Archive pour la catégorie 'Allemagne religieuse du XIXe s'

Johann Michael Sailer (1751-1832):Un François de Sales allemand

7 avril, 2016

J Michael  Sailer est né en 1751

En 1775 , il a été ordonné prêtre; 

De 1777 à 1794  ,il enseigne la théologie en divers lieux puis «il est mis au placard »

car il sympathise avec le mouvement des réveillés 

En 1800 , il refait surface et enseigne à Landshut  la Théologie pastorale, la liturgie…  la catechése.

en 1829   il est nommé évêque de Ratisbonne

il meurt en 1832   .

Cliquez ICI

**

Un François de Sales Allemand

« Peu d’hommes furent aimés comme celui là …Sous l’attrait de cette personnalité l’Allemagne  religieuse s’unifiait. Tout ce qu’il y avait dans la réforme d’âmes croyantes et mystiques éprouvaient pour ce prêtre catholique un sentiment de piété…. Sailer rendit  au-delà du Rhin le même service que chez nous saint Francois de Sales ( G.Goyau l’Allemagne religieuse tome 1 p 292)

Ses œuvres innombrables formeront plus tard 41 volumes

**

Pendant 100 ans le rationalisme avait dominé en l’Allemagne .

Avec Sailer  la religiosité tant protestante que catholique ,réapprit à prier

en 1783 il publie « un livre de prières »

en 1799 il écrit « ses méditations » 

**

Ses relations avec les mystiques  

Face au rationalisme ,Sailer propose  une dévotion acceptable à la fois par les catholiques et les protestants 

Par l’intermédiaire du prêtre  Martin Boos (1762-1825) un de ses anciens élèves, il sympathise avec les  groupements des « réveillés » qui se multiplient alors en Allemagne ,

Il encourage donc les mystiques ,mais ceux-ci trop souvent ont tendance à former de sectes ,ce que Sailer ne peut accepter

  « je regarde toute fondation de secte ,toute séparation d’avec l’église catholique romaine  comme inintelligente et coupable « (p300)

Cependant en 1819 ,quand il fut question que Sailer soit nommé évêque en Prusse , Rome refusa car on considérait  que Sailer était  trop bienveillant avec les « hérétiques  et autres schismatiques »  

**

Sa théologie pastorale

Sailer avant de publier son livre sur « la Theologie pastorale » donne son ensegnement dés 1789

**

Depuis le siècle des lumières ,le rôle du prêtre était 

de« célébrer les services éminents  qu’un bon instituteur apporte à sa patrie (p 305)

mais Sailer voit plus loin, plus haut

Certes ! Le prêtre en dehors de l église pourra aider le peuple en  étant professeur d’économie ou de morale . Il pourra fonder des écoles technique ,faire du social

mais  en chaire c’est du Christianisme qu’il parlera …. le prédicateur ne doit pas traiter en chaire  un sujet lorsqu’il lui semble  ,qu’à sa place ,Jésus, Pierr ou Paul ne l’auraient point traité »

La chaire chrétienne est exclusivement consacrée à l’enseignement de la vie éternelle

**

D’instituteur du peuple, le prêtre redevient l’homme de Dieu

Par un tel enseignement Sailer marquera profondément toute une génération de chrétiens et de prêtres

tel que le jeune romantique  Melchior de Diepenbrock qui deviendra plus tard cardinal

ou Brentano qui écrira la vie de Catherine Emmerich

**

« Sailer est le plus sage ,le plus fidele ,le plus pieux le plus sanctifié des bavarois (Görres)

 ce qui n’est pas un mince éloge de la part de l’auteur de la mystique 

Sailer fut un homme vraiment grand ,et plus grand encore dans l’intimité (Diepenbrock) p 309 

Kant (1724-1804) et la religion

7 avril, 2016

Il parait que pendant le19é siècle

 on ne trouvait pas les œuvres de Kant

dans les bibliothèques des séminaires  

Trop dangereux pour la foi des nos petits anges !

et pourtant ! 

**

Voici quelques citations de Kant qui furent rejetées avec horreur

par les éducateurs de nos seminaristes 

et pourtant !

**

Critique de la raison pure

Que puis je savoir ?

Kant écrit  

 L’Aufklärung, c’est la sortie de l’homme hors de l’état de minorité dont il est lui-même responsable. L’état de minorité est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de minorité quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! [Ose savoir !] Aie le courage de te servir de ton propre entendement! Voilà la devise de l’Aufklärung.. »

Finalement c’est la démarche de tous les philosophes depuis toujours

que ce soit Socrate ,Descartes  ou Dérida

**

Kant ajoute .

« On ne peut rien savoir ni sur Dieu ni sur l’âme ni sur l’au-delà »

OK !

En quoi cette affirmation peut elles choquer un croyant ?

On ne peut rien savoir sur Dieu, par la raison pure . Point barre !

**

C’est évident !

Dieu dépasse notre entendement

et c’est justement parce que l’on peut rien dire de lui

que l’on croit en lui

**

Critique  de la raison pratique

Que dois je faire ?

« Je suis moralement certain c’est dire que la foi en un Dieu et en un autre monde est tellement unie à ma disposition morale ,que je ne cours pas le risque de perdre cette foi ..

..ou je crois infailliblement à l’existence de Dieu et à une vie future et je suis sûr que rien ne peut rendre cette foi chancelante  parce que cela renverserait  mes principes moraux eux-mêmes auxquels je ne puis renoncer sans devenir  digne de mépris à mes propres yeux

Que dois je espérer ? 

Vers quoi tendre ?

Il est évident encore que tout homme doit se poser de telles questions

**

Que font donc nos professeurs de philosophie

pour engendrer une jeunesse qui ne se les pose pas ?   

Que  font nos théologiens

qui sont les premiers à vouloir tout démontrer par  la raison ?

Cliquez ICI

Débats en Allemagne sur le symbole des apôtres :le Pasteur Schrempf

6 avril, 2016

Le pasteur Schrempf

Cliquez ICI 

Son pére était alcoolique et violent   

En 1884 il devient pasteur à 24 ans  et déclara loyalement dés le début de son apostolat

qu’il ne prêcherait que les 3 évangiles  synoptiques

Rien de plus !

**

Il rejette La Trinité ,le péché originel ,la divinité du Christ

 A Noël je prêchais non sur l’enfant Jésus et l’étable , mais sur le Christ sur  ce qu’il nous apporte ,sur ce qu’il veut de nous

A Pâques je rappelais que seule  la foi au Sauveur assure au chrétien la vraie joie …

A l’ Ascension ,je parlais de la maitrise de Jésus sur l’église et le monde entier

 (Goyau L’Allemagne religieuse ,le protestantisme p 144 )

**

En 1891 il prévient  le consistoire qu’il supprimera à l’avenir la récitation du symbole des apôtres lors des cérémonies du baptême 

En 1892 il doit quitter son service pastoral à cause de sa trop grande franchise vis-à-vis du consistoire  

**

Plusieurs pasteurs suivirent l’exemple de Schrempf

car les églises conservent des  villes structures et entretiennent l’hypocrisie »  (P 149) 

Friedrich Schleiermacher (1768-1834) Le supranaturalisme ?

6 avril, 2016

Fils d’un pasteur protestant il est d’abord élève  chez les frères moraves.

Puis il étudie la philosophie ,la théologie et l’exégèse à l’université de  Halle .

Il s’intéresse aux arts, aux sciences et à la littérature.

En 1799 il écrit  le «  Discours sur la religion » puis « les Monologues »(1800).

En 1802, il devient pasteur

En 1807 il enseigne  à Halle

Cliquez ICI

**

Sa pensée

Pendant tout le 19é siècle

Schleiermacher marque de sa pensée tout le protestantisme allemand

**

Schleiermacher est un prophète ,pieux ,grave ,qui attire 

un panthéiste qui voit 

le fini dans l’infini 

l’individu dans le tout

la personne humaine absorbée par l’univers

**

Le vrai croyant doit se  libérer des mesquineries théologiques  et des  religions d’Etat

et être  directement en relation avec Dieu

par un contact personnel

« dans son cœur » 

Sans tenir compte des livres ,ou des dogmes.

On croirait lire la lettre que  Tyrell  écrira à un professeur d’anthropologie à la fin du 19é s  

 Cliquez ICI 

**

La vie de foi est une expérience

En ce sens Jésus est un prototype

car il était constamment  en relation avec son père  

C’est ainsi que Jésus nous libère

et que la rédemption devient le point de départ de toute la théologie

**

Ainsi la foi crée la théologie …et la théologie ne fait qu’enregistrer les données empiriques de la foi …Le parfait chrétien qui saura le mieux s’observer lui-même, sera le plus parfait théologien  ( G.Goyau : L’Allemagne religiuse ,le protestantisme   P 79)

.**

A cause de cette expérience personnelle

Le croyant comprend mieux les écritures

Il consulte l’histoire ,les livres saints, la tradition

et y trouvent un certain nombre de notions religieuses 

qui font parties de l’expérience religieuse de la communauté

et auxquelles il peut adhérer (p 83) 

**

Entre l’âme et le croyant Luther avait évincé toute autorité,toutes institutions humaines..

Schleiermacher à son tour évince un canon révélé  et un dogme extérieur »

« L’église évangélique, en maintenant les dogmes, se met au service du papisme …

C’est l’homme intérieur  qui fait la religion (P 85)

**

L’herméneutique

Schleiermacher est  le véritable fondateur de l’herméneutique moderne,

Il influencera tous les théologiens et historiens  protestants allemands de son siècle  

Jean Adam Möhler (1796-1838) : Historien catholique ouvert à l’œcuménisme

5 avril, 2016

Jean Adam Möhler

En 1822 alors qu’il était déjà prêtre

Jean Adam Möhler veut savoir ce qu’enseignent les protestants 

Il est curieux !

Il est ouvert !

Il croit en l’Esprit saint !

Il se rend d’abord à Berlin et suit les cours d’ Auguste Neander

**

Auguste Neander (1789-1850)

Cliquez ICI

Neander est un juif devenu protestant 

qui enseignait l’histoire de l’église à Berlin

En fait ce qui l’intéressait

ce qu’il enseignait

c’était l’histoire des « cœurs pieux »

en relation personnelle avec Dieu

Neander recherchait et décrivait le « surnaturel » dans l’histoire des hommes

et  fut considéré comme l’un des chefs de l’école piétiste

**

Son enseignement fut une révélation pour Möhler

Une certaine affinité d’âme ,un commun dégout pour la froide sécheresse d’une théologie à demi sceptique rapproche les 2 hommes .

C’est en contact avec Neander que Möhler sentit s’éveiller en lui « l’instinct catholique »

**

L’Eglise 

En 1825 il écrit « l’Unité dans l’Eglise »  

« Le christianisme avant d’être devenue parole écrite existait  dans les âmes des apôtres ,remplis de l’esprit, et sans l’Esprit , les Ecritures sont inintelligibles (G Goyau L’Allemagne religieuse  Tome 2 p 26)

 La nature et l’histoire ne font connaître Dieu qu’à ceux qui le portent déjà dans leur cœur 

**

Cependant  Möhler ,en lisant saint Ignace d’Antioche découvrait que c’est par l’amour puisé dans le sein de l’église que nous possédons et propageons l’esprit

C’est en Eglise qu’on découvre le Christ (P 27)

**

L’hérétique est celui qui cherche Dieu en dehors de la vie en Eglise 

L’hérétique qui vit dans une communauté de fidèles ,même limitée, possède une plus haute idée du Christ que celui qui veut rester tout à fait seul(p 29)

**

C’est en Eglise que la première définition formelle de le divinité du Christ fut donnée à Nicée Ces jours là ,les fidèles furent réunis pour écrire, la première  fois  leurs « pages d’amour » (p 30)

Les affirmations de la foi sont des récompenses de l’amour

**

 

L’œcuménisme 

Möhler  milite donc pour l’unité entre les églises 

réunies si possible autour du pape

**

Pour faire cette unité

les débats théologiques  ne lui faisaient pas peur 

au contraire !

Grâce à ces discussions

grâce à ces rencontres

les chrétiens, enrichis par leurs diversités

approfondissaient toujours plus

ou purifiaient  toujours plus

leur foi

**

En 1827 Möhler  écrit sur « Athanase le grand et l’arianisme »

En 1832 il écrit « La symbolique » pour comparer l’enseignement des catholiques et des protestants

 En 1838 Il meurt à Munich

**

NB

Möhler ne fut il pas un précurseur du cardinal Newman qui quelques années plus tard

sera   à l’origine du mouvement d’oxford et du rapprochement des catholiques  et des protestants

Cliquez ICI  

**

Môhler ,ne fut il pas aussi à l’origine d’une ecclésiologie nouvelle  qui sera ,un siècle plus tard celle de Vatican II ?

Cliquez ICI    

Anton Günther (1783-1863)

4 avril, 2016

Anton Günther est un prêtre autrichien ,catholique qui est ordonné en 1821

il a été novice chez les Jésuites mais a quitté la compagnie au bout de deux ans

Il est docteur en théologie !

**

Le Güntherianisme 

Anton est surtout connu pour sa doctrine

Lui, docteur en théologie  rêve d’expliquer tous les mystère de la foi avec la raison

contrairement à Kant ,le philosophe qui proclame haut et fort qu’il est impossible de parler de Dieu, de l’au-delà et des âmes  

**

La raison par son propre travail nous aiderait à comprendre la révélation

la raison expliquerait  mieux que les scolastiques ,les formules dogmatiques

 en tenant compte des progrés scientifiques et philosophiques

Il faut donner des formules nouvelles susceptibles

« de  mieux approprier le fonds dogmatique aux modes de la pensée en marche

Cliquez ICI 

**

Les sympathisants

Cette doctrine se répandit en Allemagne entre 1830 et 1870

Döllinger l’appréciait

ainsi que plusieurs évêques et pas des moindres comme le cardinal Schwarzenberg de Prague

l’Allemagne catholique ne peut pas se contenter d’une demi philosophie ,car les attaques contre l’Eglise sont purement philosophiques  et pour y répondre formellement il faut une philosophie  de valeur  Telle est celle de Gunther qui a déjà essayé ses forces contre l’hégélianisme (Mgr Arnoldi  Goyau tome IV  p 206)

**

L’école de Gunther  fortifiera notre église et la fera vaincre (Baltzer)

Baltzer enseignait la doctrine de Gunther à Bonn  (Goyau p 296 )

**

Les adversaires 

Gunther voulait devenir le philosophe officiel de l’église allemande

…mais cette ambition effrayait  Mgr Geissel le  cardinal  archevêque de Cologne

 Les disciples de Gunther veulent au plus vite devenir professeur et n’être ecclésiastique  que par surcroît .La vraie conduite serait de devenir d’abord ecclésiastique et d’être tel par l’exercice du ministère p 208

 

Geissel  préférait les scholastiques

pour qu’en Allemagne , saint Thomas ressuscité mit un terme au fidéisme inconscient où s’était enlisés les imaginations romantiques et au rationalisme formel dans le quel se drapait  l’apologétique Guntherienne (Goyau p 211) 

**

Dénoncé par le  cardinal Geissel, Pi IX  condamna les écrits de Günther qui sont mis à l’index en 1857

Günther se soumet 

Mgr Ketteler (1811-1877), évêque de Mayence

3 avril, 2016

Wilhelm Emmanuel von Ketteler, est né à Munster

En 1844 il est  ordonné prêtre   .

En 1848, il est élu député  au parlement de Francfort

En 1850  il est nommé Evêque de Mayence 

**

En 1848  Ketteler prononce l’oraison funèbre  du prince Auerswalde tué par des émeutiers

Il s’ecrit

J’ai consacré ma vie aux yeux des pauvres et plus j’ai appris à les connaître ,plus j’ai appris à les aimer ….ce n’est pas notre brave peuple allemand qui a commis cet acte monstrueux .Les meurtriers ce sont les hommes qui méprisent  ,tournent en dérision et bafouent le Christ ,le christianisme l’église devant  le peuple (P 122)

**

Un ouvrier de la commune de Paris  dira la même chose à Albert de Mun qui se désolait en regardant l’incendie des Tuileries 

« Nous sommes pas les coupables …Vous êtes les coupables !

**

Ketteler voulait être en mission au service du peuple et quand il devint curé à Berlin

Il se réjouît « C’est le plus beau lieu de mission de l’Europe «    

**

En 1864 il publie

« la question ouvrière et le christianisme »

Il réclame une juste répartition des biens non par la force, mais grâce à la conversion des cœurs 

Il demande  pour les travailleurs  le droit de  se réunir en association

et comme il se doit ,de profiter des bénéfices de leur entreprise

**

Surtout il faut le redire

Il  insiste toujours sur l’amour ,et la conversion intérieure

** 

Le fondateur du socialisme allemand ,Lasalle, fera l’éloge de Ketteler

Mais celui-ci se méfie des socialistes  qui sont pour la plupart hostiles aux ctaholiques 

 **

Ketteler  apparaît ainsi  comme un des pères de la démocratie chrétienne allemande.

Et sera surnommé l’Évêque social.

En 1871-1872. Il s’opposera à la politique Kulturkampf de Bismarck

Adolph Kolping(1813-1865) au service des compagnons

2 avril, 2016

La révolution industrielle ,

Le 18é s est ,dit-on, le siècle des lumières 

Le 19é s siècle serait le siècle de la révolution industrielle

Il n’est donc pas étonnant qu’en Allemagne comme en France des voix chrétiennes se soient élevées pour défendre  le droit des travailleurs  

**

Comme Ozanam (1813-53) en France

à l’origine des « conférences de saint Vincent de Paul

**

Kolping

Ce fut en Allemagne Kolping  né la même année que Ozanam

Cliquez ICI

**

Il était apprenti cordonnier

et déplore  la misère des « compagnons » qui errent sur les routes

Pour les aider ,il décide de devenir prêtre.

En 1845 il fut ordonné prêtre.

En  1847 il devint le second président de l’ »Association catholique des compagnons » fondée par Johann Gregor Breuer,

**

En 1847 il décrit dans une brochure

la vie nomade des compagnons ,les périls qu’ils couraient ;il y montrait comment leur abandon les prédestinaient à faire des  sottises et combien il était inique de les condamner au lieu de les aider. (Goyau l’Allemagne religieuse tome 3 p106).

**

En 1849 il retourna à Cologne comme vicaire de la cathédrale et  créa l’ »Association des compagnons de Cologne

Au début ,ils ne furent d’abord que 7

 parce qu’ils ne  buvaient pas d’alcool on les appelait  des freres de l’eau

Et parce que dévots ,on les appelait les pécheurs  de rosaire

**

Personne ne s’inquiète  si un pauvre garçon étouffe corps et âme dans la fange de l’atelier ….et pourtant ce sont des hommes comme nous .. moi-même j’ai été compagnon et je ne rougis pas de le dire.,j’ai senti moi même toute la misère qui pèse sur les compagnons ,qui les exclut de la société humaine (p 109)

**

Adolphe Kolping  prêchant à Cologne ce n’était pas l’église allant au peuple ,c’était  l’église issu du peuple et restée peuple …parlant avec des susceptibilités plébéiennes ( p 110)

Il demande aux prêtres de s’occuper des compagnons

Vous messieurs les ecclésiastiques  vous manquez à votre charge si vous oubliez le peuple

**

Il disait aussi

C’est une bonne chose que les ecclésiastiques s’occupent partout de fonder des associations de compagnons ,mais nos meilleurs missionnaires ce sont nos compagnons eux-mêmes (p 110)

.

 En 1854 Kolping fonda le journal hebdomadaire « Journal du peuple rhénan »

En  1865, à sa mort , il existait plus de 400 associations de compagnons dans le monde.

 

Kolping fut béatifié par Jean Paul II

Aujourd’hui en Allemagne, la Kolpingwerk, qu’il fonda, a plus de 275 000 membres 

Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)

1 avril, 2016

Hegel

Il est né en 1770 à Stuttgart

dans une famille protestante

**

Son père l’envoie  au séminaire de Tûbingen (Le Stift)

 non pour être pasteur

mais pour pouvoir entreprendre des études à moindre frais

comme ses amis Hölderling et Schelling

**

En 1789 ,il a 19 ans

et s’enthousiasme pour le révolution française

mais est effaré par la terreur en 1792

**

En 1793 Hegel aurait  pu devenir pasteur

 mais sera précepteur dans diverses familles à Berne puis à Tübingen

A cette époque il  a déjà un regard très critique sur la religion

De cette époque daterait sa « vie de Jésus »

où Jésus est seulement un enseignant vertueux

sans faire spécialement de miracles    

Un peu plus tard il écrit  Le christianisme et son destin,

**

En 1801 Hegel commence sa carrière universitaire à Iena

On dit que Hegel aurait achevé la « Phénoménologie de l’Esprit  pendant la bataille d’Iena (1866).

En tous les cas il ne cache pas son admiration pour Napoléon

 J’ai vu l’Empereur — cette âme du monde — sortir de la ville pour aller en reconnaissance ; c’est effectivement une sensation merveilleuse de voir un pareil individu qui, concentré ici sur un point, assis sur un cheval, s’étend sur le monde et le domine. »

En 1811, il se marie

En  1816 il enseigne à  l’Université de Heidelberg

En 1818, Il succède à Fichte à Berlin .puis recteur à partir de 1829

**

Mal rémunéré ,il a souvent vécu dans une certaine misère

Sa sœur dépressive folle se suicide

et un fils naturel l’importune

**

En 1831 il meurt du choléra

**

Sa pensée

Cliquez ICI 

La pensée d’Hegel

31 mars, 2016

En 1789 c’est la révolution à Paris

Le monde change

très vite

« on avait jamais vu cela ,jamais , depuis que le soleil se trouve au firmament et que les plantes tournent autour de lui » (Hegel par J D’Hondt p  26)

**

Au milieu de tant de tourbillons

Hegel observe

guette les cassures ,les interruptions

les transitions ,les passages

tandis que l’histoire continue  

**

Tout bouge

 les relations humaines ,la vie sociale ,le vie de l’esprit

**

Tout bouge 

« Les individus agissent ,bien avant de se rendre compte de ce qu’ils font.  C’est  rétrospectivement que les hommes s’aperçoivent qu’ils ont accompli plus qu’ils ne le désiraient »   

**

Cependant  Hegel ne pense pas pouvoir tirer des leçons de  l’histoire 

«  car à chaque remaniement historique  naissent des nouveaux sentiments »

**

C’est ainsi qu’il se prépare à écrire son grand livre 

« la phénoménologie de l’esprit »

Cliquez ICI

**

Son système

Hegel est intéressant dans sa façon d’aborder  l’histoire

mais que son « système »  est obsur

et difficile à comprendre

**

Son « système » est un « dogme »

Il raisonne

Il construit avec sa raison 

mais il a pas forcément raison

Bien sûr !

Il est philosophe

**

Il invite à « dé-construire » pour employer un mot à la mode 

Il sera à son tour déconstruit 

**

Sa religion

Hegel écrit « la vie de Jésus »

Il reconnaît que Jésus est un sage  

mais fait une impasse sur les miracles

et surtout ignore la résurrection

**

« l’au-delà »

  c’est pas son problème

Puisque la philosophie est le fondement du rationnel ,elle est l’intelligence du présent  et du réel et non la construction d’un au-delà, qui se trouverait Dieu sait où , ou plutôt on sait bien où il se trouve :Il est dans l’erreur (p 64)

Hegel est philosophe

Il rejette la foi

Il est donc bloqué

Il limite lamentablement  son univers 

C’est pourquoi il reste si obscur

Il reste dans la nuit

**

Alors que la foi éclaire la raison

Ainsi Saint Anselme faisait appel à la foi pour éclairer la raison :

«  Je désire comprendre, au moins jusqu’à un certain point Ta Vérité, que mon cœur croit et aime. Je ne cherche pas en effet à comprendre pour croire, mais à croire pour comprendre. »(St Anselme )

**

Hegel ne fait pas le saut

Il ne risque pas la foi

Il n’est pas chrétien ! 

Pas étonnant que Léon Bloy se soit disputé avec Villiers de l’Isle Adam à ce sujet

Cliquez  ICI 

123