Archive pour la catégorie 'Carolingiens'

Le 9é siècle : La dévastation par les normands

19 août, 2013

les rois

le 9è siècle commence glorieusement

par le sacre de Charlemagne

C’est grandiose !

Cliquez ICI

**

Puis ce fut le règne de Louis le pieux  

cliquez ICI  

**

Avec Charles le chauve

c’est le début de la débâcle 

cliquez ICI

**

L’invasion des normands

cliquez ICI

**

La destruction des monastères    

Dans le 3é canon

du concile de Trosly ( prés de Compiegne)

qui eut lieu sous Charles le simple en 909 

il est écrit :

**

« De tous les monastères qui étaient en France ,

les uns ont été brulés par les païens

les autres ont été pillés et démolis entièrement

Ceux dont il est resté quelques ruines

 n’ont rien conservé de la discipline régulière

Les moines ,les chanoines ,les religieuses n’ont plus de supérieurs légitimes

On leur impose des laïques

ce qui a pour résultat de les faire tomber dans le libertinage …. »

(Abbé Guettée :historie de l’eglisede France tome 4 p 6)

**

La fin de siècle

La fin du siècle  fut lamentable

ignoble

A Paris ,c’est le siège des normands en 885 

 A Rome c’est le concile cadavérique en 897

le jugement du cadavre du pape Formose  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Concile_cadavérique

***

C’était le bouquet final

d’une déflagration colossale 

 

Aide mémoire sur les rois francs du 9é siécle

18 août, 2013


9é Siécle

Deux longs règnes

Louis Ier  le Débonnaire  (778 – 840)   Roi en 814 (régna 26 ans)

         cliquez ICI

Charles II le Chauve ( 823 -877 )          Roi en 840  (37 ans)

         cliquez ICI

 

40 ans d’incertitudes

Louis II le Bègue (843 – 879 )              Roi en 877   (2ans)

 

Louis III   (863 – 882)                           Roi en 879  ( 5ans )

        Il règne conjointement avec son frère

Carloman (? – 884)                                 Roi en 879 (5ans)

 

Charles II Le Gros  (839 – 888 )           Roi en 884 (4ans)

**

Goslin et Eudes

Goslin futur évêque de Paris

et chancelier du royaume

conseille à Louis 3  de nommer Eudes « Comte de Paris »

Eudes devient ensuite  conseiller de  Charles le gros

et les carolingiens lui cède alors le pouvoir sous certaines conditions

 **

Le siège de Paris par les normands dure 2 ans (885_887)

 **

Eudes comte de Paris  (858 – 898 )       Roi en 888          (10ans)

 

Charles le chauve (823-877)

18 août, 2013

Charles 2  est chauve

car comme son père Louis  il est pieux

Il est abbé de saint Denis 

et fréquente donc les moines

Comme eux il fait donc raser

sa belle chevelure de mérovingien 

**

Mais tout commence mal

pour lui

**

Le partage de l’empire  

A Verdun en 843

l’empire fut partagé entre les 3 frères 

Louis eut la Germanie

Lothaire obtient l’Italie et la frise

Charles le chauve eut la France

**

Ensuite les  3 frères ne cessèrent plus de se faire la guerre

ca qui affaiblit les Francs face aux Normands

**

en 855 Lothaire meurt 

Son territoire est à son tour coupé en 3 pour ses fils

C’est l’anarchie

tout se désagrège

**

c’est le commencement de la féodalité

et de la prise de pouvoir par le seigneurs

en particulier les robertiens

**

La guerre contre  les Bretons (843-851)

Très affaibli, Charles le Chauve concède à Salomon roi de Bretagne 

la péninsule du Cotentin en 867

**

Les Vikings

De 856 à 861 les vikings multiplient leurs raids.

cliquez ICI

Le roi Charles leur donne de grosses sommes pour qu’ils se retirent et cessent de piller les riches abbayes.

 Mais rien n’y fait, !

Témoin de cette impuissance du roi

 Robert le fort et  Louis II de Germanie se rebellent contre Charles (858)

ce qui n’arrange rien !

**.

Roi de Lotharingie (869) puis empereur (875)

En 869 ,après la mort de Lothaire II, il est couronné roi de Lothargie à Metz par l’archevêque Hincmar  de Reims En 875 après la mort de Louis II, il hérite du trône impérial, ainsi que des royaumes d’Italie et de Provence.

 Le 25 décembre 875 à Rome,  il est couronné empereur par le pape Jean VIII

il meurt de maladie en 877

 

Querelles théologiques autour de Gottschalck d’Orbais,

17 août, 2013

Les carolingiens

Charlemagne .. Alcuin, Raban Maur 

semblent avoir été  préoccupés ,avant tout

par les études bibliques et les réformes liturgiques 

Cliquez ICI 

**

Pourtant il y eut des  disputes théologiques 

qui peuvent nous interressées

non pour les sujets traités

comme l’eucharistie ou la predestination

mais parce que ces disputes

 nous révèlent la personnalité des « têtes pensantes » de l’époque

**

Le cas de Gottschalk d’Orbais,

Gottschalk signifie « serviteur de Dieu »

 Encore enfant, il avait été « offert »  vers 822

à l’abbaye de Fulda dont l’abbé était Raban Maur

**

Devenu adolescent il reprend sa liberté

et « navigue» de couvent en couvent

Il se rend d’abord à Orbais dans le diocèse de Soissons ou il est ordonné prêtre 

puis en 840, il part à Rome

et peut être à Vérone

**

C’est donc un moine vagabond

Bof !

Il propage des doctrines « hérétiques  sur l’eucharistie ou la predestination

Scandale !

Attention les dégâts !

Les « purs »  vont réagir

**

Raban Maur

Noting l’ evêque de Vérone  écrit à Raban Maur pour dénoncer Gottschalk 

Celui-ci se refugie dans les  Balkans

 puis on ne sait pas trop  pourquoi il revient à Fulda

où Raban Maur

devenu entre temps archevêque de Mayence

le somme de s’expliquer 

**

C’est Chaud !

Gottschalk est condamné

fouetté en public 

et renvoyé dans son couvent d’Orbais

qui dépendait de la juridiction d’Hincmar  archevêque de Reims

**

Hincmar

ah mais !

Hincmar voulait pas d’hérétiques chez lui !

Pas de patates chaudes à se refiler !

**

Il convoque donc Gottschalk au concile de Quierzy en 849

De nouveau

Gottschalk est condamné

et fouetté en public 

C’était un dur !

pas question de se rétracter

**

Hincmar l’ envoie  prés de chez lui

au couvent de Hautvillers

pour le tenir à l’œil 

mais le moine vagabond a vite fait d’y mettre la pagaille

**

Les écrits

Hincmar , énervé  rédige alors une courte réfutation  du prédestinatianisme

mais il n’est pas clair ,bafouille  et demande l’aide à Scot Erigène 

**

Jean Scot Erigène

C’est le grand maître vénéré

Le philosophe ,le  grammairien

 de l’école palatine sous Charles le chauve

ce n’est pas rien !

**

Scot écrivit donc son « de praedestinatione »

mais il était grammairien 

pas vraiment théologien

et ses arguments  tombèrent à l’eau

son écrit fut un fiasco !

** 

Prudence de Troyes (+861)

Devenu  évêque de Troyes depuis 843

il est connu car il fut l’un des auteurs, des Annales de Saint Bertin

Cliquez ICI

 

**

Il ne soutient pas  Gottschalk

mais il ironise et  se moque d’Erigéne

le grand maître

pitre théologien 

**

Florus de Lyon

Il n’est pas évêque ,il est diacre

mais il « pense »

Gottschalk ne le préoccupe pas trop

il préfère s’attaquer aux grands

il réfute Erigène le maitre

et répond avec dédain aux arguments  d’Hincmar le chef

mais quand même

 il soutient les thèses de Prudence 

 **

Erigne s’inclina

se fit tout petit

et se tut

**

Gottschalk mourut dans son couvent

sans avoir renié ses convictions

C’était un dur !

mais sa prison était douce

puisqu’il pouvait lire, écrire

et s’occuper comme il voulait

bien que parfois on l’obligeait  de copier des manuscrits  

Les annales de saint Bertin et l’invasion des Normands

16 août, 2013

L’invasion des pays francs

commença surtout après la mort de Louis le pieux (+840 )

quand ses fils de divisèrent

et affaiblirent le pays par des guerres intestines 

**

Cette invasion dura jusqu’au siège de Paris

et va ruiner totalement tout le pays 

**

Saint Bertin dans ses annales nous donnent des dates très précises sur les ravages

occasionnés par les normands

 http://remacle.org/bloodwolf/historiens/anonyme/annales.htm

**

en 842

En ce temps là une flotte des Normands se rua  au point du jour dans le pays d’Amiens,

 pillant, mettant en captivité, ou tuant et  ne laissèrent rien que les édifices rachetés à prix d’argent

A la même époque les pirates Maures, venus par le Rhône près de la ville d‘Arles, ravagèrent impunément la région et s’en retournèrent ,leurs vaisseaux chargés de dépouilles.

843

Des  Normands arrivèrent à Nantes,  

puis après avoir tué l’évêque et beaucoup de clercs et de laïcs sans distinction de sexe

et après avoir pillé la ville,

844

Les Normands s’avancent par la Garonne  jusqu’à Toulouse, et pillèrent tout le pays

845

Les Normands, avec cent vaisseaux, entrèrent le 20 du mois de mars dans la Seine, et ravageant tout de côté et d’autre, arrivèrent sans résistance à Paris.

Charles, par un don de sept mille livres, les persuada de s’en retourner.

**

847

Les Danois  attaquèrent longtemps la ville de Bordeaux.

848

 Charles vient à Bordeaux et remporte vaillamment sur eux la victoire.

849

Les Normands brûlent et dévastent Périgueux, et retournent impunément à leurs navires. 

852.

Les Normands arrivent dans la Frise avec deux cent cinquante-deux navires; après avoir reçu beaucoup d’argent, ils s’en vont ailleurs

854

Les pirates danois, viennent impunément à la ville de Tours  la brûlent, ainsi que l’église de Saint-Martin

Les Danois qui habitaient sur la Loire viennent jusqu’au château de Blois et le brûlent,

857

 Les Danois  viennent à Paris, brûlent la basilique de Saint-Pierre, de Sainte-Geneviève, ainsi que toutes les autres, excepté la maison épiscopale de Saint-Étienne, l’église de Saint-Vincent et Saint-Germain et la cathédrale de Saint-Denis, lesquelles furent préservées du feu au prix d’une grosse somme d’argent.

 Une autre partie de ces mêmes pirates prend Louis, abbé du monastère de Saint-Denis, avec son frère Joscelin, et exige pour sa rançon une très grosse somme,

859

Les Danois vinrent de nouveau à Amiens, et la ravagèrent,

d’autres vinrent de nuit attaquer la ville de Noyon, et tuérent  l’évêque

 Deux mois auparavant, les mêmes avaient tué l’ évêque de Beauvais,

 et l’année précédente ils avaient mis à mort l’évêque de Bayeux.

 861

 Au mois de janvier, les Danois brûlent Paris et l’église de Saint-Vincent, martyr, et Saint-Germain, confesseur ; ils poursuivent et prennent les marchands qui s’enfuyaient par eau en remontant la Seine.

D’autres Danois viennent au pays de Thérouanne, et le ravagent.

865

Ils brulèrent l’église st Hilaire de Poitiers

Les Normands étaient entrés dans le monastère de Saint-Denis, où ils étaient demeurés vingt jours, conduisant chaque jour du butin à leurs navires, et qu’après beaucoup de ravages, ils étaient retournés sans empêchement à leur camp situé non loin de ce monastère.

D’autres marchent vers la cité du Mans 

Les Normands qui avaient pillé, comme on l’a dit, le monastère de Saint-Denis, sont saisis de diverses maladies. Les uns sont pris de la rage, d’autres de la gale; d’autres meurent en rendant leurs intestins et leurs boyaux. 

 

Les normands  avec la plus grande impétuosité voguent  jusqu’au monastère de Saint-Benoît, dit de Fleury, y mettent le feu, et, en revenant, livrent aux flammes la ville d‘Orléans, ses monastères et tous les édifices environnants, excepté l’église de la Sainte-Croix, que la flamme, bien que les Normands y missent, grand travail, ne put jamais dévorer,

868

Les gens de Poitiers, ayant fait un vœu à Dieu et à saint Hilaire, furent, pour la troisième fois, attaqués par les Normands, desquels ils tuèrent plusieurs et mirent le reste en fuite ; et, après avoir prélevé sur le butin leur offrande volontaire, ils consacrèrent à saint Hilaire la dixième partie du reste. 

**

Ces invasions continuèrent encore pendant 20 ans

**

En  885 eut lieu le célèbre siège de Paris qui dura 2 ans (885-887)

et qui est raconté par Abbon

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/abbon/paris.htm

**

Remarques

La cinquième partie des annales de Bertin , qui va de l’an 861 à l’an 882,

 a été attribuée au célèbre Hincmar, archevêque de Reims;

Nul homme, n’a joué à cette époque, dans l’Etat et dans l’Eglise,

 un rôle plus actif et plus important qu’Hincmar.

Il ne parle pas du siège de Paris

car Reims a été pris en 885 par les normands et Hincmar avait disparu  

Raban Maur : Commentaire sur le livre de Ruth et l’Eglise

15 août, 2013

Raban Maur

dans son commentaire du livre de Ruth

nous offre un petit exposé sur l’Eglise

**

L’Eglise épouse  du Christ

selon Raban

au début du livre de Ruth

Noémie est l’Eglise

 Noémie « la belle » est  celle de l’époux du « cantique des cantiques »

 « tu es toute belle » (Raban V,6)

**

Noémie resta seule privée de son mari (Ruth 1,4)

Raban commente :

Cela arriva quand la sainte Eglise ,demeurée dans l’exil de ce monde, après l’ascension du Seigneur,

était privée de la présence corporelle du Seigneur …(Raban V,2)

**

Quand  Noémie arriva à Bethléem elle  dit

Ne m’appelez pas Noémie c’est-à-dire belle mais appelez moi Mara c’est-à-dire amère (Ruth 1,18)

Raban commente :

Cela signifie que la sainte Eglise accablée par  le tourment des persécutions ,

ne trouve pas son plaisir dans les joies du monde présent  …

C’est pourquoi dans « le cantique des cantiques » l’épouse dit « je suis noire » (Raban IV ,2)

**

Dans la suite du récit l’église est représentée par Ruth

** 

Au centre de l’église se trouve  le Christ

L’Eglise agit de toute sa force pour imprégner les foules qu’elle appelle par la foi

du mystère de l’incarnation ,de la passion et de la résurrection du Christ (Raban V,1)

**

L’Eglise n’est attachée à nul autre qu’au seul Seigneur Jésus

dont, seule, elle est l’épouse et le corps (RabanVI,6)

**

L’œuvre de l’église c’est la foi dans le Christ (Raban VII,3)

**

Quand Ruth s’approcha de Booz endormi  elle écarta le manteau de ses pieds (Ruth 3,8)

C’est à dire que l’église après avoir eu la révélation du mystère de son incarnation ,

s’est prosternée avec humilité en implorant son pardon et en priant pour son salut (Raban X 2

**

L’Eglise explique les écritures

A la suite des prédicateurs qui recueillent les mystères des écritures ,la sainte église persévère dans le champ de la lecture divine  afin de recueillir les témoignages et les exemples de vertus qui lui assurent le salut  (Raban VI ,9)

L’église rend grâce au sauveur parce qu’il a daigné jeter sur elle un regard de miséricorde (VII,2)

**

Ruth battait avec un fléau pour faire sortir les grains des gerbes (Ruth2,17)

C’est l’église ,qui par le fléau de l’analyse ,fait sortir dusens littéral de la loi sa signification spirituelle

(RabanVIII 1)

L’Eglise issue des nations, qui était auparavant sans ressources et sans nourriture  est désormais mariée au Christ  grâce à une riche moisson (Raban VIII,2)

**

L’église et la synagogue

L’humilité de l’église est mise en lumière quand venue des nations elle se proclame indigne de recevoir une si grande grâce et qu’elle n’ose pas s’élever au rang de l’église primitive née des juifs (RabanVII,5)

L’église doit comprendre que le mystère de l’incarnation du Christ a été prédit dans l’ancien testament 

Le Christ  est l’unique époux qui ne refuse pas non plus les gerbes de sa moisson à la Synagogue ,à condition qu’elle ne s’exclue pas elle même (Raban VIII,2)

Le Christ est proche parent de la synagogue selon le lien de la chair et proche parent de l’église par l’union de l’esprit  car il estt la tête de l’église et l’église est son corps (Raban VIII,4)  

La lettre de l’ancienne loi a-t-elle été  donnée comme nourriture aux juifs comme à des bêtes de sommes ,brutes  et insensées ? (Raban VIII,7)

Raban Maur : Commentaire sur le livre de Ruth et le Christ

15 août, 2013

Dans son « commentaire  du livre de Ruth »  

Raban Maur  nous fait un exposé sur le Christ ,l’incarnation et la rédemption

**

Jésus est d’abord représenté par le mari de Noémie

Elimelech dont le nom signifie « Dieu mon roi »

**

Un homme Elimelech partit de Bethleem en exil (Ruth 1,1)

Raban commente :  

Cet homme est le Seigneur Jésus Christ qui ,né de la Vierge Marie à Bethleem a voulu faire l’expérience de l’exil en ce monde, avec sa femme c’est à dire l’Eglise (Raban II,4)

**

Dans la suite du récit, le Christ est Booz 

**

Booz est le Christ

Booz signifie force de Dieu

C’était  un personnage puissant et maitre de grande richesse (Ruth ,II, 1)

**

Raban commente :

«  Promis par la loi il est né de la lignée des patriarches et il a tiré son origine selon la chair de la nation juive

Il est puissant assurément parce qu’il a vaincu le prince du monde et a soumis la terre entière à son propre pouvoir

Il est maitre de grandes richesses parce qu’il est possesseur du ciel et de la terre

lui en qui se trouve caché tous les trésors de la sagesse et de la science

A ces richesses se rattache encore l’abondance des toutes ses belles vertus (Raban VI, 1)

…Le Christ  né à Bethleem et de la lignée de David avait en sa faveur le témoignage de la loi et des prophètes (Raban VI ,7 )

**

La cene

Booz mangea et but (Ruth ,3,7 )

Raban commente :

Quand Jésus dans le mystère de la Cène ,livra à ses apôtres les sacrements de son corps et de son sang,il était de bonne humeur car il était  assuré de sa résurrection et de notre rédemption (Raban X,2)

Puis Booz  s’endormit

Cela représente la torpeur de la mort , que le Christ  a accepté dans sa passion pour notre salut

Oh ! Reconnais que le sauveur a souffert pour toi ,

viens à lui de toute ton âme ,chasse l’obscurité de la lettre de l’ancien testament

dans laquelle sous le voile des symboles se cache le mystère de l’incarnation ( Raban IX ,4)

**

La sandale et le mystère de l’incarnation  

« En Israël, s’il arrivait qu’un homme renonçait à ses droits il donnait sa sandale …et le parent dit à Booz « prends ma sandale » (Ruth 4,7)

Raban commente  :

Le parent de Jésus est Jean Baptiste  

qui renonce à comprendre le mystère de l’incarnation

**

la sandale est faite à partir de dépouille d’animaux

 or c’est dans la chair que le Seigneur est venu

 et qu’il est apparu , pour ainsi dire, chaussé d’une sandale 

Il s’est incarné

mais l’homme n’a pas les moyen de penetrer le mystère de l’incarnation

Comment le Verbe devient chair ?

Comment l’esprit divin prend vie dans le sein d’un femme ?

**

La courroie de la sandale figure donc le lien du mystère

et Jean Baptiste, le parent de Jésus, n’est pas capable de délier  cette courroie (Raban XIII,6)   

Raban Maur : commentaire sur le livre de Ruth et la méditation

14 août, 2013

Pendant les 5 premiers siècles de l’église

les pères de l’église

ont surtout défendu le dogme

et expliquèrent les mystères de l’incarnation et de la Trinité

C’étaient des théologiens !

**

Les carolingiens furent

avant tout

des grands lecteurs de la bible

 sous l’influence des moines

et de Grégoire le grand

dont le commentaire sur la « morale de Job »

servit de modèle

cliquez ICI

**

Le livre de Ruth

Les carolingiens

« mangeaient » la parole de Dieu »

la méditaient

 la commentaient

cliquez ICI

**

Ainsi Raban Maur a médité longuement sur la croix

cliquez ICI

**

Dans son commentaire sur le livre de Ruth

Raban insiste longuement sur cette « manducation de la parole »

et de la famine qui eut lieu dans le pays (Ruth 1,1)

« c’est une  famine non de pain et de nourriture ,

mais d’écoute du Verbe de Dieu

**

La moisson

Ainsi Ruth dit

« j’irai à la campagne et je ramasserai les épis qui auront échappé aux mains des moissonneurs  

(Ruth 2,2)

Raban commente :

La campagne représente la discipline de l’étude céleste

La moisson est la recherche de la connaissance spirituelle

Les moissonneurs sont les prédicateurs

Les épis qui restent sont les paroles des saintes écritures

qui enveloppées de mystères ,

s’éclaircissent grâce à l’effort de ceux qui les méditent (Raban VI, 5)

**

Ruth moissonne au sein de l’église en méditant les saintes Ecritures

 et en les accomplissant par de bonnes œuvres  

Elle boit également l’eau de la sagesse divine

 tirées des livres des deux Testaments (Raban  VII,1)

**

Ruth s’assit au milieu des moissonneurs ,se fit de la bouillie et mangea (Ruth 2,14)

Raban commente

Ruth se fit de la bouillie quand elle scruta chaque parole qu’elle avait  entendue ,avec un subtil discernement

Elle mangea et fut rassasiée quand elle s’appropria la science  de la loi divine avec une dévote ardeur

Elle emporta le reste  des paroles qu’elle avait entendue et elle s’efforca  de les  méditer attentivement (VII,7) 

..Puis Ruth continua à glaner  les épis sans honte

que personne ne la méprise pendant qu’elle glane    

 

La « manducation » des moines du moyen âge

14 août, 2013

Les moines du Moyen âge 

« mangeait » la parole de Dieu 

**

La lecture du texte

Les moines lisaient  généralement 

en  prononçant le texte

avec les lèvres

a voix basse

Le vocabulaire est alors emprunté à la manducation ,

à la digestion des ruminants

cliquez ICI 

**

il faut lire le texte du bout des lèvres

remuer les mâchoires 

pour vraiment savourer

**

Les « Joca monachorum » 

Ces manuscrits « les farces des moines »

s’échelonnent tout au long du moyen âge depuis le 6é siècle

**

Ces « farces »

étaient des jeux de mots

des devinettes

pour aider à mémoriser le texte

**

Les moines  procédaient aussi par questions et réponses

ainsi ::

Qui en gardant des ânesses trouva un royaume ?

Saul !

Qui est mort et n’est pas né ?

Adam !

Qui est né et n’est pas mort ?

Elie et Enoch !

**

Aux raisonnements rigoureux

qui seront pratiqués par les scolastiques

les moines préféraient les associations d’idées

les rapprochements  entre les textes

qu’ils connaissaient par  cœur

**

Une sorte de manducation des textes

**

Les antiennes

Autre forme de manducation

les antiennes

sont des refrains simplifiés

des résumés chantés

au début des psaumes

ou repris entres les strophes d’un cantique 

**

Les vies de saints

Les moines « digéraient »tellement leurs textes 

qu’ils rédigeaient des hagiographies

avec une suite de citations bibliques

Ainsi l’auteur de la vie de saint Girard

décrit une vision du saint en ces termes

 « Les ennemis avaient fui ,le serviteur de Dieu commença à psalmodier devant sa majesté ,parce que le seigneur avait écrasé la tète des serpents (ps 73,14)

le seigneur avait brisé les puissances ,l’arc, le bouclier ,le glaive et la guerre (ps 75,4)

 et l’avait illuminé depuis les montagnes éternelles (ps 75,5)

** 

(Voir  Pierre Riché « le moyen âge et la bible » article de Jacques Dubois p 261ss )

La bible et la société carolingienne

13 août, 2013

La société carolingienne

baigne dans une atmosphère biblique  

Elle s’identifie au peuple de Dieu

et s’enracine dans l’histoire sainte

**

Les rois

Pépin le bref est comparé à Josué

Charlemagne est le nouveau David

et se compare aussi  à Josias ,

 « qui avait restauré le temple

et ordonnait à la classe sacerdotale de se corriger » (IV Rois 22-23)

**

Le pape Etienne IV déclare  lors du sacre

que Louis est  plus grand que Salomon

cliquez ICI

**

Selon le deutéronome

les rois qui sont désormais « oints »

doivent protéger la veuve et l’orphelin

**

Le peuple

est comparé à Israël

la pape Etienne II dit à Pépin

 « je vous confie l’église que j’ai reçue de Dieu »

**

Les fils de Louis le pieux  qui se révoltent contre leur père

sont comparés à Absalon qui a attaqué  David

**

L’invasion des normands est comparée

à celle des babyloniens qui ont occupé Israël 

**

Les évêques

sont les nouveaux prophètes   

**

Pendant le concile de Paris de 829 ce sont eux

qui présentent  un programme de reformes à l’empereur

Pour Jonas ,l’évêque   qui préside cette assemblé

« Le sacerdoce qui conseille la royauté  est seul interprète de la volonté de Dieu

(Dt 17,17)

**

 A st Médard de Soissons

 lors du jugement de Louis le pieux

les accusateurs rappellent que Samuel a remplacé Saul par David

de même les évêques peuvent déposer l’empereur et mettre son fils à, sa place

**

Hincmar, archevêque de Reims et conseiller de Charles le chauve se considère comme le successeur des prophètes

« Que les rois se souviennent qu’ils ont été sacrés par des évêques »

et « que le roi Ozias est devenu lépreux après avoir osé prendre l’encens dans le temple (II ch 26,16)

 **

Les modèles de l’Ancien testament

Isaac et Joseph sont des exemples pour les enfants  qui doivent obéissance et respect  à leurs parents

Job est le modèle des pères de famille qui en plus avait pris la défense  des pauvres et des orphelins

Judas Macchabée est le héros des futurs chevaliers

Robert le fort est surnommé le « Macchabée de notre temps »

 

‘Voir  Pierre Riché « le moyen âge et la bible » p 385 ss)

 

123