Archive pour la catégorie 'Evangile de LUC'

Mercredi de Pâques : Les disciples d’Emmaüs (Luc 24,13-25)

24 avril, 2019

Deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? »Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit :« Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »Il leur dit :« Quels événements ? » Ils lui répondirent :« Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré,  ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur.  Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision :des anges, qui disaient qu’il est vivant.  Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ;mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors :« Esprits sans intelligence !Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir :« Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. »Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre :« Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons,qui leur dirent :« Le Seigneur est réellement ressuscité :il est apparu à Simon-Pierre. »À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route ,et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par euxà la fraction du pain.

 

C’est la première  messe après le jeudi Saint  

la liturgie de la parole suivie

de la consécration du pain  

 

Pâques-Emmaus

Comment prier  ?

C’est aussi  une remarquable leçon sur la prière en  générale

donnée par Luc l’évangéliste   de la prière

du magnificat ..du  Benedictus , du Nunc dimittis  du « je vous salue Marie »  

**

prier en lisant les Ecritures

Partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

 Prier en dialoguant  

Leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.  « De quoi discutez-vous en marchant ? »

On est pas seul

Le christ est  là ;

 même si on ne le reconnaît pas

« mettons nous en  présence de Dieu et adorons le »  (Bossuet )

**

Partager  nos soucis

Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »Il leur dit :« Quels événements ? »

C’est le rôle des distractions  

Au lieu de les rejeter

s’en servir

pour présenter  nos supplications

**

Prier c’est communier

 avec nos frères

Reste avec nous

Prier  c’est manger

ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.

une nourriture qui réconforte et apaise  

Ragaillardis ,nous ressuscitons

 

Le jour de Pâques tout le monde se lève

tout le monde se met à courir

Les femmes  courent  le dire aux apôtres  

Pierre et Jean vont au tombeau en courant

Pierre est essoufflé

les disciples d’Emmaüs qui  découragés avaient quitté Jérusalem

reviennent en courant  

 

Comme le paralysé de la porte dorée,

levons nous !

D’un bond, il fut debout  et il marchait.  Entrant avec eux dans le Temple, il marchait, bondissait, et louait Dieu.
Et tout le peuple le vit marcher et louer Dieu.
On le reconnaissait : c’est bien lui qui était assis à la « Belle-Porte » du Temple pour demander l’aumône.
(Actes 3,1-10)

 

4é dimanche de carême : l’enfant prodigue Luc (15, 1‑3.11‑32)

31 mars, 2019

Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer. 

** 

Nous sommes tous prodigues

Zachée, Marie Madeleine ,le larron

Les brebis perdues

 

carême-fils-prodigue

Tous aveugles indifférents devant la création

les dons de Dieu

Tous muets ,ne priant pas ,ne remerciant pas

Tous sourds ,n’écoutant  pas  la parole de Dieu

Tous insatisfaits

**

donne-moi la part de fortune qui me revient

Mécontents  en réclamant l’héritage comme un droit

Quel affront pour Dieu !

Quel outrage !

Quelle tristesse !

**

. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.

Qu’avons nous à la place  ?

Que trouvons nous ?

La nourriture des cochons  

Le mépris des hommes  

La misère morale

La solitude

**

Alors il rentra en lui m^me

«  A qui irions nou Seigneur ,tu as les paroles  de Vérité ? »

« Qui viendra nous sauver ?

Quelle est donc cette vie ?;

On va, on vient

Boulot ,dodo, métro

Amour décu  

Travail et bal  

 **

Où Trouver le bonheur ?

Mon coeur n’est pas  satisfait   tant qu’il n’a pas trouvé Dieu (St Augustin )

Bienheureux les pauvres  …

**

Je me lèverai, j’irai vers mon père,

Quelle nation a un Dieu aussi proche que le notre (Dt)

Abba pere

Pardon !

**

Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et les sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons,

Lui seul nous donne le  vêtement  et la bague des fils de Dieu

Lui seul nous donne la vrai pain de vie

Le corps même de son fils

Lui seul nous rend la joie  de l’enfant pardonné

 Merci   Festoyons !

3é samedi du carême : Le publicain et le pharisien Luc (18, 9-14)

30 mars, 2019

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Au début de l’évangile

Marie la servante du Seigneur  

A la fin, le Christ , serviteur souffrant  

Entre les 2, le pharisien et le publicain

 

carême-pharisien

Le pharisien

La loi..la loi …la loi  

Le dogme

Inchangeable

On ne bouge pas …On ne change pas !

Ils ne sont pas serviteur mais dictateur

Ils impsnet de lours fardeaaux

C’est la loi de l’homme sûr de lui  

L’aveuglemnt ,l’obscurantisme  

Et  la mort  

**

Le publicain

C’est la honte

la soif du changement

le besoin de dieu

le besoin de servir Dieu

le besoin d’être reconnu

 

La dé-construction

L’homme de la science 

à la recherche sans cesse de la vérité  

Prêt à bousculer tous les postulats  

Prêt à  se remettre en question  

Prêt à se convertir

à recevoir le pardon

et la vie

**

Lecture :Osée (6, 1-6)

Venez, retournons vers le Seigneur ! il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face.

Le publicain blessé par son péché

frappé , étonné ,boulevseré  par la parole du Christ  

retrouve la vie

2é Samedi de carême : Le fils ainé (Luc 15,1-32)

23 mars, 2019

Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin…Il se leva et s’en alla vers son père….. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !” Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »

 le père est miséricordieux

le fils est un voyou

Cliquez ICI

et l’ainé  ?

 

careme-Le-fils-ainé

L’ainé

il ne pardonne pas

la loi c’est la loi  

L’amour connait pas !

**

Il entendit la musique et les danses.

ah non ! surtout pas

et pas de rapp

la religion ,on rigole pas

c’est du  sérieux

**

Il se mit en colère, et il refusait d’entrer

Au nom de la loi

Au nom de la justice

il crie vengeance

et refuse la volonté du père

qui pardonne et qui déclare 

« je ne suis pas venu pour les justes mais les pécheurs »

….Va t en comprendre

cela fait désordre ! 

**

je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres

il a travaillé dur

amassé les capitaux 

Il est riche 

il se croit meilleur

comme le bon pharisien qui prie au devant de la scène   

ah oui ,mais…

Nous sommes tous pécheurs !

Qui n’a pas fauté   77 fois 7 fois ?

**

jamais tu m’as donne un chevreau

en fait il est jaloux

il a la haine

et à la longue il finira par vouloir tuer son frère

comme les frères de Joseph ,fils de Jacob

**

Soit disant au non de la justice

il crée le désordre ,la violence

non plus chez  un seul individu qui lui aurait  fait du tort

mais dans toute une famille

toute une communauté

toute une Eglise

c’est grave,

c’est odieux

 « En effet, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera à vous aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne vous pardonnera pas vos fautes. (Mtt -, 14)

77 fois 7 fois !

Jeudi de la 2é semaine de carême ; Le riche (Luc 16,19-31)

21 mars, 2019

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.” Le riche répliqua : “Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !” Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.” Abraham répondit : “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” »

 **

3 interprétations

 

carême-le-riche-et-Lazare

Le  Riche  

Il faut aider les pauvres

les SDF ,les migrants

cela va de soi !

C’est humain

pas besoin d’être chrétien pour agir ainsi

Il suffit d avoir du cœur et de se comporter en homme

 

malheureux vous les riches (Luc)

les riches  auront soif  

car ils ont refusé de boire à la vraie source de vie

des ici bas ils  connaîtront l’enfer

C’est l’interprétation  la plus retenue par l’église  

**

Les 5 frères

S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.

Ce sont ceux qui demandent des preuves pour croire

Ce sont en particulier  ceux qui lisent  les 5 livres du pentateuque à la recherche de la vérité  

jésus s’adresse aux scribes qui ne croient pas en la résurrection

et n’écoutent  pas les prophètes   

 

C’est sans doute la leçon que Jésus  a voulu donner par avance

dans le contexte de ses controverses avec les scribes  

à ceux qui ne croiront pas en sa résurrection

**

Lazare et Abraham

Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham

Voici la partie la plus longue du récit

C’est à peine si on  parlé des souffrances de Lazare

Lazare est  présenté comme un homme qui a toujours mis sa confiance en Dieu seul

détaché de tout

indifférent à sa misère humaine

Il croit en le dieu d’Abraham

et se trouve maintenant dans la paix

c’est un homme de foi !

espérant contre toute espérance ,il  crut (Rom 4,18)

 

N’est ce pas l’interprétation qu’il faut garder en ce temps de carême  

en écoutant  le prophète Jérémie dan l’êpitre de ce jour

Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines    (Jéremie(7,5-12)

**

Le pape François

On peut ajouter une 4é interprétation

celle du  pape  

dans son message de carême pour 2016

Le pauvre de la parabole ce n’est pas Lazare

Le pauvre c’est le riche 

la mendiant c’est le Christ

Il mendie

Il veut  plus d’amour

plus  de miséricorde

convertissez  vous et croyez en l’évangile

Cliquez ICI  

 

Dimanche de la Sainte famille © (Luc 2, 41‑52)

30 décembre, 2018

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercherC’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’        leur disait.Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes*

 

 La  Sainte famille  

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.

Une famille  en pèlerinage sur terre

de  passage dans un monde qui passe   

une famille qui va au temple rendre grâce à Dieu

qui nous promet une autre vie pour sa gloire

la vie éternelle !

Sainte-famille 

Une famille en marche avec d’autres familles

( paroiko = marcher ensemble )

**

Une famille humble

Au service des autres

En contact avec beaucoup d’amis

**

Une famille en recherche

ils firent une journée de chemin avant de le  chercher parmi leurs parents et connaissances

Une famille qui a aussi besoin des autres , de ses amis ,et même des incroyants

 pour trouver la Vérité

pour trouver le sauveur

l’enfant de Noêl  

la Vérité ,la lumière

**

ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.*

C’est dans le temple

C’est là où règne la paix

A Jérusalem (ville de la paix )

que l’on retrouvera plud facilment cette  vérité ,la lumière du monde

**

L’enfant

C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions

L’enfant ne doit pas se contenter  de la nourriture des parents

de la foi des parents

Ils doit aussi se nourrir de la parole de Dieu

chercher à son tour

interroger

méditer

Poser des questions  

**

 ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! 

Marie aussi posait des questions

toujours à la fois étonnée et ravie

**

Sans cette recherche personnelle

Sans se poser des questions

sur notre vie, sur notre avenir

sur notre passage sur terre

sur ce que nos devons faire

Comment croire et aimer ?

**

Comment découvrir le père ?

Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ?

Comment  connaître sa volonté ?

Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis

**

Une famille  en prière ,paisible ,confiante 

. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes

**

Lecture 1 : 1 Samuel (1, 20‑28)

Une famille comme celle de Samuel

Anne la mère de Samuel disait

 C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande. À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » .

**

Lecture 2 :1Jn (3, 1‑2).

Une famille où  régne l’amour des enfants de Dieu

 Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes.

Siméon et l’enfant (Luc 2, 22-35)

29 décembre, 2018

Les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

**

D’un côté ,un couple de jeunes

De l’autre, 2 personnes âgées Siméon et la prophétesse Anne

**

Un jeune couple

Les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur

Un couple joyeux

tout simple

discret  

qui vient  rendre grâce à Dieu  

pour l’enfant qui vient de naître

**

,Ils venaient  offrir  un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Une jeune couple qui offre un petit cadeau

C’est pas grand chose

C’est le geste qui compte

et le symbole

La colombe c’est la paix

La tourterelle  c’est la pureté

**

C’est la vie

l’espérance  

Le rêve

**

La vieillesse

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint

Face au jeune couple

Simeon et Anne

qui ont toujours été à l’écoute de l’Esprit  

et qui terminent leur vie en paix

 

Siméon

Siméon avait reçu l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.

Il était  juste et religieux

Il a reconnu Dieu dans la vie de chaque jour  

dans l’humilité ,,la pureté d’un enfant

et dans la joie ,le dynamisme d’un jeune couple pauvre qui n’ a pas peur de l’avenir    

 Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole

**

Le combat

Ainsi va la vie

pour nous Tous

 

Le  combat pour vivre

Marie va souffrir

Marie sera blessée

 ton âme sera traversée d’un glaive –

** 

Le combat pour croire

Nous Tous nous devrons combattre pour garder le foi

. « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction –: ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Le 24 décembre : Le Benedictus du petit enfant

24 décembre, 2018

Après sa vision dans le temple  Zacharie  est resté bouche bé,silencieux  

Cliquez ICI

**

Même le jour de la visitation il est resté silencieux  

pendant  ce temps,

il relit les Ecritures

il médite

il prie

 C’est par la grâce de l’Esprit Saint qu’enfin ,il comprend

Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques

il se mit à chanter  

 

Benedictus

Benedictus

« Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple.

Béni soit il !

il vient !

il pardonne

Il chasse le mal

nous donne  force ,salut,amour

**

La force

il a  donné la force au jeune  David pour combattre Goliath   

Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur, comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens :

le salut

salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs,

« Déployant la force de son bras » il chasse de notre coeur , les oeuvres de la chair : la haine la colère ,la jalousie …

l’amour

amour qu’il montre envers nos pères,

il nous donne les fruits de l’Esprit

**

La promesse

 mémoire de son alliance sainte ;

promesse faite à Abraham et à tous les croyants

serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte, afin que, délivrés de la main des ennemis, nous le servions dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.

pour que nous soyons saint et immaculé dans l’amour  

 

petit enfant  

Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur,

Zacharie était un prêtre  un homme sérieux, un  savant

il ne pouvait comprendre le message de l’ange

 « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. (Mtt11,25-27)

**

Il lui fallait un cœur d’enfant  

qui sache encore s’émerveiller  

**

et ce sera un petit enfant ,Jean, qui annoncera  

la force ,le salut ,l’amour ,le tendresse  de Dieu

 

« Laissez les enfants venir à moi, ….le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. » (Mc 10, 14b)

oui c’est la fête des enfants

non la fête des jouets ou du père Noel

Quelle horreur !

mais la fête , des cœurs purs , des innocents   

confiants et aimants

Ce sont eux les prophètes du très haut…ce sont eux qui marcheront à la face du Seigneur 

Soyons des enfant !

**

et tu prépareras ses chemins, pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés, grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. »

il n’y pas que les mages ou les bergers qui partent annoncer la bonne nouvelle

il a y aussi les enfants au cœurs purs

qu’ils aient 10 ans ou 90 ans

  

Luc (18, 1-8) :le Juge

17 novembre, 2018

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole  « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

 

Le juge

après nous avoir parlé longuement de la venue du fils de l’homme

Luc nous parle du « juge inique et de la veuve importune

**

ce juge est inique  

il ne respecte pas l’homme

il n’est pas à leur écoute

il en est pas ainsi de notre juge

qui est le fils de l’homme

 

Luc-le-juge

Le fils de l’homme

Il reviendra juger les vivants et les morts (Credo)

Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres: (Mtt25,31)

**

il respecte  les hommes

sans cesse à notre écoute  

près de nous

il entend nos prières  

il connait nos misères

il connait nos fautes

**

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?

Il écoute les humbles

les pauvres, les petits

les veuves importunes

les enfants prodigues  

les brebis perdues

Zachée et les publicains

Il ne méprise pas

il respecte

Mieux !

il aime

**

Le fils de l’homme

non seulement ne condamne pas

je ne suis pas venu pour condamner mais pour sauver…

le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés:

(Luc 5.24)

il nous justifie par sa mort

.il fallait que le Fils de l’homme souffrît beaucoup, qu’il fût rejeté par les anciens, par les prêtres  et par les scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour.(Luc 9,22)

**

Quel est donc ce juge qui nous aime tant?

Comme le serviteur d’Isaïe  

il prend sur lui nos châtiments

Qui aurait cru ce que nous avons entendu ?

il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards,

son aspect n’avait rien pour nous plaire.

Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance,

 il était pareil à celui devant qui on se voile la face ;

 et nous l’avons méprisé, compté pour rien.

En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé.

c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé,

 à cause de nos fautes qu’il a été broyé.

 Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui :

 par ses blessures, nous sommes guéris.

(Is 53)

**

si vraiment nous croyons en un tel amour

si vraiment nous avons confiance

 par la foi nous serons justifiés (Rm)

**

. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

 

Luc (17, 26-37) : La venue du Fils de l’Homme

16 novembre, 2018

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme cela s’est passé dans les jours de Noé, ainsi en sera-t-il dans les jours du Fils de l’homme. On mangeait, on buvait, on prenait femme, on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche et où survint le déluge qui les fit tous périr. Il en était de même dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; mais le jour où Loth sortit de Sodome, du ciel tomba une pluie de feu et de soufre qui les fit tous périr ; cela se passera de la même manière le jour où le Fils de l’homme se révélera. En ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et aura ses affaires dans sa maison, qu’il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière. Rappelez-vous la femme de Loth. Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera. Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l’une sera prise, l’autre laissée. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l’une sera prise, l’autre laissée. » Prenant alors la parole, les disciples lui demandèrent : « Où donc, Seigneur ? » Il leur répondit : « Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. »

 **

La Vie

. On mangeait, on buvait, on prenait femme.., on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ;

Ainsi va la vie

métro boulot ..dodo

70 ans en fait le compte …80 ans est un exploit

comme dans la parabole des invites aux noces

nous sommes invités à vivre dans un autre royaume

**

Aux jours de Noé

au jours de Loth

les hommes avaient peur

d’être jugés et  condamnés

ce fut l’eau du déluge !

 ce fut le feu de Sodome !

Luc-fils-de-l'homme

le fils de l’homme

Ainsi le Fils de l’homme se révélera.

Nous attendons le fils de l’homme qui s’est livré pour nous

il est déjà venu  

Le Fils de l’homme doit être livré entre les mains des hommes; ils le feront mourir, et le troisième jour il ressuscitera(Mtt17,23. 

il vient encore tous les jours

pas seulement à la fin des temps

mais à chaque instant

sachons reconnaître les signes de sa présence

 même dans la souffrance

 **

Foi et amour

Où que nous soyons

Quoi que nous faisons  

celui qui sera sur sa terrasse,..ou dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière.

N’ayons pas peur !

détachons nous de tout ce qui n’est pas Dieu et sa volonté  

ayons confiance !

ne retournons pas en arrière

**

. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l’une sera prise, l’autre laissée. »

L’une travaille avec amour

L’autre sans amour

**

Le corps

 Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. »

La vraie vie c’est la vie éternelle

la vie éternelle c’est qu’ils te connaissent toi le seul vrai Dieu (Jean 17)

quant au corps

Bof !

il passera

 

12345...21