Archive pour la catégorie 'Histoire de l’eglise'

Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)

1 avril, 2016

Hegel

Il est né en 1770 à Stuttgart

dans une famille protestante

**

Son père l’envoie  au séminaire de Tûbingen (Le Stift)

 non pour être pasteur

mais pour pouvoir entreprendre des études à moindre frais

comme ses amis Hölderling et Schelling

**

En 1789 ,il a 19 ans

et s’enthousiasme pour le révolution française

mais est effaré par la terreur en 1792

**

En 1793 Hegel aurait  pu devenir pasteur

 mais sera précepteur dans diverses familles à Berne puis à Tübingen

A cette époque il  a déjà un regard très critique sur la religion

De cette époque daterait sa « vie de Jésus »

où Jésus est seulement un enseignant vertueux

sans faire spécialement de miracles    

Un peu plus tard il écrit  Le christianisme et son destin,

**

En 1801 Hegel commence sa carrière universitaire à Iena

On dit que Hegel aurait achevé la « Phénoménologie de l’Esprit  pendant la bataille d’Iena (1866).

En tous les cas il ne cache pas son admiration pour Napoléon

 J’ai vu l’Empereur — cette âme du monde — sortir de la ville pour aller en reconnaissance ; c’est effectivement une sensation merveilleuse de voir un pareil individu qui, concentré ici sur un point, assis sur un cheval, s’étend sur le monde et le domine. »

En 1811, il se marie

En  1816 il enseigne à  l’Université de Heidelberg

En 1818, Il succède à Fichte à Berlin .puis recteur à partir de 1829

**

Mal rémunéré ,il a souvent vécu dans une certaine misère

Sa sœur dépressive folle se suicide

et un fils naturel l’importune

**

En 1831 il meurt du choléra

**

Sa pensée

Cliquez ICI 

La pensée d’Hegel

31 mars, 2016

En 1789 c’est la révolution à Paris

Le monde change

très vite

« on avait jamais vu cela ,jamais , depuis que le soleil se trouve au firmament et que les plantes tournent autour de lui » (Hegel par J D’Hondt p  26)

**

Au milieu de tant de tourbillons

Hegel observe

guette les cassures ,les interruptions

les transitions ,les passages

tandis que l’histoire continue  

**

Tout bouge

 les relations humaines ,la vie sociale ,le vie de l’esprit

**

Tout bouge 

« Les individus agissent ,bien avant de se rendre compte de ce qu’ils font.  C’est  rétrospectivement que les hommes s’aperçoivent qu’ils ont accompli plus qu’ils ne le désiraient »   

**

Cependant  Hegel ne pense pas pouvoir tirer des leçons de  l’histoire 

«  car à chaque remaniement historique  naissent des nouveaux sentiments »

**

C’est ainsi qu’il se prépare à écrire son grand livre 

« la phénoménologie de l’esprit »

Cliquez ICI

**

Son système

Hegel est intéressant dans sa façon d’aborder  l’histoire

mais que son « système »  est obsur

et difficile à comprendre

**

Son « système » est un « dogme »

Il raisonne

Il construit avec sa raison 

mais il a pas forcément raison

Bien sûr !

Il est philosophe

**

Il invite à « dé-construire » pour employer un mot à la mode 

Il sera à son tour déconstruit 

**

Sa religion

Hegel écrit « la vie de Jésus »

Il reconnaît que Jésus est un sage  

mais fait une impasse sur les miracles

et surtout ignore la résurrection

**

« l’au-delà »

  c’est pas son problème

Puisque la philosophie est le fondement du rationnel ,elle est l’intelligence du présent  et du réel et non la construction d’un au-delà, qui se trouverait Dieu sait où , ou plutôt on sait bien où il se trouve :Il est dans l’erreur (p 64)

Hegel est philosophe

Il rejette la foi

Il est donc bloqué

Il limite lamentablement  son univers 

C’est pourquoi il reste si obscur

Il reste dans la nuit

**

Alors que la foi éclaire la raison

Ainsi Saint Anselme faisait appel à la foi pour éclairer la raison :

«  Je désire comprendre, au moins jusqu’à un certain point Ta Vérité, que mon cœur croit et aime. Je ne cherche pas en effet à comprendre pour croire, mais à croire pour comprendre. »(St Anselme )

**

Hegel ne fait pas le saut

Il ne risque pas la foi

Il n’est pas chrétien ! 

Pas étonnant que Léon Bloy se soit disputé avec Villiers de l’Isle Adam à ce sujet

Cliquez  ICI 

Hegel :La phénoménologie de l’esprit

30 mars, 2016

Hegel écrit

Ce que nous sommes ,nous le sommes historiquement  lorsque nous nous retournons vers le passé ,nous ne pouvons plus le capter comme ceux qui le vivaient puisqu’il nous a poussé beaucoup plus loin qu’eux et qu’il a ainsi décentré notre perspective .mais il n’en subsiste as moins dans notre présent (Hegel par J D’Hondt p  30

**

La perception du monde

Notre conscience du monde a évolué

au cours des siècles

l’homme a d’abord regardé ,senti ,touché la chose (à la façon de Condilac)

puis il a mieux perçu et compris chaque chose en les définissant   

enfin il a  découvert les lois qui les régissent

**

La vie sociale

lI y a eu

les hommes primitifs

les philosophes grecs

les guerriers  romains

La foi du moyen âge 

le triomphe des lumières

la victoire de l’esprit moderne actif et utilitaires

**

Les religions

Il y a eu

la religion de la nature au cours de la préhistoire 

la religion symbolique des  Egyptiens

la religion esthétique des grecs

la religion absolue  des chrétiens 

**

La dialectique

Comme tous les philosophes depuis Platon

Hegel  cherche la vérité  par la discussion

Cliquez ICI

ce qui ressemble à la « mahloquet » des juifs

cliquez ICI

ou à la philosophie de Descartes 

ou encore à la déconstruction de Dérridda

**

Hegel cherche la  contradiction

mais cette méthode n’est pas toujours constructive

Le simple face à face est stérile 

il ya des dialogues de sourds et des guerres inutiles

Il y a les dogmatiques qui coupent la parole à leurs interlocuteurs qui ne les écoutent pas

Il y a  les fanatiques qui tuent 

**

Certains conflits  changent les esprits  

Rome n’est plus la même après la conquête de la Grèce 

la bourgeoisie Française  humiliée par les nobles avant la révolution se montre  ensuite arrogante avec ses serviteurs  

Le renversement des valeurs est donc  parfois une charnière importante

**

L’idéalisme

Hegel  se dit idéaliste absolu

« pour qui rien n’existe que ne soit une idée pure »

Cliquez ICI  

 

Hegel et l’idéalisme

30 mars, 2016

L’ idéalisme

L’idéalisme ,c’est ne pas reconnaître le fini comme étant l’être véritable

« l’idéalisme absolue est mouvement, progression »

**

L’esprit est vie   

Selon Hegel les « phénomènes de l’Esprit »  ce sont les représentations de l’esprit

La matière est figée

Elle est finie

Elle reste ce qu’elle est

Un état de choses dans lequel  tout est calculé à l’avance ,en particulier l’éducation …..tout cela répugne d’une façon générale à la nature de l’esprit ( Hegel par J D’Hondt p 102)

L’esprit n’est pas figé mais est à l’origine  du progrés, du changement

**

Ainsi il y a la nature et il ya les outils créés par l’homme

Les outils qui furent inventés par  l’homme relèvent de l’esprit et il faut estimer ces outils plus que les objets de la nature  

Il ya l’ eau ,le vent, la puissance de la nature

et le vent et la nature sont employés judicieusement par l’homme grâce à son esprit

« vent ,fleuve puissant ,océan puissant ,contraint, domestiquée »

L’esprit va toujours de l’avant car seul l’esprit est progrès

**

De même l’esprit d’un peuple évolue

il se manifeste dans toutes les actions et les aspirations d’un peuple .ll se développe dans la religion, la science les arts ,les destins les événements  

mais cet Esprit change 

la tache de l’histoire philosophique consiste précisément à montrer l’enchainement de ce mouvement (p 105)

 C’est parce que l’homme est passionné

parce qu’il est « intéressé »

parce qu’il est à l’affut du la nouveauté et  de la beauté

…c’est à cause de tout cela ,que le progrès à lieu

Rien de grand ne se fait  sans passion (P108)

Celui qui consacre son activité à une chose ,n’est pas seulement  « intéressé » d’une façon générale mais « s’y intéresse »    

 

Villiers de L’Isle-Adam et les bourgeois

8 mars, 2016

Léon Bloy était  le prophète qui défendait  les pauvres

Villiers de L’Isle-Adam  son grand  ami était

le prophète qui vaticinait contre les bourgeois 

**

En 1866 dans un lettre à Mallarmé  il écrit

Le fait est que je ferais du bourgeois si Dieu me prête vie, ce que Voltaire a fait des cléricaux, Rousseau des gentilshommes et Molière des médecins..

**

Le Bourgeois 

Son héros « Tribulat Bonhomet » (1887) incarne la stupidité bourgeoise dans sa hideur

Le bourgeois c’est l’homme du bon sens

Ce prétendu bon sens négatif, dérisoire qui rétrécit simplement toute  chose et dont les observations ne portent jamais que sur des réalités  insignifiantes…   des choses terre à terre  (« A. Raitt Villiers et les symbolistes  p 168)

  tout pour le bon sens et par le bon sens…..

et quand votre cerveau est guéri de toute illusion idéaliste  ..vous sentez le bon sens couler comme un baume dans tout votre être

**

Le Bourgeois c’est l’homme de l’argent

Ttibulat  y pense en  projetant d’établir des latrines sur le mont Thabor ,un bar à Gethsémani, un tramway au calvaire et un café concert au mont des oliviers ( p 169)

**

Le bourgeois est béat

‘on a diné.– La famille a passé au salon. C’est l’une de ces veillées sans visites, ou, rassemblées autour de l’âtre, les parents somnolent un peu. La lampe est baissée, et l’abat-jour adoucit encore sa lumière. Les mèches des bonnets de soie noire dépassent, inclinées, les oreillards des fauteuils. Le loto, parfois si tragique,est suspendu; le jeu de l’Oie, lui-même, est relègué dans le grand tiroir. La gazette gît aux pieds des dormeurs. Le vieil invité, disciple (tout bas) de Voltaire, digère paisiblement, plongé dans quelque moelleux crapaud. On n’entend que l’aiguille égale de la jeune fille piquant sa broderie auprès de la table et scandant ainsi la paisible respiration des auteurs de. la sienne, le tout mesuré sur le tic-tac  de la pendule. Bref, l’honnête salon bourgeois respire la quiétude bien acquise.  (Analyse chimique du dernier soupir)

** 

Le progrès

Le bourgeois  angoissé par la mort

cherche refuge dans les progrès de la science 

**

or Villiers ne croit pas au progrès 

ni à la science qui est incapable de répondre à nos questions fondamentales

les choses restent  aussi cachées qu’autrefois et l’on y voit recèlement clair  nulle part dans ce siècle de lumières

 Pour la fumée qui sort d’une chaudière ,,vous avez renié toutes les croyances que tant de milliers de héros de penseurs et de martyrs vous avaient  légué depuis plus de 6000 ans   (p 176)

la vapeur siffle et fume pour marcher vers un but auquel  on ne croit pas  (p164)

 ces conquête de l’homme moderne nous coûtent le quasi simiesque atrophiement du sens surnaturel et une espèce d’ossification de l’âme( p 176)

**

C’en est fait! Nos victoires sur la Nature ne se comptent plus. Hosannah! Plus même le temps d’y penser! Quel triomphe: A quoi bon penser, en effet? De quel droit? -Et puis: penser? au fond,

Qu’est-ce que ça veut dire? Mots que tout cela!

Découvrons à la hâte! Inventons! Oublions! Retrouvons Recommençons et passons! Ventre à terre

Bah ! le Néant saura bien reconnaître les siens.

0 magie ! Voici qu’enfin les plus subtils instruments de la Science deviennent des jouets entre les mains des enfants

 **

Mais Villiers exarcébé finit par déclarer 

le but de la vie réside nécessairement au-delà de la vie..Sans cela tout se dissout dans l’absurdité

**

Villiers en voulait à une mentalité dite « bourgeoise»  et non à une classe ….

Villiers de L’Isle-Adam , Un poète philosophe idéaliste

7 mars, 2016

Le poète

Villers de L’Isle-Adam n’est pas un philosophe

encore moins un théologien

c’est un chercheur indépendant ! 

**

C’est un poète

un beau parleur qu’on écoutait avec plaisir

quand il discourait pendant des heures sur les terrasses de café

un peu comme les philosophes des salons du 18é siécle

Il n’est pas une lumière

mais cherche la lumière 

**

Il cherche non la sagesse mais la vérité

Il lit les philosophes en dilettante

et  les interprète à sa façon

**

Il n’élabore pas de savantes théories

avec de fastidieuses démonstrations

comme les savants des universités

**

Il invente des histoires des contes

pour essayer de comprendre

pour y voir clair 

pour répondre aux questions existentielles qui le taraudent

Ses romans « Isis » (1862) et « l’Eve future » (1886) sont  des réflexions sur l’occultisme ou  sur l’idéalisme de Hegel dont il s’est un moment entiché

**

L’occultisme

Il croit à la vie surnaturelle  

sans  aucun doute

Il est obsédé  par  l’au-delà

il demande dans « le secret de l’échafaud »

Qu’est ce qu’il y a donc après la mort ?

**

D’où un son attirance pour l’occultisme

il a lu « les grands initiés » de Schuré

Cliquez ICI  

il a lu  « le  dogme et rituel de la haute magie » Eliphas Lévi  

Cliquez ICI 

il  a lu la mystique de Gorres

Cliquez ICI

Il fréquente Huysmans qui se passionne un moment pour la magie noire

**

Pour lui ,tout ce qui est mystérieux et inexplicable dans la vie  est très important

« ces mystères, à son avis, recèle le secret de l’existence »(A. Raitt Villiers et les symbolistes  p 216)

 **

Le spiritisme 

Il se tourne un moment vers les spirites  

mais son grand ami et admirateur Léon Bloy se met en colère

Bloy avait vivement critiqué Villiers en soulignant qu’aucun chrétien sincère ne saurait  se laisser séduire par l’occultisme  ..Villiers éprouve alors son besoin de se justifier en proclamant sa fidélité à l’église  non seulement pour apaiser la colère de son ami  mais aussi pour  se convaincre lui-même( p 203)

**

et il s’en détourne très vite

« Le spiritisme c’est vulgaire » 

« L’art d’évoquer les morts en 25 leçons »

 « des sombres commérages « 

« un passetemps grossier pour bourgeois angoissés (p 204)  

**

Solesmes 

en 1862  il avait 24 ans

il publie « Isis »

**

Ce livre choque profondément ses parents qui sont des « bien-pensants » et de « bons croyants »

Ils l’envoyèrent à Solesmes 

pour discuter avec Dom Guéranger

Il s’était laissé séduire par la philosophie allemande et avait dévoré toutes les productions aussi empoissonnées qu’indigestes des Kant, Hegel etc… .mais avant son départ il s’était rendu à la vérité de cette religion dont son  ancêtre avait si héroïquement défendu les principaux boulevards (archives de Solesmes

**

Hegel

mais Villiers n’abandonne pas complètement Hegel

le peu qu’il sait de Hegel se trouve surtout dans son récit « Claire Lenoir »(1867)

il déduit de ses lectures que

tout n’est qu’illusion

les sens nous trompent

le premier  microscope venu suffit pour nous prouver que nos sens nous trompent. …l’idée seule  forme la vraie réalité 

**

Il n’y a pas de limites à la puissance de l’esprit Humain

Dans son recueil « Tribulat Bonhomet » (1887)

Tribulat  le bourgeois  parle avec dédain de « notre pauvre esprit borné »,

et Claire lui répond  « Borné à quoi ! » Ou voyez vous des bornes dans l’esprit  ? 229

**

Villiers conclut

Puisqu’il faut que nous choisissions ,choisissons Dieu ..Peu m’importe si les lois du mécanisme des astres sont pénétrées ! Tentations que ces étoiles qui s’éteindront ! Illusions que le soi disant  avenir ! Je me refugie dans mon esprit immortel ,comme les sages des vieux jours m’en ont donné l’exemple sacre ! je choisis en un mot ,l’eternel Idéal  préférant à votre siècle des lumières ,la lumière des siècles  (p 233)

Villiers de l’Isle d’Adam et Léon Bloy

6 mars, 2016

Villiers connaît Léon Bloy depuis 1877   (A. Raitt Villiers et les symbolistes  P 237)

ils furent même très liés

surtout entre 1885 et 1888

**

Mais en 1888  ils se querellèrent

C’était  un peu la faute à Villiers qui avait l’habitude de négliger ses amis

Il révait trop !.Il pensait trop à ses contes ! 

**

Il est vrai aussi que Bloy était très possessif et parfois très coléreux

…Ils  se disputèrent pour des motifs religieux

à cause en particulier des allemands 

**

Villiers se disait catholique  mais Bloy qui en doutait

voulait le convertir 

En terme cru, il lui déclara  que

« S’il voulait vraiment être chrétien il devait se détacher de l’hégélianisme et de Wagner »

**

Villiers  le pensait  aussi depuis un certain temps

mais par fierté il tint tête à Bloy 

**

Bloy est navré !

il écrit 

« vainement ce haut poète paraissait avoir reçu tous les dons … Tout cela ensemble ne put prévaloir contre les formules indéracinable d’un cuistre allemand …La cécité de cet aigle fut procurée par l’éblouissement de cette lanterne ! .. ; Ce qui est remarquable ici c’est l’antagonisme du chrétien de l’Isle et du philosophe allemand

 

Léon Bloy (1846-1917)

5 mars, 2016

Léon Bloy est un  homme blessé

pauvre

rejeté, révolté

incompris 

**

Un homme qui connaît la misère

il écrit « la femme pauvre » 

un chef d’œuvre

sa grande oeuvre 

Cliquez  ICI

**

L’homme des pauvres

Cliquez  ICI 

**

Un croyant exalté 

religieux ,mystique  

Cliquez ICI  

**

 Un dévot obsédé par la vierge qui pleure

Cliquez ICI

**

Un homme qui convertit tous ses amis

en commençant par Maritain  

Cliquez ICI

**

Un homme instable

il ne cesse de déménager

Montmartre

Lagny sur marne

Anthony  

Bourg la reine  dans 2 maisons à partir de 1911

à Saint Piat en Eure et Loire en  villégiature (1912)

**

Impitoyable pour les riches

Cliquez ICI   

**

Impitoyable pour les prêtres

Cliquez ICI 

**

Impitoyable pour les « colonnes de l’église »(Coppée ,Brunetiére Huysamans, Bourget ..

ah ! Il les aimait pas tous ceux là …des faux convertis 

**

Impitoyable pour Zola « le crétin des Pyrénées » (je m’accuse )

« on sort de l’assommoir   comme les cochons sortent du bourbier »

**

mais c’est en paix que ce révolté  meurt à Bourg la Reine en 1917   

Léon Bloy :La femme pauvre

4 mars, 2016

Un tel livre 

se lit en pleurant !

C’est un chef d’œuvre

Léon Bloy est vraiment un grand

un très grand écrivain

**

Il n’est pas étonnant

que Jacques et Raïssa Maritain

après l’avoir lu

se soient  précipités à Montmartre

pour faire connaissance avec Léon Bloy

**

C’est du Zola quand il décrit la misère  

C’est du Céline pour son style violent de révolté

C’est du Bernanos pour sa spiritualité 

**

Le livre

Ca pue le bon Dieu  ici !

C’est la première phrase du livre

prononcée par un ivrogne

De quoi faire blêmir et faire fuir

les  « âmes pures »

qui aussitôt referment le livre 

**

et pourtant le livre se termine par cette phrase devenue célèbre

il n’y a qu’un tristesse c’est de ne pas être des saints  

**

Résumé

Un tel livre ne se résume pas

On peut juste en donner un schéma  

**

Partie 1 :L’épave des ténèbres 

Une jeune fille,  Clotilde vit avec sa pauvre  mère et un alcoolique ,ami de sa mére

Elle est accueillie  par un  artiste peintre  qui a pitié d’elle  et lui offre  logement et travail

Clotilde grâce à la générosité de l’homme revit

L’artiste est finalement tué par l’alcoolique 

**

Partie  2 : l’épave des lumières

Clotilde se retrouve misérable 

Elle se marie avec  Léopold   un autre artiste qui fait des enluminures

mais Léopold est malade des yeux

ensuite leur jeune enfant meurt  

Ils connaissent la misère matérielle

et pire la calomnie

Léopold meurt en sauvant des personnes lors de l’incendie de l’opéra comique

 **

Le style

Le style de Bloy est vigoureux 

il est parfois plein  d’humour

bien souvent hargneux

C’est un homme de conviction

qui émeut

**

Evidemment il ne plait pas à tout le monde

en particulier

aux  poulardes édifiantes qu’on voit ordinairement picorer dans les sacristies( p 124)

**

ou aux travailleurs sociaux

comme la responsable du foyer ou fut introduite Clotilde

Elle regarda Clotilde  avec des yeux morts où toutes les lampes des vierges sages auraient pu s’éteindre (p 100)

**

Les marchands de sommeil

comme la riche propriétaire impitoyable avec ses locataires

Une vierge  sage qui ne donnait certes pas d’huile de sa lampe aux détraquées et qui s’éclairait toute seule en attendant  le Fiancé (p 238)

**

La mère de Clotilde

« ,vêtue de noir elle ,s’abritait ,sous un immense chapeau en calèche  ,d’une antiquité fabuleuse ,qu’elle avait du découvrir sur des alluvions d’immondices  et se tamponnait activement  les yeux avec un sordide mouchoir à carreaux (p111)

**

Les arts

Bloy parle souvent des artistes qu’il fréquente 

l’art des enluminures fut une  diffusion photogénique de Byzance  à travers l’âme rêveuse et mélancolique des occidentaux… ; Lorsque Byzance devint l’auge à cochons des musulmans ,le prestige qui l’avait fait naitre s’évanouit et les rêveurs au désespoir  tombèrent dans l’encre indélébiles de Gutenberg  ou dans l’huile épaisse des renaissants      

(p 132)

**

 Raphael est l’ancêtre fameux de notre bondieuserie sulpicienne  (P 80)

Preuve en est sa représentation de la transfiguration

 Peut être sera il permis un jour d’affirmer que la peinture de la renaissance  n’a pas été moins funeste  au christianisme que Luther même( p 81)

**

La misère

Un des artiste du récit est Marchenoir ,qui est en fait Bloy lui-même

 ce perpétuel vaincu de la vie, (p 82)

Il est profondément impressionné par la Salette  

 Nous sommes tous des misérables et des dévastés ,mais peu d’hommes sont capables de regarder leur abîme ( p 83)

Nous ne comprendrons ce « gémissant univers » que lorsque toutes les choses cachées nous auront été dévoilées …jusque là il faut accepter  avec une ignorance de brebis, le spectacle universel des immolations( p 78)     

Mon existence est une campagne triste où il pleut toujours(P 70)

 **

La mort de l’enfant

Clotilde perd son petit enfant

comme Léon  Bloy a perdu le sien

Souvent Clotilde songeait à son enfant sous la terre …alors sa jolie tête se renversait en arrière dans un mouvement d’agonie ,ses mains se crispaient se contracturaient au-dessus de son visage  «  fiat voluntas tua »  gémissait  elle  et sa détresse était infinie (p 214)

**

Devant la tombe de son enfant

elle dit à son mari

que nous sommes heureux d’être des chrétiens  de savoir que la mort existe si peu  qu’elle est en réalité  une chose qu’on prend pour une autre  et que la vie de ce grand monde est une si parfaite illusion(p 258)

**

En songe l’enfant lui dit (p 260)

Pourquoi t’afflige  tu ?

Je suis près de toi et je suis en même temps près de Jésus

,car les âmes n’ont pas de lieu

Je suis dans la lumière , la beauté,  dans l’amour …

avec les très pauvres

avec ceux dont le  monde n’était pas digne

et quand tu as pleuré trop longtemps

 à cause de moi ,mère chérie ,

tu ne vois donc pas que

c’est Dieu lui-même qui te prend dans ses bras et qui met ta tête sur son sein 

**

 Seigneur  Sauveur infiniment  adorable ,faites de nous de saints

 Ne permettez pas que ceux qui vous aiment s’égarent (p 264)

**

En pleine détresse Clotilde dit

Tout ce  qui arrive est adorable 

…Je suis parfaitement heureuse

On entre pas dans le paradis demain ni après  demain ,

ni dans dix ans

On y est aujourd’hui quand on est pauvre et crucifié(P 268)

Léon Bloy :Le salut vient des juifs

3 mars, 2016

Le salut vient des juifs 

car grâce aux juifs

le Christ fut crucifié

et ainsi l’humanité  fut sauvé  

**

Le prix de ce salut retombe

sur les juifs qui avait crié devant Pilate

« Crucifie le ! »

« Que son sang retombe sur nous et nos enfants »

C’est pourquoi les juifs vivent  dans détresse  et la misère la plus profonde  

**

Est-ce  cela que Bloy a voulu dire ?

On se le demande

Son livre est tellement obscur

difficile à lire

avec des passages qui semblent antisémites

**

Or ,lui-même le dit

Il n’est pas antisémite

Il dédie son livre à Raïssa Maritain qui est une juive

et écrit son livre pour contrer  

les élucubrations anti juives de M Drumont dans sa « France Juive »  

**

Les 3 juifs

Dans un marché à Hambourg il aperçoit un jour 3 vieillards juifs qu’il   compare à Abraham, Isaac et Jacob 

« Mais bon Dieu !quels épouvantables ancêtres !

3 incomparables crapules que je vois encore dans leur souquenilles purifiées,  penchées fronts contre fronts..sur l’orifice d’un sac fétide ..où s’amoncelait …les innombrables objets de quelques négoces archisemitiques » (p 28)

**

Les instruments de la Rédemption

Il faut se demander une bonne fois si quelque mystère adorable ne se cache pas ,après tout  sous les espèces de cette  ignominie sans rivale du peuple orphelin (p 30)

**

Il faudrait mieux y voir  le spectacle prodigieux de son châtiment sans fin …

Ils  sont forcés par Dieu … d’accomplir les abominables cochonneries dont ils ont besoin pour accréditer leur déshonneur d’instruments de la Rédemption  (p 33)

Eux seuls doivent comprendre ce mystère car …ils sont l’unique peuple d’où sont sortis tous les secrétaires des commandements  de Dieu (p 37)

Si vous nous croyez semblables à Caïn parce que nous sommes errants et fugitifs sur la terre  souvenez vous que le Seigneur a marqué d’un signe ce meurtrier  pour que ceux qui le trouveraient ne le tuassent  pas …et voyez après cela combien sont vaines vos menaces d’extermination (p 41)

**

Les larmes de Marie

Voyez le calice d’amertume infinie que Jésus priait son père d’écarter

il  lui fallait maintenant le boire de la main de celle qu’il avait choisie dés le commencement pour être le ministre sans tâche de la plus cruelle partie de son supplice

Au pied de la croix Marie est en pleurs 

buvez mon fils ces larmes de tristesse et ces larmes de colère

buvez ces larmes d’orphelins ,de veuves et d’exilés

buvez ces larmes d’adultères ,de parricides et de désespérés

**

Vous avez dit « Bienheureux ceux qui pleurent » et c’est parce que je pleure les larmes de toutes les générations que toutes les générations me diront bienheureuse (p46)

…Tout cela c’est ce que  le peuple de Dieu a gardé pour le rafraichissement de votre seconde agonie

**

Le calice d’amertume des chrétiens

Les juifs ont payé le prix de la rédemption

Aux chrétiens maintenant de payer le prix de la venue du Paraclet

« Il faut  bien qu’arrive désormais l’avènement de la troisième personne… par qui tous les voiles seront déchirés dans tous les temples des hommes …

Quand le consolateur promis viendra prendre possession de son héritage ,il faudra nécessairement que le Christ vous ait quittés puisqu’il déclare que le Paraclet ne pourrait venir s’il ne s’en allait auparavant (p 73)

**

Les 2 sœurs ;La synagogue et l’Eglise

Ainsi les 2 sœurs prostituées dont parle Ezéchiel  …se nomment aujourd’hui la Synagogue et l’Eglise

et vous serez l’une et l’autre livrées au tumulte et à la rapine ,lapidées par tous les peuples  (p 74)

**

Chrétien ! Tu boiras la calice de ta sœur ,le large et profond calice …

La passion recommencera ,non plus au milieu d’un peuple farouche et détesté ,mais au carrefour de tous les peuples    et les sages  apprendront que l’évangile de Sang était chargé …d’annoncer un consolateur de feu (p 74)

**

Le Consolateur

Quand ce consolateur viendra

 le soleil se convertira en ténèbres et la lune en sang ,

les fleuves superbes reculeront en fuyant comme des chevaux emportés …

les murs des palais sueront d’angoisse (p74)

 

Il sera tout simple alors que le crucifié  descendent ..(P 75) 

12345...91