Archive pour la catégorie 'école Francaise de spiritualité'

Richard Simon : « Histoire critique du Vieux testament »

11 décembre, 2014

Constat

Au 17è siècle ,l’ignorance  des catholiques ,évêques et docteurs de la Sorbonne y compris,

restait stupéfiante ,quant aux textes originaux de la bible ,

et à la manière dont ils avaient été  écrits et transmis

 

Des hommes qui connaissent la bible presque par cœur ,comme Bossuet

ignoraient  tout en matière de critique

Il en était de même chez les protestants 

**

Richard Simon

décide de  remédier à cette ignorance

Il le pouvait 

Il avait passé 10 ans dans les meilleurs bibliothèques de Paris

Il avait  consulté  quantité de manuscrits

Il savait le grec, l’hébreu ,le syriaque, l’araméen et pouvait lire l’arabe

,Il connaissait les pères de l’église et la littérature rabbinique

Il avait lu Rachi et Gaon …

**

Il savait classer, juger, distinguer ,conclure

Il faisait la part des hypothèses et  des certitudes (J. Steinman : « Richard Simon p 98 ) 

**

« Histoire critique  du Vieux testament »

Richard Simon  écrivit  donc 

le premier ouvrage en  langue française

pour mettre  les  lecteurs au courant des problèmes posés

par une connaissance critique de l’ancien Testament

Un livre  écrit dans une langue admirable de clarté et de précision

**

Accueil du livre

En 1678  l’éditeur qui achève le livre publie par avance la table des chapitres

  pour l’envoyer dans les pays étrangers 

Or cette table tomba entre les mains de Nicole de Port Royal

qui ,effrayé  ,stupéfait ,angoissé écrit  aussitôt à Bossuet

« Simon  est d’une hardiesse incroyable .Il avance des arguments incroyables .. sans se mettre en peine du préjudice qu’en peut recevoir la religion …je suis aux antipodes de cet auteur…il me fait haïr les livres et les études

C’est  de semblable gens dont on pourrait dire qu’il faudrait mieux qu’ile ne sussent rien »

**

Bossuet lut à son tour la table des matières  où il était écrit

« Preuves des additions et autres changements qui ont été fait dans les écritures et en particulier dans le pentateuque Moïse ne peut être l’auteur de tout ce qui est dans les livres qui lui sont attribués » …

Horreur ! Sacrilége !

**

Pour Bossuet c’est un choc !

sans même avoir lu le livre

il bondit, se rend chez l’imprimeur

et ordonne que l’on brule tous les exemplaires

**

Les supérieurs de l’oratoire sont perplexes

eux qui avaient autorises la publication 

Ils s’inclinent devant Bossuet et les autorités s

et .. décident  de renvoyer  Simon de l’Oratoire (P 124 ss)

**

Le livre fut caché,ignoré en France

jusqu’au début du 20 e siecle

il fut alors à l’origine d’un renouveau extraordinaire des études bibliques 

Richard Simon : « Histoire critique de la créance et des coutumes des nations du levant »

10 décembre, 2014

Richard est surtout connu pour son livre

« Histoire critique  du Vieux testament »

**

Il en écrit un autre  bien moins connu

et encore plus audacieux

 « histoire critique de la créance et des coutumes des nations du levant »  

**

Il ne le publie pas en France mais à Francfort

Il le signe sous un faux nom « sieur de Moni »

C’est prudent !

Mal compris ,il peut être un brûlot 

**

Il semble remettre en question

sans vraiment le dire

les  pères de l’Eglise et les premiers conciles

en réhabilitant les « hérétiques » des premiers siècles 

**

Il donne raison aux Orthodoxes et écrit   

« Si l’on a recours à la théologie  dans sa source ,l’on trouve que les grecs se sont moins éloignés de l’antiquité que l’ont fait les latins (J. Steinman : « Richard Simon » p 158

**

Ailleurs Il avait déjà défendu les nestoriens et les Jacobites

«  Si on met à part les cérémonies, qui sont des choses indifférentes ,on trouvera que dans ce qui regarde la doctrine,les nestoriens ne différent en rien de nous que dans les termes …

ce que l’on appelle maintenant nestorianisme n’est qu’une hérésie de nom  …les Eutychiens ,jacobites  et autres monophysites ne sont pas plus hérétiques que les nestoriens  ( p 84)

**

Si Nestorius et saint Cyrille se fussent entendus ,ils auraient pu concilier leurs opinions

et auraient empêcher par là un grand scandale dans l’église

**

Il accepte  chez les nestoriens des coutumes refusées par  les catholiques 

tels que les concélébrations 

«  Cet usage est ancien dans l’église :au lieu que la coutume de dire un si grand nombre de messes dans les églises latines est très nouvelle et a été introduite par les moines mendiants qui bien souvent ont été plutôt des «  diseurs de messes » que de véritables prêtres chargés d’une communauté  

**

C’est dans le même esprit que Simon écrit dans sa preface de son « histoire critique du texte du Nouveau Testament « 

« je me suis proposé dans tout mon ouvrage de ne prendre que le parti de la vérité ,et de ne m’attacher à aucun maître en particulier

Un véritable chrétien qui fait profession de suivre la foi catholique ,ne doit pas se dire plutôt disciple de saint augustin que des saint Jérôme ou de quelque autre pères ,puisque sa foi est fondée sur la parole de Jésus Christ, contenue dans les écrits des apôtres et dans une tradition constante des églises catholiques (J. Steinman : « Richard Simon p 258 )  

Richard Simon : Histoire critique du texte du Nouveau Testament

10 décembre, 2014

En 1689 Richard Simon fait  paraître à Rotterdam

son «  histoire critique du texte du nouveau Testament 

cette fois ci il s’édite  à visage découvert

Il signe !

**

Ce livre est à l’avant garde

mais Simon  n’a pas tout vu

On ne peut pas lui reprocher

et il est normal qu’à sa suite

les modernes ont peaufiné la critique

**

Ce que Simon n’ a pas vu

Le père Steinmann écrit

 « Il n’a pas soupçonné ce qu’on appelle aujourd’hui le problème synoptique 

Il n’a pas déterminé quels étaient les genres littéraires néotestamentaires

Il n’ a pas posé la question de l’historicité des évangiles

ni celui de l’évolution théologique allant des synoptiques au quatrième évangile ,en passant par saint Paul

Il ne s’est pas interrogé sur l’authenticité du  IVé évangile  ni sur celle  des épitre pastorales 

En ce sens son exégèse est conservatrice…

**

Ce qu’il a vu

Mais il suffit de se rappeler combien son livre modéré a paru révolutionnaire 

Il admet que l’évangile de Matthieu a pu être traduit en grec par un autre que l’apôtre

Il rapporte ,l’opinion d’Erasme sur l’inauthenticité de l’épitre aux hébreux et des épitres  catholiques

Il a mis en doute l’attribution de l’apocalypse à saint Jean «  (p 268)

**

par ,l’élégance du style ,le don des formules synthétiques ,la clarté de l’expression de la langue , l’amplitude des vues ,ce nouveau volume de critique  l’emportait sur ses travaux antérieures .Son admirable préface peut passer aujourd’hui encore pour une chartre de l’exégèse et bien des pages sur les évangiles ,saint Paul ,la tradition de l’église  n’ont jamais depuis lors été dépassées »  

(J. Steinman : « Richard Simon » )  

Richard Simon : Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament

9 décembre, 2014

En 1692  Richard Simon publie un ouvrage énorme de 900 pages

« Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament

**

Il y travaille pendant 3 ans

Il relie les commentaires bibliques 

des pères de l’église, des moines du Moyen âge ,et de ses contemporains 

**

Saint Augustin 

Simon en parle souvent

Cliquez ICI

 mais ne semble pas beaucoup l’apprécier pour ses commentaires bibliques

dans sa préface il écrit    

« on préférera le consentement des anciens docteurs aux opinions particulières de saint Augustin

**

Origéne 

On doit considérer qu’il ne songeait parfois qu’a faire valoir les interprétations mystiques …

il porte si loin le sens spirituel qu’il semble détruire la vérité de l’histoire

**

Saint Hilaire

il veut qu’on suive le sens le plus simple ,et le plus naturel étant persuadé que la plupart des hérésies tiennent  leur origine des explications trop subtiles

**

Saint Jean Chrysostome

Bien qu’il ne condamne point les sens mystiques ,il s’en sert néanmoins  très rarement…

les jugeant inutiles pour son dessein qui était … d’enseigner les règles d’une bonne morale

il n’y a aucun écrivain ecclésiastique qui se soit attaché autant que lui dans ses homélies à expliquer la lettre des écritures

**

Saint  Ambroise

dans son commentaire de Luc

il n’y a presque autre chose que des tropologies et des allégories qui ne consistent que dans des mots

**

Saint Jérôme

l’église n’a point eu de plus savant homme pour l’explication des livres sacrés que saint Jérome 

**

Le haut  moyen âge

Les commentaires  du haut moyen âge ne sont que des compilations faites par des moines

les meilleurs sont celles de Béde, d’Alcuin, Rabin Maur ….

**

Saint Thomas d’Aquin

Son commentaire sur saint Paul est l’ouvrage d’un habile théologien scolastique ,qui traite un grand nombre de questions

qui ne sont guère d’usage que dans les écoles et qui s’éloignent même quelques  fois du véritable sens de l’apôtre 

**

Erasme

Simon  lui reproche son ignorance de la langue hébraïque  mais on ne saurait trop louer les recherches qu’il a faites

**

Les protestants

cliquez ICI

( J. Steinman : « Richard Simon » ) 

Richard Simon et les protestants

8 décembre, 2014

En 1692  Richard Simon  publie une 

« Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament

**

Après avoir cité les pères de l’Eglise et les moines du moyen âge

Simon donne son avis sur les commentaires  bibliques des protestants 

**

Luther

Il s’était érigé en réformateur avant que d’avoir étudié avec quelque application le style des écrivains sacrés

**

Melanchthon

Il est plus savant et plus moderne que Luther 

« Pour ce qui est de sa doctrine, ses sentiments approchent bien plus des pères grecs que de ceux de saint Augustin ,ayant abandonné en cela son maître :En quoi il a été  suivi de la plupart des autres luthériens  qui ont reconnu après lui ,une grâce universelle  et qui ont encore aujourd’hui horreur des opinions dures des calvinistes »

**

Martin Bucer

« Il n’y a rien  de meilleur que cette méthode où l’on explique l’écriture par elle même et sans avoir recours à un esprit particulier qui est le pur fanatisme…mais d’autre part chacun abondant en son sens , et  l’écriture étant remplie d’une infinité de difficultés ,ce principe, quoique bon en lui-même ,a donné occasion à toutes les hérésies de ces derniers temps ,parce qu’on ne s’est pas assez réglé sur la tradition

**

Calvin

« Ses commentaires  sont remplis de déclamations inutiles

**

Théodore de Bèze

Il a surpassé la plupart des autres protestants

Malheureusement il est imbus de préjugés calvinistes

**

Simon et les protestants

Simon avait de nombreux amis protestants  

il voudra même publier une bible en français en collaboration avec eux

ce que Bossuet lui reprochera

**

Il admire l’érudition de certains d’entre eux ,

et pense que l’essentiel est commun  aux catholiques  et aux protestants 

c’est pourquoi il reproche  à la réforme d’avoir brisé  l’unité de l’église

**

Il écrit  dans un lettre à un  ami reformé 

« Vous savez que la charité est le principal fondement de la religion chrétienne

.Deviez vous rompre cette charité pour des choses légères et qui pour la plupart ne regarde pas le fond de la religion ? 

Quand vous voudrez faire sérieusement réflexion sur ces choses ,vous trouverez que vos gens ont bien grossi les choses  (p 70 )

 « voir J. Steinman : « Richard Simon » )  

Richard Simon ,saint Augustin et ces « Messieurs de Port royal »

7 décembre, 2014

En 1692  Richard Simon  publie une 

« Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament

**

Augustin

Dans sa préface , Simon écrit à propos  de saint Augustin

« l’exégèse allégorique est rattache au gnosticisme et les Peres grecs sont opposés à saint Augustin qui s’est éloigné des anciens commentateurs ,ayant inventé des explications dont on avait point entendu parler auparavant ..sur ce pieds là on préférera le consentement des anciens docteurs aux opinions particulières de saint Augustin

**

«  Jérôme n’est pas d’accord avec la doctrine qui sera celle des latins après Augustin.il n’est pas pour cela hérétique ;Autrement il faudrait accuser d’hérésie la plupart des anciens docteurs de l’église

**

Saint Jean Chrysostome évite toujours les allégories et les pensées trop subtiles .Saint Augustin au contraire en met presque partout et l’on ne voit pas toujours  où il veut aller

**

Port Royal

 Simon ajoute en s’adressant sans doute aux « messieurs de Port Royal »

je souhaite seulement que ceux qui se font gloire d’être les disciples d’Augustin

 ne fassent pas passer tous les sentiments de leur maître pour des articles de foi  p 281

**

La mystiquerie

Simon n’aime vraiment pas les allégories

surtout les « élucubrations » d’Augustin

Cliquez ICI

Il déclare

« ce sont des vaines subtilités ,qui n’ont d’autre fondement que l’imagination de ceux qui les inventent( p 285)

Laissons là cette mystiquerie

« voir J. Steinman : « Richard Simon » )  

Richard Simon et Bossuet : Le nouveau testament de Trévoux

6 décembre, 2014

En 1702 Richard Simon publie le nouveau Testament en Français

en 4 volumes  

à Trévoux où se trouve l’imprimerie du duc de Maine

**

La traduction

 M de Sacy ,le père Amelote de l’oratoire ,Messieurs de Port Royal et les pères jésuites de Paris avait déjà entrepris cette traduction ,mais aucune ne convient vraiment à Simon 

Il écrit

« On ne peut que les louer, mais il aurait néanmoins à souhaiter que ces savants traducteurs eussent une plus grande connaissance  des langues originales et de ce qui appartient à la critique »

**

Simon entreprend donc sa traduction en français

non à partir du grec ,mais  à partir du latin ,

dont le texte est plus familier à ses contemporains .

**

Cela nous montre combien il est soucieux

d’une part de respecter la Vérité

et d’autre part d’être bien compris par tous

**

 Il ajoute en marge les variantes en grec

et traduit les citations « de l’ancien testament » à partir du texte hébreux

**

Il ne cherche pas à briller avec un bon style

mais à être le  plus proche possible du texte original

« autrement il arrive que ,sous prétexte de réflexions morales et de sens spirituel

,on tombe souvent dans je ne sais quel jargon ,auquel on donne le nom de spiritualité »

**

Bossuet

Ah mais  attention !

Bossuet est en embuscade

iI est vieux, il lui reste 2 ans à vivre

mais il est toujours aussi hargneux

et aussi sûr de lui .

**

Il avait fait condamné les maximes de Fénelon

Cliquez ICI  

**

Il avait fait mettre au feu ‘l« Histoire critique  du Vieux testament » de Simon

il n’allait pas laisser imprimer « ce nouveau testament »

**

Bossuet  écrit au cardinal de Noailles  ,archevêque de Paris

« Je trouve presque partout des erreurs ,des vertiges affaiblies , des commentaires  et encore des commentaires mauvais  à la place du texte  et enfin les pensées des hommes qui ne sont pas celles de Dieu  ….

**

Puis dans un autre lettre

« Je suis assurée qu’il y a de quoi le confondre ,jusque  à l’empêcher de lever les yeux .Il y a trop longtemps que ce critique  joue de l’église »

car l’église  c’est  Bossuet

**

La condamnation 

Bossuet parvint à ses fins

le 22 janvier  1703, un arrêt du conseil d’état  porte révocation du privilège du roi pour imprimer à Paris le « Nouveau Testament de Trévoux »

« L’illustre vieillard de Meaux entraînait pour 3 siècles ,la théologie dans sa décrépitude » (p 340)

 ( voir J. Steinman : « Richard Simon) 

Madame Acarie ou Marie de l’incarnation (1566-1618)

26 avril, 2014

Madame Acarie 

organisait des rencontres spirituelles

dans son hôtel particulier  situé  rue des juifs

(actuellement rue Ferdinand Duval dans le Marais métro saint Paul ).

Cliquez ICI

**

On y rencontre   Bérulle son cousin 

Benoit de Canfeld, un capucin 

André du Val docteur en théologie,

qui écrira la vie de Marie de L’incarnation 

**

On y parle beaucoup des mystiques flamands

**

Madame Acarie est aussi très active

et fondent diverses œuvres sociales

**

Elle fréquente le  père Coton (+1626), jésuite et aumônier d’Henri IV

Cliquez ICI

  et Dom Beaucousin chartreux à Vauvert qui est son directeur de conscience

Cliquez ICI

 **

Les carmélites

Madame Acarie  est surtout célèbre car avec son cousin Berulle ,

elle fit venir les carmélites de sainte Thérése d’Avila en France

Cliquez ICI 

**

Madame Acarie et Thérèse d’Avila

En 1601  Jean de Bretigny ,un  prêtre d’origine espagnole, traduit les œuvres sainte Thérèse d’Avila

et tente d’ introduire  les carmélites en France  mais sans succès

**

Acarie  tout d’abord n’apprécie pas les livres de Thérèse d’Avila 

Elle a trop de visions

C’est trop mystique ! 

et pourtant Madame Acarie a la réputation d’être un peu visionnairemais en fait elle s’est toujours méSé de ce qui sort de l’ordinaire

**

Surprise !

elle a une vision de saint Thérése d’Avila qui lui demande de faire venir les carmélites en France

Ce qu’elle entreprend avec l’aide de son cousin Bérulle, du chartreux Beaucousin, de François  de Salle et de la princesse de Longuevile

Ce dernier  recours à  Catherine d’Orléans ,princesse de Longueville était important

 car cette princesse en tant que  cousine d’Henri IV pouvait obtenir l’accord du roi

**

Les premières carmélites s’installèrent rue du faubourg saint Jacques à Paris en 1605

cliquez ICI

**

Pontoise

Après la mort de son mari,

Madame Acarie entre au Carmel sous le nom de Marie de l’Incarnation.

et meurt chez les carmélites de Pontoise

Cliquez ICI

 

12