Archive pour la catégorie 'Le XVIIe siécle'

La mère Angélique de Saint Jean (1624-1684)

22 décembre, 2014

La mère Angélique de saint Jean

est la fille d’Arnaud d’Andilly

Dès l’âge de 6 ans ,elle est placée à Port Royal  auprès de ses tantes Angélique et Agnés

A 17 ans elle entre au noviciat, influencée par l’abbé de Saint Cyran ,alors prisonnier à Vincennes

Elle  devient ensuite  maitresse des enfants et des novices  pendant 20 ans

**

Dés 1652 ,à la demande de son oncle Lemaitre, amateur de biographies,

 elle recueille des anecdotes sur la vie de sa tante Angélique  

On lui doit  ainsi ,en grande partie

« les mémoires pour servir à l’histoire  de Port royal »

**

La seconde génération

Elle fait partie de la seconde génération  de Port Royal

« Nul (excepté Pascal) en ce temps là, à Port royal n’eut  autant de génie qu’elle » (Sainte Beuve)

**

Plus contestataire que sa tante Angélique qui devait la calmer

Elle n’était pas pour l’influence adoucissante de Nicole sur Antoine Arnaud

mais était plutôt pour le parler fort de Pascal

**

La signature du formulaire

En 1653 elle devient sous prieure et s’oppose fermement au formulaire ( anti janséniste)

 que doivent obligatoirement signer tous les religieux

En 1664 elle est donc arrêtée  et sera retenue au couvent des Annonciades jusqu’en 1665

Le récit de sa captivité sera plusieurs fois publié

Elle sera ,avec ses sœurs, privée de sacrements jusqu’à la « paix Clémentine » en 1669

en 1678 ,elle est nommée abbesse

**

Sous l’influence séduisante de l’abbé Bossuet, 2 filles religieuses d’Andilly signèrent le formulaire  

Il est vrai que leur tante Agnés ,qui avait du bon sens  n’en faisait pas toute un histoire

A quoi bon un tel formulaire …Du vent !

 **

Son frère :M. de Pomponne

En 1671 elle tremble quand son frère  devient secrétaire d’ Etât

et ne fut rassurée que par sa disgrâce en 1679

quand elle  écrit  

« il ne m’a fallu faire nulle violence à mes sens pour me persuader  que la disgrâce de mon frére était une grâce  n’ayant jamais regardé la faveur du monde pour lui que comme un péril qui exposait son salut »

Quand Madame de Sévigné eut connaissance de cette lettre ,elle s’écria

« Enfin voilà  une religieuse qui parle comme une religieuse…Avouez que cela n’est pas trop mal pour une hérétique

**

Son cousin :Monsieur de Sacy

était alors le père spirituel de l’Abbaye

mais il fut éloigné de Port royal

Il mourut quelques semaines avant la mère Angélique de saint Jean  

Mabillon ( 1632-1707) : Les étapes de sa vocation

22 décembre, 2014

Fils de paysan

Mabillon est né à Reims en 1632

dans une  famille de paysan

« pauvre ,né de parents pauvres »

**

Son père  sculptait la terre en y traçant des sillons

et interrogeait le ciel pour connaître le temps

Est-ce lui qui apprit  à son fils

à scruter  les mystères de la terre et du ciel

et à devenir un historien et un religieux ?

**

Guibert de Nogent

Devenu moine ,il est envoyé à Nogent prés de Noyon

où vécut Guibert de Nogent  de 1104 à 1124

un des plus grands chroniqueurs du moyen âge

Guibert lui a-t-il donné le virus de l’histoire ?

**

Saint Denis

Mabillon se retrouve ensuite à saint Denis

la nécropole des rois

le musée des reliques

le domaine des archives 

« Il venait de Reims où l’on sacre les rois

il alla à saint Denis où on les enterre « (Henri Jadart)

**

C’est plus qu’il ne faut !

la vocation du jeune moine semble toute tracée

Ce sera l’histoire !

mais l’histoire vraie !

parce que les reliques ?   …. il n’y croit pas beaucoup !

parce que pour certaines archives ….Il doute !

**

Saint Germains des prés

En 1664 il arrive Saint Germain des prés

et c’est là qu’il s’envole

Cliquez ICI 

Mabillon et les mauristes de Saint Germain des prés

21 décembre, 2014

 

Grégoire Tarisse (1575-1648)

fut le  premier supérieur général de la  congrégation de saint Maur

Après avoir réformé plusieurs abbayes en France

il s’installe à Saint Germain des prés en  1630

.**

C’est un bénédictin

Il aime les livres ,

Il aime le « scriptorium »

**

Il fouille 

et en accord avec Richelieu  lui même

il organise à saint Germain un centre de recherche

des antiquités ecclésiastiques et des  les antiquités nationales

**

Luc d’Achery (1609-85)

est le responsable de la bibliothèque de saint Germain

Voila encore un vrai bénédictin

Pour lui,  la théologie ce n’est pas  la  scolastique

Pour lui , la théologie c’est interpréter les livres de la bible

**

Il faut oublier les querelles des scolastiques

et faire un retour vers les antiquités chrétiennes

comme le disait aussi, à la même époque  ,les protestants ou  Richard Simon

Cliquez ICI

**

Il recommande à chaque religieux d’avoir la bible dans sa chambre

 qu’ils devront lire un peu chaque

Il publie les œuvres de  Guibert de Nogent

et  le  « spicilége »

Du latin  Spicilegium  action de glaner ;

Spica = épi ;legere = choisir

C’est précieux recueil qui contient une foule de diplômes, de chartes d’actes de conciles,

**

Mabillon (1732- 1707)

en 1667  Luc confie à Mabillon la publication « des œuvres complètes de saint Bernard »

Ce fut un coup de maître

Mabillon a montré son génie

« les connaisseurs jugèrent qu’il  tiendrait un rang considérable  parmi les savants de son siècle » (Dom Tassin)

Cliquez ICI

**

Thierri Ruinard (1657-1709)

Par la suite Mabillon  va travailler avec le jeune Ruinard

qui écrira  «  une  vie abrégée de Mabillon » 

**

Les antiquaires  

Les mauristes  n’étaient  pas les seuls passionnés d’archives et d’antiquités

Il y avaient aussi les « antiquaires »

les savants les plus prestigieux de l’époque

qui se réunissaient régulièrement à Saint Germain

cliquez ICI  

 

Les antiquaires de Saint Germain des prés au 17è siécle

19 décembre, 2014

Les mauristes de saint Germain des prés

Tarisse ,Mabillon ,d’Achery …. n’étaient pas des solitaires

jaloux de leurs découvertes 

Ils étaient  ouverts

et collaboraient avec les plus grands savants de leur temps

avec en particulier les antiquaires 

**

Non des marchands d’antiquité

mais des passionnés d’antiquité  et de vérité 

des collectionneurs de vestiges ,de manuscrits

des chercheurs 

  **

Ces chercheurs se réunissaient le mardi et le dimanche à la bibliothèque de saint  Germain 

Tous ,comme  Mabillon ,avaient l’œil perçant ,

et savaient séparer  le vrai et le faux

**

Les plus célèbres d’entre eux étaient 

Charles du Cange (1610-1688) est un  historien, géographe, jurisconsulte, généalogiste,  numismate

**

Etienne Baluze (1630-1718) est le bibliothécaire  de Colbert en 1670

il a 1500 manuscrits dans sa bibliothèque et écrit 45 ouvrages importants

**

Barthelemy d’Herbelot (1625-1695) est  le plus grand orientaliste de son temps

il est le fondateur de « l’ étude des langues orientales en France »

Lui aussi est proche de Colbert qui le  pensionne et le nomme professeur au collège royal

**

L’abbé Renaudot (1646-1720) est un théologien et un  orientaliste. Il sait 7 langues

On le voit souvent  au petit concile de Bossuet

Cliquez ICI 

**

L’abbé Claude Fleury (1640-1723) est nommé avec Fénelon le précepteur du jeune dauphin 

Mabillon : La recherche des vrais diplômes

17 décembre, 2014

Les œuvres de saint Bernard

en 1667  Luc d’Achery confie à Mabillon la publication « des œuvres complètes de saint Bernard »

Ce fut un coup de maitre

Mabillon a montré son génie

**

La diplomatique

Désormais Mabillon se consacre totalement à ses recherches

en 1681 Mabillon il fait paraitre sa « diplomatique »

aidé par Baluze  et Du Cange

Il s’git pour lui, d’établir  des règles qui permettent de distinguer un diplôme authentique d’une pièce falsifiée 

**

Les voyages

En 1682  après le succès de la « diplomatique »

Colbert envoie Mabillon partout en France

pour rechercher les manuscrits qui pourrait être utiles  à sa polique

**

En 1683 ,Colbert l’envoie  en Allemagne

puis  2 ans en Italie  (1685-86)

Rien que pour l’Italie Mabillon  ramene 4192 livres, estampes  et manuscrits

qu’il déposa à la bibliothèque royale

**

Rancé

Pendant ce temps

Rancé dans son monastère vitupère  contre les moines qui étudient

et écrit en 1683  

de la sainteté et des devoirs de la vie monastique

Ce n’est qu’ en 1691  que Mabillon qui avait autre chose à faire

lui répondit avec

le traité des études monastiques

Cliquez ICI  

 

La jeunesse de Rancé (1626-1700) abbé de la Trappe

4 décembre, 2014

Son père Seigneur de Rancé  ,président de la chambre des comptes ,est secrétaire de Marie de Médicis 

« Marie de Médicis tenait l’enfant  sur ses genoux et l’embrassait en l’appelant son petit marquis (Chateaubriand)

 Son parrain est Richelieu.

C’est pourquoi on le nomma Armand

**

Dés la fin de sa petite enfance il devient chanoine ,abbé de diverses abbayes dont la trappe

il écrira  plus tard

« J’ai été assez malheureux pour avoir des abbayes à l’âge de 10 ans ,avec une dispense de Rome de dire son bréviaire à cause de ma grande jeunesse » (Bremond )

**

Etudiant

ll est brillant

A la licence de théologie, il est reçu le premier ,Chamillard second et Bossuet le troisième 

« En tête , un jeune homme bien en cour,  puis un prieur de la Sorbonne ,enfin le plus méritant  ( Bremond )

 **

Il fréquente l’hôtel de Rambouillet

il y rencontre Julie d’Angennes  et le duc de Montausier

il connaît Ninon de Lenclos ,madame Scarron ,Richelieu

il connaît le royaume du tendre établi par madame de Scudéry

**

Il fait le gentilhomme

« un justaucorps violet d’une étoffe précieuse ,un bas de soi de la même couleur …une cravate de points des plus à la mode …deux grosses émeraudes à ses manchettes …(Vie de Rance par Dom Gervaise )

**

Il connaît sa valeur .

« J’espère être en peu de temps un grand théologien

 quoique je fasse ,on dit qu’il me faudra encore 2 années avant que de faire mon acte de bachelier

Voila des règles bien onéreuses. Pourquoi mesurer  la science des gens par des années

Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées
La valeur n’attend point le nombre des années (Corneille)

.**

Frondeur

en 1656 lors d’une assemblée du clergé

crânement, il défend la fronde  

**

Amoureux

Pas n’importe qui !

C’est Marie de Montbazon

la plus belle du monde selon saint Evremond

je n’ai jamais vu une personne qui ait conservé dans le vive si peu de respect pour la vertu  (Cardinal de Retz)

**

Mais Malheur !

Oh désespoir !

En 1657 suite à une soudaine et forte fièvre

la belle Marie meurt

c’est un drame !

c’est romantique !

cela plait à Chateaubriand qui le raconte

 

Le jeune homme

sombre

se convertit

se fait moine

et décide de réformer la Trappe dont il est abbé 

cliquez ICI  

 

Les austérités de Rancé : Réformateur de la Trappe

4 décembre, 2014

Rancé

Un excessif 

excessif  en abusant des plaisirs de la jeunesse  

excessif en soutenant les frondeurs

excessif en allant à Rome pour exiger des réformes  chez les moines 

excessif  en imposant des austérités aux moines de la Trappe  

**

Pas de demi mesure

tout ou rien !

**

Les austérités

Au niveau de la nourriture

Il commence par supprimer à table les poissons et les oeufs

puis le beurre …puis les assaisonnements …puis  les épiceries, le sucre, les confitures

Les légumes qui ont du goût, les salsifis sont retranchés pour toujours comme autant de délicatesses

**

Il établit le silence perpétuel,

et il ne fut plus permis aux religieux de ne plus dire un seul mot à leurs frères

…rien que des signes 

Fini les lits et la paille sur les couches …

…rien que du bois dur

**

Et ce fut l’extrême

les malades furent à peine ménagés

et les médecins exclus pour toujours de l’infirmerie

**

Les malades devaient assister à tous les offices ….

Certains expirèrent entre les bras de l’infirmier en  allant à la chapelle

**

Trop c’est trop !

et pourtant !

**

Le succés

De tous les côtés ,et des couvents, et du monde ,les recrues viennent à Rancé

Entraineur vertigineux ,il peut tout demander à ses moines

ll est toujours le premier ,d’ailleurs à donner l’exemple  (Bremond,l’Abbé Tempête)

**

Partout aussi on en parle

Dans les salons de Versailles, de Marly

on s’émerveille

on veut voir  

Il y aurait eu chaque années six à sept mille pèlerins

**

La publicité

En plus Rancé  recrute

il fait connaître la Trappe

et publie ,une par une ,par fascicules séparés

que l’on réunit ensuite en volumes 

des  « relations de la vie et de la mort de quelques religieux de l’abbaye de la trappe »

On se les arrachait ! 

Rancé ou ‘l’abbé tempête’ selon Henri Bremond

3 décembre, 2014

Henri Bremond

l’ami des mystiques

écrivit une vie de Rancé

intitulée

« l’abbé tempête »

**

et pour cause !

Rancé était loin d’êttre un mystique

Il « tempête »  toujours et partout

Il se mêle de tout 

et ne cesse de tempêter

**

Le chapitre des moines

l’Abbé doit réunir  les moines régulièrement 

pour assurer une bonne marche de la communauté

cette réunion ou « chapitre » devient avec  Rancé un vrai supplice

**

Humilier

Pour Rancé ,il s’agit beaucoup moins de reprendre ,que d’humilier

« et pour ce faire, il faut du vif et du piquant ,du sel et du poivre,

des réprimandes piquantes, cinglantes…

car enfin n’entreront au ciel que les humbles et d’un autre côte ,

nul ne peut devenir humble si personne ne l’humilie « (Bremond P 107)

**

Rancé, oubliant la charité vexe 

il ne respecte même pas la vieillesse

et réprimande un ancien abbé de 80à ans venu se réfugier à la Trappe pour ses vieux jours 

**

« Malheureux moine qui n’est jamais humilié

dans son couvent pas de jaloux qui cherche à nuire,

pas d’aigrefin qui le vole ,

pas d’huissier qui le traque,

pas de femme qui le persécute jour et nuit 

…il lui faut donc au moins un abbé pour le réprimander  «    

**

Le Maître 

Rancé s’occupe de tout

il ne laisse aucune liberté

ne permet aucune initiative

**

Il voulait tout voir, il voulait tout savoir  il voulait se trouver partout

il écrit lui-même

« je puis dire qu’on ne donnait pas à l’infirmerie un verre de tisane que ce ne fut par mon ordre »(  Bremond p 110 )

**

L’espion

Il s’occupe de tout

non seulement dans la trappe

mais aussi ailleurs

il dicte  50 lettres par jour   (p 110)

« préfet de la haute police monacale ,toujours à l’affut des misères quotidiennes et à plus forte raison des scandales (p118)

Quand il y a des palabres… c’est toujours lui qui a commence 

**

Sa vie intérieure

« En s’éparpillant de la sorte il cherche aussi à se fuir lui-même,

de plus en plus incapable de cette solitude et de ce silence qu’il a cru aimer jadis

et dont il s’est bientôt lassé comme il se lasse de tout » (p 111)

**

Rancé ne s’améliore pas au cours des années

« ce qui nous permet pas d’égaler à celle des saints authentiques le vie intérieure de Rancé

nulle trace chez lui de cette métamorphose constante et indéfiniment progressive ,

qui nous émerveille dans la vie d’un Philippe Néri ,

aussi indépendant que l’abbé de la Trappe

ou d’une Jeanne de Chantal

aussi impétueuse que lui

ou d’un Vincent de Paul

non moins actif ni moins surmené

Ni ses gestes ,ni ses propos ne le montre

de moins en moins « tempête »

de moins en moins impérieux ,

méprisant,cassant,intraitable. » 

Rancé ,abbé de la Trappe, était il janséniste ?

3 décembre, 2014

On a accusé Rancé  d’être  janséniste

C’est vrai qu’il en a tout à fait l’air

avec ses manières d’ascètes

et  sa mine sombre

**

C’est vrai aussi qu’il a signé le formulaire

contre le jansénisme

mais il recevait volontiers  les hommes de Port Royal

dans son abbaye

**

C’est vrai qu’il n’aimait pas les jésuites

et ceux-ci ne manquaient pas de le critiquer

« prévenus qu’ils étaient que la maison de la Trappe était un nid à janséniste « (Bremond « l’abbé tempête » p 125)

**

Le jansénisme ? Pourquoi pas !

En 1676  dans un lettre –manifeste qu’il laisse circuler

il explique que ce n’est pas à lui de juger les autres

que les jansénistes n’ont aucune mauvaise doctrine ,

que l’église les persécute

ainsi que  les jésuites dont la morale est si corrompue (p 131)

**

mais comme son cher ami Bossuet

 il s’inclinait servilement devant Louis XIV

Or le roi avait condamné Port Royal 

Rancé avait peur que le roi en fasse autant de sa Trappe

Il prit donc officiellement ses distances avec les jansénistes

**

Le jansénisme rejeté

Mais et c’est un fait

à partir de 1696

« L’antijansénisme de Rancé s’exaspère à un point qu’on ne peut imaginer

une véritable phobie qui ferait croire que les jésuites l’avaient ensorcelé » (p 142)

**

Saint Simon dans ses « mémoires » raconte que lors d’une discussion secrète avec Rancé

 celui-ci avait dit

« que le jansénisme était inexistant, condamné, opposé ,rebelle ,dangereux à l’église ,et même à l’état

et il me conjura de me souvenir toujours de cette conversation

et de bien rendre grâce à Dieu de n’avoir pas permis que je tombe dans un si pernicieux écueil » (p 145)

Rancé et Mabillon : « De la sainteté et des devoirs monastiques »

2 décembre, 2014

En 1683 Rancé publie son grand ouvrage

« de la sainteté et des devoirs monastiques

**

« C’est la dénonciation la plus  véhémentes et la plus injuste du monachisme contemporain

C’est un torrent de paroles qui roule pèle mêle de l’or et de la boue ;

Sous les nobles plis des périodes abbatiales s’aiguise la violence  du pamphlet

et en plus  il ose  s’en prend aux plus illustre  des mauristes  Mabillon 

**

Les études selon Rancé

Rancé écrit

L’étude détruit l’humilité …

Elle n’est capable que de leur nuire, de dérégler leur cœur ,de faire sur eux des impressions de morts

et de ruiner ce fond de piété, de simplicité et de pureté auquel  leur sanctification est attachée

On ne connaît plus ni règle ,ni régularité, ni institutions, ni discipline ,ni édification

dans les monastères ou ces études sont établies

Un homme savant dans une communauté religieuse

ne connaît plus de retraite , plus de silence ,plus d’oraison, plus de jeûne ,plus de veilles ,plus d’assistance à l’office

On fait de ces maisons de paix et de retraite des académies tumultueuses

**

Réponse de Mabillon

On croit rêver quand on sait qu’il s’adresse à Mabillon

mais celui-ci  lui répondit  avec bonhommie

sans « tempêter »

« Les moines ont un corps .Ils ont l’esprit borné qui ne peut s’arrêter longtemps sur un même objet

il faut éviter la contention qui mène au dégout

comme le corps a besoin de prendre du soulagement, l’esprit et la volonté ont aussi besoin de relâche

or quel moyen le plus innocent pour se délasser que l’étude »

**

Les études peuvent avoir des inconvénients pour les solitaires

mais ce qui est plus fâcheux est l’ignorance qui les rend stupide

**

les travaux corporels sont capables de faire de bons artisans

 mais non pas des hommes spirituels et intérieurs

**

Personne n’est plus disposé à l’humilité que celui qui se connaît mieux et qui est  le plus persuadé que ce qu’il sait, est bien peu de chose

**

Rancé vitupére  

Les moines savants  ont fait beaucoup de mal

et Rancé parle des dommages causés à l’Eglise par les moines

 par l’abus qu’ils ont fait de la science  

« Cela aurait été  mieux s’ils se fussent contenus dans un perpétuel silence  

Les grandes hérésies viennent des cloitres !

Si les études avait  été défendu au moine Luther ,

la parole et les écrits de ce démon  n’auraient pas déchiré l’Eglise «   

**

Parmi ces études si dangereuses ,

il en et une qui inspire à l’abbé de la trappe une répugnance particulière ,

c’est la lecture de l’ancien Testament

**

Le pardon de Rancé

Mabillon ,humble et navré de s’être opposé au saint Abbé

se rendit à la Trappe  pour s’excuser de lui avoir ainsi répondu

 Rancé lui pardonna  

voir (Bremond « l’abbé tempête » P156 ss )

1...56789...11