu discerne les méfaits sans effort d’attention ;
….S’il y a des méfaits dans tes mains, jette-les au loin,
et que la perversité n’habite pas sous ta tente.

**

Réponse de Job

Job se moque de  Cophar

Vraiment, la voix du peuple c’est vous,et avec vous mourra la sagesse.

 **

Job  ne croit pas en la thèse de la  rétribution

la souffrance n’est pas une punition

car des justes souffrent

et des impies  ne connaissent pas la souffance  

Elles sont en paix, les tentes des brigands,   ils sont tranquilles, ceux qui provoquent Dieu,
et même celui qui capte Dieu dans sa main.

**

Les calamités naturelles touchent tout le monde indifféremment  

Lui qui tient en son pouvoir l’âme de tout vivant
et le souffle de toute chair d’homme.
…S’il retient les eaux, c’est la sécheresse,
s’il les déchaîne, elles ravagent la terre.

**

il en est de même dans l’histoire des hommes

Il fait divaguer les experts
et frappe les juges de démence.
l desserre l’emprise des rois
et noue un pagne à leurs reins.
Il fait divaguer les prêtres
et renverse les inamovibles.
Il ôte la parole aux orateurs
et ravit le discernement aux vieillards.
**

et pourquoi donc ce  silence de Dieu ?

Combien ai-je de crimes et de fautes ?  Ma révolte et ma faute, fais-les-moi connaître.

JOB (8-10) : Pourquoi la souffrance ?: Réponse de Bilbad

28 septembre, 2016

Après avoir tout perdu

sa fortune

sa famille

sa santé

Job se plaint

Pourquoi donc un telle souffrance ?

3 sages vont tenter de lui répondre

dont Bilbaz 

 

 Bildad

 

Bilbad :Job est coupable 

Bilbad est un jeune

sûr de lui sûr

sûr de ce qu’il a appris

il n’a pas d’expérience

 mais il sait.

**

Il ne s’excuse pas avant de prendre la parole

il est brutal, en colère

Ressasseras-tu toujours ces choses en des paroles qui soufflent la tempête ?

Job et ses fils sont des pécheurs  

Si tes fils ont péché contre lui, il les a livrés au pouvoir de leur crime.

**

Bilbad est un dogmatique

sans expérience

il interroge les anciens

Interroge donc les générations d’antan, sois attentif à l’expérience de leurs ancêtres.

il cite les  proverbes

« Le jonc pousse-t-il hors des marais,le roseau peut-il croître sans eau ?

**

Il conclut

avec un rien de sous entendu

que Job est coupable

puisqu’il est puni 

Dieu ne méprise pas l’homme intègre,ni ne prête main-forte aux malfaiteurs.

 **

Job répond

Certes, je sais qu’il en est ainsiComment l’homme sera-t-il juste contre Dieu ?

Dieu est grand

Lui qui déplace les montagnes à leur insu, qui les culbute en sa colère, il ébranle la terre de son site,et ses colonnes chancellent...Il fabrique l’Ourse, Orion,et les Pléiades et les Cellules du Sud..

Comment pouvons nous le comprendre ?

 passe près de moi et je ne le vois pas ;il s’en va, je n’y comprends rien.si même je suis juste, à quoi bon répliquer ?

**

Le procès

C’est mon accusateur qu’il me faut implorer.

mais justement Job n’a pas compris  

Dieu ne l’accuse pas

Dieu l’éprouve

**

mais comment pouvons nous comprendre ?

Même si j’appelle, et qu’il me réponde, je ne croirais pas qu’il ait écouté ma voix.
….Suis-je innocent ? je ne le saurai moi-même.
…Il faut que je sois coupable !Pourquoi me fatiguer en vain ?

**

Je dirai à Dieu : Ne me traite pas en coupable, fais-moi connaître tes griefs contre moi.

Voila l’erreur

Job  n’est pas puni !

Dieu le met à l’épreuve

C’est bien dit

au début du récit (Ch 1)

 **

Job en vient à douter de l’amour de Dieu  ?

Prends-tu plaisir à m’accabler,
..Tes mains, elles m’avaient étreint ; ensemble, elles m’avaient façonné de toutes parts, et tu m’as englouti.
..Pourquoi donc m’as-tu fait sortir du ventre ?

Comment ne pas douter de l’amour de Dieu

en voyant la souffrance des hommes ?

Job (Ch.4 à 7): Pourquoi la souffrance ? Réponse d’Eliphaz

28 septembre, 2016

Après avoir tout perdu

sa fortune

sa famille

sa santé

Job se plaint

Pourquoi donc un telle souffrance ?

3 sages vont tenter de lui répondre

dont Eliphaz  

 

Eliphaz

 

Eliphaz : Dieu est juste

Eliphaz est  un sage

il s’excuse  de prendre la parole

c’est un homme âgée qui parle d’expérience

Dieu est juste  mais il nous éprouve  

**

Eliphaz lui dit (ch 4)

Te met-il pour une fois à l’épreuve, tu fléchis ! Tu t’es fait l’éducateur des foules,
tu savais rendre vigueur aux mains lasses….Que maintenant cela t’arrive, c’est toi qui fléchis.

Les justes ne sont pas exterminés

et les mortels peuvent ils être justes ?

 Le mortel serait-il plus juste que Dieu, l’homme serait-il plus pur que son auteur ?

**

Confiance

Quant à moi, je m’adresserais à Dieu,c’est à Dieu que j’exposerais ma cause.

La souffrance n’est pas, une punition

c’est un épreuve qui nous purifie !

c’est un bienfait !

Vois : Heureux l’homme que Dieu réprimande !
C’est lui qui, en faisant souffrir, répare ,lui dont les mains, en brisant, guérissent
.

 

La réponse de Job à Eliphaz (ch 6)

Ce que dit Eliphaz semble raisonnable   

mais  quand un homme souffre

peut il comprendre des paroles de sagesse

aussi Job continue à se plaindre

Il se révolte !

**

Job accuse Dieu

Que Dieu daigne me broyer, qu’il dégage sa main et me rompe !

Personne pour aider le pauvre

Quelle est ma force pour que je patiente ?Serait-ce donc le néant, ce secours que j’attends ?
Toute ressource m’a-t-elle échappé ?

**

Les sages ne comprennent pas

Ils disent  n’importe quoi !

Eclairez-moi, et moi je me tairai.En quoi ai-je failli ? Montrez-le-moi !

…D’ailleurs, une critique venant de vous, que critique-t-elle ?

..Vous iriez jusqu’à tirer au sort un orphelin,à mettre en vente votre ami.
**

Y a-t-il de la perfidie sur ma langue ?
Mon palais ne sait-il pas discerner la détresse ?

**

La prière (ch 7)

Job se révolte,

Il ne comprend pas

mais il croit en Dieu et s’adresse à lui

S’il a fauté dieu ne peut il pas pardonner  

 Ai-je péché ? Qu’est-ce que cela te fait,…? Pourquoi m’avoir pris pour cible ?
En quoi te suis-je à charge ? Ne peux-tu supporter ma révolte, laisser passer ma faute ?

**

Pourtant Eliphaz lui a bien ditt

que sa souffrance n’était pas une punition

mais une épreuve et une purification  

 Heureux l’homme que Dieu réprimande !
C’est lui qui, en faisant souffrir, répare,
lui dont les mains, en brisant, guérissent.

Job (1, 6-22) : Le combat des fils de Dieu… un sens à la vie

26 septembre, 2016

Le jour où les fils de Dieu se rendaient à l’audience du Seigneur, le Satan, l’Adversaire, lui aussi, vint parmi eux. Le Seigneur lui dit : « D’où viens-tu ? » L’Adversaire répondit : « De parcourir la terre et d’y rôder. » Le Seigneur reprit : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’a pas son pareil sur la terre : c’est un homme intègre et droit, qui craint Dieu et s’écarte du mal. » L’Adversaire riposta : « Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? N’as-tu pas élevé une clôture pour le protéger, lui, sa maison et tout ce qu’il possède ? Tu as béni son travail, et ses troupeaux se multiplient dans le pays. Mais étends seulement la main, et touche à tout ce qu’il possède : je parie qu’il te maudira en face ! » Le Seigneur dit à l’Adversaire : « Soit ! Tu as pouvoir sur tout ce qu’il possède, mais tu ne porteras pas la main sur lui. » Et l’Adversaire se retira.Le jour où les fils et les filles de Job étaient en train de festoyer et de boire du vin dans la maison de leur frère aîné, un messager arriva auprès de Job et lui dit : « Les bœufs étaient en train de labourer et les ânesses étaient au pâturage non loin de là. Les Bédouins se sont jetés sur eux et les ont enlevés, et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un autre survint et lui dit : « Le feu du ciel est tombé, il a brûlé troupeaux et serviteurs, et les a dévorés. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un troisième survint et lui dit : « Trois bandes de Chaldéens se sont emparées des chameaux, ils les ont enlevés et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un quatrième survint et lui dit : « Tes fils et tes filles étaient en train de festoyer et de boire du vin dans la maison de leur frère aîné, lorsqu’un ouragan s’est levé du fond du désert et s’est rué contre la maison. Ébranlée aux quatre coins, elle s’est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. »Alors Job se leva, il déchira son manteau et se rasa la tête, il se jeta à terre et se prosterna. Puis il dit : « Nu je suis sorti du ventre de ma mère, nu j’y retournerai. Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris : Que le nom du Seigneur soit béni ! »

**

Le jour où les fils de Dieu se rendaient à l’audience du Seigneur, le Satan, l’Adversaire, lui aussi, vint parmi eux. Le Seigneur lui dit : « D’où viens-tu ? » L’Adversaire répondit : « De parcourir la terre et d’y rôder. » Le Seigneur reprit : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’a pas son pareil sur la terre : c’est un homme intègre et droit, qui craint Dieu et s’écarte du mal. » L’Adversaire riposta : « Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? N’as-tu pas élevé une clôture pour le protéger, lui, sa maison et tout ce qu’il possède ? Tu as béni son travail, et ses troupeaux se multiplient dans le pays. Mais étends seulement la main, et touche à tout ce qu’il possède : je parie qu’il te maudira en face ! » Le Seigneur dit à l’Adversaire : « Soit ! Tu as pouvoir sur tout ce qu’il possède, mais tu ne porteras pas la main sur lui. » Et l’Adversaire se retira.

 

Une épreuve

Pourquoi la souffrance ?

certainement pas une punition !

mais c’est bien une épreuve

Cliquez ICI 

**

Dieu nous éprouve

Il teste notre amour

Il teste notre foi

C’est un  combat pour la foi (St Paul) 

**

Crois tu  vraiment en un Dieu Bon ?

Avons nous confiance en Dieu

malgré la souffrance

malgré son silence apparent

Crois tu vraiment que Dieu est un père ? 

**

Es tu capable de tout donner

de tout accepter

de tout subir  

de renoncer à tout

uniquement par amour ?

acceptes tu finalement ce combat qui donne un sens à notre vie

**

Aimons nous vraiment Dieu plus que tout ?

Aimons nous Dieu plus que nos biens  ?

Satan dit à Dieu

étends seulement la main, et touche à tout ce qu’il possède : je parie qu’il te maudira en face ! » Le Seigneur dit à l’Adversaire : « Soit ! Tu as pouvoir sur tout ce qu’il possède, mais tu ne porteras pas la main sur lui. ».

Cette épreuve nous anoblit

Quelle noblesse !

Quelle  dignité !

Quelle confiance !

dans la réponse  de Job

Job se leva, il déchira son manteau et se rasa la tête, il se jeta à terre et se prosterna. Puis il dit : « Nu je suis sorti du ventre de ma mère, nu j’y retournerai. Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris : Que le nom du Seigneur soit béni ! »
**

Aimons nous Dieu plus que notre vie ?

Un peu plus tard Satan  dit au Seigneur :

Tout ce qu’un homme possède, il le donne pour sa vie. Mais veuille étendre ta main, touche à ses os et à sa chair. Je parie qu’il te maudira en face ! » Alors le Seigneur dit à  Saatn : « Soit ! Il est en ton pouvoir ; respecte seulement sa vie. »

et Job toujours aussi digne

en vrai fils de Dieu

prit un tesson pour se gratter et il s’installa parmi les cendres…..et dit Nous acceptons le bonheur comme un don de Dieu. Et le malheur, pourquoi ne l’accepterions-nous pas aussi ? »

**

 

JOB

 

C’est beau !

C’est magnifique !

« Ecce Homo »

la fierté de Dieu

Dieu créa l’homme à son image..A l’image de Dieu il le créa ..et Dieu  vit que cela était très bon » (Gn 1 27 )

Job est vraiment un fils de Dieu

**

et Quelle bassesse  parmi les Européens qui refusent de donner

 un peu de leur bien

un peu de leur vie

pour les refugiés qui nous demandent asile