Archive pour la catégorie 'Paraboles de Jésus'

Commentaire de Saint Augustin sur la parabole de l’enfant prodigue (Luc 15,11)

9 mars, 2013

Saint Augustin commente la parabole de l’enfant prodigue

Dans le chapitre XXXIII de son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc »

Cliquez ICI (Luc 15,11)

**

.Le pére des deux fils, c’est Dieu

 Le fils aîné est le  fidèle de l’ancien testament qui rend un culte à Dieu

 Le plus jeune part pour une contrée lointaine.

Il a demandé à son père la portion d’héritage qui lui revient.

Son patrimoine, c’est-à-dire la vie, l’intelligence, la mémoire, le libre arbitre

**

 Cette région lointaine, c’est l’oubli de Dieu.

 La famine survenue dans ce pays, c’est la privation de la parole de vérité.

**

 Les pourceaux les esprits immondes qui sont au-dessous de lui.

La nourriture des pourceaux figurent les maximes du siècle, vides et sonores,

**

C’est pourquoi ce jeune homme voulant se rassasier cherchait dans cette vile pâture un aliment qui fût substantiel et sain, et qui procurât le bonheur, et il ne le trouvait pas.

 De là cette parole : « Et personne ne lui en donnait. »

**

« Mais étant rentré en lui-même, »

 s’arrachant aux trompeuses illusions et aux vanités de ce  monde 

 Il s’écrie donc: « Je me lèverai, et j’irai, vers mon père, »

**

Le père

 « Son père le vit. il fut touché de compassion : et courant à lui, il se jeta à son cou. »

**

«Se jeter à son cou, »  c’est-à-dire s’ incliner et abaisser son bras pour l’étreindre ?

« Et il le baisa. »

Etre consolé par la parole de la grâce divine, qui fait naître l’espérance du pardon des péchés, c’est obtenir du père, au retour de longs égarements, le baiser de charité.

**

Le prodigue ne dit pas tout ce qu’il s’était promis de dire; il va seulement jusqu’à ces paroles : « Je ne suis pas digne d’être appelé votre fils. »

Il n’ajoute pas ce  qu’il s’était proposé de dire « Traitez-moi comme l’un de vos mercenaires. »

**

La robe

Baptême ?

symbolise la dignité perdue par Adam;

les serviteurs qui l’apportent sont les prédicateurs du pardon.

Le veau gras, c’est le Seigneur lui-même, mais rassasié d’opprobres selon la chair. C’est le verbe donné au fils exténué par la faim ?

**

La victime immolée

L’Eucharistie ?

L’ordre est donné aussi d’immoler la victime ; de répandre le souvenir de la mort du Sauveur :

 or, il est immolé réellement pour chacun de nous, lorsque nous croyons que pour nous il est mort .« Et réjouissons-nous, »

Maintenant ce festin se célèbrent dans tout l’univers,

Car ce veau gras figure le corps et le sang du Seigneur qui s’offre au Père céleste

**

Le fils ainé

Le fils aîné,  qui n’est pas parti , c’est le peuple d’Israël selon la chair.

**

Il est aux champs, c’est-à-dire, qu’au sein même de l’héritage et des richesses de la Loi et des Prophètes, il se livre de préférence aux œuvres de la terre et à toutes sortes d’observations judaïques.

**

Il entend la musique et la danse, c’est-à-dire, les hommes remplis de l’Esprit-Saint, qui annoncent l’Evangile d’une commune voix, suivant la recommandation de l’Apôtre :

**

Il appelle un des serviteurs et lui demande ce qui se passe, en d’autres termes il ouvre un des livres des Prophètes, et le compulsant, pour savoir ce que signifient les fêtes qu’on célèbre dans cette Eglise,

 

 La réponse du fils ainé

 

Comment peut-on dire du peuple Juif qu’il n’a jamais transgressé les ordres de Dieu ?

Réponse : Il n’est pas question de tous les commandements,prescrits par la loi

 mais seulement de celui qui est le plus nécessaire,

celui qui défend d’adorer aucun autre Dieu que le souverain Créateur de toutes choses 

Commentaire de saint Augustin sur la parabole des talents (Luc 19,11)

8 mars, 2013

On a 2 variantes  de cette parabole

Voir synopse (Luc 19,11 et Mtt25,14)

**

Dans les évangiles de Matthieu et  de Marc

il y a 3 serviteurs qui n’ont pas reçu le même nombre de talents

Dans la parabole de Luc il y a 10 serviteurs qui tous ont recu une mine (talent) 

Les interprétations de la parabole vont donc différer

**

Dans les cas des 3 serviteurs

les exégètes concluent

Soit qu’il faut faire fructifier ses talents :c’est une morale

Soit qu’il faut « oser croire »

Cliquez ICI 

**

La 2é interprétation a peut être été inspirée par le commentaire de saint Augustin 

qui  se trouve dans son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc » (XLVI)

 

Commentaire d’Augustin : Il faut témoigner de sa foi   

Il y avait un homme de grande naissance, qui s’en alla dans un pays éloigné, « pour y prendre possession d’un royaume, et revenir ; »

cet homme distingué, c’est Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même.

Il s’est éloigné  pour faire entrer la plénitude des nations ;

 et il reviendra, pour que tout Israël soit sauvé

**

 Les dix mines signifient les dix commandements de la loi ;

 les dix serviteurs, sont ceux à qui la grâce a été annoncée quand ils étaient -soumis à cette même loi.

car il faut bien comprendre que ces dix mines leur furent confiées,

quand ils comprirent que cette Loi faisait partie de l’Evangile.

**

Les députés, qui  ne voulaient pas de lui pour roi, sont les Juifs,

 qui, même après la résurrection de Jésus-Christ,

 firent endurer des persécutions aux Apôtres et repoussèrent la prédication de l’Evangile.

**

Les  Bons serviteurs sont ceux qui ont augmenté le nombre de croyant en témoignant de leur foi

Le mauvais  serviteur qui conserva sa mine enveloppée dans un mouchoir, n’a pas partagé sa foi  .

**

 Il y a en effet des hommes assez pervers qui disent

Qu’est-il besoin de prêcher aux autres ou de les servir,

 pour être ensuite forcé de rendre compte aussi pour eux,

… Pour se soustraire, en quelque sorte, aux sévérités du jugement,

ils s’abstiennent, dans une honteuse paresse, du ministère de la parole ;

or, c’est là tenir son talent enveloppé dans un mouchoir.

**

 Par argent confié nous entendons la profession même de la Religion,

**

On ôte ce qu’il avait reçu à celui qui ne l’a pas fait fructifier,

et on le donne à celui qui avait dix mines ;

cette circonstance signifie-

que celui qui possède un don de Dieu, mais qui ne le  fait pas fructifier, peut même le perdre ;

et que ce don peut s’accroître dans celui qui en fait un bon usage.

 

Commentaire de saint Augustin sur la parabole du « riche et Lazare » (Luc XVI,19)

7 mars, 2013

Il existe plusieurs interprétations de la parabole du « riche et Lazare » 

qui serait 

soit une attaque contre les mauvais riches

soit une attaque contre les juifs qui ne croient pas en Jésus réssuscité 

soit un plaidoyer pour tous les Lazare qui frappent à la porte de l’église

Cliquez ICI

**

La 3é interprétation a peut être été inspirée par le commentaire de saint Augustin 

qui  se trouve dans son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc » (XXXVIII)

**

Interprétation de saint Augustin

. Lazare étendu à la porte de ce riche représente Notre-Seigneur,

 qui, dans les abaissements de son incarnation,

 souhaitait se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, »

**

Ces miettes sont les moindres œuvres de justice,

 qui ne seraient pas corrompues par son orgueil

 que le riche aurait pu faire

**

Les ulcères signifient les douleurs que le Seigneur

a daigné endurer pour nous dans l’infirmité de la chair

**

. Les chiens qui léchaient ces ulcères, sont les Gentils,

que les Juifs considéraient comme des pécheurs et des hommes impurs;

et cependant, aujourd’hui par toute la; terre, ils goûtent et savourent avec amour les souffrances du Sauveur dans les mystères de son corps et de son sang.

 

 Le sein d’Abraham figure le secret du Père, où il est monté après sa résurrection ;

Le jour de l’Ascension les anges disent aux disciples

Pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? »

 si ce n’est que l’œil de l’homme ne peut nullement pénétrer jusqu’à ce secret où montait le Seigneur, quand il s’élevait au ciel en présence de ses disciples ?

.

Commentaire de Saint Augustin sur la parabole du bon samaritain (Luc X,30).

6 mars, 2013

Dans son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc » (XIX)

Augustin explique que le « bon samaritain » de la parabole  

est Jésus venu pour nous guérir de la blessure du péché originel

**

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort.

Un Prêtre  qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre.

Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre.

Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit.

Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.

Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour(Luc 10,29ss)

 **

—  Cet homme tombé sur la route est Adam qui a été profondément blessé par sa chute originelle

**

Les voleurs sont le diable et ses anges qui « dépouillèrent » l’homme de l’immortalité

« et qui l’ayant couvert de plaies » en l’induisant au péché, le laissèrent demi-mort. »

**

Le prêtre et le lévite désignent le ministère du vieux Testament qui ne pouvaient servir au salut.

C’est Notre-Seigneur lui-même qui est figuré par le Samaritain, le sauveur

**

Le bandage des plaies marque la répression des péchés;

l’huile, la consolation de l’espérance bienheureuse,

(ou l’huile des sacrements)

le vin l’exhortation à la pratique fervente des œuvres de l’esprit

(ou le vin de l’eucharistie).

Le cheval du samaritain est l’emblème de la chair dans laquelle le Seigneur a daigné venir à nous.

Etre mis sur ce cheval, c’est croire à l’incarnation du Christ.

**

L’hôtellerie est l’Eglise qui accueille les pèlerins de passage sur terre

**

 Cette interprétation de la parabole  a été reprise

par l’auteur d’un vitrail de Chartres

cliquez ICI

 

La parabole des trois pains demandés au milieu de la nuit (Luc XI,5)

5 mars, 2013

Jésus dit aux disciples :

si l’un de vous a un ami ,et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire

Prête moi Trois pains

car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir,

et si, de l’intérieur de sa maison, cet ami lui répond: Ne m’importune pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner des pains, -

je vous le dis, même s’il ne se levait pas pour les lui donner parce que c’est son ami, il se lèverait à cause de son importunité et lui donnerait tout ce dont il a besoin.(Luc 11,5)

**

Cette parabole est dite par Jésus dans l’évangile de Matthieu

 juste après qu’il nous eut enseigné

la prière du Notre Pére

et qu’il nous eut dit

« quiconque demande reçoit ,qui cherche trouve

a qui frappe à la porte ,on ouvrira »

**

La leçon principale  de cette petite parabole

porte donc sur  l’efficacité de la prière

 **

Interprétation de saint Augustin

Pour Augustin

et tous les pères de l’église

il existe une autre interpretation

**  

le pain, la seule vraie nourriture est d’abord  la parole de Dieu

Cliquez ICI

**

Dans son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc » (XXI)

Augustin écrit

Cet ami qui vient la nuit est l’homme qui a faim de la parole de Diue

 Une voix sortie de l’intérieur de la maison lui répond que la porte est fermée, et que les enfants prennent leur repos ;

 ceci figure le temps où la faim de la parole se fera sentir; 

**

Quand ce pain de la sagesse évangélique sera  répandu dans tout l’univers, les enfants du Père de famille goûteront avec le Seigneur les douceurs cachées du repos.

**

La porte fermée

Augustin est un peu succinct  pour une fois

Il est tellement souvent question de cette porte fermée dans les écritures

**

Quand les vierges folles attendent devant une porte fermée ,c’est aussi la nuit

Elles n’ont pas eu patience ou confiance

Elles ne sont pas restées à la porte

Cliquez ICI

**

Le pauvre Lazare aussi reste à la porte du riche en espérant avoir des miettes

Mais il s’est adressé à la mauvaise porte

Cliquez ICI

**

Jésus dit :Je suis la porte des brebis

qui entrera par moi sera sauvé (Jn10,7)

 

Interprétation de saint Ambroise

 Saint Ambroise écrit dans son traité sur l’évangile de Luc

« Il faut prier à tous les moments, non seulement le jour, mais encore la nuit.

 Vous le voyez en effet : celui qui au milieu de la nuit est allé demander trois pains à son ami et a persévéré dans sa demande instante n’est pas frustré de sa requête. Qu’est-ce que ces trois pains, sinon la nour-riture du mystère céleste ?

Et ce n’est pas seulement au milieu de la nuit, mais presque à tous les instants que le Seigneur recommande de veiller : car Il vient le soir, et à la seconde et à la troi-sième veille, et Il a coutume de frapper. « Heureux dès lors les serviteurs qu’à sa venue le Seigneur trouvera éveillés. »

Si donc vous désirez que la puissance de Dieu s’apprête et vous serve (Lc, XII, 37), il faut veiller tou-jours ; car il y a bien des embûches autour de nous, et lourd est le sommeil du corps ;

Si l’âme se met à en dormir, elle perdra sa vigueur et sa force. Secouez donc votre sommeil, afin de frapper à la porte du Christ.

**

 Cette porte, Paul lui aussi demande qu’elle lui soit ouverte :

Il demande aus fidéles de prier pour lui  afin que la porte lui soit ouverte pour parler du mystère du Christ (Col., IV, 3).

Et peut-être est-ce la porte que Jean a vue ouverte ; car il l’a vue, et il a dit : « Après cela j’ai vu ; et voici une porte ouverte dans le ciel, et la voix que j’avais d’abord entendue me parlait, telle une trompette, et disait : Monte jusqu’ici, et je te montrerai ce qui doit s’accomplir » (Apoc., IV, 1).

 La porte s’est donc ouverte pour Jean ;

 la porte s’est ouverte pour Paul,

afin qu’il reçût pour nous les pains que nous mangerions :

 car il a persisté à frapper à la porte, à propos, hors de propos (II Tim., IV, 2) afin de ranimer les Gentils, fatigués et lassés de la route du monde, par l’abondance de la nourriture céleste.

 Ce passage donc donne le précepte de prier souvent, l’espoir d’obtenir, l’art de persuader : d’abord par le précepte, puis par l’exemple

Commentaire de Saint Augustin sur le pain,le poisson et l’œuf dans l’évangile (Luc X1,12)

5 mars, 2013

Dans l’évangile de saint Luc, Jésus nous dit

Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain?

 Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson?

Ou, s’il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion?

Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants,

à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent.

**

Commentaire d’Augustin

Origène ,dans son livre « Question sur l’évangile de Saint Luc » (XXII)

nous donne l’explication suivante

en pensant aux 3 vertus

la charité ,la foi et l’espérance  

**

Le pain désigne la charité:  

La pierre.est la dureté du coeur

**

Le poisson figure la foi des choses invisibles,

 soit par allusion aux eaux du baptême,

soit parce que le poisson est pêché dans des profondeurs invisibles ;

La foi d’ailleurs immobile au milieu des flots de ce monde qui l’assaillent de toute part, est très-bien représentée par le poisson.

Le serpent, s’oppose à la foi parce que le serpent infecta le premier homme de son venin perfide, en le portant au mal par ses mensonges.

 

 L’œuf marque l’espérance, car l’œuf n’est point un être parvenu au terme de la génération, mais donne l’espérance que la fécondation l’animera.

Le scorpion  est le contraire de l’espérance  c’est par derrière que le scorpion blesse de son dard empoisonné : ainsi l’opposé de l’espérance est de regarder en arrière,

 car l’espérance se porte en avant, vers les biens futurs.

 

Autres interprétations

Dans la plupart des commentaires des pères de l’église

Le pain est la Parole de Dieu

Cliquez ICI

**

Le poisson est le signe de Jésus car en grec

Poisson se dit  : ICTUS

I comme Jésus

C comme Christ ,

T comme Dieu,

U comme fils,

S comme Soter ou sauveur

Le poisson est donc le signe du Christ depuis l’église primitive

C’est pourquoi il y a tant de poissons représentés dans les catacombes à Rome

**

Le repas au poisson avait lieu aussi

en souvenir du repas  qui eut lieu avec Jésus ressuscité

sur le bord du lac de Galilée 

Le poisson est donc le signe de la foi en Jésus ressuscité

Cliquez ICI

**

L’œuf c’est la vie

Le scorpion c’est la mort   

Parabole du débiteur impitoyable (Mtt18,23)

5 mars, 2013

Cette parabole ne se trouve que dans l’évangile de Matthieu

**

 Pierre s’approcha de Jésus  et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois?

Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois,

 mais jusqu’à soixante dix  fois sept fois.

**

Le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.

Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.

Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna

… que la dette fût acquittée.

Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience et je te paierai tout.

Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

 

Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois.

Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.

Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait.

Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé

**.

Jésus est  un conteur  pédagogue

Jésus est un  maitre de la tradition orale

qui donnait un enseignement facile à retenir

mot à mot

**

Ainsi : 77*7 fois est facile à retenir  

Ainsi on retrouve la même phrase  2 fois  

« Il se jette à terre ,et dit prend patience » .

Le maitre fut saisi de pitié .le serviteur jette son compagnon en prison

**

Le pardon

77 *7 fois

Le 7è jour est celui du repos à la fin de la création  

Le 7è jour est celui du Sabbat ,de la sérénité quand on est pardonné

 **

Toute l’histoire du salut est l’histoire du pardon de Dieu

En ce sens ,il faudrait mieux parler de «  rémisssion » plutôt que de « rédemption »

Cliquez ICI

**

Jésus pardonne au paralytique avant de le guérir …c’est plus urgent (Mtt 9,2)   

Il pardonne à la femme adultére (Jn 8,11)

 Sur la montagne des béatitude, Jésus nous dit de pardonner même à nos ennemis  (Mtt 5,44)

**

Les paraboles de l’enfant prodigue, de la brebis perdue, de l’ivraie sont des paraboles sur la pardon

**

Le pardon de Pierre

C’est Pierre  qui pose la question

« Combien de fois faut il pardonner ? »

Pierre qui plus tard va pleurer pour son reniement  

Combien fut grande la délicatesse du pardon de Jésus

qui ne lui fit aucun reproche mais lui dit seulment

«  Pierre m’aimes tu ?…Pais mes brebis » (Jn 21,15)

**

Le Notre Père

Pére  pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé   

**

Père pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font  (Luc 23,34)

**

L’énormité de la dette

D’après les calculs des exégètes

la dette du serviteur impitoyable est  600000 fois plus grande

que celle de son compagnon

Telle est la grandeur de l’offense faite à Dieu qua,d nous l’ignorons   

Origène :L’enseignement des paraboles et la parabole de l’ivraie (Mtt13,36)

22 février, 2013

Jésus a enseigné en paraboles

pour nous forcer à réfléchir

à méditer ses paroles

à découvrir nous même le sens profond de son enseignement

en fonction de nos préoccupations personnelles

Clisquez ICI 

**

L’évangéliste Matthieu qui a tous les défauts  du professeur

veut tout expliquer

et interprète donc de son propre chef

les paraboles  de Jésus 

Cliquez ICI

 

A son tour

Origène explique

l’explication de Matthieu

dans  son « commentaire sur l’évangile de Mtt. »(livre X)

**

Et pourtant Origène cite le verset

Jésus ayant congédié les foules ,entra dans sa maison

 et ses disciples s‘approchèrent de lui,

en lui demandant de leur expliquer la parabole (Mtt 13,36)

C’est-à-dire que  nous devons  

« dans le secret de notre chambre » 

interroger directement le seigneur

**

« Prenons une attitude qui nous distingue des foules

 et devenons les familiers de Jésus ,

afin que comme les disciples

 nous le suivons quand il entre dans sa maison (Livre X ,1)

**

Oui !

Mais Origène ne peut s’empêcher

de nous donner son interprétation.
C’est plus fort que lui !

**

La parabole de l’ivraie

Selon Matthieu la parabole de l’ivraie

 est une parabole sur le jugement dernier

Origène reprend cet enseignement

en insistant sur la conclusion

« Alors les justes brilleront comme le soleil »(Mtt 13,43)

**

Le seigneur parle d’un unique soleil

Ou se rassemble la diversité des lumières des hommes sauvés

Alors l’ivraie sera brulé

le mal sera vaincu

Il faut donc être plein d’espérance  

comme le semeur qui récolte une bonne moisson

Cliquez ICI

**

pour les exégètes modernes la parabole de l’ivraie est  une parabole sur la patience

Cliquez ICI


 

Le regard de Jésus et son respect perçu à travers les paraboles (Mc 4,21-25)

31 janvier, 2013

Jésus a regardé les hommes avec amour

Son regard  

Il aime tellement les hommes

Qu’il en a fait des histoires

 

Il a regardé le semeur    …Il l’a aimé …il en a fait une parabole

Il a regardé le berger     …Il l’ a aimé ….Il en a fait une parabole  

Il a regardé le pécheur qui trie son filet ..Il l’a aimé …il en a fait une parabole

 

Il a regardé la femme qui recherche son argent  …Il l’ a aimée ….Il en a fait une parabole  

Il a regardé le patron qui est attentif aux chômeurs …Il l’ a aimé ….Il en a fait une parabole  

Il a regardé le cultivateur qui met la main à la charrue et qui ne regarde pas en arrière….

Il a regardé le commerçant qui donne une large mesure     …Il l’a aimé …il en a fait une parabole (Mc 4,24)

 

Jésus  enseigne avec respect

Jésus aime et nous respecte

Il n’impose pas son enseignement

Il suggère avec délicatesse

« Si quelqu’un a des oreilles pour entendre qu’il entende »

**

Ainsi

Est-ce qu’on met la lampe sur le boisseau (Mc 4,21)

 C’est une question

Quelle est donc cette lumière ?

A nous de répondre en fonction de nos convictions de notre sensibilité

**

 

Est ce le Verbe de Dieu …Sa Parole ?

Est ce la  lumière joyeuse de Noël,la petite étoile ?

La lumière éblouissante de la transfiguration ?

La lumière éclatante   de la résurrection ?

Ou quoi encore ?

**

Il faut reconnaître que parfois on a du mal à comprendre

Ainsi

A celui qui a ,on donnera plus encore

A celui qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a (Mc 4,25)

 **

Cette phrase est décidemment difficile à comprendre

De quoi s’agit il ?

Comment peut on lui prendre à quelqu’un ce qu’il n’ a pas ?

A chacun de voir !

**

On comprendrait mieux en disant

« Les riches deviennent de plus en plus riches

et les pauvres de plus en plus pauvres »

et l’on constate que cela est bien vrai

tant au niveau de l’argent qu’au niveau de la générosité ou de la foi

Mais est ce vraiment cela ?

 

Eugen Drewermann : Les paraboles selon saint Marc (Mc 4,1-34)

30 janvier, 2013

Eugen Drewermann

est un angoissé

et un de ses détracteurs

Hermann-Joseph Lauter 

le dit  très perturbé

**

En plus il est psychanalyste

Il va donc commenter l’évangile de Marc

en parlant surtout de l’angoisse

D’où le titre de son livre

«  La parole et l’angoisse »

**

En commentant les paraboles, il écrit  (p 87ss) 

**

La parabole du Semeur Mc (4,1-20)

L’église s’est servi au cours des siècle de cette parabole

 pour moraliser

Elle nous incitait à écouter la parole de Dieu pour porter des fruits

 

Mais il y a 30 ou 40 ans ,Jérémias trouvait plutôt dans cette parabole

une invitation à espérer

« une partie des graines sont tombés sur la bonne terre …

et ont produit l’un trente ,l’autre soixante ,l’autre cent pour Un  »(Mc 4,9)

Quelle joie ! quel bonheur !  

Que d’espoir !

Cliquez ICI

**

L’Angoisse

Mais avant que la graine donne du fruit

 que d’angoisse pour le semeur !

Drewermann écrit

Le semeur a tout risqué et maintenant il commence à trembler :

une nuée d’oiseaux et malheur au grain …

Il y a des gens qui osent traversé son champ en le piétinant  …

Ils ne se rendent  pas compte des dégâts qu’ils font

 …et la mauvaise herbe …qui prolifère et  étouffe tout (p 88)

**

La parabole de la lampe 

Nous avons une lumière  en nous

des convictions

mais nous avons parfois  peur de les dire

Nous avons peur du jugement des autres ,de leurs critiques,de leurs moqueries

C’est l’angoisse !

Alors on se tait !

**

Il n’est pas possible d’échapper à la vérité de sa propre personne .

.On doit la vivre ,le seul problème étant de se défaire de la peur

 qui nous oblige manifestement toujours à occulter notre propre nature (p 96)

**

Chaque fois que quelqu’un rétrécit son existence ,

il devient un obstacle à l’existence des autres

Celui qui s’interdit de vivre, l’interdit aussi à son prochain

L’angoisse ne fait que rendre le cœur plus étroit  et plus pauvre (p96)

**

De toute façon tout finit par être dévoilé   

Tout ce qu’on refoule au fond de l’âme finit par se traduire d’une façon cinglante dans l’attitude extérieure (p96)

**

La parabole du  grain qui  pousse tout seul

Cette parabole est une invitation à la patience

Pas d’angoisse !

Cool !

« Ne forçons pas comme l’industriel qui bourre ses champs d’engrais

au point d’empoisonner la terre (p 98)

**

 patience et confiance

les fleurs des champs ne s’ouvrent qu’au soleil et à la pluie,

,notre vérité ne peut mûrir que dans la bonté et la compréhension ( p99) 

**

Parabole du grain de sénevé

C’est la plus petite graine qui donne les plus grands arbres

La seule chose dont nous avons vraiment besoin ,

c’est de cette confiance dans la croissance du tout petit

 et inversement d’une certaine méfiance dans la croissance du tout petit (p 101)

 

 

123456