Les horreurs racontées par Irénée dans son traité sur les hérésies

Irénée pouvez il croire ce qu’il dit

quand il stigmatise les pneumatiques et les gnostiques   

Est il de mauvaise foi ?

lui qui est réputé pour être un homme de paix

Voici ce qu’il dit à leur propos

dans son traité sur les hérésies

**

Les pneumatiques pensent que  ce n’est pas par les œuvres, mais du fait de leur nature qu’ils seront de toute façon sauvés. Aussi bien les plus « parfaits » d’entre eux commettent-ils impudemment toutes les actions défendues, 

Ils mangent sans discernement les viandes offertes aux idoles,  estimant n’être aucunement souillés par elles. 

 Ils sont les premiers à se mêler à toutes les réjouissances auxquelles donnent lieu les fêtes païennes célébrées en l’honneur des idoles. Certains d’entre eux ne s’abstiennent pas même des spectacles sanguinaires, 

en horreur à Dieu et aux hommes, où des gladiateurs luttent contre des bêtes ou combattent entre eux. 

Il en est qui, se faisant jusqu’à la satiété les esclaves des plaisirs charnels,  paient, comme ils disent, le tribut du charnel à ce qui est charnel 

 et le tribut du pneumatique à ce qui est pneumatique. Les uns ont secrètement commerce avec les femmes qu’ils endoctrinent, 

**

Ce que dit Irénée est peut être vrai

C’est sûrement vrai

Il y a encore des sectes de cet acabit

dans les temps modernes

mais il ne faut pas généraliser

Les gnostiques qui agissaient ainsi étaient sans doute une minorité

et discréditer  ainsi des chercheurs de Dieu

n’est pas digne d’un homme de paix 

**

Ce que dit ailleurs Irénée sur Marc le magicien est du même acabit

Un autre des leurs  porte le nom de Marc.  Très habile en jongleries magiques, il a trompé par elles beaucoup d’hommes et une quantité peu banale de femmes, Feignant d’« eucharistier » une coupe mêlée de vin et prolongeant considérablement la parole de l’invocation, il fait en sorte que cette coupe apparaisse pourpre ou rouge. On s’imagine alors que
la Grâce venue des régions qui sont au-dessus de toutes choses fait couler son propre sang dans la coupe de Marc en réponse à l’invocation de celui-ci, et les assistants brûlent du désir de goûter à ce breuvage, afin qu’en eux aussi se répande
la Grâce invoquée par ce magicien 

**
C’est surtout de femmes qu’il s’occupe et, parmi elles, des plus élégantes et des plus riches, de celles dont la robe est frangée de pourpre. Veut-il attirer quelqu’une d’entre elles, il lui tient ce discours flatteur : «Je veux te donner part à ma Grâce,. Tiens-toi prête comme une épouse qui attend son époux, afin que tu sois ce que je suis, et moi, ce que tu es. Installe dans ta chambre nuptiale la semence de
la Lumière. Reçois de moi l’Époux, fais-lui place en toi et trouve place en lui. Voici que
la Grâce est descendue sur toi : ouvre la bouche et prophétise !
»

**

Mais n’est ce pas là encore un langage symbolique ?

Ce n’est pas Marc qui parle mais l’esprit lui même qui s’adresse à la femme

Cela correspondrait aux dires de beaucoup de mystiques 

Les pères de l’église n’ont pas fait  tant d’histoires en commentant le cantique  des cantiques de la bible

**

On fait à Marc les mêmes reproches qu’à Simon le magicien

Et on sait que Simon avait été très mal interprété quand il parlait de ses relations avec Helene

Il en fut  ainsi du fameux baiser que Jésus a donné à Marie Madeleine

Car on sait que pour les gnostiques  

ces relations imaginaires  entre femmes et hommes sont des Syzygies

mais qu’est ce donc que ces Syzygies , sinon l’union intime entres deux entités abstraites ? C

C’est le mariage mystique entre Dieu et l’âme

tel le mariage mystique  de sainte Catherine  ou l’extase de Sainte Thérèse d’Avila unie à Dieu si bien représentés  par Michel Ange dans la basilique saint Pierre de Rome   

Rien de répréhensible sinon dans les interprétations haineuses et déshonnêtes

**

La femme de répondre alors : «Je n’ai jamais prophétisé et ne sais pas prophétiser. »  Mais lui, faisant de nouvelles invocations destinées à stupéfier sa victime, lui dit : 

 « Ouvre la bouche et dis n’importe quoi : tu prophétiseras. »… Elle s’enhardit alors  et se met à proférer toutes les niaiseries qui lui viennent à la pensée, 

 sottement et effrontément, échauffée qu’elle est par un vain esprit. …A partir de ce moment, cette femme se prend pour une prophète 

Elle s’applique à le rétribuer, non seulement en lui donnant ses biens  — voilà l’origine des grandes richesses amassées par cet homme —, mais en lui livrant son corps, désireuse qu’elle est de lui être unie en tout, afin de descendre avec lui dans l’«Un». 

**

Même si ces faits qui lui sont reprochés sont vrais

Il n’est pas honnête de généraliser pour nuire à tout ceux qu’on appelle des hérétiques

 D’autant plus que Marc et ses disciples son peu connus

Et eurent peu d’influence dans l’histoire du Christianisme

Laisser un commentaire