Archive pour la catégorie 'Job'

JOB : 1é Cycle les fléches

3 octobre, 2021

 chapitre 4: Les  flèches 

 

Job

 

Ta foi en Dieu ne doit-elle pas être la source de ta confiance,

et l’intégrité de ta conduite, la raison de ton espérance ?

 

Un message m’est venu comme en secret,

mon oreille en a perçu le murmure,

lorsqu’en rêve, la nuit, les pensées sont confuses

et que l’engourdissement tombe sur les humains.

 

…Un souffle est passé sur mon visage, qui m’a donné la chair de poule.

Quelqu’un se tenait là,…une forme était devant mes yeux.

Un silence d’abord, puis j’entendis une voix qui disait :

 

 « Un humain serait-il plus juste que Dieu,

un mortel, plus pur que son créateur ? »

 

Chapitre 5

 L’injustice, en effet, ne sort pas naturellement de la terre,

la misère ne germe pas du sol.

C’est l’être humain qui est né pour vivre la misère,

 

Dieu , LUI  qui fait de grandes choses, impossibles à sonder,

des merveilles qu’on n’arrive pas à compter.

Lui qui répand la pluie sur la face de la terre,

Il brise les projets des gens rusés ;

C’est lui qui prend au piège les sages à leur propre ruse ;

le plan des gens tordus se trouve dépassé.

 

Il y a un espoir pour le faible,

et l’injustice n’a plus rien à dire.

Oui, heureux celui que Dieu corrige !

 

  C’est LUI  qui fait souffrir, puis il répare ;

  C’est lui qui frappe,  puis il guérit.

il te sauvera de l’angoisse,

Dans la famine, il te sauvera de la mort ;

 

Chapitre 6 : les flèches de Dieu

(perso : Dieu nous a créé avec de l’argile 

et sur terre il continue à nous transformer en  nous éprouvant)

 Les flèches du Dieu souverain sont en moi,  ..j’en absorbe le venin ;

les terribles armées de Dieu s’alignent contre moi.

 Ai-je assez de force pour attendre ? À quoi bon continuer à vivre ?

Ai-je moi, la force des pierres, ou un corps de bronze ?

 

Chapitre 7  Pourquoi le Mal

 Le temps de l’humain sur la terre n’est-il pas une corvée ?

Sa vie n’est-elle pas comme celle d’un ouvrier ?

 

Dès que je suis couché, je me dis : « Quand me lèverai-je ? »

La soirée n’en finit pas.

Je suis envahi de cauchemars jusqu’au matin.

Ma vie passe plus vite que la navette d’un tisserand ;

 

si je me dis : « Mon lit me consolera,

dormir soulagera ma plainte »,

tu me terrifies par des rêves,  par des visions tu m’épouvantes.

Je n’en peux plus : je ne vivrai pas toujours.

 

Puisque mes jours sont un souffle, ne t’occupe pas de moi !

Qu’est-ce que l’humain, pour que tu lui donnes tant d’importance,

et que tu fixes ton attention sur lui ?

 

 Chapitre 8 :  La justice

 Dieu fausserait-il la justice ?

 

Chapitre  9 : Les remarques  justifiées de Job

  Qui donc est Dieu . ?

qui donc est celui qui tue des innocents 

qui nous donne des juges malfaisants  

 

Dieu supprime aussi bien l’innocent que le coupable.

Quand un désastre soudain sème la mort,

il se moque de la détresse des innocents.

 

Dans un pays livré au pouvoir des méchants,

il oblige les juges à fermer les yeux.

 

De toute façon, je serai déclaré coupable ;

alors pourquoi me fatiguer en vain ?

Car Dieu n’est pas un être humain comme moi,

pour que je lui réponde, pour que nous allions ensemble au tribunal.

 

Chapitre 10    Ma vie me dégoûte !

 Je dirai à Dieu

Vois-tu les choses avec les yeux d’un être de chair ?

Ton point de vue ne serait-il que celui d’un humain ?

pour que tu cherches à connaître ma faute,

et pour que tu t’efforces de découvrir mon péché ?

 

C’est Toi qui m’as façonné comme de l’argile, il faut t’en souvenir,

tu me ferais retourner à la poussière !

 

Dans le ventre de ma mère, tu m’as formé,

comme on verse le lait pour le faire durcir comme du fromage.

Tu m’as revêtu de peau et de chair,

 

tu cachais une arrière-pensée.

u voulais me prendre sur le fait dès que je commettrais une faute,

ne pas me tenir pour innocent de mon tort.

 

Chapitre 11 : La Vérité  

 Prétends-tu découvrir les profondeurs de Dieu,

saisir jusqu’à la perfection du Dieu souverain ?

Elle est plus haute que le ciel, …plus profonde que le séjour des morts,

plus vaste que la terre,…plus large que l’océan.

 

Oui, il connaît, lui, les gens faux,…il voit où est le crime.

Si tu étends tes mains vers lui en prière,

Si tu élimines le mal dont tu es responsable

alors, désormais sans tache, tu relèveras la tête

et, purifié comme du métal fondu, tu n’auras plus de crainte.

 

Oui, tu oublieras la peine,

ton existence deviendra plus radieuse que la lumière du midi,

 

Tu reprendras confiance car, effectivement, il y a de l’espoir ;

après avoir connu la honte, tu te coucheras tranquille.

 

Chapitre 12 :  Dieu est Vérité 

C’est  Dieu lui qui tient en sa main le souffle de tout vivant

et l’esprit qui anime tout corps humain.

 

Chez Dieu se trouvent la sagesse et le pouvoir,

à lui le conseil et l’intelligence.   Avec lui la force et le discernement,

 

il fait perdre la raison aux dirigeants.

Il fait marcher pieds nus les prêtres,

il renverse les pouvoirs établis.

Il ôte la parole aux bons orateurs,

et il enlève le bon sens aux vieillards.

Il répand le mépris sur les nobles,

l affaiblit la puissance des tyrans.

 Il fait grandir des peuples, puis il cause leur ruine,

 

Chapitre 13 : fabricants de  mensonge  

 Job dit à Cophar :

Vous êtes des fabricants de mensonges,

Vos arguments sont de la poudre aux yeux,

vos défenses sont comme des murs d’argile.

 

Chapitre 14 : Qui sommes nous ?

La vie que l’être humain a reçu de la femme est fragile,

brève et pleine d’inquiétude.

 

Comme une fleur, l’homme  s’épanouit, puis se fane,

il s’enfuit comme l’ombre que l’on ne peut pas arrêter.

 

pour l’arbre il y a de l’espoir,

si on le coupe il peut se renouveler, ses rejetons ne manquent pas.

Même si sa racine vieillit en terre, si sa souche meurt dans le sol,

dès qu’il sent l’eau il fleurit, et il produit des branches comme une jeune plante.

 

Mais quand une personne meurt, elle n’a plus de force :

un humain expire et il n’est plus.

Ses fils sont-ils honorés ? il ne le sait pas ;

 

sont-ils humiliés ? il ne s’en rend  pas compte

JOB : 2é cycle les flèches

2 octobre, 2021

 

Chapitre  16 Les flèches  

Je suis la cible de Dieu Il m’a poussé à bout : contre moi il grince des dents, Gueule béante contre moi, .. Dieu m’a  jeté en proie à des crapules. J’étais au calme. Il m’a bousculé. Il m’a saisi par la nuque et disloqué, Ses flèches m’encadrent. Il transperce mes reins sans pitié  et répand à terre mon fiel. Pourtant, il n’y avait pas de violence en mes mains, et ma prière était pure.

Chapitre 17

Mon souffle s’affole, mes jours s’éteignent, à moi la tombe !

Chapitre 18 : Le piège  

la lumière du méchant va s’éteindre la lumière s’assombrit sous sa tente et il trébuchera dans ses propres intrigues, Ses pieds le jettent dans un filet il chemine sur des mailles.   Un piège lui saisira le talon, un lacet s’emparera de lui.,  un cordeau se cache à terre, une trappe sur son chemin. En bas, ses racines sécheront, en haut, sa ramure sera coupée. Le voilà, ce lieu où l’on ignorait Dieu ! »

Chapitre 19 

mais sachez donc que c’est Dieu qui  m’a enveloppé dans son filet. Il m’a découronné  ,Il m’a dépouillé de ma gloire,  Il a ôté la couronne de ma tête. Il m’a  excommunié   Mes frères, il les a éloignés de moi, Mes proches ont disparu,..mes familiers m’ont oublié. je suis devenu un intrus à leurs yeux. quand je me lève, ils jasent sur moi. Ah ! si seulement on écrivait mes paroles, si on les gravait en une inscription !

Le rédempteur est  vivant Je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, que le dernier, il surgira sur la poussière. Et après qu’on aura détruit cette peau qui est mienne, c’est bien dans ma chair que je contemplerai Dieu. C’est moi qui le contemplerai, oui, moi ! Mes yeux le verront, lui, et il ne sera pas étranger. Mon cœur en brûle au fond de moi..  

Chapitre 20  Les impies  

 Çofar de Naama prit la parole   le triomphe des méchants est bref, la joie de l’impie ne dure qu’un instant ? il est mis en fuite comme une vision de la nuit ? il a écrasé et délaissé les pauvres, il a volé une maison au lieu de la bâtir, il arrache la flèche, elle sort de son corps, et dès que la pointe quitte son foie, les terreurs sont sur lui. Le voilà, le sort que Dieu réserve à l’homme méchant, la part que Dieu a décrétée pour lui.  

Chapitre 21

Job  répondit La férule de Dieu les épargne. Or ils avaient dit à Dieu : « Ecarte-toi de nous, connaître tes voies ne nous plaît pas. pourtant le bonheur n’est-il pas en leurs mains ? Est-ce souvent  que Dieu leur assigne pour lot sa colère ? Au jour du désastre le méchant est préservé. Au jour des fureurs il est mis à l’abri. Lui, on l’escorte au cimetière et on veille sur son tertre.

JOB : 3é Cycle

1 octobre, 2021

 Chapitre 22   : Dieu est  loin  des pauvres  

 Shaddaï s’intéresse-t-il à ta justice,

que gagne-t-il si tu réformes ta conduite ?
Est-ce par crainte pour toi qu’il ira avec toi en justice ?

Dieu n’est-il pas en haut des cieux ?
Vois la voûte étoilée, comme elle est haute.
Tu en as conclu : « Que peut savoir Dieu ?
Peut-il juger à travers la nuée sombre ?

Chapitre 23

 Job dit :

Ah ! si je savais où le trouver,
J’exposerais devant lui ma cause,
j’aurais la bouche pleine d’arguments.
je comprendrais ce qu’il a à me dire.
Lui au moins me prêterait attention.
Mais si je vais à l’orient, il n’y est pas,
à l’occident, je ne l’aperçois pas.
Est-il occupé au nord, je ne peux l’y découvrir,
se cache-t-il au midi, je ne l’y vois pas.

Chapitre 24 : les pauvres

Tous les pauvres du pays n’ont plus qu’à se cacher.
Tels des onagres dans le désert,
ils partent au travail dès l’aube, en quête de pâture.
La nuit, ils la passent nus, faute de vêtement,
ils n’ont pas de couverture quand il fait froid.
du pauvre on exige des gages.
On le fait marcher nu, privé de vêtement,
et aux affamés on fait porter des gerbes.

Dans la ville les gens se lamentent,
le râle des blessés hurle,  et Dieu reste sourd à ces infamies !

Le meurtrier se lève au point du jour,il assassine le pauvre et l’indigent,
et la nuit, il agit en voleur.!

 Chapitre 25

Que dire de l’homme, ce ver,
du fils d’Adam, cette larve ! 

JOB : La puissance de Dieu et l’ innocence de Job

26 septembre, 2021

Chapitre  26 :  Dieu est puissant

C’est lui qui étend le  ciel sur le vide,

qui suspend la terre au-dessus du néant.

Il emmagasine les eaux dans ses nuages,

sans que les nuées éclatent sous leur poids.

Il couvre le visage de la pleine lune,

en tirant sur elle un rideau de nuages.

il a tracé un cercle autour de l’océan,

À sa menace, les colonnes du ciel

chancellent, prises de stupéfaction.

Qui comprendra le tonnerre de ses exploits ?

 

Chapitre  27 : Job est innocent

Job reprit son discours et dit :

Un coupable ne ferait pas appel à Dieu

Je jure  par le Dieu souverain qui me remplit d’amertume :

Tant qu’il y aura en moi un peu de respiration,

et le souffle divin dans mes narines,

mes lèvres ne diront rien d’injuste,

ma langue n’exprimera rien de faux.

 

jamais je ne renoncerai à me dire innocent !

En conscience, je n’ai pas honte de ma vie.

 

Les méchants

Voici le sort que Dieu réserve aux méchants,

l’héritage que les tyrans recevront du Dieu souverain.

Si leurs fils se multiplient, c’est la guerre qui les tuera,

Si l’un d’eux amasse de l’argent comme de la poussière

qu’il entasse donc ! c’est  un innocent qui se partagera l’argent.

En le voyant, on applaudit à sa ruine,

partout où il va, on ricane.

    

Chapitre 28 : Dieu est sage

 il existe un lieu pour trouver l’argent,  un endroit où purifier l’or.

(la pierre philosophale)

 

L’alchimiste

Sous terre, le mineur met un terme à l’obscurité,

jusqu’à l’extrême limite, il fouille la pierre foncée et sombre.

Il creuse un tunnel loin des lieux habités.

Loin des humains, en des endroits oubliés des passants,

suspendu à des cordes, il se balance.

 

C’est de la terre que sort le pain,

mais, en dessous, elle est bouleversée comme par un feu.

C’est dans ses roches que se trouvent le saphir et la poussière d’or.

 

La richesse des humbles

Ce sentier souterrain, l’oiseau de proie ne le connaît pas,

l’œil du faucon ne le perçoit pas.

Les grands fauves n’y ont pas cheminé,

le lion n’y a pas marché.

 

Mais l’humain affronte la roche la plus dure,

il remue les montagnes jusqu’à la racine.

Dans le roc, il perce des galeries,

il voit de ses yeux tout ce qui est précieux.

Il va jusqu’à tarir les sources des cours d’eaux

et il amène au jour ce qui était caché.

 

la Sagesse, où se trouve-t-elle ?

L’humain n’en connaît pas le prix,

elle est introuvable au pays des vivants.

Elle se dissimule aux yeux de tout vivant,

 

chapitre 29 : Bonheur d’autrefois et misère d’aujourd’hui

 Job reprit son discours et dit :

Comme je voudrais retrouver le passé,

ce temps où Dieu veillait sur moi,

quand sa lampe brillait sur ma tête,

et, qu’à sa lumière, j’avançais dans l’obscurité.

 

Chapitre 30 : La misère d’aujourd’hui

 Et maintenant, je suis la risée
de plus jeunes que moi,
me voici devenu leur fable.
Sans se gêner, ils me crachent au visage.

Chapitre 31 :Innocence de Job

Ne voit-il pas, lui, ma conduite ?
Ne tient-il pas le compte de tous mes pas ?

Ai-je fait route avec le mensonge,
mon pied s’est-il hâté vers la fraude ?

Est-ce que je repoussais la demande des pauvres,
laissais-je languir les yeux de la veuve ?

Si j’ai placé dans l’or ma confiance,
si j’ai dit au métal fin : « Tu es ma sécurité »,

L’étranger ne passait pas la nuit dehors :
j’ouvrais mes portes au voyageur.

 

JOB :Le souffle de Dieu (Job 32 et 33)

25 septembre, 2021

 Elihou s’était retenu de parler à Job parce que les autres étaient plus âgés que lui. 

Alors Elihou, prit la parole et dit à Job

 Je suis un jeune, moi,  et vous, des vieux.

Aussi craignais-je et redoutais-je de vous exposer mon savoir.

En réalité, dans l’homme, c’est le Souffle,
l’inspiration de Shaddaï, qui rend intelligent.

Etre un ancien ne rend pas sage,
et les vieillards ne discernent pas le droit.
Chapitre 33

Dieu parle d’abord d’une manière
et puis d’une autre, mais l’on n’y prend pas garde :
dans le songe, la vision nocturne,
lorsqu’une torpeur accable les humains,
endormis sur leur couche.

Alors il ouvre l’oreille des humains
Parfois, il les réprimande par la douleur,

Alors ils avouent  

« J’avais péché, j’avais violé le droit,
mais lui ne s’est pas conduit comme moi.
Il a racheté mon existence au bord de la fosse
et ma vie contemplera la lumière ! »

Chapitre 34 : Dieu est Juste

Dieu serait-il méchant,? – Pensée abominable !
Non, en vérité, Dieu n’agit pas méchamment,
S’il ne pensait qu’à lui-même,
s’il concentrait en lui son souffle et son haleine,
toute chair expirerait à la fois
et l’homme retournerait en poussière.

Il veille sur les nations comme sur les hommes,
ne voulant pas que règne l’impie,
ni que l’on tende des pièges au peuple.
Le Seigneur des saisons  

Considère les cieux et vois,
contemple les nues, comme elles te dominent !
Si tu pèches, le touches-tu ?
Multiplie tes révoltes, que lui fais-tu ?

Si tu es juste, en profite-t-il,
reçoit-il de toi quelque chose ?
Ta méchanceté n’atteint que tes semblables,
ta justice ne profite qu’à des hommes.

Chapitre 36

Le Seigneur de l’automne

Il attire les gouttes d’eau,
puis les filtre en pluie pour son déluge
que les nues déversent
et répandent sur la foule des hommes.

Chapitre 37

Le Seigneur de l’hiver

Ecoutez, écoutez donc vibrer sa voix,
et le grondement qui sort de sa bouche.

Sous tous les cieux il le répercute
et sa foudre frappe les extrémités de la terre.
Puis son rugissement retentit,
sa majesté tonne à pleine voix,
et il ne retient plus les éclairs
dès que sa voix s’est fait entendre.

Puis le beau temps emporte les nuages
et disperse les nuées chargées d’éclairs..

Le Seigneur de l’été

Sais-tu l’équilibre des nuages,
merveilles d’un savoir sûr ?

l’assistais-tu pour laminer les nues,
solides comme un miroir de métal ?

Soudain, on ne voit plus la lumière,
elle est obscurcie par les nues,
puis un vent a soufflé et les a balayées.

Du nord arrive une clarté d’or,
autour de Dieu, une effrayante splendeur.

 

Yahwé : (Job 38-40))

25 septembre, 2021

   Le Seigneur répondit à Job du sein de l’ouragan et dit :

 Qui est celui qui obscurcit mon projet par des discours insensés ?

ceins donc tes reins, comme un brave :
je vais t’interroger et tu m’instruiras.

Où est-ce que tu étais quand je fondai la terre ?
Dis-le-moi puisque tu es si savant.

Le souverain de la mer

J’ai brisé son élan par mon décret,
et je lui ’ai dit : « Tu viendras jusqu’ici, pas plus loin ;
là s’arrêtera l’insolence de tes flots ! »

les monts

As-tu parvenu jusqu’aux réserves de neige,
et les réserves de grêle, les as-tu vues,

le ciel

Connais-tu les lois des cieux,,

les vivants  ,

Qui a mis dans l’ibis la sagesse,et donné au coq l’intelligence ?
Qui donc prépare au corbeau sa provende
quand ses petits crient vers Dieu

Chapitre 39

 Sais-tu le temps où enfantent les bouquetins ?
As-tu observé les biches en travail,
….Qui mit en liberté l’âne sauvage,
….qui délia les liens de l’onagre
…Est-ce toi qui donnes au cheval la bravoure,
…Est-ce sur ton ordre que l’aigle s’élève

Chapitre 40

Job

La main sur la bouche  Job répondit alors au Seigneur

je ne fais pas le poids, que te répliquerai-je ?
Je mets la main sur ma bouche.

J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus,
deux fois, je n’ajouterai rien.   

26é samedi ordinaire : Seigneur mes yeux t’ont vu ! (Job 42, 1-17)

3 octobre, 2020

Job s’adressa au Seigneur et dit : « Je sais que tu peux tout et que nul projet pour toi n’est impossible. Quel est celui qui déforme tes plans sans rien y connaître ? De fait, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles hors de ma portée, dont je ne savais rien. C’est par ouï-dire que je te connaissais, mais maintenant mes yeux t’ont vu. C’est pourquoi je me rétracte et me repens sur la poussière et sur la cendre. »Le Seigneur bénit la nouvelle situation de Job plus encore que l’ancienne. Job posséda quatorze mille moutons et six mille chameaux, mille paires de bœufs et mille ânesses. Il eut encore sept fils et trois filles. Il nomma la première Colombe, la deuxième Fleur-de-Laurier, et la troisième Ombre-du-regard. On ne trouvait pas dans tout le pays de femmes aussi belles que les filles de Job. Leur père leur donna une part d’héritage avec leurs frères. Après cela, Job vécut encore cent quarante ans, et il vit ses fils et les fils de ses fils : quatre générations. Et Job mourut âgé, rassasié de jours.

 **

Job a tout perdu

ses biens, sa famille, sa santé

mais malgré sa souffrance, sa détresse

il crie sa foi en Dieu

 

Je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant,
que le dernier, il surgira sur la poussière.

Et après qu’on aura détruit cette peau qui est mienne,
c’est bien dans ma chair que je contemplerai Dieu.
C’est moi qui le contemplerai, oui, moi !
Mes yeux le verront, lui, et il ne sera pas étranger.
Mon cœur en brûle au fond de moi
.(Job 19)

**

Parce qu’il a cru

Job  a oublié sa souffrance

il a ouvert les yeux  

il a vu tout ce que Dieu nous a donné

les splendeurs de la création

Béhémoth ,l’hippopotame (40,15)

 Léviathan ,le crocodile ….40,25)…

 

26é-Samedi-ordinaire-Job

Il a vu Dieu

comme Linné ,le premier à avoir classé les plantes  

j’ai vu Dieu dans une fleur ( Linné)

 

Job ,a retrouvé plus que des milliers de chameau

mais la foi et l’espérance  

des fils et des filles

la première Colombe, la deuxième Fleur-de-Laurier, et la troisième Ombre-du-regard.

Colombe  :la paix

Fleur de laurier ,la gloire des enfants de Dieu

Ombre du regard ,l’humilité

**

Evangile (Luc 10, 17-24)

En ce temps-là, les 72 disciples que Jésus avait envoyés revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »…À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ….Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. 

 

Nous avons vu  des merveilles encore plus grandes, plus étonnantes que Job

Nos yeux ont vu l’Amour

Un Dieu crucifié , pour nous  

Beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez,

 la promesse du pardon

réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. » 

26é Mercredi ordinaire :Pourquoi la souffrance ?(.Job 9, 1-16)

30 septembre, 2020

Job prit la parole et répondit à ses amis : « En vérité, je sais bien qu’il en est ainsi : Comment l’homme pourrait-il avoir raison contre Dieu ? Si l’on s’avise de discuter avec lui, on ne trouvera pas à lui répondre une fois sur mille. Il est plein de sagesse et d’une force invincible, on ne lui tient pas tête impunément. C’est lui qui déplace les montagnes à leur insu, qui les renverse dans sa colère ; il secoue la terre sur sa base, et fait vaciller ses colonnes. Il donne un ordre, et le soleil ne se lève pas, et sur les étoiles il appose un sceau. À lui seul il déploie les cieux, il marche sur la crête des vagues. Il fabrique la Grande Ourse, Orion, les Pléiades et les constellations du Sud. Il est l’auteur de grandes œuvres, insondables, d’innombrables merveilles. S’il passe à côté de moi, je ne le vois pas ; s’il me frôle, je ne m’en aperçois pas. S’il s’empare d’une proie, qui donc lui fera lâcher prise, qui donc osera lui demander : “Que fais-tu là ?” Et moi, je prétendrais lui répliquer ! je chercherais des arguments contre lui ! Même si j’ai raison, à quoi bon me défendre ? Je ne puis que demander grâce à mon juge. Même s’il répond quand je fais appel, je ne suis pas sûr qu’il écoute ma voix ! »

 

26é-Mercredi-ordinaire-Job

 

Pourquoi la souffrance ?  

Est ce un épreuve  ? Ce que semble dire Eliphaz  

Cliquez ICI

Est un punition ? Ce que semble dire  Cophar

Cliquez ICI

En fait on ne peut comprendre! ..Ce que dit Bildad ,le plus jeune des Trois

ce que dit aussi Job  

Dieu  est plein de sagesse et d’une force invincible, on ne lui tient pas tête impunément….Et moi, je prétendrais lui répliquer ! je chercherais des arguments contre lui

**

mais malgré tout, Bildad a confiance   

il ne condamne pas .Il ne juge pas

il espère et dit à Job

Dieu, vois-tu, ne rejette pas celui qui est intègre

et il ne prête pas main-forte aux malfaiteurs.

Il finira par remplir ta bouche de rires

et tes lèvres de cris de joie.

Ceux qui te détestent seront couverts de honte,

les méchants disparaîtront.(8,20 )

et c’est à, Bildad que plus tard Job dira

Comme je voudrais que mes propos soient mis par écrit,

comme je voudrais qu’ils soient inscrits dans un livre.

Avec un ciseau de fer et de plomb,

ils seraient gravés dans le rocher pour toujours.

Moi, je sais que mon défenseur est vivant,

et qu’en dernier, sur la poussière, il interviendra.

Lorsque ma peau me sera retirée,

moi-même, je verrai Dieu !

Je le verrai, moi, de mes propres yeux.

Evangile (Luc 9, 57-62)

En ce temps-là, en cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »Il dit à un autre : « Suis-moi. ..

Jésus aussi nous parle de la souffrance et de la croix

ayons confiance ..Suivons le !

 

Job (38,6- 40, 5) : Les merveilles de la création

5 octobre, 2018

Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit : « As-tu, une seule fois dans ta vie, donné des ordres au matin, assigné son poste à l’aurore, pour qu’elle saisisse la terre aux quatre coins et en secoue les méchants ? La terre alors prend forme comme argile sous le sceau et se déploie tel un vêtement ; aux méchants est enlevée la lumière, et le bras qui se levait est brisé. Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer, as-tu circulé au fond de l’abîme ? Les portes de la mort se sont-elles montrées à toi, les as-tu vues, les portes de l’ombre de mort ? As-tu réfléchi à l’immensité de la terre ? Raconte, si tu sais tout cela ! Quel chemin mène à la demeure de la lumière, et l’obscurité, quel est son lieu, pour que tu conduises chacune à son domaine et discernes les sentiers de sa maison ? Si tu le sais, alors tu étais né, et le nombre de tes jours est bien grand ! » Job s’adressa au Seigneur et dit : « Moi qui suis si peu de chose, que pourrais-je te répliquer ? Je mets la main sur ma bouche. J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; deux fois, je n’ajouterai plus rien. »

 

Job souffre

il gémit sur lui même

**

Ecrasé par la souffrance

il ferme les yeux

Il ne voit plus que  ténèbres  

il ne voit plus les merveilles de la création

les mystères de ce monde

*

Dans sa douleur il s’écrie quand même

je sais que mon rédempteur est vivant …Je le verrai avec mes yeux de chair

Cliquez ICI

Avec ses yeux de chair

en regardant la création

il voit Dieu 

**

Toi qui souffre

Toi qui gémit

regarde le monde

sort de toi même

et loue le Seigneur pour les merveilles de la création

tu y trouveras réconfort et paix de l’âme

  

Job-création

Le lion

Est-ce toi qui chasses pour la lionne une proie
et qui assouvis la voracité des lionceaux,
quand ils sont tapis dans leurs tanières,
ou s’embusquent dans les fourrés ?
**

le corbeau

Qui donc prépare au corbeau sa provende
quand ses petits crient vers Dieu
et titubent d’inanition ?

**

l’âne

Qui mit en liberté l’âne sauvage,
Il se rit du vacarme des villes
Il explore les montagnes, son pâturage,
en quête de la moindre verdure.
**

le cheval

Est-ce toi qui donnes au cheval la bravoure,
qui revêts son cou d’une crinière,
qui le fais bondir comme la sauterelle ?
Son fier hennissement est terreur.
**

L’aigle

Est-ce sur ton ordre que l’aigle s’élève
et bâtit son aire sur les sommets ?
De là, il épie sa proie,
il plonge au loin son regard.
**

Béhémoth

C’est l’hippopotame

Vois quelle force dans sa croupe et cette vigueur dans les muscles de son ventre Il raidit sa queue comme un cèdre,ses cuisses sont tressées de tendons. Ses os sont des tubes de bronze, ses côtes du fer forgé. C’est lui le chef-d’œuvre de Dieu,
**

Léviathan

c’est  le crocodile

Vas-tu le pêcher à l’hameçon et de ta ligne le ferrer à la langue ?Lui passeras-tu un jonc dans le naseau, Perceras-tu d’un croc sa mâchoire ?Pose donc la main sur lui ; au souvenir de la lutte, tu ne recommenceras plus !

**

Merci Seigneur, pour la création  

Merci car tu es venu pour nous sauver

Job (19, 21-27) : De ma chair ,je verrai Dieu

4 octobre, 2018

Job disait à ceux qui lui faisaient des reproches : « Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous du moins, mes amis, car la main de Dieu m’a frappé. Pourquoi me poursuivre comme Dieu lui-même ? Ne serez-vous jamais rassasiés de ma chair ? Ah, si seulement on écrivait mes paroles, si on les gravait sur une stèle avec un ciseau de fer et du plomb, si on les sculptait dans le roc pour toujours ! Mais je sais, moi, que mon rédempteur est vivant, que, le dernier, il se lèvera sur la poussière ; et quand bien même on m’arracherait la peau, de ma chair je verrai Dieu. Je le verrai, moi en personne, et si mes yeux le regardent, il ne sera plus un étranger. Mon cœur en défaille au-dedans de moi. »

 ** 

La souffrance des hommes

la main de Dieu m’a frappé.

Le cri d’une humanité en détresse

des hommes qui souffrent ,les malades, les émigrés ,les affamés ,les exclus

le  cri de Jésus sur la croix

« Pére, père, pourquoi m’as tu abandonné »

**

mais aussi le cri sublime d’un croyant qui croit en l’amour de Dieu

malgré tout !

 Je sais, moi, que mon rédempteur est vivant,

comme Jésus sur la croix

« je remets mon âme entre tes mains »  

**

Nus ressusciterons !

nous vivrons !

**

La mortification de la chair

Ne serez-vous jamais rassasiés de ma chair ?

Cette  souffrance  est aussi occasionnée  par les ‘œuvres de la chair’ selon saint Paul

l’impureté,. ; les inimitiés, les querelles, les jalousies, les disputes, ….  (Gal 5, 18)

**

Cette souffrance vient de notre peu de foi

de nos manques d’amour

mais Dieu ne s’acharne pas sur nous ,

il ne se rassasie pas de notre chair

il ne punit pas,

 il purifie, il « justifie »  

**

Lui même se fait chair pour nous sauver  

Le Verbe s’est fait chair ,il a habité parmi nous

**

Ah, si seulement on écrivait mes paroles, si on les gravait sur une stèle avec un ciseau de fer et du plomb, si on les sculptait dans le roc pour toujours !

Le verbe se fait chair et il vient graver ses paroles dans nos cœurs

il transforme notre cœur de pierre  

en un cœur nouveau

en un cœur ressuscité

 

Job-je-verrai-Dieu

c’eat alors que :

 de ma chair je verrai Dieu. Je le verrai, moi en personne,

« ce n’est plus moi qui vit…C’est le Christ qui vit en moi »

**

 et si mes yeux le regardent, il ne sera plus un étranger.

enfin nous connaitrons l’amour

nous serons sûr qu’il nous écoute  

Cliquez ICI 

**

Mon cœur en défaille au-dedans de moi. »

mon coeur connaitra l’Amour

12