Bernard le Trévisan : la philosophie naturelle des métaux Parabole de la fontaine

30 octobre, 2009

Voici cette parabole que j’ai légèrement travaillé et réduite  pour la rendre plus lisible  L’original de la parabole  se trouve dans le site delboy    

Une nuit: Je trouvai une petite Fontaine, belle et claire, entourée d’une belle pierre. Et cette pierre-là était au dessus d’un vieux creux de Chêne,. Le tout était bordé de murailles, J’avais envie de dormir, et je m’assis au-dessus de la dite Fontaine, et je vis qu’elle était fermée par-dessus

**

Or vint à passer un vieux Prêtre 

Je lui demandai pourquoi cette Fontaine était elle  fermée de tous côtés ?.

Il me dit

Seigneur, cette Fontaine est de terrible vertu .Elle est destinée seulement pour le Roi du Pays qu’elle connaît bien .Jamais ce Roi ne passe par ici sans s’y baigner deux cent quatre-vingt-deux jours.

Et elle rajeunit le Roi

**

Je lui demandai s’il y avait vu le Roi.

Et il me répondit qu’il l’avait vu entrer : Mais depuis qu’il est rentré, jamais on ne le voit, jusqu’à cent et trente jours. Alors il commence à paraître et à resplendir.

Et le Portier, qui le garde, lui chauffe son Bain continuellement, pour lui garder sa chaleur naturelle, A donc je lui demandai de quelle couleur le Roi était.

Et il me répondit, qu’il était vêtu de Drap d’Or, d’un pourpoint de Velours noir, et d’une Chemise blanche comme neige, et
la Chair aussi sanguine, comme sang.

**

myliuslepuits.gif

Alors je lui demandai si le roi et la fontaine était ami

 Et il me répondit : Ils s’entr’aiment merveilleusement,
la Fontaine l’attire à elle et non pas lui elle : Elle est sa mère  

Et je lui demandai : a t il des gens ?

Il me répondit : six Personnes.

**

Entré dans la fontaine,le Roi se dépouille de sa  Robe de Drap d’or fin et la donne à son premier Homme, qui s’appelle Saturne.et qui  la garde quarante jours ou quarante-deux 

Après le Roi dévêt son pourpoint de velours noir, et le donne au second Homme, qui est Jupiter, et qui la garde vingt jours 

Ensuite Jupiter, par commandement du Roi, le donne  à
la Lune, qui est la tierce Personne, belle et resplendissante, et le garde vingt jours

Puis  le Roi se dévêt sa Chemise blanche comme neige, et Fine, et la baille à Mars, lequel pareillement le garde quarante jours.

Après cela, Mars, par la volonté de Dieu, la baille au Soleil jaune, et non pas clair, qui la garde quarante jours. Et après vient le Soleil très beau et sanguin, qui la prend bientôt

**

Et je lui dis : Que se passe t il ensuite  ?

Il me repondit :  
la Fontaine s’ouvre, et puis ainsi comme elle leur a donné
la Chemise,
la Robe, et le Pourpoint; elle, leur donne sa Chair sanguine, vermeille et très hautaine à manger

**

      

Commentaire 

1  Ce récit est intéressant car il a été illustré dans beaucoup de traités ultérieurs  

Le roi qui nage se trouve  dans « Atlanta fugiens »embléme31   

Le roi qui est chauffé se trouve dans l’ «  Atlanta » emblème 24

Le roi chauffé au bain se trouve dans la (splendor solis)

Les couleurs des vêtements  rouges blancs et noirs se retrouvent souvent  (splendor solis)  

Ce qui ne veut pas dire pour autant que l’on en comprenne vraiment le sens,mais dans tous ces écrits qui font références, il n’est pas question de chimie mais bien de cette  sagesse que le Trévissan découvre en fin de vie  

** 

2 Ce récit est d’origine gnostique.

Le roi est l’âme qui, venue du ciel, est envoyé dans un corps c’est-à-dire dans la fontaine, qui est en fait un puit profond

Il est bien dit que le roi et la fontaine s’aiment que Ils s’entr’aiment merveilleusement,
la Fontaine l’attire à elle
 et ils s’unissent 

Cet androgyne doit encore se libérer de  ses vêtements c’est-à-dire se libérer des puissances que lui avaient donné les astres quand il est descendu du ciel  ……pour arriver à la conjonction est devenir un corps pneumatique ,le corps des ressuscités .et il est dit que la fontaine rejette finalemnt la chair sanguine    

**

On a l’équivalent de ce récit dans le « corpus Hermeticus » (voir le livre de Fustigiére : Hermétisme et mystique païenne)

Un être lumineux Poimandres se révèla à Hermès qui lui dit                     » je veux comprendre les êtres et leur nature et connaître Dieu » 

L’être est lumineux en haut  Il est  ténèbre en bas Les 4 éléments matériels sont issus des ténèbres  Le  feu et l’air s’élèvent .L’eau et la terre  stagnent .   

            L’homme céleste créé par Dieu descend du ciel en recevant en passage la puissance des 7 planètes . Il se mire dans les eaux de la terre et s’unit avec la nature .il en surgit les Hommes revêtus de matière A sa mort, l’homme doit se dépouiller de ce vêtement matériel et des puissances que lui avaient donné les astres  La lune lui avait donné le pouvoir de croître et de décroître .Mercure lui avait appris la ruse, Venus le désir., Le soleil l’autorité,. Mars la témérité. Jupiter, la richesse. 

            L’homme trouve ses facultés Pneumatiques dans un cratère ou il doit plonger pour renaître fils de Dieu .Sa  mère sera Sophia ,la sagesse de Dieu . Son père sera  la volonté de Dieu. 

Bernard le Trévisan : La Parole Délaissée

30 octobre, 2009

 

Le Trévisan 

Le Trévisan voyageait à travers le monde ,en allant de couvent en couvent .Il est intéressant de constater  que le premier couvent visité fut un couvent cistercien .Ce n’est pas anodin ! .Joachim de Flore ,le prophète de l’esprit qui inspira tant Arnaud de Villeneuve ou l’auteur de « l’aurora consurgens » était cistercien  

Comme eux ;dans « la parole délaissée »Le Trévisan  nous parle donc du corps de l’âme et de l’esprit

 

La parole delaissée 

 

Le roi et la reine , le corps et l’âme  doivent se transformer pour  devenir un unique corps  spirituel

Mais cette spiritualité doit rester secrète

 

J’en confie le Secret à toute Ame sacrée, sous peine de périr, si elle le révèle aux Méchants. C’est pourquoi les Philosophes ont appelé ce Secret
la Parole délaissée, de peur que les indignes n’en eussent connaissance. 

Il faut donc que tu saches que
la Pierre Philosophale est divisée en trois Degrés, savoir :
la Pierre Végétale,
la Minérale et l’Animale ou qui a Ame et Vie
 

  

PREMIER DEGRE l’union du corps et de l’âme ,du roi et de la reine, du soleil et de la lune

 

Dans le premier degré de
la Pierre Physique, nous devons l’air à notre Mercure Végétal 

 Et comme ce mercure est véritablement de Nature fixe, subtile et nette, il s’unit avec les Corps, y adhère, et se joint dans leur profond, moyennant sa chaleur et son humidité

Mais parce qu’il est en partie volatil, il sert aussi de moyen pour mêler les Esprits volatils, et pour adhérer à se joindre à
la Substance fixe des Corps
. Nous allons toucher la triple cause de sa nécessité

La conjonction 

La première, comme nous avons à joindre les deux Semences, à savoir du Mâle et de
la Femelle, il faut que l’un soit mêlé avec l’autre par un naturel amour, en sorte que ce qu’il y a de plus dans l’un soit attiré par le plus de l’autre, et par conséquent que l’un soit mêlé avec l’autre, et qu’ils soient conjoints ensemble. (voir le rosaire des philosophes) 

De cette conjonction surgit l’esprit 

Cette Vertu est en partie de Nature spirituelle, il est un véritable Esprit, dépuré et purifié de toute féculence ou résidence terrestre 

 Esprit, dis-je, véritable et fixe, et en partie volatil : Car il contient
la Nature de l’un et de l’autre
 

Cet esprit est feu 

On doit premièrement enclore le Feu dans
la Matière volatile et fixe, en chauffant et coagulant. 

Raimond Lulle dit à ce sujet : Nous espérons en notre Seigneur que notre Mercure sera sublimé à plus grandes Choses, avec addition de la chose qui le teint et son âme sera exaltée en gloire. 

 

Le corps de gloire ou corps spirituel   

Trévisan est  transporté de bonheur en décrivant ce fameux corps spirituel habité par l’esprit

 

Je te dis donc, appelant Dieu à témoin de cette Vérité, que ce Mercure ayant été sublimé, il a paru vêtu d’une aussi grande blancheur, que celle de la neige des hautes Montagnes, sous une très subtile et cristalline splendeur, de laquelle il sortait, à l’ouverture du Vaisseau, une si douce odeur qu’il ne s’en trouve point de semblable dans ce Monde 

 Et moi, qui te parles, je sais que cette merveilleuse blancheur a paru devant mes propres yeux; que j’ai touché de mes mains cette subtile cristallinité, et que j’ai par mon odorat senti cette merveilleuse douceur, de laquelle je pleurai de joie, étant étonné d’une chose si admirable. Et pour cela, béni soit le Dieu éternel, haut et glorieux qui a mis tant de merveilleux Dons dans les secrets de
la Nature, qui a bien voulu les montrer à quelques Hommes. 

Je sais que quand tu connaîtras les Causes de cette Disposition, tu te demanderas 

: Qu’elle est donc cette Nature, qui étant donnée d’une Chose corrompue, 

tient néanmoins en elle une Chose toute Céleste

Personne ne peut raconter tant de merveilles. 

 Toutefois un temps viendra peut-être que je te raconterai plusieurs choses spéciales de cette Nature, desquelles je n’ai pas encore obtenu du Seigneur la permission de t’instruire par écrit. 

Quoi qu’il en soit quand tu auras sublimé ce Mercure, prends le tout frais et tout récent avec son Sang, de peur qu’il ne s’envieillisse, et le présente à ses Parents, à savoir au Soleil et à
la Lune, afin que ces trois Choses, Soleil, Lune et Mercure, notre Compôt soit fait, et que commence le deuxième Degré de notre Pierre, lequel se nomme Minéral. 

  

DEUXIEME DEGRE

 

Il ne faut pas que dans notre Sublimation,
la Chose sublimée demeure à la hauteur du Vaisseau, Ce qui est sublimé demeure seulement un peu élevé sur les fèces du Vaisseau; car la plus subtile et la plus pure Partie nage toujours sur ces fèces, et se joint aux côtés du Vaisseau, ce qui est impur demeurant naturellement au fond, parce que
la Nature, par cette évacuation, désire être restituée en mieux, en perdant de mauvaises et d’impures parties pour en recouvrir de plus pures et de meilleures

La conjonction .

 C’est pourquoi tu dois savoir que
la Conjonction de ces deux Corps est le terme naturel  de
la Transmutation en la première Matière de régénération; 

 Le corps et l’âme purifiée sont unis par le mercure ou l’esprit

 Ces Deux deviennent Un par conversion, 

Ils sont joints  par l’intermédiaire de l’ Un, à savoir par notre Mercure, qui est l’Anneau du souverain Lien ; Aussi est-il appelé
La Fille de Platon, qui conjoint les Corps assemblés par amour
 

L’airain :L’union des 3 

Tout ce Compôt est une mixtion ou mélange dont le prix est d’une valeur inestimable; 

 Car il est notre Airain, dont il est dit dans
la Tourbe : Sachez tous que nulle vraie Teinture n’est faite que de cet Airain qui se fait seulement des trois Choses, : Et alors commence la seconde partie de notre très-noble Pierre, et
la Pierre du Second Degré qui est appelée Minérale
 

La mort est résurrection 

Il faut remarquer ici que
la Pierre ou le Mercure, qui, par la première Opération, était né si clair et si resplendissant, est par cette seconde Opération mortifié, noirci, et devient difforme avec tout le Compôt, afin qu’il puisse ressusciter victorieux, plus clair, plus pur et plus fort qu’il n’était auparavant. Car cette mortification est la revivification parce qu’en le mortifiant il se revivifie et en se revivifiant il se mortifie. 

Ces deux Opérations sont tellement enchaînées l’une avec l’autre, que l’une ne peut être sans l’autre, comme l’enseignent tous les Philosophes ; car
la Génération de l’un est
la Corruption de l’autre.

 

 Comme un Oeuf est composé de trois choses, savoir, de la coque, du blanc et du jaune; de même notre physique est composé de Corps, d’Ame, d’Esprit, quoiqu’à la vérité notre Pierre soit une même chose, selon le corps, selon l’Âme et selon l’Esprit 

Ainsi c’est une Trinité en Unité, et une Unité en Trinité; parce que là, sont Corps, Ame et Esprit; là aussi sont Soufre, Mercure et Arsenic :  

Il ne s’agit donc pas de chimie en laboratoire 

Toutefois ce Soufre, cet Arsenic et ce Mercure ne sont pas ceux que pense le Vulgaire; car ce ne sont pas ces Esprits venimeux que les Apothicaires vendent ; mais ce sont les Esprits des Philosophes qui doivent donner notre Médecine ; au lieu que les autres Esprits ne peuvent rien pour la perfection des Métaux. 

C’est donc en vain que travaillent les Sophistes, qui font leur Elixir de tels Esprits venimeux et pleins de corruption. Car certainement la vérité de la souveraine subtilité de Nature, n’est en nulle autre chose, que dans ces trois Choses à savoir Soufre, Arsenic et Mercure Philosophique dans lesquels seulement est la réparation et la totale perfection des Corps, qui doivent être purgés et purifiés.  

La nourriture .

Notre  Pierre doit être nourrie de sa graisse, dit Aristote, et de sa propre nature et substance. Mais quelle est cette graisse ? Les Philosophes l’ont totalement celée, comme étant le Secret qu’ils ont juré de ne jamais révéler ni manifester à, aucun, et ils ont remis à Dieu seul ce Secret pour le révéler à qui il lui plaira. 

Cette humidité grasse, donnant vie est appelée par quelques Philosophes, Eau Mercurielle, Eau permanente, , Eau divine, 

Elle est
la Clef et le Fondement de toute l’œuvre 

  

De cette Eau mercurielle et permanente, il est dit dans
la Tourbe, qu’il faut que le Corps soit occupé par la flamme du feu afin qu’il soit dérompu, dépecé et débilité ; à savoir avec cette eau pleine de feu, dans laquelle le Corps est lavé jusqu’à ce que tout soit fait Eau, …C’est dans cette Eau qu’elle se parfait, parce que l’Humidité, qui la vivifie, est en elle, comme étant sa vie et sa résurrection. 

Au sujet de cette Eau très secrète, il est dit dans
la Tourbe : l’Eau, par elle seule fait tout : car elle dissout tout ; elle congèle tout ce qui est congelable, elle dépèce et dérompt tout sans aide d’autrui ; en elle est la chose qui teint et qui est teinte : Bref notre Oeuvre n’est autre chose que vapeur et eau, 

Alphidius a nommé cette Eau mesure des Sages, et Urine des Jeunes Colériques. Pour ne pas faire connaître cette Eau, les Philosophes l’ont cachée sous différents noms et elle n’est connue que de très peu de gens. 

  

Serais ce l’eau du baptême ? et le vaisseau serait il le baptistère ?   

Cette Eau qui triomphe de tout, est nommée céleste, glorieuse, dernier et final Secret pour nourrir notre honorable Pierre, sans laquelle Eau n’est jamais amendée, nourrie, accrue, ni multipliée; et pour cela les Philosophes ont celé la manière de faire cette Eau comme
la Clef de leur Magistère. 

Donc cette Eau Mercurielle n’est autre chose que l’Esprit des Corps converti en nature de Quintessence, 

le Vaisseau (qui contient cette eau) est appelé Mère et Nourrice, parce qu’il donne une vertu naturelle   

Ce Vaisseau naturel, dans lequel les Esprits sont transmués de nature en nature, et plus ils fuient, plus ils s’altèrent dans ce Vaisseau et s’éloignent de leur corruption et imperfection, jusqu’à ce qu’ils parviennent à l’accomplissement de Quintessence : ce qui fait qu’ils prennent, ou vêtent une nouvelle nature, qui est nette, blanche, pure, dénuée de toute corrosivité et superfluité terrestre, adurante ou brûlante, et flegmatique évaporable. 

Après quoi la chose morte ressuscite avec
la Sublimation joyeuse d’enfantement, Mais il  convient de  nourrir l’enfant  d’un petit lait gras, à savoir de son Humidité vivifiante, de laquelle en partie il a été engendré et qui est notre Eau permanente, Lait de Vierge, ou Eau de vie qui ne vient point de la vigne, et néanmoins elle est dite Eau de vie, parce qu’elle vivifie notre Pierre et la fait ressusciter. 

Après donc que notre Compôt est fait, on doit le mettre dans son vaisseau secret, cuire à feu très lent, ou sec, ou humide, et lui faire boire de notre Eau permanente, 

L’eau est aussi la parole délaissée  qu’il faut réchauffer et digerer par l’oraison

Raimond Lulle dit qu’il  est commandé d’abreuver notre Pierre avec cette Humidité permanente qui rend claires ses parties et sans cette Humidité, jamais notre Pierre n’est amendée, nourrie, augmentée, ni multipliée. Il faut remarquer que durant sa digestion, notre Pierre prend alternativement toutes sortes de Couleurs. Néanmoins, il n’y en a que trois principales dont on doit avoir grand soin, sans se mettre en peine des autres;
la Couleur noire qui est la première,
la Clef et le commencement de l’Oeuvre;
la Couleur blanche qui est la seconde; et
la Couleur rouge qui est la troisième. C’est pourquoi il est dit que
la Chose dont la tête est rouge, les pieds blancs et les yeux noirs est tout le Magistère.
 

La purification : L’œuvre de noircir   

Observez donc que quand notre Compôt commence à être abreuvé de notre Eau permanente, alors il est entièrement tourné en manière de Poix fondue, et devenu noir comme charbon ;Durant cette  Opération, on voit comme une nuée noire volant par la moyenne Région du Vaisseau au fond duquel demeure
la Matière fondue en manière de Poix qui se dissout totalement. En parlant de cette nuée, Jacques du Bourg Saint Saturnin s’écrit : 

O bénite nuée qui t’envole par notre Vaisseau ! 

C’est là l’Eclipse du Soleil, dont parle Raimond Lulle. 

Quand cette masse est ainsi noircie elle est dite morte et privée de sa Forme : 

Cette Masse ainsi noire ou noircie est
la Clef, le commencement, et le signe d’une parfaite manière d’opérer au second Régime de notre Pierre précieuse. 

Donc cette Noirceur montre la vraie manière d’opérer, car
la Masse étant rendue difforme, et corrompue de vraie corruption naturelle, il s’ensuit de cette Corruption une Génération de nouvelle disposition réelle en cette Matière; à savoir, acquisition d’une nouvelle Forme, lucide, claire, pure, resplendissante et d’une odeur suave et douce.
 

L’œuvre de blanchir 

L’oeuvre de noircir étant accomplie, il faut en venir à l’oeuvre de blanchir qui est une des Roses de ce Rosier physique, laquelle est désirée de plusieurs, requise et attendue. Toutefois, comme nous avons déjà dit, avant que la parfaite blancheur apparaisse, toutes les Couleurs qu’on saurait imaginer, sont vues et aperçues dans l’Oeuvre, desquelles on ne doit point s’embarrasser, excepté seulement de
la Blanche qu’on doit attendre avec une patience constante 

  

Par cette Opération le Corps est dépecé, détruit et gouverné soigneusement jusqu’à ce que son Âme subtile étant extraite de son épaisseur, se soit tournée en Esprit impalpable. Alors le Corps est tourné en non Corps; Souvenez-vous que tout ce Corps est dissous par l’Esprit aigu et qu’il se fait spirituel en se mêlant avec lui 

    

TROISIEME DEGRE


La Pierre est alors vivifiée de son Esprit vivifiant, En quoi est accomplie
la Rose blanche, céleste, suave et si chérie des Philosophes

O Nature Céleste! 

comment tournes-tu nos Corps en Esprit. 

O quelle merveilleuse et puissante Nature ! 

Elle est par dessus tout, elle surmonte tout, 

Ll’Or est véritable Esprit, ainsi que l’Argent. 

 Sans elle ni Noirceur, ni Blancheur, ni Rougeur ne peuvent jamais être faites en notre Oeuvre; Donc, quand cette Nature est jointe au Corps, elle le tourne en Espri. 

 

Hermès nomme cette Nature Céleste Eau des Eaux ; et Alphidius l’appelle Eau des Philosophes Indiens, Babyloniens et Egyptiens. Sans cette Eau, par laquelle les Corps sont faits Esprits et réduits à leur première Nature ou Matière notre Pierre n’est jamais amendée,
la Blanche sans l’Eau blanche et
la Rouge sans l’Eau rouge. 

Je vous commande de ne mettre pas toute l’Eau ensemble, mais peu à peu et cuisez doucement jusqu’à ce que l’Oeuvre soit accompli. 

On voit par là que
la Pierre demeure rouge de vraie rougeur, lumineuse, claire et vive, fondante comme Cire, par la teinture de laquelle l’Argent-vif vulgaire et tous Métaux imparfaits peuvent être teints et parfaits en très vrai et très bon Or beaucoup meilleur que celui des Mines. En quoi est accomplie cette précieuse Pierre surmontant toute Pierre précieuse
laquelle est un trésor infini à la gloire de Dieu qui vit et règne éternellement. 

Le rouleau de Ripley à la gloire du Saint Esprit

30 octobre, 2009

Ripley (1415-1490)  était un chanoine qui vivait  dans le diocèse d’York .Il est connu pour son livre assez obscur intitulé « le livre des douze portes »

On lui a attribué un rouleau illustré, à la gloire de l’oiseau d’Hermès, qui fut maintes fois reproduit. Il semble que cet oiseau serait le saint Esprit

Clqiuez ICI

**

Il se pourrait que ce rouleau fut  sans cesse transporté par un adepte missionnaire qui voulait expliquer sa mystique sur les places publiques

Après tout ! Pourquoi pas ?

Un autre prophète de l’Esprit, Joachim de Flore ,autour des années 1250 disait bien  qu’il fallait annoncer l’évangile sur les toits

Le dernier  personnage représenté en bas du rouleau ressemble bien à un de ces pèlerins de Compostelle qui  traversaient alors,  toute l’Europe avec leur bâton, à la main

 

                        lemissionnaireripleysanstitre20.gif

**

Mais le contexte historique n’est plus celui de Joachim ou même celui des Cathares qui eux aussi luttaient contre la chair et pour l’esprit 

En 1415 au concile de Constance, Jean Huss qui avait trop critiqué les dérives de la papauté  est envoyé sur le bûcher

Finalement, le schisme qui avait divisé l’église officielle se termine en 1417 avec l’élection d’un seul et unique pape Martin 5 

Mais ce schisme a laissé des traces .L’église officielle en est sortie très affaiblie, et les dévots se tournent vers une dévotion plus moderne et plus individuelle, en lisant « l’imitation de Jésus Christ »   

Les adeptes de l’alchimie, quant à eux, voulaient une pratique plus spirituelle, aux marges de l’église

En Angleterre en particulier,  on fait davantage confiance dans le roi que dans le pape

C’est peut être pour cette raison que l’oiseau d’Hermès au centre du rouleau de Ripley a la couronne des rois

**

Le  but de l’auteur du rouleau qui se divise en 4 parties   est annoncé dans un phylactère en haut du rouleau

La pierre mystérieuse est ensevelie dans une source secrète. Le ferment diversifie la pierre qui colore tout »

Cette pierre est la perle dont il est question dans l’évangile

Mtt 13,45 le royaume des cieux est semblable à un négociant en quête de perles fines .En a t il trouve une de grand prix ,il s’en va vendre tout ce qu’il possède et l’achète 

 

Le rouleau de Ripley : Première partie Le corps, l’âme et l’esprit

30 octobre, 2009

ripley1.gifCliquez sur les images  sanstitre14.gif

 Au sommet du rouleau de Ripley ,sous le phylactère et l’alchimiste ,dans le vase   on peut voir huit mandalas  avec des moines qui surveillent l’évolution des diverses opérations alchimiques .Sur le pourtour d’un des mandalas , on peut lire les 3 mots essentiels : corps, âme ,esprit

Le premier Adam et Eve sont frappés sur la tête .Il faut qu’ils évoluent et deviennent des hommes nouveaux  à l’exemple du nouvel Adam,le Christ, qui reçut le Saint Esprit ,au jour de son baptême

**

Les monastères  sont des laboratoires de perfection

Dans les 8 mandalas ,des moines surveillent la progression de l’homme qui d’abord esclave de la chair se laisse peu à peu  envahir par l’esprit

            

Le rouleau de Ripley : Deuxième partie : L’homme matière (dragon) devient esprit (feuillage)

30 octobre, 2009

                                ripley2.gif

                                 cliquez

 

En haut du rouleau l’adepte tient entre ses mains un vase contenant des mandalas

**

En dessous dans cette deuxième partie,  nous voyons de bas en haut 

Le dragon qui crache un crapaud symbole de la matière 

Puis ,prés des 4 colonnes qui représentent   les 4 éléments ( air feu terre eau ),  se trouvent   Adam et Eve

Encore au-dessus,des moines surveillent de nouveau  la progression de l’âme qui  se libère des

défauts de la chair .

Car l’âme est imprégnée de tous les défauts émis par les astres .Elle doit s’en libérer

** 

On  retrouve ici  l’enseignement donné par «  le corpus Hermeticus » des premiers siècles,ou les sages nous  disent qu’à sa mort, l’homme doit se dépouiller de ce vêtement matériel et des puissances que lui avaient donné les astres.

 La lune lui avait donné le pouvoir de croître et de décroître .Mercure lui avait appris la ruse, Venus le désir., Le soleil l’autorité,. Mars la témérité. Jupiter, la richesse. 

 

Ce qui correspond à la distinction entre
la Chair et l’Esprit, faite par st Paul,  autant  dans l’épître aux Romains  que dans l’épître aux Galates

Ga 5,19 on sait ce que sont les œuvres de la chair :fornication,…idolâtrie, magie, haines,discordes, jalousie, disputes …  Mais le fruit de l’esprit est : Charité, joie, paix, longanimité , serviabilité ,bonté, confiance dans les autres ,douceur , maitrise de soi    

 

Il faut se libérer des œuvres de la chair pour s’imprégner des fruits de l’esprit

**

Cet esprit est représenté par les feuillages qui se trouvent  au sommet de cette partie du rouleau et par les plumes qui tombent sue Adam et Eve 

le rouleau de Ripley : Troisième partie : L’oiseau d’Hermés ou le Saint esprit

30 octobre, 2009

ripley3esprit.gif                         ripleyoiseaudhermes.gif   

cliquez sur les images

 

                                                   Quel est donc cet oiseau ?

A première  vue il s’agit d’un coq, couronné comme le roi d’Angleterre et non comme le pape

Mais sur les plumes qui entourent la sphère il est écrit, sur certains exemplaires qu’il s’agit d’un aigle

Or l’aigle dans les autres écrits alchimiques est le Saint Esprit 

L’aigle ou le saint Esprit est prêt à partager son esprit .Il s’arrache donc des plumes pour nous les donner

Les plumes changent  de couleur .Ainsi le mystique qui se laisse envahir par l’esprit est purifié puis glorifié. Il passe du blanc au rouge

La terre elle même a des ailes . C’est enfin le royaume de l’Esprit sur terre, la venue de l’Eglise de l’Esprit et  non plus  de l’Eglise institutionnelle si affaiblie par le schisme au début du 15é siècle

**

Quant au soleil il semble, sur certain exemplaire,  larmoyant

Mais les gouttes qui tombent sont elles des larmes ou des langues de feu comme le jour de la pentecôte ?

L’Esprit de Dieu rempli l’univers de son amour

**

Il est ecrit sous l’oiseau

Dans la mer sans lie,se tient l’oiseau d’Hermès,
Dévorant ses ailes changeantes,
Et se stabilise lui-même,
Lorsque toute ses plumes ont disparues,
Il se tient toujours là comme une pierre,

Il est maintenant blanc et rouge,
Et tout autant la pierre pour accélérer la mort,
Tout cela sans fable,
Tous les deux dur et mou et malléable,
Comprenez bien et correctement maintenant,
Et remerciez Dieu de cette vision.

 

Le rouleau de Ripley : quatrième partie : le dragon et la lune,le corps et l’âme

30 octobre, 2009


                      ripley4corpsetme.gif  

Sur cette quatrième partie du rouleau de Ripley ,le dragon mord la lune

Autrement dit ,le corps s’agrippe à l’âme

Maier dans son traité  «symbola Aurea » reprendra le même thème mais il préfèrera représenter

un  crapaud relié à un aigle

Il choisira du reste cet ensemble crapaud ,aigle ,pour orner son propre blason

**

Le corps et l’âme sont destinés à se fondre dans l’esprit

Ce n’est pas pour rien que sans cesse on retrouve chez Ripley, comme chez les autres alchimistes  les 3 principes corps, âme et Esprit 

Donc le dragon mord la lune

Mais la lune tente de mordre à son tour les 3 sphères qui sont entourées de plumes comme l’aigle de l’Esprit 

Le corps uni à l’âme devient un corps « pneumatique »c’est-à-dire envahi par le Saint Esprit

**

Ainsi devenu Fils de l’esprit, les adeptes arrosent  la terre de leur sang

La terre toute entière reçoit à son tour les ailes de l’Esprit 

 

La nature s’exprime : Bernard Moninot, Kader Attia ,Cragg Tony

30 octobre, 2009

C’est l’automne. La nature change de couleur Dieu ne cesse de manier son pinceau et de changer sa palette   Les nuages du matin, couleur pastel Les  feuilles jaunes, rouges 

Eblouissantes au soleil de midi Les feuilles grises et  vertes de toutes nuances Nature ! Si bien chantée par nos romantiques qui savaient regarder et peindre   ** 

Maintenant les artistes ont une autre approche   Ils regardent et écoutent  Et découvrent que  la nature sait aussi dessiner et  organiser des concerts ** C’est ainsi  que Bernard Moninot a présenté au  Musée du Val de Marne à Vitry, des dessins faits  par la nature  qu’il a intitulée « la mémoire du vent » 

Il a fixé  une plume légère au bout d’une fleur et a enregistré les mouvements de la feuille sur  un verre noirci avec du noir de fumée  La fleur en se balançant allégrement   a ainsi joyeusement dessiné 

L’effet en est surprenant ! 

C’est ainsi  qu’on peut deviner sur une dessin, les voiles d’un bateau que le vent  se ferait sans doute  un plaisir de gonfler                                  moninotbernard.gif      ** 

Quant  à Kader Attia , il écoute les concerts organisés par la pluie qui tombent sur des cymbales

qu’il a installé au milieu des jardins des tuileries ,

au moment de la Fiac

** 

Un autre sculpteur, Cragg Tony , nous montre le travail de l’eau qui dessine des stries, au  cours des siècles,sur les roches qui bordent  les rivières   

** La nature dessine. 

La nature nous enchante par des concerts.

Respectons là ! 

Cioran : Comparaison entre les juifs et les chrétiens

29 octobre, 2009

Les juifs 

 

Dans son  livre « la tentation d’exister »Cioran  fait une apologie extraordinaire du peuple juif

Un peuple solitaire non-conformiste, qui refuse de penser comme  tout le monde, en perpétuelle recherche, en perpétuelle errance .Un peuple de nomade  qui refuse de s’asseoir, un peuple qui ressuscite sans cesse

P 72  Jusque dans le malheur ce peuple  refuse le conformisme

P 85  Ce sont des maître à exister : Ils ont résisté à tout

Une ville sans juifs et une ville morte … 

Ils projettent comme d ‘autres respirent . Ils ont la maladie du projet

Ils ont horreur de toute commodité intellectuelle

Nous sommes une humanité pantouflarde. Les juifs sont fascinés par l’aventure ..

Ce qui nous immobilise ,les fait bondir

**

Des hommes qui ressemblent à leur Dieu, celui de l’ancien testament qui est  chamailleur, grossier et  lunatique

Or l’ancien testament est décapant

p 94  Le cri de Job  traverse les cieux et fait trembler Dieu

L’ancien testament est le paradis du frisson 

P 75 Le Christ, ils l’auraient reconnu si il n’avait pas été reçu par les autres nations et qu’il ne fut devenu un bien commun les juifs faisaient bande à part dans l’empire romain … auprès d’eux les chrétiens font figures d’opportunistes

**

Les chrétiens 

 

Le Christianisme a anémié nos peurs.

 Le juif prie debout

Qu’attendre de bon d’un peuple chrétien qui prie à genoux depuis 20 siècles

P 74 Usé jusqu’à la corde, le christianisme a cessé d’être une source d’étonnement et de scandale, de déclencher des crises ou de féconder les intelligences .

Le christianisme n’incommode plus l’esprit ni ne l’astreint à la moindre interrogation .Ses solutions et ses réponses sont molles assoupissantes …il a fait son temps …déjà nous baillons sur la croix

**

Ils existent bien, chez les chrétiens, des mystiques qui eux aussi sont anticonformistes

Mais de leur vivants  ils sont bien souvent  rejetés par les autorités  

Car chez eux, une foule d’insanités poétiques font reculer l’érudit et épouvante le théologien

Le mystique se situe au niveau des sensations et l’érudit dénature le mystique en le commentant

Le mystique est un aventurier, mais son aventure est verticale

Insoumis par vocation, effrénés dans leurs prières, les mystiques jouent  en tremblant avec le ciel

**

Ce qui lui arrive de plus grave est de tomber entre les mains d’un prêtre

 

 

L’homme est divin pour Berdiaev . Il est néant pour Cioran ! .

29 octobre, 2009

Parmi les nombreux disciples de Nietzsche, on en  trouve 2 qui aboutissent à des conclusions complètement opposées sur la nature de l’homme.

L’un Berdiaev fait de l’homme, un dieu créateur, épanouis

L’autre Cioran matérialiste, désespéré,  nous pousse au suicide, car pour lui l’homme n’est  que du néant 

Mais combien tous les trois sont décapants ! Combien on a du plaisir à les lire, car tous les trois nous provoquent dans nos retranchements et nos idées toutes faites .Tous les trois nous  assument des vérités comme de véritables coups de massue .Tous les trois ont un style à la fois poétique et percutant    

**  Nietzsche 

Pour Nietzsche Dieu est mort .Que vive donc  le surhomme

« tous les dieux sont morts :nous voulons maintenant que le surhomme vive ! »

car l’homme devient vraiment homme qu’en devenant  un  surhomme éveillé ,qui fuit la routine, se prend en main ,se libère des préjugés, quitte les sentiers battus

«  il faut fuir la routine …il est dangereux d’être héritier. Il y a mille sentiers qui n’ont jamais été suivis…. »

**

Berdiaev : L’homme est divo-humain    

En contemplant le monde qui existe depuis 15 milliards d’année, on ne peut que s’écrier comme le psalmiste de l’ancien testament « mais  qu’est ce donc que l’homme ? »

Des saints écriront : « Dieu c’est tout .l’homme n’est rien » 

Pour Cioran l’homme est néant .Il ne mérite donc aucun respect .

Il ne peut que devenir pourriture .Cette conclusion conduit au désespoir

Mais si l’homme a une nature divine, comme le proclame Berdiaev, il devient profondément respectable. On admet plus facilement cette conclusion, car elle est VIE

** 

Pour Berdiaev, chrétien orthodoxe  l’homme, au même titre que le Christ, à 2 natures .Une nature humaine et une autre divine

L’église au cours des siècles a complètement estompé la nature humaine du Christ en ne voyant que sa nature divine, au point même de proclamer, d’une façon solennelle au concile d’Ephèse que Marie était la mère de Dieu

Par contre l’église a estompé la nature divine de l’homme

Or l’homme aurait  aussi selon Berdiaev , les 2 natures

**

Et parce qu’il a une nature divine, l’homme est créateur 

L’homme ne cesse de compléter l’œuvre de la création.

Il suffit de voir les progrès de la science ou les performances de l’art contemporain, pour s’en persuader

Il est faux de dire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil .Chaque jour, l’homme créé du neuf

Certes « rien ne se perd rien ne se crée » .Mais cette adage ne vaut que pour la matière, non pour le génie de transformer cette matière. L’inventeur est un créateur.

L’homme « s’éclate » en créant 

C’est dans la création seule qu’il trouve son plein épanouissement  

Berdiaev se distingue ainsi  des évolutionnistes et de Darwin 

L’évolution est une nécessité .La nature doit s’adapter

La création est liberté

** Cioran :L’homme est néant 

Dieu est mort

L’homme ne vaut rien

.Au même titre que Nietzsche, Cioran ironise sur les maîtres à penser, remplis de certitudes  dans « son précis de la décomposition »

p11  regardez autour de vous, des larves qui prêchent, chaque institution traduit une mission Les trottoirs du monde, les hôpitaux débordent de réformateurs 

Or la vie n’est que souffrance et ne vaut pas d’être vécu 

P 46 quel péché as-tu commis pour naître, quel crime pour exister ? Ta douleur comme ton destin est sans motif

Le monde est un réceptacle de sanglots

p 66 il nous faudrait à chacun un Sahara pour y hurler à volonté, ou les bords d’une mer élégiaque et fougueuse pour mêler à ses lamentations déchaînées, nos lamentations plus déchaînées encore 

p 57 ce monde peut tout nous prendre, peut tout nous interdire, mais il n’est au pouvoir de personne de nous empêcher de nous abolir (suicide)

**

D’un côté Berdiaev fait de nous des dieux

De l’autre Cioran nous pousse au suicide

1...501502503504505...546