Archive pour la catégorie 'pape François'

9 Novembre :Dédicace de la basilique du Latran

9 novembre, 2018

C’est la fête de la cathédrale du pape…la fête du pape …en quelque sorte ..

 **

 Lecture : Ezéchiel  (47,1-12)

 de l’eau jaillissait du temple ….Eelle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux..Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »

Cette eau c’est l’enseignement qui nous vient du pape

une invitation à la foi

quand il dit aux jeunes de Rio   

« Bota Fe »  Criez la foi

 

Une invitation à l’amour  et à la joie  quand il écrit

la joie de l’évangile  

ou  « Gaudete et exsultate »

en rappelant que « tout  est grâce »

 

Une invitation au respect de l’homme et de la planète

laudato Si

 

l'amour-de-ta-maison

Evangile Jean (2, 13-22)

L’amour de ta maison fera mon tourment…: « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »

Quelle force !

avec l’aide de l’Esprit Saint

..mais que d’ennemis qui rodent  autour du pape

« comme autant de lions rugissants »

que de souffrances  

que de problèmes à résoudre

**

Les scandales de la pédophilie

Les mécontents  de la curie

Le sandale des réfugies et des « déchets » de la société …

*

Le pape François est fatigué

cela se voit  

mais jamais désespéré  

espérant contre  toute espérance

il croit en l’avenir !

**

Comme au début de son pontificat

il se tourne de nouveau vers les jeunes

avec les évêques actuellement réunis en synode

pour parler de la jeunesse et des vocations 

Lettre du pape François au peuple de Dieu

21 septembre, 2018

Le 20 août 2018. suite aux scandales  provoqués par les prêtres pédophiles le pape écrit une lettre au peuple chrétien

Cliquez ICI

**

Le peuple de Dieu

est un peuple meurtri

un peuple qui souffre

**

Ce peuple

est d’autant plus souillé

quand c’est  le clergé lui même qui est mis en cause

**

Il est grand temps

de se souvenir que l’église est  le corps du Christ

composé  de plusieurs membres

et pas seulement des membres du clergé

Cliquez ICI  

**

or ce clergé est malade

et « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui »,(saint Paul)

**

Le cléricalisme

cette maladie du clergé

c’est celle d’un clergé  devenu omniprésent , tout puissant  

intouchable ,autoritaire  

celle d’un ckergé qui étouffe « le souffle » de l’Esprit saint    

**

Le pape écrit : 

Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu. Plus encore, chaque fois que nous avons tenté de supplanter, de faire taire, d’ignorer, de réduire le peuple de Dieu à de petites élites, nous avons construit des communautés, des projets, des choix théologiques, des spiritualités et des structures sans racine, sans mémoire, sans visage, sans corps et, en définitive, sans vie.

  Cela se manifeste clairement dans une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise – si commune dans nombre de communautés dans lesquelles se sont vérifiés des abus sexuels, des abus de pouvoir et de conscience – comme l’est le cléricalisme, cette attitude qui «annule non seulement la personnalité des chrétiens, mais tend également à diminuer et à sous-évaluer la grâce baptismale que lEsprit saint a placée dans le cœur de notre peuple».

  Le cléricalisme, favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. Dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme.

 

L’église ce n’est pas seulement le clergé  

l’église ce n’est pas seulement le vatican  

l’église ce n’est pas seulement l’ensemble des « curés »

comme on l’a pensé pendant des siècles

**

Depuis le concile Vatican 2 on ne cesse de le répéter

les laïcs ont leur place

les laïcs doivent  se sentir responsables

**

Cette église, composée de plusieurs membres « tous responsables », est indispensable

 il  est toujours bon de rappeler que le Seigneur, «dans l’histoire du salut, a sauvé un peuple. Il n’y a pas d’identité pleine sans l’appartenance à un peuple. C’est pourquoi personne n’est sauvé seul, en tant qu’individu isolé, mais Dieu nous attire en prenant en compte la trame complexe des relations interpersonnelles qui s’établissent dans la communauté humaine: 

. Ainsi, le seul chemin que nous ayons pour répondre à ce mal qui a gâché tant de vies est celui d’un devoir qui mobilise chacun et appartient à tous comme peuple de Dieu. Cette conscience de nous sentir membre d’un peuple et d’une histoire commune nous permettra de reconnaitre nos péchés et nos erreurs du passé avec une ouverture pénitentielle susceptible de nous laisser renouveler de l’intérieur.

 Que l’Esprit Saint nous donne la grâce de la conversion et l’onction intérieure pour pouvoir exprimer, devant ces crimes d’abus, notre compassion et notre décision de lutter avec courage. 

 

29 Aout 2018 : Le martyr de Jean Baptiste et le pape François (Marc 6, 17-29)

29 août, 2018

En ce temps-là, Hérode avait donné l’ordre d’arrêter Jean le Baptiste et de l’enchaîner dans la prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, que lui-même avait prise pour épouse. En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mourir. Mais elle n’y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l’avait entendu, il était très embarrassé ; cependant il l’écoutait avec plaisir.Or, une occasion favorable se présenta quand, le jour de son anniversaire, Hérode fit un dîner pour ses dignitaires, pour les chefs de l’armée et pour les notables de la Galilée. La fille d’Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu veux, et je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume. » Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu’est-ce que je vais demander ? » Hérodiade répondit : « La tête de Jean, celui qui baptise. » Aussitôt la jeune fille s’empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande : « Je veux que, tout de suite, tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. » Le roi fut vivement contrarié; mais à cause du serment et des convives, il ne voulut pas lui opposer un refus. Aussitôt il envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde s’en alla décapiter Jean dans la prison. Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.Ayant appris cela, les disciples de Jean vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.

 ** 

Je veux sa tête

La mort deJean Baptiste 

n’est ce pas le drame du pape François

actuellement

lors de son voyage en Irlande

 

je-veux-sa-tête  

On veut sa tète

On veut  le faire tomber

même  ses plus proches

un nonce américain, dit- on   

l’attaque  ignominieusement

lui le pape de la miséricorde

**

Comme Jean Baptiste

qui fut condamné par des femmes odieuses  ou frivoles

Hérodiade  critiquée pour ses mœurs  

et Salomé jeune et frivole   

et par un tyran sanguinaire  

Hérode

**

Dans l’avion du retour

interrogé par les journalistes  

seul comme Jean Baptiste dans sa prison  

le pape semble  déconcerté, fatigué , assommé

lui ,qui ne cesse de réclamer plus de justice et de miséricorde

Cliquez ICI

**

Il témoigne tel un martyr

Confiant, il s’offre en sacrifice

**

La tête de Jean Baptiste ,posée sur un plat fut offerte à un tyran

L’hostie  posée sur la patène  au cours de chaque messe est offerte au monde  

**

François est la tête de l’église

par lui ,c’est toute l’église qui est attaquée

mais courage !

**

Mets ta ceinture autour des reins et lève-toi,…

Ne tremble pas devant eux,

Moi, je fais de toi aujourd’hui une ville fortifiée,

une colonne de fer, un rempart de bronze,

pour faire face à tout le pays,

Ils te combattront,

mais ils ne pourront rien contre toi,

car je suis avec toi

(jérémie1,17-19)

Cliquez ICI

Un passage du sermon des « béatitudes » commenté par le pape à Ste Marthe

12 août, 2018

 

18juin 2018 : la calomnie  (Mtt5,21)

Le premier pas de toute dictature est la manipulation sans scrupules de la libre communication, à travers la séduction des scandales et les calomnies, pour affaiblir la vie démocratique et condamner des personnes et des institutions

 dans la vie quotidienne, c’est ainsi». Au point que «si je veux détruire une personne, je commence par la communication: dire du mal, calomnier, raconter des scandales». En plus, «communiquer des scandales est un fait qui possède une séduction immense, une grande séduction». Face à «un scandale», la réaction est: «Mais tu as vu! Tu as vu celui-ci! Tu as vu celui-là, ce qu’il a fait? Cette situation ne peut pas, ne peut pas aller de l’avant ainsi!». «La séduction du scandale dans la communication met vraiment hors jeu, elle détruit».

**

14 juin  les insultes( Mt5,21)

: l’insulte ne finit pas en elle-même; l’insulte est une porte qui s’ouvre, c’est commencer une route qui finira — je l’ai dit au début: “Tu ne tueras point” — en tuant, parce qu’insulter c’est commencer à tuer, c’est disqualifier l’autre, lui ôter le droit d’être respectable, c’est le rejeter, c’est le tuer dans la société».«Nous sommes habitués à respirer l’air des insultes». Du reste, «il est suffisant de conduire sa voiture aux heures de pointe». Mais «l’insulte détache, brise la communauté et tue l’autre, elle commence par ternir la bonne réputation, puis elle va au-delà, au-delà, au-delà».

**

15 Juin 2018 l’adultère (Mtt5,27) 

«La doctrine de Jésus sur la femme change l’histoire».

Jésus “rend digne” la femme et la place au même niveau que l’homme, parce qu’il prend cette première parole du Créateur: tous les deux sont “image et ressemblance de Dieu”, tous les deux; pas l’homme avant et puis, un peu plus en bas, la femme; non, tous les deux».

 Au point que «l’homme seul sans la femme à ses côtés — que ce soit la mère, la sœur, l’épouse, la collègue de travail, l’amie — n’est pas de Dieu».

 

Homélies du pape François dans la chapelle sainte Marthe

30 juillet, 2018

 

le 11 juin 2018 : Sans l’Esprit Saint ,pas d’évangélisation  

Il faut comprendre, avant tout, que l’évangélisation «n’est pas une simple prédication, c’est une annonce,

parce qu’à l’intérieur, il y a l’Esprit Saint.

 Sans l’Esprit Saint, il n’y a pas d’évangélisation».

 Et «lui est le protagoniste de l’évangélisation, nous sommes les serviteurs.

Mais c’est lui qui la mène de l’avant».

 Ainsi, quand il n’y a pas l’Esprit, il n’y a que nos capacités», il peut y avoir «également notre foi, mais sans l’Esprit, la chose ne va pas de l’avant; elle ne change pas les cœurs».

l’annonce «gifle», c’est-à-dire qu’elle frappe de façon directe, «elle va de l’avant, elle change les choses».

 «tant de fois, nous avons vu des programmes pastoraux bien faits, parfaits, comme on doit faire les choses, pas après pas, mais qui n’étaient pas un instrument pour l’évangélisation, ils étaient la fin en soi. Et ces programmes pastoraux ont échoué». Pourquoi ? «Parce qu’ils sont incapables de changer les cœurs».

Jésus ne demande pas «une attitude de chef d’entreprise», mais la docilité à l’Esprit.

**

Le  21 mai 2018 :L’Eglise est femme et mère : Elle est féminine

l’important est que l’Eglise soit femme, qu’elle ait cette attitude d’épouse et de mère». Avec la conscience que «quand nous oublions cela, c’est une Eglise masculine sans cette dimension, et elle devient malheureusement une Eglise de vieux garçons, qui vivent dans cet isolement, incapables d’amour, incapables de fécondité». Donc, «sans la femme, l’Eglise ne va pas de l’avant, parce qu’elle est femme, et cette attitude de femme lui vient de Marie, parce que Jésus a voulu ainsi».

Laissons l’Esprit Saint nous féconder, nous et l’Eglise, afin de devenir nous aussi mères des autres, avec des attitudes de tendresse, de douceur, d’humilité.

**

8mai 2018 : Eve s’est prise pour une grande théologienne

 faisons  attention à ne pas dialoguer avec le diable. Eve a chuté parce qu’elle a dialogué. Il est venu: “Mais mange, comment se fait-il…” — “Non, mais si le Seigneur…”. La pauvre: elle s’est prise pour une grande théologienne et elle a chuté». En revanche, «il ne faut pas dialoguer», étant donné que «Jésus nous donne l’exemple. Dans le désert, quand le diable l’induit en tentation — les trois tentations — comment répond Jésus»? «Avec les paroles de Dieu, avec les paroles de la Bible. Jamais avec une parole à lui; il ne faut pas dialoguer avec lui. Jésus chasse les démons, il les chasse ou il répond avec la parole de Dieu.

**

le 27 avril : Qu’est ce que le ciel ?

Comme paul sur la route de Damas  nous sommes en chemin». «Nous sommes en chemin et nous nous demandons: «mais en chemin vers où?», nous répondons: «mais oui, vers le ciel». Et «qu’est-ce que le ciel?»…

nous marchons  vers une rencontre: la rencontre définitive avec Jésus». Et ainsi «le ciel est la rencontre avec Jésus et nous préparons cette rencontre par les rencontres que nous faisons sur le chemin de la vie avec le Seigneur». Mais «la rencontre définitive, pleine, qui nous fera nous réjouir pendant toute notre vie est toujours celle avec Jésus: une rencontre tête-à -tête». Car «Jésus, Dieu et homme, Jésus, corps et âmes, nous attend».

 **

le 30 avril ; Renifler la vie des autres ?

«Il y a des  curiosités qui ne sont pas  bonnes». «Par exemple, celle de “renifler” dans la vie d’autres personnes». Peut-être «quelqu’un pourrait dire “mais ce sont des affaires de femmes”. Non, les commérages sont un patrimoine d’hommes et de femmes». C’est «chercher à aller dans les endroits qui à la fin salissent les autres personnes».

«cela signifie “renifler” la vie des autres»: «c’est une tentation que nous aurons toujours». 

Audiences du pape François sur la Messe

29 juillet, 2018

Du 10,janvier au 4 avril 2018  le pape François a entrepris au cours de ses audiences du mercredi une catéchèse sur la messe

**

La liturgie de la parole

le pape a longuement insisté sur l’importance de cette première  partie de la messe

 le 10 janvier 2018 : la collecte

Avec l’invitation «prions», le prêtre exhorte le peuple à se recueillir avec lui dans un moment de silence, afin de prendre conscience d’être en présence de Dieu et de faire ressortir, chacun dans son cœur, les intentions personnelles avec lesquelles il participe à la Messe). Le prêtre dit: «prions»; puis a lieu un moment de silence, et chacun pense aux choses dont il a besoin, qu’il veut demander, dans la prière.

 C’est à cela que sert le bref silence avant que le prêtre, recueillant les intentions de chacun, ne récite à haute voix à Dieu, au nom de tous, la prière commune qui conclut les rites d’introduction, en faisant précisément la «collecte» des intentions individuelles. Je recommande vivement aux prêtres d’observer ce moment de silence et de ne pas se presser: «prions», et que l’on fasse silence. Je recommande cela aux prêtres. Sans ce silence, nous risquons de négliger le recueillement de l’âme.

**

Le 31 janvier : les lectures

 Quand on lit dans l’Eglise les Saintes Ecritures, c’est Dieu lui-même qui parle à son peuple. Cette Parole devient vivante ; elle nous interpelle quand nous l’écoutons dans la foi. Et nous avons besoin de l’écouter.

La proclamation, partout dans l’Eglise, des mêmes lectures favorise la communion ecclésiale ; l’omission d’une lecture ou sa substitution par un texte profane appauvrissent le dialogue de Dieu avec son peuple en prière. Au contraire, la dignité de l’ambon, l’usage d’un lectionnaire et le choix

de bons lecteurs favorisent l’expérience de ce dialogue dans un climat de silence propice à l’écoute.

**

Le 7 février : l’homélie

Frères et sœurs, comme les mystères du Christ éclairent toute la révélation biblique, ainsi, dans la liturgie de la Parole, l’Évangile est la lumière qui permet de comprendre le sens des textes bibliques qui l’ont précédé.

 Pour transmettre son message, le Christ se sert aussi de la parole du prêtre dans l’homélie qui est « une reprise de ce dialogue déjà engagé entre le Seigneur et son peuple »,. C’est le service que celui qui fait l’homélie doit offrir à tous ceux qui participent à la Messe. Mais les fidèles qui écoutent doivent aussi adopter les justes dispositions intérieures et manifester, de façon appropriée, les attentes de la communauté pour aider le prêtre à bien accomplir son ministère.

**

le 14 fevrier

En allant à la Messe, chacun de nous a le droit de recevoir en abondance la Parole de Dieu bien lue, bien dite, puis bien expliquée dans l’homélie. C’est un droit! Et quand la Parole de Dieu n’est pas bien lue, qu’elle n’est pas prêchée avec ferveur par le diacre, par le prêtre ou par l’évêque, on contrevient au droit des fidèles.

C’est pourquoi, après l’homélie, un temps de silence permet d’enraciner dans l’âme la semence reçue, afin que naissent des intentions d’adhésion à ce que l’Esprit a suggéré à chacun. Le silence après l’homélie. Un beau silence doit se créer alors et chacun doit penser à ce qu’il a entendu.

la profession de foi

— la foi — ne naît pas de l’imagination d’esprits humains mais, comme le rappelle saint Paul, elle «naît de la prédication et la prédication se fait par la parole du Christ» (Rm 10, 17). La foi s’alimente donc par l’écoute et conduit au sacrement.

la Prière universelle, parce qu’elle englobe les nécessités de l’Eglise et du monde

Les intentions pour lesquelles le peuple est invité à prier doivent donner voix aux besoins concrets de la communauté ecclésiale et du monde, en évitant de recourir à des formules conventionnelles et myopes. La prière «universelle», qui conclut la liturgie de la Parole, nous exhorte à faire nôtre le regard de Dieu, qui prend soin de tous ses enfants.

** 

La prière eucharistique

dans une 2é partie entre la 7 Mars  et le 4 avril le pape est beaucoup plus succinct

Il décrit le déroulement de la messe sans trop de commentaires  

Dans cette prière solennelle — la prière eucharistique est solennelle  le prêtre prononce la prière à haute voix, au nom de toutes les personnes présentes, en s’adressant au Père au moyen de Jésus Christ dans l’Esprit Saint. «Le sens de cette prière est que toute l’assemblée des fidèles s’unisse au Christ dans la confession des hauts faits de Dieu et dans l’offrande du sacrifice Et pour s’unir, il doit comprendre. C’est pourquoi, l’Eglise a voulu célébrer la Messe dans la langue que les gens comprennent, afin que chacun puisse s’unir à cette louange et à cette grande prière avec le prêtre. En vérité, «le sacrifice du Christ et le sacrifice de l’Eucharistie sont un unique sacrifice»

**

la Préface,  est une action de grâce 

Il y a ensuite l’invocation de l’Esprit afin que sa puissance consacre le pain et le vin.

puis la consécration

En cela, Jésus a été très clair. «Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang». «Ceci est mon Sang, ceci est mon Corps». C’est Jésus lui-même qui a dit cela.

 Nous ne devons pas avoir d’étranges pensées.

«Mais, comment se fait-il que…». C’est le Corps de Jésus;

c’est tout! La foi:

C’est le «mystère de la foi», comme nous disons après la consécration

(Perso : Une fois de plus le pape critique  les ‘théologiens’ qui veulent tout expliquer  comme Eve qui  dialogue avec le serpent )

Le pape François :L’évangile avant tout !

31 mai, 2018

Pour le pape François, l’évangile  avant tout

**

L’évangile est une bonne nouvelle adressée aux pauvres

l’évangile est une parole d’espérance et non une morale 

**

Les béatitudes

le 25 juillet, 2013  ,lors de sa rencontre avec les jeunes Argentins  à Rio  le pape a  dit :

«  Si tu veux savoir ce que tu dois faire concrètement, lis les Béatitudes  et Matthieu 5….Vous n’avez pas besoin de lire autre chose »……..Tout l’enseignement des évangiles se trouve dans le sermon sur la montagne ….tout y est ! cela suffit ! »

**

Il le dit évidemment dans « la joie de l’évangile »

il le redit longuement dans son exhortation de 2018 sur « gaudete et exultate »

**

La distribution des livres

Pendant le carême 2014

chaque dimanche sur la place saint Pierre le pape n’a cessé de nous inviter encore et encore à  lire les évangiles…..  

avoir un petit Évangile dans sa poche ou dans son sac pour lire un petit passage dans la journée

**

Le Ve Dimanche de  ce Carême, 6 avril 2014 :

il distribue des évangiles  sur la place saint Pierre

 « Et maintenant, je voudrais faire pour vous un geste simple. Les dimanches précédents, j’ai suggéré de se procurer un petit Evangile, à porter avec soi pendant la journée, pour pouvoir le lire souvent. J’ai ensuite repensé à cette tradition ancienne de l’Eglise de remettre, pendant le carême, l’Évangile aux catéchumènes qui se préparent au baptême. Alors aujourd’hui, je voudrais vous offrir, à vous qui êtes place Saint-Pierre — mais il s’agit d’un signe pour tous — un Évangile de poche. Il va vous être distribué gratuitement. Il y a des lieux spéciaux sur la place pour cette distribution. Je les vois, là, là, là… Approchez-vous de ces lieux et prenez l’Évangile. Prenez-le, emportez-le avec vous, et lisez-le tous les jours : c’est Jésus qui vous parle là ! C’est la Parole de Jésus : ceci est la Parole de Jésus ! »

**

La théologie ?

Quant aux théologiens

la pape laisse échapper une phrase à ne pas oublier

le 4 juin, 2014 , dans l’avion , en revenant de la terre sainte  

Il déclare aux Journalistes 

« Le patriarche Bartholomée  m’a rappelé ce que Athénagoras avait dit à Paul VI :

 ‘‘Nous, allons ensemble, tranquilles…Quant aux théologiens,…enfermons-les sur une île,  qu’ils discutent entre eux,..mais nous,  avançons dans la vie !’

 **

Quelques jours plus  tard le pape remettait cela

Lors de son audience du mercredi 8 juin

Il déclare en parlent de la foi d’Abraham 

« Abraham et les siens écoutent l’appel de Dieu et se mettent en route,.;

 Abraham se met en chemin en se fiant à ce Dieu qui lui a parlé,

mais il ne possédait pas de livre de théologie pour étudier qui était ce Dieu.

Les grands thèmes abordés par le pape François

31 mai, 2018

La Foi

le pape  François  a terminé l’encyclique « lumen gentium «  commencée par Benoit XVI

puis au JMJ à RIO, en  juillet 2013 le pape a parlé de tout son coeur

de toute sa force  « mettez la foi ,….mettez l’espérance …. mettez l’amour dans le monde »

Bota fé !

Cliquez ICI

**

La sainteté

Au cours des entretiens avec le Père Antonio Spadaro SJ, au mois d’aout 2013

le pape François déclare :

« Je vois la sainteté du peuple de Dieu dans sa patience :

une femme qui fait grandir ses enfants,

un homme qui travaille pour apporter le pain à la maison,

les malades, les vieux prêtres qui ont tant de blessures mais qui ont le sourire parce qu’ils ont servi le Seigneur,

les sœurs qui travaillent tellement et qui vivent une sainteté cachée.

Cela est pour moi la sainteté commune.

J’associe souvent la sainteté à la patience :

pas seulement la patience qui supporte le poids des événements

mais aussi comme constance dans le fait d’aller de l’avant, jour après jour.

C’est cela la sainteté de l’Eglise  militante

 

L’humilité

Tous, on se croit indispensables…et supérieurs aux autres

  Une simple visite au cimetière nous permettrait de voir les noms de nombreuses personnes, dont certaines pensaient peut-être qu’elles étaient immortelles, immunisées et indispensables ! C’est la maladie de l’homme riche et insensé de l’Évangile qui pensait vivre éternellement (cf. Lc 12, 13-21) (discours de Noel 2014)

**

Les pauvres

Dans le chapitre  4 de son exhortation « Evangelii gaudium » 

le pape François nous rappelle que les pauvres ont une place privilégiée dans le peuple de Dieu

Cliquez ICI

 **

La miséricorde 

Si Dieu s’arrêtait à la justice, il cesserait d’être Dieu ;

 il serait comme tous les hommes qui invoquent le respect de la loi.  Dieu va au-delà de la justice avec la miséricorde et le pardon

Cliquez ICI

**

La culture du rebut

 Ce qui commande aujourd’hui, ce n’est pas l’homme, c’est l’argent, l’argent, le gain commande.

des hommes et les femmes sont sacrifiés aux idoles du profit et de la consommation : c’est la « culture du rebut ».

On considère l’être humain comme un bien de consommation, qu’on peut utiliser et ensuite jeter.

 Nous avons mis en route la culture du “déchet”

. Les exclus ne sont pas des ‘exploités’, mais des déchets, ‘des restes’.

 ,( « Evangelii gaudium 53)

**

L’écologie intégrale

non seulement le respect de la Nature mais de tout l’homme

la pape nous donne des conseils bien terre à terre

Moins consommer

et enseigner le respect

Cliquez ICI 

 

Le pape François : Images employées dans ses homélies

29 mai, 2018

La maladie d’« Alzheimer spirituelle »,

C’est la perte de la mémoire …..on a oublié la ferveur de notre jeunesse.. notre générosité d’antan …on a oublié de tout  donner….on a oublié de faire confiance

 Nous détectons cette maladie chez ceux qui ont perdu la mémoire de leur rencontre avec le Seigneur ; (voeu à la curie romaine noel 2014)              

**

Nous devons vivre la foi avec un cœur jeune, toujours :

 un cœur jeune, même à soixante-dix ou quatre-vingts ans !

 Cœur jeune !  Avec le Christ, le cœur ne vieillit jamais !(dim des rameaux 2013)

**

Chers frères!

J’ai lu un jour que les prêtres sont comme les avions :

ils ne font la une des journaux que lorsqu’ils tombent,  mais il y en a beaucoup qui volent. (curie 2014)

 

« Comme un animal mort pue, , la société corrompue pue ».(A Naples 2015)

la mafia …

**

L’Église ? Un hôpital de campagne

« Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui

 c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité.  Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille.

**

L’ancre

Notre foi est l’ancre au ciel. Notre vie est ancrée au ciel. Que devons-nous faire? Nous agripper à la corde: elle est toujours là. Et nous allons de l’avant car nous sommes certains que notre vie a comme une ancre dans le ciel, sur la rive où nous arriverons.(audience du 27 avril 2017)

 

La voile  de l’espérance

L’espérance est véritablement comme une voile; elle recueille le vent de l’Esprit Saint et le transforme en force motrice qui pousse la barque, selon les cas, au large ou vers le rivage.( 31 mai)

 

De l’huile ou du vinaigre ?

Le Chrétien  sème l’espérance:  il sème l’huile de l’espérance,

et non pas le vinaigre de l’amertume et du dés-espoir.(31 mai 2017

 **

Au cours de son audience du 23 Aout 2017  , le pape François nous a surpris par son langage à la fois très familier et très poétique pour nous parler de la vie éternelle

Les cochons 

Il n’est pas chrétien de marcher le regard tourné vers le bas — comme le font les cochons: ils avancent toujours ainsi — sans lever les yeux vers l’horizon. Comme si tout notre chemin finissait ici, en l’espace de quelques mètres de parcours; comme si dans notre vie, il n’y avait aucune destination ni aucune escale, et que nous étions contraints à errer

des personnes du printemps

Les bourgeons d’un monde nouveau Nous croyons et nous savons que la mort et la haine ne sont pas gagnante  Etre chrétiens implique  un regard plein d’espérance. 

Nous chretiens  Nous sommes davantage des personnes de printemps que d’automne. … Nous percevons les bourgeons d’un monde nouveau plutôt que les feuilles jaunies sur les branches. Nous ne nous berçons pas de nostalgie, de regrets et de plaintes: nous savons que Dieu veut que nous soyons les héritiers d’une promesse et d’inlassables cultivateurs de rêves «Suis-je une personne de printemps ou d’automne?»

 ... De printemps, qui attend la fleur, qui attend le fruit, qui attend le soleil qui est Jésus, ou d’automne, qui a toujours le visage tourné vers le bas, aigri et, comme je l’ai dit parfois, le visage des pisse  vinaigre.  Le chrétien sait que le Royaume de Dieu, sa Seigneurie d’amour croît comme un grand champ de blé, même si au milieu, se trouve l’ivraie. Il y a toujours des problèmes, il y a les commérages, il y a les guerres, il y a les maladies… Il y a des problèmes. Mais le grain croît, et à la fin, le mal sera éliminé.

 **

le baiser de Dieu

  L’avenir ne nous appartient pas, mais nous savons que Jésus Christ est la plus grande grâce de la vie: il est le baiser de Dieu qui nous attend à la fin, mais qui nous accompagne dès à présent et nous réconforte sur le chemin. Il nous conduit à la grande «demeure» de Dieu avec les hommes (cf. Ap 21, 3), avec nos nombreux autres frères et sœurs, et nous apporterons à Dieu le souvenir des jours vécus ici-bas.  

 Et il sera beau de découvrir en cet instant que rien ne s’est perdu, aucun sourire, aucune larme. Même si notre vie a été longue, il nous semblera l’avoir vécue dans un souffle.

.. Oui, notre Père est le Dieu des nouveautés et des surprises. Et ce jour-là, nous serons véritablement heureux, et nous pleurerons. Oui: mais nous pleurerons de joie.  

**

les «chrétiens garés»,

qui «se garent, des chrétiens dans des cages qui ne savent pas s’envoler en rêvant à cette belle chose à laquelle le Seigneur nous appelle».

(ste Marthe Mars 2018)

**

Restez connectez

par la lecture de l’évangile

« murir » et non pas pourrir

mûrir ce serait  accepter l’injustice, croire que nous ne pouvons rien faire, que tout a toujours été comme ça.

 Mûrir, la vraie maturité, c’est de poursuivre vos rêves, vos aspirations, ensemble, en vous soutenant mutuellement, en discutant entre vous, mais en regardant toujours devant, non pas en baissant

(aux jeunes du Chili 2018)

 

2018 Discours adressé par le pape François à des enfants du Pérou

28 mai, 2018

Le pape François  se rend au foyer « le petit prince » à Puerto Maldonado, le  Vendredi 19 janvier 2018

Cliquez ICI

**

Extrait  de son discours

 Les enfants

Vous, les enfants, vous êtes le reflet, et vous êtes aussi notre trésor, le trésor de nous tous, le trésor le plus beau que nous devions protéger.

Vous êtes, sans l’ombre d’un doute, le trésor le plus précieux que nous devions protéger.

**

les autochtones

Certains d’entre vous, jeunes qui nous accompagnez, viennent des communautés indigènes.

Cliquez ICI

 Avec tristesse vous voyez la destruction des forêts. Vos grands-parents vous ont enseigné à les découvrir ; ils y trouvaient leur nourriture et les médicaments qui les soignaient –

Elles sont aujourd’hui dévastées par le vertige d’un progrès mal compris.

Les rivières qui vous ont vus jouer et qui vous ont offert de la nourriture sont aujourd’hui boueuses, polluées, mortes.

Jeunes, ne vous résignez pas face à ce qui est en train de se passer. Ne renoncez pas à l’héritage de vos grands-parents, à votre vie ni à vos rêves. J’aimerais vous encourager à étudier, à vous préparer ; préparez-vous, saisissez l’occasion que vous avez de vous former, cette occasion qui vous est offerte par la Fondation Apronia.

** 

Nous avons besoin de Vous 

Le monde a besoin de vous, jeunes des peuples autochtones,

et il a besoin de vous

non pas déguisés mais tels que vous êtes.

Pas déguisés en citoyens d’un autre peuple, non, tels que vous êtes, c’est ainsi que nous avons besoin de vous.

  Ne vous contentez pas d’être le wagon de queue de la société, accrochés et vous laissant porter ! Non, non, ne soyez jamais les wagons de queue.

Nous avons besoin de vous comme moteur, qui impulse.

 **

Et je vous recommande une chose, écoutez vos grands-parents, valorisez vos traditions, ne refreinez pas votre curiosité. Cherchez vos racines et, en même temps, ouvrez les yeux à ce qui est nouveau, oui… et faites votre propre synthèse.

Rendez au monde ce que vous apprenez, car le monde a besoin de vous dans votre originalité, tels que vous êtes en réalité, non comme des imitations. Nous avons besoin de vous dans votre authenticité, en tant que jeunes fiers d’appartenir aux peuples amazoniens et qui apportent à l’humanité une alternative de vie vraie.

 **

Dans l’avion du retour le pape déclara

j’ai été ému par le Foyer “Le petit prince”: voir ces enfants, la plupart abandonnés, ces garçons et ces filles qui ont réussi, grâce à l’éducation, à aller de l’avant… Il y a des entrepreneurs parmi eux… Cela m’a beaucoup ému. Ce sont des œuvres qui conduisent les personnes vers le haut, de même que les choses dont nous avons parlé avant conduisent les personnes vers le bas. Cela m’a beaucoup ému pendant ce voyage. Et ensuite les gens, la chaleur des gens. Ici aujourd’hui c’était à ne pas y croire, c’était incroyable à Lima! A ne pas y croire! La chaleur des gens… Je dis: ce peuple a la foi et il me contamine par cette foi, et je rends grâce à Dieu pour cela.

12345...13