Archive pour la catégorie 'Nouveau Testament'

Marie. Mère de l’Eglise (Genèse 3, 9-20)

24 mai, 2021

Quand Adam eut mangé du fruit de l’arbre, le Seigneur Dieu l’appela et lui dit : « Où es-tu donc ? » L’homme répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché. » Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. » Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. » Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. » L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante), parce qu’elle fut la mère de tous les vivants..

**  

Depuis  la faute d’Adam et Eve  

depuis que l’homme a désobei

il y  a comme un cri de douleur qui ne cesse de retentir dans l’univers  

le cri de « notre père » créateur du ciel et de la terre

Où es tu ?

Qui t’as dis que tu étais nu

Qu’as tu fais  ? 

Quelle tristesse ! La tristesse de Dieu, d’un père  

 Mais aussitôt

Notre Père  nous promet le salut

la victoire de la femme sur le serpent

sur le père du mensonge   

la victoire de la Vérité et de l’Amour  

et cela grâce à un femme

 

 Evangile : Femme ,voici ton fils (Jn 19, 25-34)

 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un ­récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau

 

Marie-mère-de-l'églsie

 

La mère de l’Eglise

La femme c’est celle de l’apocalypse ,couronnée d’étoiles et qui écrase le dragon

Marie que Jésus nous offre du haut de la croix

Fils ,voici ta mère

Une mère courageuse debout  malgré la détresse

Une mère  qui a la foi .

Au pied de la croix ,Elle oublie  la souffrance ,elle s’émerveille devant l’amour

l’amour du père qui pardonne .

L’amour du fils qui se donne

 

Marie qui enfin répond au père qui nous appelle

 Marie,  où es tu ?

Me voici !

Elle est toujours là !

à l’écoute de l’Esprit qui la recouvre de son ombre

 

Marie qui t’as dit que tu étais nu ?

Tu es la mère de Dieu

Tu es la mère de l’Eglise

 tes enfants ne sont pas nus

ils sont tous  revêtu du vêtement des enfants de Dieu

…qui comptent pour Dieu !

 

Marie que fais tu ?

« Je suis  la servante du Seigneur : Fiat »

Elle  nous dit

Faites tout ce qu’il vous dira

 

Et  Jésus ajoute

j’ai soif

soif d’amour

Aimez vous les uns les autres, comme je vous ai aimé

 

Versez de l’eau en abondance

je le changerai en vin  

et l’Esprit Saint de la pentecôte  soufflera

Il nous donnera ses fruits.. la joie ,la paix   

2é dimanche de Pâques (B) Thomas ,avance ta main ( Jean 20, 19-31

11 avril, 2021

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. ».

2021-Pâques-2é-dimanche 

 

C’est le dimanche de la miséricorde

le dimanche de Thomas  qui a voulu toucher le coeur de Jésus

 **

 On a retenu de cette épisode que cette phrase répétée à l’envie

« je ne crois  que ce que je vois »

et la réponse de Jésus

Heureux ce qui croient sans avoir vu

 

Heureux celui  qui ne voit pas avec ses yeux  

mais qui voit avec son cœur

 

Que voyons nous sur la croix avec nos yeux ?

les cris ,les blessures ,la couronne d’épine ,le cœur transpercé

Toute la misère humaine

la souffrance des hommes abandonné

des hommes qui ont soif d’amour

 

Mais que voit donc l’homme qui a la foi

Que voit le bon larron ?

il ne voit pas avec ses yeux l’homme crucifié avec lui  

Il a reconnu le sauveur avec son cœur

il a la foi !  

Jésus souviens toi de moi dans ton royaume (Luc23,42)

ce soir même  tu seras au paradis avec moi !

il a oublié sa propre misère

il a entendu les paroles de la miséricorde

 

Qu’a vu Marie pleine de grâce  ,au pied de la croix ?

Qu’a t’elle entendu , avec son cœur de mère ?

Jésus lui confie notre misère

Mére voici ton fils

prends soin  des hommes

 

Qu’a vu Marie Madeleine ,la pécheresse ? 

un sauveur  miséricordieux  venu nous pardonner  

Elle en a pleuré !

 

Qu’a vu le centurion quand  l’épée a transpercé le cœur du Christ

il a vu le sang et l’eau qui coulait du cœur miséricordieux  

et il cru

Vraiment cet homme et le fils de Dieu  

 

et puis plus tard  ce fut  le tour de Thomas

« Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté 

il a touche le cœur de Dieu , essentiel de la bonne nuuvelle

il a enfin compris !

Dieu est amour  

 Puissiez  vous comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur,  et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. » (Eph 3,19)

 Puissions nous vraiment avoir la foi, quand chaque jour le prêtre dit au cours de la messe

 comme cet eau se mêle au vin, puisions  nous  être  uni à la divinitée  de celui qui a pris notre humanité  

 

Lecture : La foi (1 Jean 5, 1-6)

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité.

 **

Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang.

 C’est la foi qui nous ouvre les yeux

C’est l’Esprit Saint qui nous illumine

Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité

 

La foi des humbles ,la foi des petits  

je te rend grâce , Seigneur car tu as révélé  cela aux tout petits

 

la foi de Marie ,la servante du Seigneur  

quand l’ange lui a dit

tu enfanteras un fils …..il sera grand…il sera appelé fils du très haut  

 Elle a cru !

Marie va l’enfanter

Elle  va lui donner de son sang

le sang de Jésus c’est le sang de Marie  

elle le soignera et lui versera de l’eau

 

Ce sang qui coulera sur la croix

où Jésus  nous confia sa mère

Fils voici ta mère

 Nous sommes tous frères !

Fratelli tutti

 

 Lecture 2 :Un seul coeur ( Actes 4, 32-35)

 La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient, et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

 

C’est bien ainsi que vivaient les premiers chrétiens  

comme des frères de Jésus

comme des fils de Marie  

avec un seul coeur ,une seule âme  

Il étaient miséricordieux

le cœur ouvert , sortant d’eux mêmes pour aller vers les autres

en « Ex Stase »   comme dit le pape François

 une grâce abondante reposait sur eux tous…..aucun d’entre eux n’était dans l’indigence,

 

Voyez comme ils  s’aiment ! 

 

Dimanche de Pâques (B) : Il vit et il crut (Jean 20, 1-9)

4 avril, 2021

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

 

2021-Pâques

Adam et  Eve

Dans le jardin des origines

Dieu notre Père  appela en vain  Adam et Eve qui tout honteux se cachait

car ils avaient péché

Ils  n’étaient plus des enfants de Dieu

Ils étaient morts !

**

Marie Madeleine

Dans le jardin ,prés de Gethsémani

Marie Madeleine la pécheresse  pleurait  

On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

mais quand elle vit le jardinier  ,le fils de Dieu

éperdue d’amour elle  l’appela   Rabouni !

Elle  ressuscitait !

Elle revivait  !

**

Pierre

Il en avait gros sur le coeur

Il avait trahi !

C’est avec un pas pesant qu’il courut vers le tombeau

Il était honteux  

Il entre dans le tombeau; il aperçoit les linges,

il ne dit rien !

mais il comprit

Il était pardonné  

A son tour il ressuscitait !

il revivait!

 

Jean

Il vit, et il crut.

l’apôtre que Jésus aimait  

il était avec Marie Madeleine au pied de la croix

Il avait vu le coeur transpercé de Jésus

il était resté  debout 

plus que jamais  il aimait

**

Lecture 1 : Le centurion (Actes 10, 34-43)

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit : « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts. C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

 

Le centurion

Ne serait il pas le centurion qui se trouvait au pied  de la croix

et qui s’est écrié en voyant jésus en train de mourir

cet homme est vraiment le fils de Dieu ?

**

Ce jour là Pierre arriva chez le centurion  et dit :  Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour.

Aussitôt le centurion fut baptisé

il avait la foi du bon larron

et comme lui se retouvera au paradis

 Quiconque croit  reçoit le pardon de ses péchés. »

** 

Lecture 2 :  La Vie  (Colossiens 3, 1-4)

Frères, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

 Allons debout !

avec le Christ nous ressusciterons

Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

 

 

3é samedi de carême : Le pharisien et le publicain (Luc 18, 9-14)

13 mars, 2021

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Carême-2021-3é-Samedi

 

Le publicain  

C’est  un petit !

Il se tenait à distance

« Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir  mais dis seulement une parole ,et je serais guéri ..  

et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel

 

Il a honte !

Dieu est la lumière la puissance ,la gloire

la gloire de Yahweh qui resplendit sur le Sinaï  au milieu des éclaires   

le 3 fois Saint  ,que le prophète Isaïe a vu entouré de chérubins

« Malheur à moi je suis perdu ,car je suis un homme aux lévres  impurs (Is 6,5)

 

 « Qu’est ce que l’homme ,pour que tu pense à lui  

un fils d’homme pour que tu pense à lui »

 il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !”

 

Le publicain est un petit

Jésus  aime les petits

Laissez venir   à moi les petits enfants

Père père, je te rend grâce car tu  as révélé cela  aux tout-petits  

Bienheureux  les pauvres

 

Jésus aime zachée

un autre publicain ,un autre petit

qui doit monter sur un arbre  pour voir Jésus  

 

Il aime Matthieu  

il mange avec les publicains

ce sont se préférés

 

Les petits savent que tout est grâce

qu’ils ont tout reçu

ils savent comme Osée que Dieu est un Dieu de tendresse

le père miséricordieux de l’enfant prodigue

 

La plus petite c’est encore Marie

elle n’a pas péché

elle est immaculée

mais elle sait !

Elle a tout reçu

en elle tout est grâce

« Je suis la servante du seigneur »   

 

Je vous le déclare : quand le publicain   redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste,

Ce fut la joie

la joie de l’homme pardonné

mais aussi la  joie du  père miséricordieux qui fit un banquet  pour son fils prodigue

 

La joie de Marie qui chante

« Mon âme exalte le Seigneur .Il sest penché sue son humble servante

Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé.

 **

Lecture : Il nous relèvera le troisième jour  Osée (6, 1-6)

Venez, retournons vers le Seigneur ! il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face.
Efforçons-nous de connaître le Seigneur : son lever est aussi sûr que l’aurore ; il nous viendra comme la pluie, l’ondée qui arrose la terre.
– Que ferai-je de toi, Éphraïm ? Que ferai-je de toi, Juda ? Votre fidélité, une brume du matin, une rosée d’aurore qui s’en va. Voilà pourquoi j’ai frappé par mes prophètes, donné la mort par les paroles de ma bouche : mon jugement jaillit comme la lumière. Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

 

Le maitre mot  du prophète Osée est  la tendresse (Hesed)

Le plus étonnant est sa prophétie  

Il nous relèvera  3é jour

4é Jeudi ordinaire (Hébreux (12, 18-29)

4 février, 2021

Frères, quand vous êtes venus vers Dieu, vous n’êtes pas venus vers une réalité palpable, embrasée par le feu, comme la montagne du Sinaï : pas d’obscurité, de ténèbres ni d’ouragan, pas de son de trompettes ni de paroles prononcées par cette voix que les fils d’Israël demandèrent à ne plus entendre. Le spectacle était si effrayant que Moïse dit : Je suis effrayé et tremblant. …Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la ville du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des myriades d’anges en fête et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous, et vers les esprits des justes amenés à la perfection. Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle, et vers le sang de l’aspersion, son sang qui parle plus fort que celui d’Abel…Encore une fois je ferai trembler non seulement la terre mais aussi le ciel…..Puisque nous recevons un royaume inébranlable, tenons bien cette grâce. Car notre Dieu est un feu dévorant

 **

Les hébreux étaient des anciens prêtres du temple devenus Chrétiens

Ils on fui à Alexandrie

 

Désormais ,ils ne se rendent plus dans le Saint des Saints  en tremblant  

comme Moïse

je suis effrayé et tremblant

 

4é-Jeudi-ordinaire-

 

ils ne versent plus le sang des animaux

en offrant de sacrifices

il n’est plus question du sang d’Abel

qui crie vengeance  

mais du sang de la nouvelle alliance qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés

Le pacte de la paix  

 
Evangile :La paix (Marc (6, 7-13)

En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

 

Dorénavant il faut partir sur les routes pour annoncer la paix  le pardon ,la guérison  

Avec courage

le bâton à la main

annonçons la paix ,le pardon

 

Notre Dieu est un Dieu dévorant

le feu de l’amour  

 **

Le covid 19

C’est pénible :

Ayons confiance

4é Mercredi ordinaire :Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang (Hébreux (12, 4-15)

3 février, 2021

Frères, vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans votre lutte contre le péché, et vous avez oublié cette parole de réconfort, qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur, ne te décourage pas quand il te fait des reproches. Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu’il accueille comme ses fils. Ce que vous endurez est une leçon. Dieu se comporte envers vous comme envers des fils ; et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ? Quand on vient de recevoir une leçon, on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse. Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice. C’est pourquoi, redressez les mains inertes et les genoux qui fléchissent, et rendez droits pour vos pieds les sentiers tortueux. Ainsi, celui qui boite ne se fera pas d’entorse ; bien plus, il sera guéri. Recherchez activement la paix avec tous, et la sainteté sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Soyez vigilants : que personne ne se dérobe à la grâce de Dieu, qu’il ne pousse chez vous aucune plante aux fruits amers, cela causerait du trouble, et beaucoup en seraient infectés.

 

Le covid 19

Le temps de la lutte

 

4é-Mercredi--ordinaire

Frères, vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans votre lutte contre le péché,

IL nous faut tous passer par le jardin des oliviers pour être  purifié

Ce soir là , du jeudi Saint ,c’était la nuit , le temps de  la tristesse, de la maladie ,de la fatigue

Ce soir là  la sueur de Jésus devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre (Luc22,45)

Ce fut pour les apôtres le temps de prouver leur foi  

 

Jésus priait

Père éloigne de moi cette coupe

Père non ce que je veux mais ce que tu veux

Pére je remet mon âme entre tes mains  

 

les disciples accablés ,ne savaient que penser

par  3 fois Jésus leur dit

soyez vigilants .. Veillez !

tenez bon

c’est le moment du combat

le combat de la foi

le combat de  l’ange avec Jacob

 

C’est ainsi que Dieu nous éprouve

pour que nous devenions à l’image du fils de Dieu

 

Evangile : Un prophéte méprisé  (Marc (6, 1-6)

 En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

 

C’est un combat de chaque jour

Le Christ n’a pas souffert  qu’au Mont des oliviers ou  à Gethsémani

mais aussi chaque fois que nous avons manqués de confiance

 

Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ;

la foi source de paix !

4é Lundi ordinaire ; La puissance de la foi (Hébreux 11, 32-40)

1 février, 2021

Frères, sur la puissance de la foi, que dire encore ? Le temps me manquerait pour rappeler l’histoire de Gédéon, Baraq, Samson, Jephté, David, Samuel et les prophètes. Par leur foi, ils ont conquis des royaumes, pratiqué la justice, obtenu la réalisation de certaines promesses. Ils ont fermé la gueule des lions, éteint la flamme des brasiers, échappé au tranchant de l’épée, retrouvé leurs forces après la maladie, montré du courage à la guerre, mis en fuite des armées étrangères. Des femmes dont les enfants étaient morts les ont retrouvés ressuscités. Mais certains autres ont été torturés et n’ont pas accepté la libération qui leur était proposée, car ils voulaient obtenir une meilleure résurrection. D’autres ont subi l’épreuve des moqueries et des coups de fouet, des chaînes et de la prison. Ils furent lapidés, sciés en deux, massacrés à coups d’épée. Ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de moutons ou de toisons de chèvres, manquant de tout, harcelés et maltraités – mais en fait, c’est le monde qui n’était pas digne d’eux ! Ils menaient une vie errante dans les déserts et les montagnes, dans les grottes et les cavernes de la terre. Et, bien que, par leur foi, ils aient tous reçu le témoignage de Dieu, ils n’ont pas obtenu la réalisation de la promesse. En effet, pour nous Dieu avait prévu mieux encore, et il ne voulait pas les mener sans nous à la perfection.

 

La victoire de la foi

 

4é-Lundi--ordinaire

Quelle force ! Quelle puissance !

Quelle joie dans ce texte adressé aux Hébreux

 

Des géants

Gédéon, Baraq, Samson, Jephté, David, Samuel et les prophètes.

Ce sont des géants

Non pas  des saints

oh que non !

Samson , n’était pas un saint ..Plutôt dingue !

David n’était pas un saint ,mais un adultére et un assassin

Jephté s’est trompé  ..Il a tué sa fille

mais tous ils avaient la foi

 Ils ont fermé la gueule des lions, éteint la flamme des brasiers., échappé au tranchant de l’épée,

**

Des marginaux

Ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de moutons ou de toisons de chèvres, manquant de tout, harcelés et maltraités..

ceux là aussi  sont des marginaux  

insatisfaits

au sein  d’un monde avide de richesses  éphémères

« Mon coeur  n’est pas satisfait tant qu’il n’a pas trouvé Dieu (Augustin )

Mais en fait, c’est le monde qui n’était pas digne d’eux !

**

Evangile :le possédé  (Marc 5,1-20)

En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit impur, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit : « Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui q ui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

 

Le possédé

. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres.

 Lui aussi est un géant  

Lui aussi est un marginal

il crie sa détresse  

Il ne sait pas où aller

Il demanda à Jésus ce qu’il veut

 « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut

 

Mais lui-même que veut il ?

sinon la  paix ,le pardon ,la foi

Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas

 

C’est alors qu Jésus chassa les esprits  mauvais ,l’ angoisse ,la peur ,le doute  

Il a rendu la foi  

la confiance, la paix

 l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

3è Samedi Ordinaire : Abraham (He 11, 1-2.8-19)

30 janvier, 2021

Frères, la foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas. Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens, c’est à cause de leur foi. Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit vers un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. Grâce à la foi, il vint séjourner en immigré dans la Terre promise, comme en terre étrangère ; il vivait sous la tente, ainsi qu’Isaac et Jacob, héritiers de la même promesse, car il attendait la ville qui aurait de vraies fondations, la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte. Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance parce qu’elle pensait que Dieu est fidèle à ses promesses. C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort, a pu naître une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, une multitude innombrable. C’est dans la foi, sans avoir connu la réalisation des promesses, qu’ils sont tous morts ; mais ils l’avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs. Or, parler ainsi, c’est montrer clairement qu’on est à la recherche d’une patrie. S’ils avaient songé à celle qu’ils avaient quittée, ils auraient eu la possibilité d’y revenir. En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des cieux. Aussi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, puisqu’il leur a préparé une ville. Grâce à la foi, quand il fut soumis à l’épreuve, Abraham offrit Isaac en sacrifice. Et il offrait le fils unique, alors qu’il avait reçu les promesses et entendu cette parole : C’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom. Il pensait en effet que Dieu est capable même de ressusciter les morts ; c’est pourquoi son fils lui fut rendu : il y a là une préfiguration. – Parole du Seigneur. 

** 

Abraham  le père la foi

, la foi est une façon de posséder des réalités qu’on ne voit pas.

Il croyait en l’invisible  

A la vie de l’Esprit

A la présence  d’un père créateur

Qui nous appelle chaque jour

En chaque instant

Abraham était  à l’écoute de l’univers

Il regardait  les étoiles

 

 Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit  sans savoir où il allait.

Il est parti

Il a fait le saut

comme en terre étrangère ; il vivait sous la tente

rejetant les coutumes ancestrales

vivant dans une tente  fragile et instable

Il attendait la ville qui aurait de vraies fondations, la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte.

**

 sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs….à la recherche d’une patrie.

 Comme Abraham

Posons nous des questions

Déconstruisons !

Pourquoi la vie ?

Dieu nous appelle

Ou allons-nous ?

Vers une vie éternelle ?  

Et quoi d’autres ?

 Comme Abraham écoutons la voix de Dieu

Comme Abraham regardons les étoiles

Nous trouverons la paix

 

 Evangile : Passons sur l’autre rive (Marc  4, 35-41)

Ce jour-là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

Nous aussi passons sur l’autre rive

Faisons confiance  même si Jésus semble dormir

Faisons confiance  même quand la terre tremble et que la tempête fait rage  

3é vendredi ordinaire : Ne perdez pas votre assurance (Hébreux 10, 32-39)

29 janvier, 2021

Frères, souvenez-vous de ces premiers jours où vous veniez de recevoir la lumière du Christ : vous avez soutenu alors le dur combat des souffrances, tantôt donnés en spectacle sous les insultes et les brimades, tantôt solidaires de ceux qu’on traitait ainsi. En effet, vous avez montré de la compassion à ceux qui étaient en prison ; vous avez accepté avec joie qu’on vous arrache vos biens, car vous étiez sûrs de posséder un bien encore meilleur, et permanent.Ne perdez pas votre assurance ; grâce à elle, vous serez largement récompensés. Car l’endurance vous est nécessaire pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi la réalisation des promesses. En effet, encore un peu, très peu de temps, et celui qui doit venir arrivera, il ne tardera pas. Celui qui est juste à mes yeux par la foi vivra ; mais s’il abandonne, je ne trouve plus mon bonheur en lui. Or nous ne sommes pas, nous, de ceux qui abandonnent et vont à leur perte, mais de ceux qui ont la foi et sauvegardent leur âme.

**

Vous avez soutenu le dur combat

Les Hébreux

anciens prêtres du temple  

devenus chrétiens

ont été persécutés par les scribes et les pharisiens

mais ils ont gardé la foi

comme Paul  

J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. (2Tim 4, 7)

 

3é-vendredi-ordinaire-B

 

ne perdez  pas votre assurance

la  parole de Dieu est puissante

elle est lumière et vérité

 

elle ne  vient pas à nous sans porter des fruits  

Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, …ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne oint à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins..…Isaïe 55,10

 **

 Evangile  (Marc 4, 26-34)

 En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Le prédicateur  qui parle des Ecritures Saintes  

 ennuyeux , incompétent  

incompris , suffisant, scandaleux

peut porter des fruits  

car il cite la parole de Dieu

 **

Les commentaires d’évangiles

écrits par des savants  des exégètes ,des docteurs en théologie

…y compris  par des athées  qui n’y croient  pas   

peuvent porter des fruits

car ils citent la parole de Dieu

 **

nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment

C’est l’œuvre de  l’Esprit Saint

 c’est lui qui porte des fruits

**

Jésus disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches,

**

Ne perdez  pas votre assurance

Soyons  Humble ,petit ,confiant  

l’Esprit Saint vous enseignera ce qu’il faudra dire. »(Luc 12, 12)

**

 Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits(Mtt 11,25)

Ce sont les petits les humbles

ils écrivent  pas des livres ,ils ne font pas des sermons  

ils sont  «  plein d’assurance »

Ils ont la foi

Ils prêchent  la parole par  leur exemple  

ce sont eux qui bâtissent  l’église

si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »

 

3é jeudi ordinaire ; Le rideau du sanctuaire ( Hébreux 10, 19-25)

28 janvier, 2021

Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus : nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire ; or, ce rideau est sa chair. Et nous avons le prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu. Avançons-nous donc vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi, le cœur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure. Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis. Soyons attentifs les uns aux autres pour nous stimuler à vivre dans l’amour et à bien agir. Ne délaissons pas nos assemblées, comme certains en ont pris l’habitude, mais encourageons-nous, d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour du Seigneur.

**

Dans la première partie de l’épître aux Hébreux

il  était question du sacerdoce  du temple , de l’ancienne alliance

dans une 2é partie ,il est question de la Foi

Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus

 

3é-Jeudi-ordinaire-B

 

Le rideau du sanctuaire

Nous avons un chemin nouveau et vivant  en franchissant le rideau du Sanctuaire ;

Dans l’AT ce rideau était  le voile  devant le Saint des Saints

où les prêtres ne rendaient qu’en tremblant

ce rideau s’est déchiré  quand Jésus  mourut sur la croix  en poussant le cri du juste

 

Dans le NT  

ce rideau est sa chair

il est là dans le tabernacle

qui veut dire la tente

le corps du Christ  

Il es là  dans nos mains quand nous communions

il est grand le mystère de la foi

 

La communion

Lorsque nous avançons  vers l’autel

pour communier

Avançons-nous  vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi,

avec  confiance

avec assurance

sûr de notre foi

 

  Avançons le cœur purifié … le corps lavé par une eau pure

car  nous le croyons

nous sommes « justifiés » par les sang du Christ

Ceci est le sang de l’alliance qui sera versé pour vous et pour la multitude pour la rémission des péchés

Pourquoi avoir peur ?

Rendons grâce

 

Avançons en étant  attentifs les uns aux autres pour vivre dans l’amour

Aimons nous

pardonnons

regardons nous avec bienveillance

**

et surtout  Ne délaissons pas nos assemblées, comme certains en ont pris l’habitude,

nous devons témoigner de notre foi ensemble

c’est vital pour que notre communauté soit visible

une lampe qui doit éclairer le monde   

**

 Evangile : La lampe (Marc 4, 21-25)

 En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « Est-ce que la lampe est apportée pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté ; rien n’a été gardé secret, sinon pour venir à la clarté. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus. Car celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »

 

Devant le tabernacle désormais brûle la lampe rouge  

la flamme  qui rappelle l’Amour de Dieu

une flamme discrète ,,petite ..souvent invisible

puisse t elle brûler dans notre cœur !

puisse telle intensifier notre foi !

 

mais est-ce que nous comprenons vraiment

la grandeur de tous ces mystères

 Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende

 

Plus vous croirez ,plus vous aimerez

Car celui qui a, on lui donnera

 

 

123456...150